#137 – Les images de la semaine

Antoine Gautier
Antoine Gautier - Publié le 14 novembre 2018

Chaque semaine, il se passe des choses sur nos terrains, en dehors, en tribunes, sur les réseaux sociaux…Et chaque semaine, nous vous faisons vivre cela avec un petit tour des images marquantes de l’Europe du football de l’Est. Au programme aujourd’hui : Géorgie, Roumanie, Russie, Pologne et la saison qui se termine dans les pays baltes.

Géorgie : La magie de la coupe

Les terrains champêtres, les équipes professionnelles qui bataillent contre des amateurs aux dents longues jouant avec les maillots génériques de leur manufacturier. Tout cela vous évoque un parfum familier ? Alors direction la Géorgie où la sensation des demi-finale de la coupe David Kipiani s’appelle cette année Gagra. En effet le club, basé à Tbilissi mais représentant une des grandes villes de la désormais autonome/indépendante Abkhazie a réussi l’exploit d’éliminer le Dinamo Tbilissi, toujours à la lutte pour le titre en championnat, d’un coup de tête rageur en prolongations. Ce n’est pourtant pas la première fois que le FC Gagra atteint ce niveau de la compétition puisqu’en 2011, alors qu’ils évoluaient encore en première division, ils avaient même remporté la coupe avec une équipe d’une moyenne d’âge de 18 ans et s’étaient offert les seuls matchs européens de leur histoire. Rendez-vous alors le 25 novembre prochain face au Torpedo Kutaisi, champion de Géorgie en titre.


Lire à ce sujet : On a discuté avec Beso Chikhradze, président et fondateur du FC Gagra


Une finale qui se déroulera pour l’occasion à Batumi, sur le terrain…d’entrainement du Dinamo Batumi, qui construit pourtant en ce moment un stade de 20 000 places. Bien que le club dispose d’une tribune de 3 000 places sur son terrain d’entrainement, on espère que la fête ne sera pas gâchée par cette localisation improbable.

Vazha Matiashvili Goal vs Dinamo Tbilisi

ვაჟა მათიაშვილის გამარჯვების მომტანი გოლი თბილისის დინამოს კარში ⚽🔥🏳🔵 #GeorgiaUnited

Gepostet von Football Club Gagra am Mittwoch, 7. November 2018

Lettonie: premier titre pour le Riga FC

Quelques images supplémentaires de la fête pour le premier titre du Riga FC, dont nous vous parlions dans les images de la semaine dernière.

© Zigismunds Zālmanis

© Zigismunds Zālmanis

© Zigismunds Zālmanis

Estonie : deuxième titre pour Kalju !

Il est plus que mérité ! Malgré qu’il ait fallu attendre la toute dernière journée de Premium Liiga pour connaître le nom du champion d’Estonie, le Nõmme Kalju a réalisé une immense saison. Leader du championnat depuis la 15e journée, invaincu de l’année, le club de la banlieue sud de Tallinn a réussi à s’imposer facilement lors de la dernière journée pour s’adjuger son deuxième titre national, après celui de 2012. Un titre mérité pour les hommes de Sergei Frantsev, malgré une fin de saison mitigée qui a prolongé le suspense.

© Oliver Tsupsman

© Oliver Tsupsman

© Gertrud Alatare

© capture d’écran ETV2

© capture d’écran ETV2

© Oliver Tsupsman

© Gertrud Alatare

© Oliver Tsupsman

© Gertrud Alatare

© Gertrud Alatare

De son côté, le Flora Tallinn a cru quelques minutes en son rêve. Dans un derby très tendu face à son grand rival du FCI Levadia, les joueurs de Jürgen Henn ouvrent le score en première période, mais voient ensuite Kalju prendre définitivement la tête du classement en s’imposant. Privé du titre, le Flora perd tout en fin de match. Remonté au score, le FCI Levadia s’impose en effet sur le fil avec un deuxième but à la toute fin du temps réglementaire ! Une victoire qui lui permet de souffler la deuxième place du classement à son rival ! Dans une ambiance tendue sur le terrain comme en tribunes (toutes proportions gardées, certes), le Flora perd tout sur ce match et termine troisième du championnat cette année.

© Brit Maria Tael

© Brit Maria Tael

© Brit Maria Tael


Lire à ce sujet : Histoire de derbys : Flora Tallinn vs. Levadia Tallinn


Lituanie : Suduva conserve son titre !

La grande affiche Suduva – Zalgiris Vilnius de la dernière journée de play-offs a été inutile. Le mercredi précédent, le club de Marijampolé s’est adjugé son deuxième titre consécutif grâce à sa victoire face à l’Atlantas Klaipeda. Avec deux matchs nuls lors des play-offs, le Zalgiris a laissé passer sa chance, et pointe alors à cinq points avant la dernière journée. Sa victoire de prestige (2-1) lors de la dernière journée n’y change donc rien, le club de Zalgiris rate pour la deuxième fois la première place. Un double raté qui fait tâche au vu de la force de frappe du club de la capitale. Mais un résultat final qui fait un immense bien au Suduva, qui annonce un budget doublé en deux ans à peine. Grâce à ses deux titres et ses bons résultats européens cette saison (trois tours préliminaires de Ligue Europa franchis), le club compte maintenant un budget de 1,5 million d’euros. Inespéré!

© E. Šemioto

Roumanie : grand tifo, petites erreurs

Ce week-end, la Național Arena de Bucarest accueillait le grand derby Dinamo – FCSB. Si le match, disputé sur une pelouse atroce, s’est révélé extrêmement décevant, ce n’est une nouvelle fois pas le cas de la PCH, qui a profité de la taille des tribunes pour offrir son désormais traditionnel tifo 3D. Pour rendre hommage au centenaire de la formation de la Grande Roumanie, en 1918, la Peluza Cătălin Hâldan a mis en scène une scénographie originale, qui a néanmoins prêté à discussion, au point que le groupe a senti le besoin de l’expliciter au lendemain du match : devant la carte de la Grande Roumanie apparaissent tout d’abord trois généraux soviétiques (dont l’un ressemble à s’y méprendre à Staline), puis un soldat roumain, et enfin l’aigle triomphateur, symbole du pays aujourd’hui encore.

Des erreurs persistent néanmoins : le soldat de l’armée roumaine est inspiré du tableau de Nicolae Grigorescu « L’attaque de Smârdan, » qui fait référence à la Guerre d’Indépendance de 1877-1878. Et les couleurs de son drapeau sont inversées, puisque le rouge doit en fait prendre place en haut du drapeau, et le bleu en bas. Quant aux officiers russes censément combattus, leurs uniformes datent du début du siècle, à l’époque tsariste. Une époque où l’empire russe est un allié de la Roumanie, jusqu’à la révolution de 1918. Quant à Staline…

© Alexandru Dobre

Sur le terrain, le match n’a lui pas été folichon. L’état exécrable du terrain n’étant pas étranger aux difficultés des deux équipes à développer du jeu. Au bout d’une heure et demi d’ennui, Dinamo et FCSB se sont séparés sur un match nul 1-1, avec deux buts marqués sur penalty. L’ouverture du score du Dinamo faisant suite à une rapide contre-attaque – irrégulièrement stoppée par le gardien adverse – partie d’un corner en faveur du FCSB. Il faut dire, à la décharge d’Olimpiu Moruțan, que pratiquer cet exercice devant la tribune de la PCH n’a pas été de tout repos durant la première mi-temps !

© capture d’écran LookTV

Roumanie : le FCSB sans stade fixe

© Instagram MM Stoica

Comme le montre la photo ci-dessus, prise par le manager général du FCSB, la pelouse de la Național Arena est dans un sale état. Le lendemain du match, les pouvoirs publics ont ainsi annoncé interdire tout match sur le terrain jusqu’à nouvel ordre. Ce qui signifie que le FCSB se retrouve – à nouveau – sans stade pour ses prochains matchs, au moins jusqu’à la trêve. Gigi Becali a émis l’idée d’aller jouer à Pitești, comme cela a déjà été le cas par le passé. Annonce à laquelle se sont immédiatement opposés les supporters du FC Argeș, qu’ils qualifient « d’aberrante. Les supporters sont revenus au stade en début de saison dernière et ne permettront pas que les brebis du berger souillent le stade où Nicolae Dobrin a fait ses tours de magie. La dernière fois que le FCSB a joué à Piteşti, l’équipe de la ville était en Liga 3 et n’avait pas notre soutien (elle s’appelait alors SCM Piteşti et n’était soutenue que par la mairie, NDLR), mais nous avions tout autant désapprouvé publiquement ce déménagement. Annulez l’accord avec le FCSB ou acceptez les conséquences! » A suivre…

ÎN PITEŞTI DOAR FC ARGEŞ! Ca o reacţie la ştirile din presă care spun că FC Fcsb îşi va disputa ultimele meciuri din…

Gepostet von FC Arges am Dienstag, 13. November 2018

Roumanie : la guerre des Rapid sur le net

Depuis la disparition du Rapid Bucarest, la guerre fait rage sur les cendres encore chaudes du grand club. Trois entités ont depuis été créées, qui s’en proclament l’héritière : le FC Rapid 1923, anciennement Academia Rapid, club fondé et soutenu par la mairie PSD de l’arrondissement, l’AFC Rapid, détenu par Horia Manoliu, un ancien salarié du dernier président du Rapid, et les Rapid Frumoşii Nebuni ai Giuleştiului, équipe de Liga 5 créée par une partie des supporters qui ne se reconnaissent dans aucune des deux autres entités. Dans la guerre qui oppose ces différentes équipes, et surtout les deux premières – les FNG se tenant un peu en retrait – le Rapid soutenu par le PSD vint de remporter une bataille en… faisant fermer les pages Facebook des deux autres! Une manière d’affirmer sa supériorité dans la course à l’héritage immédiatement attaquée par une autre page, Academia de Fotbal AFC Rapid, un autre compte tenu par Horia Manoliu. « Tous les dégâts de ce soir, ça finira avec des menottes. Vous irez tous en prison ! Tous ! Nous vous le garantissons ! »

Autant dire que la lutte pour la succession est loin d’être terminée. Les joies du football roumain…

Russie: colère au Spartak

©Fratria

Limogeage de Carrera, mauvais résultats, autant dire que rien ne va au Spartak Moscou. En déplacement à Ufa le week-end dernier, les supporters du Spartak ont fait part du mécontentement général contre le board du club. Démis du poste de coach alors qu’il fut l’homme du dernier titre de champion du Spartak, Carrera a quitté définitivement la Russie cette semaine, applaudit par des dizaines de supporters à l’aéroport. La défaite 2-0 contre une équipe relégable ne va pas arranger les choses …

Russie: 28 ans des SteelMonsters

©SteelMonsters

Malgré la température plus que négative à Ekaterinbourg, les ultras de l’Ural Ekaterinbourg ont fêté le 28e anniversaire des « SteelMonsters », premier groupe ultra de l’histoire du club. Le 500e déplacement fut récompensé par une victoire contre le Spartak. Ce sera cette fois une victoire à la maison contre Orenbourg!

Pologne : un centenaire bien fêté

On termine ces images avec notre traditionnel tour des tifos polonais, qui ont dignement fêté le centenaire de l’indépendance du pays. Toujours pour notre plus grand plaisir.

© Tarnow.pl

© https://m.facebook.com/belchatowianie/

© Stadionowi Oprawcy

© Stadionowi Oprawcy

La rédaction Footballski


Image à la Une © Oliver Tsupsman

#137 – Les images de la semaine
4.8 (96%) 5 votes

A propos de l'auteur

Antoine Gautier

Antoine Gautier

Khinkalis et khatchapouris sur footballski. Caucasiophile, mon horizon s'élargit à l'Est toujours avec un stylo et un micro.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #45 – 2018 : Les matchs du week-end

Vous êtes fans du foot d'Europe de l'Est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? Si...

Fermer