L’Olimpija Ljubljana en eaux troubles

kronaveter, olimpija ljubljana
Damien F - Publié le 3 février 2017

La période post-titre de l’Olimpija Ljubljana est loin d’être le long fleuve tranquille espéré. Les six premiers mois ont été décevants sportivement avec un énorme raté en Coupe d’Europe et une place derrière Maribor en championnat. Trois entraîneurs se sont déjà succédé sur le banc et le mercato hivernal, censé compenser les difficultés, s’avère déjà être un calvaire. La pression s’accroît autour du propriétaire Milan Mandaric qui menace de partir s’il sent des bâtons dans les roues. Alors, où va l’Olimpija Ljubljana ?

Des ventes inquiétantes pour l’Olimpija Ljubljana

Après de longues années de vache maigre et de mauvaise gestion, l’Olimpija Ljubljana a su relever la tête. Porté par le projet et l’argent de l’investisseur américain Milan Mandaric, le club de la capitale slovène a repris le dessus sur son grand rival Maribor en gagnant le titre de champion. Mais cette année est plus compliquée. La désillusion contre Trencin en Coupe d’Europe et le parcours, correct sans plus, en championnat ont fait réagir le board qui avait annoncé vouloir faire un gros mercato. Le but était éclair : être champion et préparer la Coupe d’Europe de la saison prochaine. Mais là encore, cela ne s’est pas passé comme prévu. Deux des meilleurs joueurs du club, irréprochables sportivement et en dehors, adorés par les fans, sont partis. Le premier est Miha Zajc, élément indispensable du milieu de terrain des verts comme en atteste ses 20 buts et 11 passes en 86 matchs « Nous l’avons vendu à 40% de sa valeur de marché. Nous avions une pression importante en raison de l’importance du joueur dans notre effectif. Mais nous lui avions fait une promesse et nous l’avons tenu. C’est le meilleur moment possible pour lui d’aller à l’étranger, spécialement à Empoli qui est connu pour former les jeunes joueurs avant de les revendre à de plus grands clubs », s’est justifié Milan Mandaric qui a donc cédé un de nos espoirs 2015-2016 pour 1,5 million d’euros. Zajc, a déjà été appelé par Katanec en sélection, marchera ainsi sur les pas de Zlatko Dedic et Jasmin Handanovic. Son potentiel devrait toutefois lui permettre d’aller bien plus haut que ses aînés.


Saison 2016/17 : 5 espoirs du championnat slovène


Seulement une heure plus tard, le club annonçait la perte de son capitaine Antonio Mlinar. Le défenseur de 25 ans partait signer un contrat à Boston, pour jouer avec les New England Revolution : « Il m’a demandé de lui laisser cette opportunité qui ne se représentera peut-être plus dans sa carrière. Il a des problèmes à ses genoux et ne sait pas s’il peut complètement se rétablir. Il voulait donc la possibilité de se saisir d’un bon contrat. Quand un bon gars comme lui vient vers vous, les larmes aux yeux, et vous demande quelque chose, vous ne pouvez pas lui dire non. » Après cinq ans et demi à l’Olimpija Ljubljana, Mlinar a préféré l’intéressant challenge américain. Sa carrière a longtemps été freinée par des blessures qui pourraient bloquer son émancipation, mais cette saison a bien confirmée tout son potentiel. Preuve en est, Katanec l’a fait débuter en équipe nationale.

L’inbroglio Rok Kronaveter

Outre Miha Zajc et Antonio Mlina, le défenseur expérimenté Dejan Kelhar (19 matchs en première partie de saison) est parti. Il ne fait aucun doute que Rok Kronaveter, un pilier du titre de l’an dernier, va aussi partir en raison d’un fort différent avec les Green Dragons. Lors de la saison dernière, Kronaveter était le meilleur joueur de la 1. SNL. Il a plus qu’aidé l’Olimpija Ljubljana à conquérir le titre national. Il fut même un héros lorsqu’il marqua le but décisif le 14 mai contre Velenje, assurant un trophée tant attendu aux vert et blanc. Avec 17 buts, il fut même un des meilleurs buteurs de la compétition. Le plus populaire des Styriens de Ljubljana scandait alors le chant affectueux « Krona je žabar » avec les fans qui lui tapotaient fièrement l’épaule. Six mois plus tard, lors du dernier match de la saison contre Krsko, Kronaveter sortira à la 68ème minute, sous les huées du public et la banderole « « Krona s**zdi. », dont vous comprendrez la signification. Comment l’idylle a-t-elle pu se transformer en cauchemar ?

Blessé en début de saison, Kronaveter n’effectue pas une préparation complète et n’aide pas son équipe pour l’entrée en coupe d’Europe. Lors de son retour en Août, il joue mal et commence à essuyer quelques critiques qui s’intensifièrent au fur et à mesure des matchs et des performances en demi-teinte. Les quelques belles performances, comme lors d’un Slovénie-Slovaquie où il est le seul buteur, n’y font rien : les fans lui en veulent et lui font savoir. La situation exaspère celui dont le principal tord, finalement, est d’être né et d’avoir grandi à Maribor. Résultat, après un (très beau) but contre Koper, il adresse un geste d’humeur en direction du parcage des Green Dragons. Ni une ni deux, les supporters de l’Olimpija Ljubljana lui demandent de quitter le club au plus vite.

L’accusé continue de se défendre, comme avec cette déclaration : « Avant tout, je dois souligner que j’ai toujours tout donné pour l’Olimpija. A chaque séance d’entraînement et de match, j’ai donné le meilleur de moi-même pour le bien commun de l’équipe. L’année dernière, je suis dans l’équipe qui a écrit l’une des plus belles pages de football de Ljubljana. Après deux décennies on a enfin reconquis le titre donc je suis encore plus déçu par les événements récents qui n’honorent pas ceux qui en sont les auteurs… » Le retournement de situation semble difficilement compréhensible, à moins que ce soit une stratégie pour vendre ce joueur qui reste très talentueux. Pourquoi pas à Maribor, son club d’enfance ? Ce ne serait pas la première circonstance ubuesque de la saison. Et cela augurerait un Olimpija – Maribor enragé, en sachant que les fans des verts n’ont toujours pas digéré la trahison de Novakovic.

L’avenir flou de Milan Mandaric

Les fans de l’Olimpija Ljubljana ne peuvent être que déçus de la vente de deux joueurs majeurs du titre. Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs convaincus que ces ventes découlent d’une volonté de Milan Mandaric de mettre les finances au vert pour vendre le club. L’homme d’affaires américain a écarté cette hypothèse d’un revers de main, mais, d’un autre côté, a laissé entendre qu’il était lassé de cette situation : « Quand je suis arrivé ici, j’avais annoncé avoir le besoin de deux choses indispensables : la confiance et le soutien. Je suis déçu d’entendre que les fans ne sont pas contents. Si c’est le cas, alors je peux partir. Dans la vie, j’ai accompli et vécu beaucoup de grandes choses, plus importantes qu’Olimpija, alors vous savez… Je suis venu avec la foi de changer les choses pour le meilleur. Nous avons conquis le titre national, mais nous avons mal fait en Europe. Il me reste cet objectif et je ne veux pas partir tant que je ne l’aurais pas réussi. Mais si Ljubljana ne me fait pas confiance, je vais m’en aller. »

Pour retrouver la confiance, Mandaric n’a pas d’autres choix que de réussir son recrutement hivernal. Alors, quid des nouveaux arrivants ? L’achat le plus important de l’Olimpija Ljubljana cet hiver est celui de Kingsley Boateng, 22 ans, ailier et ex-espoir de l’AC Milan et la sélection italienne. Il n’a pas eu l’occasion de percer au plus haut niveau, mais a tout de même évolué sous les couleurs de Bari et de Catane. L’ancien de l’Etoile Rouge de Belgrade, Daniel Avramovski, 21 ans est aussi arrivé en faisant naître les espoirs. Les trois derniers sont plus anonymes. Il s’agit du latéral croate de 26 ans Dino Stiglec (Slaven Belupo, 130 apparitions en D1 croate), du milieu défensif roumain de 24 ans Alexandru Cretu (Iasi, 86 matchs en D1 roumaine) et du jeune attaquant ghanéen Issah Abass.

green dragons, olimpija ljubljana

Les Green Dragons en action | © Green Dragons

Mais on ne serait pas surpris de voir dans les prochains jours, semaines et mois de nouveaux changements importants dans le club. Que ce soit dans l’effectif ou plus haut. Milan Mandaric et le directeur sportif Ranko Stojic n’entretiennent pas les meilleures relations du monde. Depuis peu, Mladen Rudonja, ancien international slovène, est aussi arrivé au club :« Rudonja est venu au club, il est vrai, mais pas dans le but de devenir un directeur sportif, plus dans le rôle d’un conseiller. Stojic ne travaille pas en ce moment pour des problèmes de santé. Il va revenir, » a affirmé le président Mandaric qui a fermement nié les querelles qui existeraient entre les deux hommes. « Non, ce ne sont que des rumeurs. Ranko reste au club. »

Si cela est vrai, Stojic aura du pain sur la planche dès son retour de congés maladie. Rien n’est bien évidemment perdu, mais les remous du mercato n’auront donné confiance à personne. Le match de reprise contre Maribor, le 25 février, se rapproche et il serait de mauvais ton de perdre pour Elsner et sa bande… En tout cas, la confrérie Zahovic, elle, sera prête à rencontrer son grand rival l’Olimpija Ljubljana.

Damien F.


Image à la une : © Rok Plestenjak

L’Olimpija Ljubljana en eaux troubles
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #5 – 2017 : Matchs du week-end – Format court

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? On vous...

Fermer