2016/2017 – Six mois de football en Moldavie

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 21 décembre 2016

La saison avait commencé en juin, avec deux matchs amicaux joués par l’équipe nationale de Moldavie ainsi que les premières joutes européennes. Celles-ci  ont donné lieu aux habituelles déceptions ou défaites logiques qu’offre l’été pour les clubs moldaves. Vient alors l’automne et maintenant l’hiver qui livre déjà ses premiers verdicts d’une Divizia Naţională disputée à 11 cette saison, où le Milsami se retrouve en tête, suivi de près par le Sheriff et le Zaria. Retour sur les 19 premières journées du championnat, au cours desquelles les équipes ont joué 17 ou 18 matchs. Les joies des championnats à nombre impair.

Le Milsami vire en tête

Le 10 septembre dernier, après une défaite 2-0 à Tiraspol face au Sheriff, peu de gens auraient parié sur les chances de titre du FC Milsami cette saison. Le club avait alors un bilan de 3 victoires et 2 défaites en 6 journées. Mais la suite sera un quasi sans-faute : 12 matchs sans défaite en championnat, pour 11 victoires et un match nul ! En d’autres termes, Milsami a battu toutes les équipes du championnat les unes à la suite des autres, ne concédant le nul que contre un Dacia qu’ils avaient déjà battu en début de saison.

© https://www.facebook.com/milsami.md

La première place au classement n’est donc pas volée pour les Vulturii Roşii, qui se dressent en candidat sérieux au titre, surtout après leur victoire dans le match au sommet, face au Sheriff (2-1), peu avant la trêve, grâce notamment à un coup franc ronaldinhesque de Gicu Andronic. Doté d’un effectif de qualité et n’ayant pas dépensé d’énergies dans les coupes européennes cet été, les hommes de Sosnovschi sont réellement irrésistibles et sans une trêve de deux mois, on se demande bien qui aurait pu arrêter leur spirale positive. Le coach, arrivé en janvier, a une patte dans la bonne situation du club, puisqu’il avait déjà amené Milsami en finale de la Coupe l’an passé. Le club a d’ailleurs raflé quelques titres individuels lors du traditionnel Gala des lauréats en décembre (cf. infra). On suivra donc attentivement le mercato des Rouge et Blanc, qui ont récemment officialisé la prolongation du contrat de Petru Racu. Une première bonne nouvelle puisqu’il est l’un des artisans de la meilleure défense du championnat (six petits buts encaissés).

Le Sheriff suit de près, tout comme le Zaria

Avec deux points de retard mais un match en plus, le Sheriff Tiraspol reste le concurrent le plus sérieux et le plus solide du Milsami pour le titre. Couronné in extremis en mai passé, le Sheriff est comme à son habitude à l’affût de la première place et possède un effectif taillé pour le titre. Et le moindre faux-pas peut être fatal pour celui qui dirige les entraînements. Une expérience vécue par Bruno Irles, qui a quitté le club après une cuisante défaite au Dacia (3-0) fin septembre. Le club s’était pourtant bien repris après sa défaite inaugurale contre le Zaria (1-2) avec une série de 7 victoires d’affilée. Le coach français paie sans doute également la nouvelle contre-performance des Jaune et Noir en Coupe d’Europe : une élimination précoce, au 2e tour préliminaire de Ligue des Champions, face aux Israéliens de l’Hapoel Beer-Sheva, malgré deux buts marqués à l’extérieur à l’aller (3-2, 0-0). Le match nul et vierge du retour a laissé énormément de regrets, tant le Sheriff n’a pas donné l’impression d’avoir tout donné. Le joli parcours des Israéliens montre toutefois que l’adversaire n’était pas né de la dernière pluie.

C’est un Italien qui a alors pris place sur le banc, Roberto Bordin, joueur de l’Atalanta et du Napoli dans les années 1990 notamment, et entraîneur-adjoint à l’Hellas de 2010 à 2015. Après un petit temps d’adaptation (deux matchs nuls 0-0 au Petrocub et au Zaria), le Sheriff a recommencé à gagner, et bien gagner avec notamment une victoire 1-4 au Zimbru, jusqu’à cette défaite qui fait mal à Orhei, face au Milsami, où les champions en titre ont semblé un cran en-dessous de leurs adversaires. Toutefois, la culture de la gagne du club en fait toujours le favori pour le titre, l’équipe étant bien huilée et possédant une tonne d’individualités capables de changer le cours de chaque match. Ricardinho de retour, il n’est cependant pas aussi performant qu’il y a deux ans, et le tempo de l’équipe d’être imprimé par l’élégant Josip Brezovec, ce milieu offensif de poche croate passé par Rijeka et la Serie B italienne et auteur de 9 buts et 8 assists en 18 matchs. Intenable donc, et pièce-maîtresse du jeu offensif du Sheriff, meilleure attaque du championnat à égalité avec le leader Milsami (37 buts).

Sheriff vs. Zaria, en juillet dernier (1-2) | © fczaria.md

En troisième position, on a le quatrième larron de la saison dernière, ce club dont l’ascension vers le sommet du football moldave continue petit à petit : le Zaria Bâlţi. Vainqueur de la Coupe en mai dernier, le club avait commencé sa saison en donnant du fil à retordre au Videoton lors du premier tour préliminaire de la Ligue Europa. Battu 3-0 à l’aller en Hongrie, les hommes de Vlad Goian l’ont emporté 2-0 au retour avec une foule d’opportunités de marquer un troisième voire un quatrième but. Une élimination qui donnait un certain espoir aux Rouge et Noir, dont l’effectif fut chamboulé à l’intersaison.


Lire aussi : Le Zaria Bâlţi vers le renouveau


Et avec une victoire inaugurale à Tiraspol face au Sheriff, le Zaria annonçait la couleur : il va falloir compter sur eux cette saison. Auteur de victoires solides mais de l’une ou l’autre contre-performances (matchs nuls contre Petrocub, défaite 0-2 face au Speranta), le Zaria a toutefois terminé idéalement l’année et reste une série de six victoires d’affilée, dont les deux dernières au Zimbru et contre le Dacia. Ce qui les place en troisième position, à quatre points du leader, et avec sept points de plus sur son premier poursuivant. Une position confortable pour accrocher l’Europe via le championnat cette année. Le pari de miser sur les joueurs du cru paie, avec un Vlad Goian à la baguette et un recrutement de qualité durant l’été. Boghiu n’est plus le seul à garnir les filets adverses puisque chacun y va de son petit but cette année et qu’il est accompagné Piscuşceac et du revenant Bugaiov. Une attaque un peu vieillotte (32, 33 et 35 ans), à l’image d’un effectif bourré d’expérience, avec les Golovatenco, Erhan, Onica, Suvorov ou l’excellent Mihaliov. Goian a les armes pour terminer au pire troisième et créer un nouvel exploit en Coupe, et nul doute que le Zaria étoffera son effectif durant l’hiver histoire d’assurer ces objectifs.

Dacia et Zimbru : trop loin pour le titre ?

Les deux clubs rivaux de la capitale, le Zimbru Chişinău et le Dacia Chişinău, sont à priori largués pour le titre, puisqu’ils accusent un retard de 13 et 11 points, respectivement, sur le leader. Même s’il ne faut jamais dire jamais avec le Dacia, résilient qu’il est saison après saison, et avec un bon stage et quelques belles recrues, une série de victoires pourrait les remettre en selle. Mais à l’heure qu’il est, il faut dire qu’il est difficile d’y croire, tant le club a enchaîné les contre-performances face à ses adversaires directs, mais pas que. La seule étincelle s’est produite en septembre avec une victoire écrasante face au Sheriff (3-0), la plus grosse défaite qu’ils aient jamais infligée au club de Tiraspol. Une saison plus morose que les deux dernières, et dont on pouvait déjà présager après l’énorme désillusion européenne, le club se faisant sortir dès le premier tour préliminaire de la Ligue Europa par un club azerbaïdjanais qui s’y trouvait par surprise, le Kapaz (0-0, 0-1).

Alex Bruno donne la victoire face au Milsami | © https://www.facebook.com/pg/fczimbru

Au Zimbru, les années se suivent et se ressemblent plus ou moins. Une épopée européenne intéressante, un début de championnat excellent, et un automne qui met un terme aux espoirs de titre. La première défaite de la saison a donc eu lieu à domicile, pour le premier match de la saison, face aux Géorgiens du Chikhura Sachkere (0-1), qui venait ternir une belle soirée d’été comme seul Chişinău sait en offrir. Alors, une semaine plus tard, il fallait un autre décor pour permettre aux Galben şi Verzi de créer l’exploit : le Stade David Abashidze du Zestafoni et des pluies diluviennes qui empêchent de construire quelque chose de cohérent. C’est alors un combat de tous les instants qui commence, et on pouvait s’attendre à une débandade après l’ouverture rapide du score des Géorgiens. Mais ceux-ci oublient que les arrêts de jeu font partie du match. Sur une touche jouée rapidement, c’est le défenseur Emerson qui égalise juste avant la pause. Kakubava redonne l’avance aux siens au retour des vestiaires, tandis que le capitaine Jardan plante le 2-2 à l’heure de jeu. On se dirige vers une qualification géorgienne, mais sur la dernière action du match, une partie de billard dans la défense permet à Emerson, encore lui, de glisser finalement la balle pour offrir une qualification inespérée et une joie débordante pour tout le camp moldave – c’est à cause de celle-ci que Kabi, resté sur le banc, se prend un carton jaune à la 95e après avoir soulevé l’arbitre dans ses bras.

Une émotion qui restera dans les annales du club de la capitale, habitué aux performances incroyables en Coupe d’Europe. Le second tour de la C3 sera quant à lui un peu plus amer : après une belle prestation à domicile (2-2) contre Osmanlispor, l’équipe coule en Turquie (5-0) et quitte les compétitions européennes par la petite porte. Cette petite épopée provoquera un certain enthousiasme observable lors des premiers matchs du championnat, puisque le Zimbru commence par un 12/12 avec des victoires sur le Dacia et Milsami notamment. Mais deux défaites d’affilée, à Tiraspol puis à Bâlţi, donneront le premier coup d’arrêt au Zimbru. Le second coup d’arrêt a lieu entre ces deux rencontres, quand l’entraîneur Flavius Stoican refuse de se soumettre à un alcootest pendant qu’il est filmé par une chaîne de télévision. « Je n’étais pas sous l’influence de l’alcool, clame l’intéressé, je n’étais tout simplement pas d’accord de faire ce que voulait un agent caché parmi les voitures, qui ne désirait qu’une exposition à la télé (…) A Chişinău, j’aime les placinte, pas le vin ou la bière ».

Conséquence directe ou pas de cet épisode, Stoican quittera le club quelques jours plus tard. Un nouvel intérim commence alors pour Veaceslav Rusnac, plus habitué à exercer cette fonction que celle d’entraîneur-adjoint ces dernières années. Quelques victoires plus tard, mais surtout des défaites dans les matchs-clés, le Zimbru est en 5e position et assez loin de la première place à la trêve. La bataille pour la 4e place entre le Zimbru et le Dacia vaudra le coup d’œil, puisqu’elle s’avérera qualificative au cas où le vainqueur de la Coupe se trouve sur le podium du championnat. A suivre donc !

Six clubs entre ventre mou et maintien

L’écart est conséquent entre le top 5 et leurs poursuivants. On notera la bonne tenue du Petrocub Hînceşti et du Speranţa Nisporeni, qui sont proches d’assurer leur maintien pour la deuxième année consécutive et auteurs ici et là de performances honorables face aux cadors du championnat. L’Academia Chişinău du jeune entraîneur Viorel Frunze est également à une belle 7e place, en grande partie grâce à des victoires importantes face à ses poursuivants.

La lutte pour le maintien devrait se jouer entre trois équipes, mais nul ne sait aujourd’hui quelle en sera l’issue, ni si le dernier du championnat sera relégué en seconde division. Puisque le FC Saxan, bon dernier de la saison précédente, est toujours en Divizia Naţională suite à la décision de garder 11 clubs dans l’élite cette année, et toujours à la même place, lanterne rouge. Le renouvellement du contingent ivoirien ne permet pas au club gagaouze de retrouver de l’allant et on voit mal comment le Saxan pourrait s’extirper de cette dernière place. La seule lueur dans le ciel terni du Saxan vient de la Coupe, puisqu’ils se sont qualifiés pour les quarts de finale où ils affronteront le Petrocub, un tirage à priori abordable.

Ungheni vs. Saxan (3-0) | © https://www.facebook.com/cf.ungheni.2015

Cependant, des récentes nouvelles venues d’Ungheni pourraient être bénéfiques pour le Saxan. Le seul club promu cette saison est avant-dernier, avec dix points au compteur, la bagatelle de 44 buts encaissés, une première victoire dans l’élite arrachée fin août contre le Dinamo-Auto, un match nul accroché contre le Zimbru fin septembre, et une deuxième victoire sans bavure (3-0) sur le Saxan, justement, qui leur permet de le dépasser au classement juste avant la trêve. Des résultats encourageants donc pour le CF Ungheni, mais on ne sait toutefois pas si on les retrouvera à la reprise. Le président du club vient en effet d’annoncer qu’il a libéré l’ensemble de l’équipe première, sans indiquer si le club continuera avec des jeunes jusqu’en fin de saison ou se retirera de la compétition. Des joueurs libres qui feront le bonheur de certaines équipes, on citera principalement Viorel Primac, auteur de 7 des 13 buts de son équipe cette saison, qui confirme au plus haut niveau ses qualités de golgether.

Terminons enfin par les résultats décevants du Dinamo-Auto, pas aidé par un effectif bouleversé d’année en année. Exit les Bugneac, Alexeev, Ivanov et Caşcaval qui leur avait permis de réaliser une jolie saison l’année dernière. Un effectif plus limité, dans lequel se distingue le Français Cheick Alan Diarra avec quatre buts en onze matchs, les empêche de quitter la zone rouge. Avec quatre points d’avance sur le Saxan et déjà six points de retard sur l’Academia qui les précède, le seul objectif à réaliser d’ici le mois de mai sera le maintien, peu importe la manière.

Le classement à la trêve :

© FMF.MD

Les Tricolorii glanent un point !

On avait déjà abordé le sujet du renouveau sous Dobrovolski et des prestations encourageantes, malgré qu’elles se soient toutes ponctuées par une défaite, de l’équipe nationale depuis le mois de juin. En novembre, la Moldavie a décroché son premier point en match officiel depuis deux ans avec ce match nul 1-1 en Géorgie. Malgré un début de rencontre très compliqué, les Moldaves ont livré une solide seconde mi-temps et l’inévitable Alexandru Gaţcan a égalisé avec le but de la soirée. Les Tricolorii marquent un but dans deux matchs d’affilée, une première depuis longtemps également.

Géorgie – Moldavie (1-1) | © www.fmf.md


Lire aussi : La Moldavie à la recherche d’une réconciliation, mais surtout de victoire(s)


Un point qui vient récompenser les progrès entrevus depuis quelques mois, mais qui ne devrait pas cacher le fait qu’il était difficile de faire pire que ces trois dernières années. Quelques jours après un match amical de haute volée à… Saint-Marin, signe de la dégringolade de l’équipe dans le ranking européen, la Moldavie se rendra en Autriche en mars pour un nouveau déplacement compliqué dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2018. On rappellera que les deux équipes s’étaient affrontées en septembre 2015 pour une victoire 2-0 des Autrichiens. D’ici là, les sélections de jeunes devraient participer au Tournoi Granatkin et à la Coupe du Développement au mois de janvier.

Les récompenses de fin d’année

Qui doit mois de décembre en Moldavie, dit Bradul de Crăciun (sapin de Noël) de Chişinău, Izvar (vin chaud) dans les bars et les échoppes autour dudit sapin, ainsi que le traditionnel Gala des Lauréats organisé par la Fédération. Cette année, ce sont notamment Pavel Stratan et Zdob si Zdub qui ont ambiancé le Théâtre d’Opera et Balet de la capitale. Ce fut également l’occasion de dévoiler la nouvelle identité visuelle récemment adoptée par la Fédération.

Sur le plan des récompenses, c’est sans surprise le Sheriff qui décroche le titre de meilleure équipe de l’année – vainqueur du championnat et accessoirement de la Supercoupe. Au niveau individuel, c’est Alexandru Gaţcan qui remporte pour la deuxième fois consécutive le trophée du meilleur joueur moldave de l’année. Le capitaine du Rostov est une pièce essentielle des belles performances de son club et devient l’atout majeur de l’équipe nationale en l’absence de Ioniţă, de nouveau sur la touche pour quelques mois. En ce qui concerne la Divizia Naţională, le meilleur gardien est Radu Mîţu (Milsami), le meilleur défenseur est une nouvelle fois Veaceslav Posmac (Dacia), le meilleur milieu est Gheorghe Andronic (Milsami) et le meilleur attaquant est Igor Bugaiov (Zaria). Le meilleur buteur de la saison est Danijel Subotic (Sheriff), avec 12 buts – le joueur suisse traverse d’ailleurs une période un peu plus difficile cette année sur le plan offensif. Du côté des dames, c’est la jeune joueuse du club Noroc et de l’équipe nationale Ana Zatuşevscaia qui a remporté la mise ; au poste de gardien de but, elle avait notamment remporté le titre de Meilleure joueuse lors du match lors de Suède-Moldavie, malgré une défaite 6-0.

Veaceslav Posmac, meilleur défenseur de l’année, lors de Géorgie – Moldavie (1-1) | © www.fmf.md

Enfin, le lauréat du Prix Nicolae Simatoc, sorte de Hall of Fame du football moldave, est décerné à Igor Dobrovolski pour l’ensemble de sa carrière et son apport au football moldave, où il a entraîné le Dacia et l’équipe nationale avec succès.

Un coup d’oeil à la Divizia A

Dans l’antichambre de l’élite, où le championnat se dispute à quinze avec le maintien des trois « relégués » de l’année passée, c’est le Spicul Chişcăreni qui mène la danse à la trêve. On rappelle que le club s’était vu refusé sa promotion en Divizia Naţională la saison passée, menaçant alors de repartir de zéro. Finalement, le club a gardé sa place et son ambition, se classant en deuxième position à un point d’un Sheriff-II qui ne peut évidemment pas monter. Derrière, la lutte est passionnante entre le FC Victoria et un Sfîntul Gheorghe requinqué, qui devraient se bagarrer pour le deuxième accessit vers l’élite. Le FC Edineţ, 5e, est déjà à six points du Sfîntul. Dans son sillage, signalons le bon début de saison des promus du Sparta Selemet et du FC Sîngerei. Par contre, ça sent le roussi pour le Prut-Leova, qui aurait dû déjà descendre la saison passée mais qui continue à boire le calice jusqu’à la lie cette année : 12 défaites en 14 matchs, 4 points au compteur, mais surtout 52 buts déjà encaissés, la palme revenant au FC Codru qui a réussi à leur en passer huit début décembre (8-1). Enfin, signalons que plus aucun représentant de Divizia A n’est en lice en Coupe, dont les quarts de finale se joueront fin avril.

Le XI de la première partie de saison

Gardien : Radu Mîţu (Milsami Orhei)

Défenseurs : Ion Jardan (Zimbru Chişinău) / Petru Racu (Milsami Orhei) / Veaceslav Posmac (Dacia Chişinău) / Vitalie Bordian (Sheriff Tiraspol)

Milieux : Gheorghe Andronic (Milsami Orhei) / Khalifa Jabbie (Sheriff Tiraspol) / Maxim Mihaliov (Zaria Bâlţi)

Attaquants : Josip Brezovec (Sheriff Tiraspol) / Viorel Primac (CF Ungheni) / Maxim Feschuk (Dacia Chişinău)

Le Top 5 buts

1. Danijel Subotic, Sheriff vs. Speranta (à 1’21″)

2. Alex Bruno, Zimbru vs. Milsami (à 3’24″)

3. Gheorghe Andronic, Milsami vs. Sheriff (à 1’24″)

4. Maxim Feschuk, Dacia vs. Sheriff (à 0’22″)

5. Ilya Zighulev, Saxan vs. Milsami (à 2’32″)

Avec la précieuse aide de la chaîne Youtube de Moldfootball, où vous pouvez retrouver l’ensemble des buts et la sélection des trois meilleurs buts après chaque journée de championnat.

Les premières nouvelles du mercato

Avec un championnat qui reprend le 24 février, avec un alléchant Milsami – Zaria à Orhei, la trêve est mise à profit par les clubs pour donner des vacances bien méritées à leurs joueurs, réaliser un stage (si possible à l’étranger) avec foule de matchs amicaux ainsi qu’effectuer des transferts. La résiliation des contrats de l’ensemble des joueurs de l’équipe première, comme c’est le cas à Ungheni, reste une exception bien sûr.

Et la colonne des départs commence déjà à se remplir. Ainsi, le Dacia s’est séparé de son Togolais, Sapol Mani, tandis que le Zimbru a laissé libre son défenseur brésilien Luan. Au Speranţa, la rumeur d’un David Andronic sur le départ est à prendre avec des pincettes, tandis que le gardien Nicolae Turcan a la permission de négocier le sien jusqu’au 10 janvier. Notons enfin qu’Eugen Cociuc avait déjà quitté le Dacia en cours de saison pour rejoindre Zilina, où il devrait avoir de plus en plus sa chance après la trêve. On se retrouve dans deux mois et d’ici là, Sărbători fericite!

Thomas Ghislain


Image à la une : © Gheorghe Andronic (Milsami) | © https://www.facebook.com/milsami.md

2016/2017 – Six mois de football en Moldavie
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera l’Euro 2020. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Idées cadeaux Noël : La sélection littéraire Footballski

En cette période de fêtes de Noël, Footballski vous propose sa sélection littéraire. L'occasion de faire, ou de vous faire,...

Fermer