Saison 2016/2017 : Un an de football en Slovénie

Damien F - Publié le 13 juillet 2017

À quelques jours du début de la nouvelle saison, il était temps de tirer un trait sur la saison 2016-2017. Maribor champion bien que poussif, a su profiter de la descente au enfers de son principal rival. Un Gorica très surprenant avec ses jeunes a réussi à terminer à la deuxième place. Domzale a aussi confirmé sa montée en régime en nous régalant toute la saison. Avant de lire le bilan par mot clés de la saison écoulée, nous ne pouvons que vous conseiller de commencer avec le bilan écrit après 6 mois de championnat.


Lire aussi : 2016 – Six mois de football en Slovénie


14

Maribor avait mal vécu la perte de son titre l’an dernier, surtout au profit des ennemis de l’Olimpija. Le trophée est reparti chez son propriétaire cette saison et les nombreux fans des Viole ont célébré le 14ème titre de l’histoire du club. Cela n’était pas si évident en hiver, quand ils étaient au coude à coude avec l’Olimpija. Ces derniers s’écroulant, Maribor remporta facilement le titre avec 13 points d’avance. Le point d’orgue de la célébration arriva au moment ou le président de la fédération Radenko Mijatovic donna la Coupe au chouchou des fans, le capitaine et meilleur buteur de l’histoire du club, Marcos Tavares. Les confettis volèrent, les pétards explosèrent et les chants durèrent jusqu’à tard dans la nuit.

Ankaran Hrvatini

La décision de la NZS de ne pas redonner la licence à Koper laissa une place supplémentaire vacante. C’est Ankaran Hrvatini qui en profita, le club d’une petite localité à 6 kms de Koper qui n’avait jamais accédé à la prva liga en 50 années d’existence. Rien d’étonnant, Ankaran a recruté beaucoup de joueurs de Koper, laissant planer le doute quant à une éventuelle fusion des deux clubs. En tout cas, à la surprise générale, ce n’est pas au stade Bonfika ni dans celui d’Ajdovščina (NK Primorje) que les nouveaux venus joueront. C’est le stade de Sezana (NK Tabor) qui accueillera Ankaran et pourra goûter aux joies de la 1. SNL. Avis aux groundhoppers.

Arena Petrol

La mairie de Celje a indiqué que le stade sera renommé différemment après douze ans de bons services sous le nom d’Arena Petrol. Construit en 2003, le stade portait depuis 2005 le nom de son sponsor. Celje jouera désormais à l’aréna Z’dežele, nom d’une entreprise commercialisant de la viande et basée à Celje. Début le 28 juillet lors du premier match à domicile de Celje contre Gorica.

Blason

Gorica, via les réseaux sociaux, a dévoilé son nouveau blason. Rien de bien nouveau, mais un rafraîchissement du logo qui est la bienvenue. Le communiqué du club annonce : « L’heure est venue pour de nouveaux défis et de nouvelles ambitions. Cette vision est la voie à suivre pour le ND Gorica, qui prône le respect, la coopération, l’engagement et l’ambition. » Reste à ce que les actes suivent les paroles, en espérant un parcours européen meilleur que celui de 2016-2017 (défaite au premier tour, cependant logique contre le Maccabi Tel-Aviv).

Cauchemar

Chez Footballski, on a le nez. Et lorsque le mercato hivernal s’est terminé, on a bien senti que l’Olimpija Ljubljana allait avoir du mal. Les départs ont fait très mal et la deuxième partie de saison de l’Olimpija s’est révélé être un cauchemar total. Enchaînant les défaites en championnat, l’Olimpija a aussi perdu la finale de la Coupe contre Domzale. Les supporters se sont montrés extrêmement mécontents et les guéguerres internes plombent la structure. Le pire est que le « traître » Novakovic a remporté le titre chez l’ennemi de Maribor. Noir, c’est noir…


Lire aussi : L’Olimpija Ljubljana en eaux troubles


Dob

Comme d’habitude, Dob a refusé de jouer les play-offs pour la montée. Ayant terminé deuxième du championnat, le club du petit village proche de Domzale a aussi laissé Ankaran, troisième, prendre la place de Koper en prva liga. Sans aucune surprise pour les suiveurs puisque cela fait plusieurs fois que Dob acquiert une montée sportivement et refuse de l’assumer. On comprend que les ressources d’un village de 1400 habitants soient infimes et que le club ne veuille pas se mettre en faillite s’il ne se sent pas assez solide pour assumer la montée des dépenses inévitables à une promotion. Mais cela pose toutefois les limites du football dans un pays aussi petit que la Slovénie…

Équipe B

Avoir une équipe B jouant en troisième division n’est pas forcément une originalité en soi dans le football européen. Le contexte slovène est tout de même différent, le manque de rentrées d’argent pénalisant forcément les clubs. Sur la lancée de son parcours en Champions’ League, il y a trois ans de cela, Maribor s’était lancé sur ce projet. Avec succès, puisque Maribor B vient de gagner le championnat et la promotion en deuxième division. Mais cela coûte cher. Pour payer la secrétaire, deux entraîneurs, un physiothérapeute, et 22 ou 23 joueurs plus les coûts de fonctionnement, Maribor devait sortir 400.000€ pour une saison, selon le président Drago Cotar. Dans un contexte de baisse des recettes, chaque euro est compté, entraînant la fermeture d’une équipe qui n’a jamais aidé à apporter les nouveaux talents jusqu’à l’équipe première. Dans sa décision, Cotar pense aussi aux rénovations du stade que va devoir entreprendre le club. C’est Fuzinar qui récupère la place en 2. SNL.

Faillite

Les fans du FC Koper ont été attristés par la décision irrévocable de la fédération de ne pas leur accorder une licence pour l’année suivante, malgré l’appel du club. Cette décision se traduit par un renvoi en quatrième division, ce qui rappelle quelques sombres moments à tous les fans de l’Olimpija Ljubljana. Il faudra repartir de zéro pour Koper, ancien champion slovène et trois fois vainqueur de la Coupe. Cela faisait 17 années que Koper jouait en prva liga.

Investisseurs

Cette saison, les investisseurs dans le football slovène n’ont pas été en verve. Trois d’entre eux ont promis le ciel et ont récolté la tempête. À Koper, ils sont arrivés en grande pompe, annonçant directement viser la Ligue des champions, le titre et une nouvelle ère pour le club, qui maintenant, est en faillite et se retrouve en quatrième division. À Celje, des investisseurs ukrainiens ont déclaré : « Le club souhaite attirer de nombreux fans, des partenaires nationaux et étrangers, ainsi que le support des représentants de la ville de Celje. Le but ultime du projet doit faire du club de football la fierté de Celje et d’au-delà ». Après n’avoir rien amené, si ce n’est des retards de salaires et des promesses non tenues, les Ukrainiens sont déjà partis en laissant partir libre pas moins de 12 joueurs. Après avoir aussi rompu avec l’entraîneur Igor Jovicevic, qui a porté plainte contre le club pour « harcèlement moral ». Des problèmes ont également émergé à Velenje, où les investisseurs serbes ne veulent plus payer et ont souhaité se retirer du club. Des cas nous rappelant aussi des précédents, comme ceux ayant causé la faillite de Mura.

Il convient toutefois d’éviter la phobie inutile des capitaux étrangers, qui est plus que bienvenue dans le football slovène. Mais quel intérêt pour les investisseurs ? Les droits TV, qui sont la principale source de revenus pour les clubs de football dans le monde développé, sont pratiquement inexistants en Slovénie. Les sponsors ne mettent pas beaucoup d’argent, l’affluence est limitée par la taille du pays, et les produits dérivés forcément aussi…

Mura

À Murska Sobota, on peut se réjouir. Le club se remet (très) lentement mais sûrement de sa faillite ayant mené à la dissolution du club en 2004. Une honte, étant donné la tradition footballistique de la ville et du club qui par ailleurs, a vu naître le premier groupe ultra du pays. Malgré toutes ces années de sevrage, les fans ont répondu présents cette année et c’est devant plus de 3000 spectateurs en folie que Mura a fêté sa promotion en 2. SNL et ainsi, sa renaissance au haut niveau. Et Dieu sait si on aimerait que les Noirs remontent rapidement en première division pour retrouver le derby le plus féroce du pays opposant Mura à Maribor. À noter que l’autre géant de troisième division, le Nafta Lendava, a lui aussi été promu en deuxième division.

mura

© Smiljan Kuhar

Novakovic <-> Mesanovic

Jasmin Mesanovic est le remplaçant de Milivoje Novakoivc. La star ayant tiré sa révérence, Zlatko Zahovic a jeté son dévolu sur l’attaquant du Zrinjski Mostar. Un coup double, Maribor affaiblissant par la même occasion un Zrinjski qu’elle va affronter pour le deuxième tour préliminaire de Ligue des Champions. À 25 ans, l’attaquant a réalisé une belle saison chez les champions de Bosnie en marquant 11 buts en 29 matchs. Soit exactement la même chose que la saison précédente. En revanche, lors de son passage à Osijek en 2014-2015, il avait peu marqué les esprits (4 buts). À voir donc, Novakovic ayant été très important sur le terrain autant qu’en dehors lors de cette saison.


Lire aussi : Milivoje Novakovic, la persévérance comme atout


Rostov

Qu’est ce que Rostov peut bien faire dans notre bilan de la prva liga slovène ? En se mettant à recruter slovène. Matija Boben (DC, Gorica, 300K€) a rejoint il y a quelques jours ses compatriotes Miha Mevlja (DC, 26 ans, formé à Gorica et acheté 700K€ au Dinamo Bucarest en 2016) et Zan Majer (MC, Domzale, acheté 250K€ cet été). Bien entendu, des clubs comme Domzale et Gorica ne peuvent pas retenir leurs joueurs quand de telles offres, autant pour le club que pour le joueur, arrivent sur la table. Hormis Maribor ou l’Olimpija, les clubs slovènes ne peuvent pas offrir des salaires corrects aux joueurs et n’ont pas d’autres choix que de laisser filer leurs meilleurs jeunes à l’étranger. Les retombées d’argent peuvent parfois jusqu’à dépasser la moitié du budget pour la saison de ces clubs !

Rozman

Simon Rozman a remporté son premier trophée avec la Coupe de Slovénie, confirmant sa réputation d’entraîneur très prometteur, et a prouvé être un successeur digne de Luka Elsner sur le banc de Dozžale. Pourtant, la colonne vertébrale de la défense, Kenan Horić, le défenseur latéral Dejan Trajkovski et l’excellent milieu de terrain Matic Crnic s’étaient fait la malle après s’être un peu trop montrés en Europa League pendant l’été (défaite au troisième tour contre West Ham). En hiver, ce sont les deux buteurs Slobodan Vuk et Antonio Mance qui sont partis, sans être remplacés. Cela n’a pas empêché Domzale de gagner la Coupe et de produire du beau jeu. Rozman donne des consignes tellement offensives que son équipe est apparue parfois déséquilibrée et peut gagner 5-0, 5-3 comme perdre 4-1 ou 3-1. Grâce à lui, Domzale a été la meilleure attaque du championnat avec 63 buts pour.

SMS

L’affaire du SMS. L’ancienne star de Maribor, Agim Ibraimi, a leaké une conversation téléphonique entre le directeur sportif Zlatko Zahovic et lui. Au menu, beaucoup d’obscénités et des insultes ignobles de la part du peu orthodoxe Zahovic. Pour les slovénophones, vous pouvez consulter la conversation ici. Depuis, Zahovic fait la grève des médias !

Stars

Avec l’arrivée de l’homme d’affaires croate Bosko Zupranovic, des stars sont arrivées à Koper pour développer le club à grande vitesse. C’est ainsi que l’on a eu la (bonne) surprise de voir débarquer Danijel Pranjic, Senad Ibricic ou à une moindre mesure In-Hyeok Park dans le championnat. La faillite de Koper a bien évidemment fait partir tout ce beau monde, mais nous aurons tout de même le plaisir de continuer à voir évoluer Ibricic en Slovénie puisqu’il a signé à Domzale !

Triglav

Après avoir raté la montée l’an dernier, Triglav Kranj comptait bien se rattraper. Chose faite et bien faite puisque les Grenats ont fait la course en tête de bout à bout. Le dernier match de la saison conclu par une victoire probante contre Dob (5-1) a bien illustré la supériorité de Triglav cette saison.

triglav

© Ziga Zupan/Sportida

Vrsic

Pour la deuxième fois de sa carrière, Dare Vrsic a été de loin le meilleur joueur du championnat slovène. Ses jambes regroupaient souvent toute la créativité d’une équipe de Maribor bien trop rigide et trop peu emballante. Techniquement, le plus joueur complet de football dans la ligue. Malheureusement, Zlatko Zahovic n’a pas réussi à le retenir malgré tous ses efforts et Vrsic est parti libre (Sparta Rotterdam). Sans son principal (seul?) joueur créatif, on voit mal comment Maribor va s’en sortir l’an prochain…

West Ham

Domzale a réalisé un des exploits de la Ligue Europa 2016-2017 en battant West Ham à l’aller à Stozice lors d’un match d’anthologie qui a vu Domzale se créer beaucoup d’occasions contre les ogres anglais. Malheureusement, le manque de réalisme a été durement puni au retour (3-0). Cela n’effacera rien de la tête des joueurs qui ont vécu un rêve éveillé et ont pu dormir dans un hôtel 5 étoiles pour la première fois de leur vie, au centre de Londres. De plus, ce match était le premier de West Ham au Stade olympique. L’inauguration n’a pu que rendre la fête encore plus folle.

XI Type

Jasmin Handanović (Maribor)

Matija Širok (Domžale) – Matija Boben (Gorica) – Rodrigo Defendi (Maribor) – Jure Balkovec (Domžale)

Rifet Kapić (Gorica) – Žan Majer (Domžale) – Dare Vršič (Maribor)

John Mary (Rudar Velenje) – Dalibor Volaš (Celje) – Luka Zahović (Maribor)

Ballons de plomb

On attendait beaucoup plus d’eux et finalement, on a été déçu.

  • L’international confirmé Andraz Kirm (32ans) n’a rien apporté à l’Olimpija malgré 31 matchs de championnat. Trop lent, trop dépassé, trop peu percutant, trop peu décisif, il a été un énorme échec alors même que son club avait investi en lui donnant en gros salaire.
  • Danijel Pranjic a failli à sa réputation en se montrant peu inspiré sur le terrain ni en dehors alors même qu’il était la tête d’affiche du nouveau projet.
  • Damjan Bohar n’a été que le fantôme de lui-même. Mais où est donc passé l’omniprésent et rapide ailier qui a emmené Maribor en ligue des Champions il y a 3 ans? Personne ne le sait. Et Bohar cire le banc malgré tout son talent.
  • Elvis Bratanovic a été prêté à Domzale pour compenser les départs lors du mercato hivernal du duo de feu Vuk-Alvir. Dans une équipe ultra offensive, le joueur appartenant à Teplice a été incapable de se distinguer, marquant seulement 2 buts. Un retour manqué, donc.

Damien F.


Image à la une : © NK Maribor

Saison 2016/2017 : Un an de football en Slovénie
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ligue des Champions 2017/2018 : Second tour de qualification aller

Les premiers verdicts. Les premières joies, les premières peines. Les premiers exploits, les premiers échecs. Des saisons qui s’annoncent radieuses,...

Fermer