Lev Yashin, le grand monsieur du football soviétique

Opening_the_Russia_House_in_Rio_Lev_Yashin
Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 27 octobre 2015

Lev Yashin. Un nom qui donne la chair de poule à tous les amateurs de football, un nom qui a fait faire des cauchemars à de nombreux avants-centres. Il y a 86 ans naissait le plus grand gardien de but de tous les temps, l’unique portier à avoir remporté un Ballon d’Or à ce jour, l’homme aux 270 clean sheets et aux 150 penaltys arrêtés. « The black spider » a révolutionné le poste de gardien et a surtout donné un nouvel élan au football soviétique sur la scène européenne et internationale. Aucun adjectif n’est assez fort pour résumer le talent de cet homme qui porta la sélection soviétique sur son dos pendant une quinzaine d’années (Voir aussi : Autopsie de la sélection soviétique, entre propagande et réalité). Retour sur l’histoire de monsieur Yashin, élu meilleur gardien du siècle par l’International Federation of Football History and Statistics (IFFHS) et membre de l’équipe mondiale du XXème siècle en compagnie de Pelé, Maradona et bien d’autres.

Une enfance difficile

C’est au cours du rugueux hiver de 1929, quatre ans après l’arrivée au pouvoir de Joseph Staline, que Lev Ivanovitch Yashin voit le jour dans le quartier populaire de Bogorodskoe à Moscou le 22 octobre. Fils d’Ivan et Alexandra, le petit Lev est élevé dans la culture purement soviétique par des parents eux-mêmes issus du milieu ouvrier. Son enfance n’est pas des plus simples, ses parents sont très pauvres et partagent leur petit appartement avec une autre famille. Très vite, Lev a des envies d’ailleurs, d’évasion et c’est dans le football qu’il va trouver cela. Dès son plus jeune âge il passe l’intégralité de son temps libre à jouer au football avec d’autres jeunes du quartier mais, contrairement à ce à que l’on pourrait s’attendre, il ne commence pas en tant que gardien de but.

Bogorodskoe, le quartier qui a vu grandir Yashin | © Google Maps

Bogorodskoe, le quartier qui a vu grandir Yashin | © Google Maps

Sa qualité de relance et sa vision du jeu dans sa carrière sont dues au fait que durant sa jeunesse, Lev joue plutôt milieu de terrain : en effet, il adore distribuer le jeu et, dès qu’il le peut, il se projette vers l’avant. On a tous connu les matchs de foot entre amis, on change de portier à chaque but marqué ou encaissé car personne n’aime vraiment ce poste mais quand Lev va aller pour la première fois sur la ligne de but, il ne va plus la quitter.

Malheureusement, la Seconde Guerre Mondiale, également appelée grande guerre patriotique en URSS, débute. La famille Yashin est évacuée dans la région de la Volga, à Oulianovsk, car Ivan, le père de Lev, est serrurier et travaille dans une usine pour la défense. Fini l’école et les matchs de football dans les rues de Bogorodskoe, le petit Lev devient apprenti serrurier et travaille d’arrache-pied pendant toute la Seconde Guerre Mondiale. Dès 1944, la famille Yashin retourne à Moscou, la guerre se termine petit à petit et le jeune Lev continue de travailler à l’usine avec ses parents. A seize ans, en 1945, il est récompensé pour « son travail valeureux dans la grande guerre patriotique » par une médaille. Une parmi tant d’autres…

La vie reprend son cours et le football également. Parallèlement à son travail à l’usine, Lev reprend sa jeune carrière et rejoint l’équipe du quartier Touchino au nord-ouest de Moscou où il travaille. Il la quitte rapidement car, en 1948, il arrête son travail, épuisé par des journées harassantes à l’usine. Celles-ci iront jusqu’à mettre notre grand Lev Yashin en dépression nerveuse. Pour ne pas risquer de problèmes avec le parti soviétique qui n’apprécie que très peu les chômeurs, il s’enrôle dans l’armée rouge. Il continue bien évidement le football dans son régiment au poste de gardien de but et est repéré par l’entraîneur du Dinamo Moscou, Arkady Chernyshev. C’est à ce moment là que sa carrière débute.

Une carrière hors du commun

En 1949, Lev Yashin rejoint donc le centre de formation du Dinamo Moscou et commence son parcours dans les équipes juniors du club dans de nombreux tournois entre équipes moscovites. Malgré des performances reflétant mal le niveau de Lev, celui-ci obtient la chance d’obtenir une place de titulaire pour un match amical de l’équipe senior du Dinamo. Censée être le tremplin pour sa carrière, cette soirée va se transformer en cauchemar. Très fébrile dès le coup d’envoi, le jeune portier commence sa carrière professionnelle par une énorme boulette : sur un renvoi aux six mètres du gardien adverse, Lev anticipe mal la trajectoire de la balle et encaisse un but casquette. Un comble pour celui qui sera venté, quelques années plus tard, pour cette qualité d’anticipation.

Qu'il soit sur ou en dehors des terrains, Lev Yashin est l'incarnation de la classe. | © Kroon, Ron / Anefo

Qu’il soit sur ou en dehors des terrains, Lev Yashin est l’incarnation de la classe. | © Kroon, Ron / Anefo

L’entraîneur du Dinamo, très déçu par la performance de Lev, ne le fait jouer que quelques rencontres au cours de la saison 1950 jusqu’à être relégué au rang de troisième gardien du club. Bien loin de ce que l’on pourrait imaginer de l’homme qui a marqué les esprits collectifs durant des années. On ne le revoit sur un terrain de football qu’en 1953, suite au départ du numéro 1 Walter Sanaya et aux performances en dents de scie d’Alexei Khomich, portier de l’équipe nationale à l’époque. Refusant de ronger son frein sur le banc de touche et de jouer des matchs de niveau amateur avec l’équipe réserve, Lev va se tourner vers un autre sport : le hockey sur glace. Très vite, il obtient une place dans les cages du HK Dinamo Moscou, un club avec lequel il va remporter la coupe d’URSS de hockey en 1953. Excellent gardien grâce à ses réflexes impressionnants et son sens de l’anticipation retrouvé, Lev hésite à changer de carrière. En effet, il est sélectionné pour une compétition internationale de hockey avec la sélection soviétique mais finit par la refuser pour revenir vers son premier amour, le football.

De retour dans les cages du Dinamo Moscou, il ne quittera pas sa ligne de but avant 1971, soit 22 saisons au sein du club moscovite ! Un exemple de fidélité envers un club et un public qui ne l’oublient pas, comme le montrent les nombreux chants en l’honneur du portier entonnés à chaque match du Dinamo encore aujourd’hui. Dès sa première saison en tant que professionnel, il va remporter le championnat d’URSS en participant grandement à ce succès. Reconnaissable par sa tenue noire et sa grande taille, il est rapidement surnommé « The black panther » (la panthère noire) ou encore « The black spider » (l’araignée noire) de par son agilité surprenante pour un homme de sa taille. Il remportera un total de cinq championnats avec le Dinamo ainsi que trois coupes d’URSS, soit quasiment la moitié du palmarès de l’histoire du club !

En 1954, il est convoqué pour la première fois avec la sélection nationale soviétique et le monde entier découvre le talent de Yashin, puisqu’il jouera un total de 78 matchs pour l’URSS. A l’occasion des Jeux Olympiques de Melbourne, Lev dispute sa première compétition internationale. En tant que titulaire, il permet à l’URSS d’obtenir son seul succès majeur au niveau mondial. Une compétition dans laquelle le gardien du Dinamo n’encaisse que deux buts en cinq matchs. Devant 102.000 spectateurs lors de la finale contre la Yougoslavie, il dégoûte, à lui seul, les attaquants yougoslaves en remportant un nombre incalculable de face-à-faces et devient un acteur majeur du succès soviétique.

Le seul bémol dans la grande carrière de Yashin sera ses échecs multiples en Coupes du Monde. Il ne parviendra jamais à remporter le trophée tant convoité malgré quatre participations. En 1958, l’URSS s’incline en quart de finale contre le pays organisateur, la Suède. Malgré un traumatisme crânien, il est titulaire en 1962 au Chili, mais sera l’auteur de nombreuses erreurs en encaissant même un corner direct contre la Colombie. A l’issue du quart de finale perdu contre le Chili, le quotidien l’Équipe raconte même que la carrière de Lev était sur sa fin. Pourtant, en 1966, l’URSS réalise son meilleur parcours en atteignant les demi-finales en Angleterre. La demi-finale contre la RFA sera un match mythique : malgré la défaite 2-1, Lev sort un match incroyable et a failli qualifier à lui seul l’URSS pour la finale – il sera d’ailleurs élu meilleur gardien du tournoi. En 1970, au Mexique, pour son dernier Mondial, il ne jouera pas un seul match, ayant plus un rôle d’entraîneur-adjoint pour motiver les troupes. Il sera quand même un artisan de la Coupe du Monde assez bonne de l’URSS avec une défaite en quarts contre l’Uruguay.

Sur la scène européenne, cela va être une autre histoire. En 1960 est organisé le premier championnat d’Europe des nations en France, et l’URSS fait office d’outsider – elle s’est qualifiée directement pour les demi-finales après des victoires contre la Hongrie et l’Espagne, par forfait. En demi-finale, malgré la présence de Masopust dans ses rangs, la Tchécoslovaquie se heurte une nouvelle fois à l’inévitable Yashin : l’URSS est en finale. Se dresse sur son chemin la Yougoslavie, que Lev avait dégoûté quatre ans auparavant à Melbourne. Devant 17.000 spectateurs au Parc des Princes, Yashin sauve l’Union Soviétique en effectuant une parade d’anthologie sur un coup franc de Bora Kostic en toute fin de rencontre. Score final: 2-1, le seul trophée majeur de l’histoire du football soviétique soulevé par Lev. L’Euro et Yashin, c’est un peu comme une histoire d’amour car, quatre ans plus tard, l’URSS effectue un beau parcours pour échouer en finale contre l’Espagne. Lev est d’ailleurs élu meilleur gardien de la compétition à deux reprises.

England: Gordon Banks (Leicester C); Jimmy Armfield (Blackpool); Ray Wilson (Huddersfield T); Gordon Milne (Liverpool); Maurice Norman (Spurs); Bobby Moore (West Ham); Terry Paine (Southampton); Jimmy Greaves (Spurs); Bobby Smith (Spurs); George Eastham (Arsenal); Bobby Charlton (Man Utd) Rest of the World: Lev Yashin (USSR); Djalma Santos (Brazil); Karl-Heinz Schnellinger (W Germany); Svatopluk Pluskal (Czechoslovakia); Jan Popluhar (Czechoslovakia); Josef Masopust (Czechoslovakia); Raymond Kopa (France); Dennis Law (Scotland); Alfredo di Stefano (Spain); Eusebio (Portugal); Francisco Gento (Spain).

England: Gordon Banks (Leicester C); Jimmy Armfield (Blackpool); Ray Wilson (Huddersfield T); Gordon Milne (Liverpool); Maurice Norman (Spurs); Bobby Moore (West Ham); Terry Paine (Southampton); Jimmy Greaves (Spurs); Bobby Smith (Spurs); George Eastham (Arsenal); Bobby Charlton (Man Utd)
Rest of the World: Lev Yashin (USSR); Djalma Santos (Brazil); Karl-Heinz Schnellinger (W Germany); Svatopluk Pluskal (Czechoslovakia); Jan Popluhar (Czechoslovakia); Josef Masopust (Czechoslovakia); Raymond Kopa (France); Dennis Law (Scotland); Alfredo di Stefano (Spain); Eusebio (Portugal); Francisco Gento (Spain).

L’apothéose de sa carrière a lieu en 1963, un an après que le quotidien l’Équipe le descende en disant que sa carrière va sur sa fin. Lev Yashin obtient le Ballon d’Or, récompense ultime pour tout joueur de football. Le 17 décembre 1963 reste, jusqu’à aujourd’hui, la seule date où un gardien de but a obtenu une récompense de ce type. Finissant loin devant l’Italien Gianni Rivera et l’Anglais Jimmy Greaves, il rejoint Di Stefano, Eusebio, Charlton et bien d’autres au panthéon du football. Cette nouvelle réputation fait de lui un joueur convoité, voulu dans tous les matchs de gala. On veut voir le mystérieux gardien soviétique en action ! Le 23 octobre 1963, quelques semaines avant de recevoir sa précieuse distinction, il participe au « match du siècle » à Wembley pour le centenaire du football anglais avec un match entre l’Angleterre et une sélection mondiale dont il est le gardien. Malgré la défaite 2-1, il n’encaissera aucun but car il ne jouera que la première période.

La fin de sa carrière professionnelle est une apothéose, un peu comme la fin d’un feu d’artifice ; un final parfait. Dans un Stade Central de Lénine comble avec plus de 103.000 spectateurs, Lev Yashin fait son jubilé, sa dernière apparition en tant que footballeur professionnel. La rencontre oppose une équipe de la société Dinamo (Kiev, Saint Pétersbourg, Moscou …) et une équipe de stars mondiales avec notamment Eusebio, Charlton et Müller. L’émotion se voit sur le visage de Yashin, le moment tant redouté est arrivé. A la 70e minute, Lev Yashin est remplacé par Vladimir Pilguy pour une sorte de passation de pouvoir. C’est entre larmes et émotion que « The black spider » quitte le rectangle vert sous les vivats de la foule qui sait qu’elle vient de vivre un moment unique. Monsieur Yashin vient de quitter le devant de la scène et plus rien ne sera comme avant.

Rien de mieux avant un match important qu’une bonne cigarette et qu’un coup de liqueur pour se vivifier les muscles

Difficile de quitter le monde du football quand on l’a tellement marqué de son empreinte. Alors, pour rester impliqué dans la vie de son Dinamo, Lev obtienr son diplôme d’entraîneur et coache le club moscovite jusqu’en 1975. En effet, il prend sa retraite à cette période. Très marqué par la mort tragique dans un ascenseur du jeune prometteur Anatoli Kozhemyakin, il préfère quitter le monde du football. A 50 ans, Lev va développer une gangrène de la jambe. Fumant énormément, il disait même : « Rien de mieux avant un match important qu’une bonne cigarette et qu’un coup de liqueur pour se vivifier les muscles« . Une pratique pourtant interdite à l’époque mais le staff du Dinamo avait fait une exception pour lui. Il est amputé en 1984 et sa santé se détériorant jour après jour, il obtient le 18 mars 1990 sa dernière récompense : le titre de Héros du travail socialiste. Deux jours plus tard, il décède des suites d’un cancer de l’estomac. Il est enterré au cimetière Vagankovsky, désormais lieu de pèlerinage pour les gardiens russes.

Le grand Lev Yashin restera à jamais dans les rues et les cœurs moscovites. | © Vladimir Varfolomeev

Le grand Lev Yashin restera à jamais dans les rues et les cœurs moscovites. | © Flickr / Vladimir Varfolomeev

Alors oui, Lev Yashin n’était pas un gardien comme les autres. Le poste de gardien de but moderne a pris ses sources dans son style de jeu. Il était en effet connu pour boxer les tirs difficiles au lieu de les stopper, relancer rapidement pour permettre des contre-attaques, il restait rarement sur sa ligne et communiquait beaucoup avec sa défense. Des caractéristiques qui étaient jusque-là inconnues pour les gardiens de l’époque. Cet homme était une vraie muraille, encensé par tous les joueurs de la planète. Gordon Banks disait à son propos qu' »il faisait de grands arrêts, il savait réduire les angles de tirs et intercepter les centres aériens« , pour Eusebio, il était « le meilleur gardien du monde » et Sepp Maier disait que « c’est un des rares gardiens qui était excellent dans tous les domaines« . Il a inspiré une génération de gardiens de but, notre Barthez national a même porté une tenue noire pendant une grande partie de sa carrière en hommage à Yashin. Il existe même un club Yashin en Russie réservé aux gardiens ayant réalisé 100 clean sheets dans leur carrière. Un trophée porte également son nom, récompensant le meilleur gardien de la Coupe du Monde.

Du football en passant par le hockey, Yashin a su marquer de son empreinte le football soviétique et l’histoire du Dinamo Moscou. Loins de ses débuts loupés, il a su rebondir pour devenir cette icone gravée dans la tête des anciens comme de la nouvelle génération. Entre football, génie, alcool et cigarette, l’enfant de Bogorodskoe restera à jamais le plus grand gardien de l’histoire du football mondial.

Antoine Jarrige


Photo à la une : © Agência Brasil

Lev Yashin, le grand monsieur du football soviétique
5 (100%) 14 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 20 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale et de son futur ballon d'or Chisamba Lungu.
#SmolovBallonDor

pays de l'auteur footballski

6 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
© hutnik.org
#52 Les images de la semaine

Autriche : Derby de Vienne On commence ces images de la semaine avec le 315e derby de Vienne entre un...

Fermer