L’oeil du recruteur #20 : Ádám Nagy

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 25 juin 2016

L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, qui mériterait de jouer à un niveau un peu plus élevé qu’il ne le fait actuellement. L’occasion aussi de vous faire découvrir un joueur que vous verrez évoluer dans quelques jours pendant le Championnat d’Europe des Nations en France. Aujourd’hui, Ádám Nagy du Ferencváros.

Ádám Nagy

Nom complet : Ádám Nagy
Né le : 17 juin 1995 à Budapest
Pays : Hongrie
Taille – poids : 1.75 m – 74 kg
Poste (pied) : Milieu défensif (ambidextre)
Autre(s) poste(s) : Milieu axial, milieu droit
Club : Ferencvaros – OTP Bank Liga, Hongrie
10 sélections, 0 buts avec la Hongrie

CARRIÈRE

On est tenté de dire que cela fait longtemps que la Hongrie n’a plus connu une telle promesse de grand talent. Dans la lignée de Laszlo Kleinheisler, Ádám Nagy symbolise cette nouvelle génération hongroise qui se révèle au cours de cet Euro 2016. Pourtant, à l’âge de 12 ans, après un passage à l’académie de Vasas, Nagy arrête le football avant qu’on arrive à le convaincre de poursuivre sur cette voie. Il écume alors certaines équipes de jeunes hongroises avant d’arriver en Espagne, à La Manga, pendant deux ans. Il tente ensuite de rejoindre le Portugal mais l’école où il devait s’y produire ferme, et il veut de nouveau ranger ses crampons au placard. C’est alors que Ferencváros lui ouvre ses portes, à 18 ans. Depuis, « Adi » ne cesse de progresser et d’impressionner à tous les niveaux auxquels il joue. Trois ans plus tard, il est l’un des pions essentiels du premier titre acquis par le club depuis 2004.

Et pourtant, qui l’eût cru il y a douze mois ? Ádám Nagy venait à peine de rentrer dans l’équipe première du Ferencváros et ne squattait que l’équipe espoirs. La saison 2015-2016 va tout changer : indiscutable dans un club qui retrouve enfin le titre, il gagne également sa place dans le onze national après s’être révélé lors de la double confrontation face à la Norvège. Le tout alors qu’il a fêté ses 21 ans le 17 juin. On peut également noter sa présence lors de la Coupe du Monde U20 avec son pays. Malgré une élimination prématurée en huitièmes de finale – en prolongations, alors que la Hongrie s’est faite rejoindre dans le temps additionnel – face au futur vainqueur, la Serbie, Adam Nagy et cette belle génération hongroise avait surpris par la qualité de jeu de son équipe. Une équipe qui était entraînée par… Bernd Storck, actuel sélectionneur national.

UTILISATION ACTUELLE

Ádám Nagy est le plus souvent placé dans un milieu à trois en équipe nationale (en compagnie de Kleinheisler et Gera/Pinter) tout comme en club (aux côtés de Gera), dans une position de milieu défensif. Il peut aussi jouer sur le côté droit, vers lequel il aime d’ailleurs se déplacer en cours de match. Il peut également jouer un peu plus haut, comme milieu axial.

Avec une saison professionnelle dans les jambes, Nagy a une marge de progression énorme et fait pourtant déjà partie des incontournables de son club et de son équipe nationale. Très régulier dans ses performances, il a joué 25 matchs cette saison avec Ferencváros, pour deux assists et deux cartons jaunes.

Un crack du football mondial et David Alaba. © MEHDI FEDOUACH/AFP/Getty Images

Un crack du football mondial et David Alaba. © MEHDI FEDOUACH/AFP/Getty Images

PROFIL

  • Pratiquant le futsal à ses débuts, Nagy en a retiré pas mal de qualités qu’il utilise à bon escient sur le grand terrain. Sa qualité de jeu dans les petits espaces s’est déjà faite remarquer, tandis que l’une de ses plus grandes qualités est le fait qu’il soit ambidextre et ainsi très à l’aise des deux pieds, même s’il joue de préférence sur son pied droit.
  • De plus, Nagy a une technique au-dessus de la moyenne. Sans doute venue du futsal, il est très à l’aise lorsqu’il s’agit d’éliminer ou dribbler un adversaire en une ou deux touches de balle. Il peut sur ce côté-là compter sur une belle pointe d’accélération également.
  • Tactiquement intelligent, il a un sens du placement qui le rend précieux pour sa défense. Il ratisse devant elle et parvient à se placer opportunément sur les attaques adverses afin de les annihiler ou les ralentir.
  • De même, il comprend parfaitement le jeu, ce qui lui permet d’adresser des passes précises, dans le bon tempo, que ce soit vers l’avant ou vers l’arrière, à ses coéquipiers. En une touche de balle, il peut dessiner une occasion pour les siens.
  • Ainsi, lorsqu’il se projette davantage vers l’avant, dans l’axe ou sur le côté droit, Nagy peut créer des occasions à lui tout seul, par sa vision et son intelligence de jeu. C’est d’ailleurs lorsqu’il fut aligné sur son côté droit qu’il a pu distribuer deux assists cette saison.
  • Très précoce, sa marge de progression reste inconnue et donc potentiellement énorme. Il s’était déjà révélé lors de la Coupe du Monde U20 en juin 2015, mais n’a débuté sa carrière professionnelle que cette saison, pour devenir un élément incontournable à la fois de son club et de son équipe nationale.
  • Son physique, qui peut sembler frêle, sera à perfectionner s’il veut performer une saison complète au haut niveau. Cela ne l’empêche pas d’aller au duel et d’en gagner.
  • Avec une position plutôt défensive, Nagy n’a pas des stats affolantes face au but : il n’a marqué qu’un but en équipe nationale espoirs, et un but avec l’équipe B du Ferencváros en 2014-2015. Lorsqu’il fut aligné sur le côté droit en championnat, il a pu distribuer deux passes décisives cette saison, mais il devrait davantage tenter sa chance pour devenir un véritable playmaker capable de changer un match, à l’instar de son mentor Zoltan Gera.
  • Malgré sa taille, il possède un jeu de tête relativement bon et parvient surtout à l’utiliser à bon escient. Il ne sera jamais placé en attaquant-pivot, mais ne rechigne jamais à jouer de la tête quand cela semble lui convenir.
  • La principale crainte concernant Nagy est son inexpérience au haut niveau. Les matchs de la sélection et l’Euro sont une excellente opportunité pour lui de se frotter aux meilleurs, et il le fait bien. Cependant, il n’a qu’une année professionnelle dans les pattes et doit encore engranger pas mal d’expérience, surtout dans des matchs à enjeu et de haut niveau.
  • Enfin, il peut parfois manquer d’agressivité et n’ose parfois pas mettre le pied au risque de voir une occasion adverse se créer. Trop gentil, il devra apprendre à faire les fautes nécessaires qui font mal à l’adversaire afin de devenir un milieu défensif complet.

ÉVALUATION

Cette saison 2015-2016 a littéralement propulsé Ádám Nagy sur le devant de la scène nationale et, les résultats de la Foci aidant, de la scène internationale lors de l’Euro 2016. Malgré une petite saison professionnelle dans les jambes, Nagy prouve match après match qu’il peut bien s’agir d’un des meilleurs talents que la Hongrie ait sorti depuis bien longtemps. Sur ESPN FC, Tomasz Mortimer, la référence du foot hongrois en anglais, en faisait d’ailleurs déjà le joueur à suivre du côté hongrois cet été, au lieu des habituels Dzsudzsak, Kiraly ou Kleinheisler. Il rapportait d’ailleurs les propos d’un scout de Bursaspor présent lors des barrages face à la Norvège : « J’ai passé cinquante ans dans le monde du football, mais je n’ai jamais vu un tel talent ».

© Alexander Hassenstein/Bongarts/Getty Images

© Alexander Hassenstein/Bongarts/Getty Images

Il est certain que Nagy attirera plusieurs clubs européens pendant et après l’Euro 2016, plusieurs se sont d’ailleurs déjà renseigné sur son cas. Reste à savoir s’il veut partir et si son club le laissera partir, lui qui n’est devenu professionnel que l’année passée et pourrait découvrir la Ligue des Champions avec son club dès cet été. Mais son talent serait-il peut-être trop grand pour la OTP Bank Liga ? Il faudra en tout cas lui choisir un club où il est certain de jouer régulièrement afin de progresser et de confirmer tout son potentiel. Il a déjà dit qu’il ne quitterait pas Ferencvaros uniquement pour l’argent. Avec la tête sur les épaules, une envie de progresser chaque jour et une intelligence au-dessus de la moyenne, « Adi » a tout pour réussir.

Cibles types : Olympique de Marseille, Ajax, Borussia Monchengladbach, Anderlecht, Benfica
Prix : 1.000.000 € – 2.000.000 €
Rapport qualité/prix :  Bon, avec plus-value certaine (mais moins bon qu’avant l’Euro)
Note du joueur : B-
Note du potentiel : A-

Thomas Ghislain


Image à la une : © GEORGES GOBET/AFP/Getty Images

L’oeil du recruteur #1 : Filip Mladenovic (BATE Borisov / FC Köln)
L’oeil du recruteur #2 : Andraz Sporar (Olimpija Ljubljana / FC Basel)
L’oeil du recruteur #3 : Andrija Zivkovic (Partizan)
L’oeil du recruteur #4 : Nikita Korzun (Dinamo Minsk / Dynamo Kiev)
L’oeil du recruteur #5 : Viktor Kovalenko (Shaktar Donetsk)
L’oeil du recruteur #6 : Marko Grujic (Crvena Zvezda / Liverpool)
L’oeil du recruteur #7 : Naby Keita (Red Bull Salzburg)
L’oeil du recruteur #8 : Karol Linetty (Lech Poznan)
L’oeil du recruteur #9 : Bartosz Kapustska (Cracovia)
L’oeil du recruteur #10 : Georgi Melkadze (Spartak Moscou)
L’oeil du recruteur #11 : Arthur Masuaku (Olympiakos)
L’oeil du recruteur #12 : Matúš Bero (AS Trencin)
L’oeil du recruteur #13 : Bartłomiej Drągowski (Jagiellonia Białystok)
L’oeil du recruteur #14 : László Bénes (MSK Zilina)
L’oeil du recruteur #15 : Oleksandr Zinchenko (FK Ufa)
L’oeil du recruteur #16 : Adam Zreľák (Slovan Bratislava)
L’oeil du recruteur #17 : Aleksandr Golovin (CSKA Moscou)
L’oeil du recruteur #18 : Mariusz Stępiński (Ruch Chorzów)
L’œil du recruteur #19 : Nicolae Stanciu (Steaua Bucarest)

L’oeil du recruteur #20 : Ádám Nagy
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Euro 2016 : Quand les Polonais de Chorzow débarquaient à Geoffroy Guichard

C’est un match pour l’Histoire, un huitième de finale des plus importants pour deux équipes qui attendent depuis si longtemps...

Fermer