Saison 2017/2018 – Un an de football en Russie (partie 2)

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 10 juin 2018

La saison 2017/2018 fut riche en émotions en Russie. Revenons sur les événements de cette année footballistique dans l’élite du football national. Du titre surprise du Lokomotiv Moscou au beau parcours du CSKA Moscou en Ligue Europa, en passant par la victoire de Tosno en Coupe de Russie, il y a beaucoup de choses à raconter !


Lire aussi : Saison 2017/2018 – Un an de football en Russie (partie 1)


9e – Akhmat Grozny – 39 points

La saison

Le club de la capitale tchétchène a connu une intersaison mouvementée. D’abord avec un changement de nom, le Terek Grozny devenant l’Akhmat Grozny en hommage au père de Razman Kadyrov, président honoraire du club dont le stade portait déjà le nom (Akhmat Arena). Le club a aussi été très actif sur le marché des transferts avec l’arrivée de huit recrues, dont quatre Brésiliens (Leo Jaba, Ismael Silva, Ravanelli et Philipe Sampaio). Le club avait pour ambition de faire mieux que la saison dernière avec une prometteuse cinquième place, aux portes de la Ligue Europa, une saison réussie qui avait nourri des ambitions. Malheureusement, l’Akhmat Grozny a rencontré plus de difficultés lors de l’exercice 2017/2018 et s’est retrouvé dans le ventre mou du championnat avec un bilan peu honorable, mais néanmoins très équilibré de dix victoires, neuf matchs nuls et onze défaites. Les joueurs d’Igor Ledyakhov ont donc été globalement décevants et la prochaine intersaison devrait aussi être mouvementée, dans le sens des départs comme dans celui des arrivées.

Le joueur

Avec cinq buts au compteur en championnat, Magomed Mitrishev termine la saison meilleur buteur du club, un faible total qui démontre la faiblesse offensive dont a fait preuve l’Akhmat Grozny cette saison. On pourra cependant noter les bonnes prestations de Rodolfo en défense centrale et de la recrue Ismael Silva qui s’est illustrée avec trois réalisations.

La stat’ – 5

Cinq, c’est le nombre de buts de Magomed Mitrishev le meilleur buteur de l’Akhmat Grozny cette saison. Cette statistique peut sans doute expliquer le classement final de l’équipe, qui n’a jamais su trouver ses marques offensivement.

L’avenir

Il devrait y avoir pas mal de changements la saison prochaine avec la signature d’un attaquant confirmé, c’est ce qui manque à l’Akhmat Grozny depuis le départ d’Ailton. Beaucoup trop de joueurs n’ont pas répondu présents après la cinquième place de la saison passée et l’équipe a été amputée par les blessures de certains joueurs clefs a de nombreuses reprises tout au long de l’exercice.

10e – Rubin Kazan – 38 points

La saison

Une saison en demi-teinte pour le Rubin Kazan qui termine à la dixième place, à seulement trois points de l’Amkar, premier barragiste. L’arrivée de Kurban Berdyev, véritable légende vivante du club, n’a pas permis d’éviter une saison compliquée, passée à se battre pour le maintien. Malgré des résultats convaincants au début avec une victoire contre le CSKA 2-1 ou un nul contre le Lokomotiv 1-1, le Rubin a peiné à partir de septembre en prenant neuf points en douze matchs jusqu’à la trêve. Kazan marquait peu et encaissait certes peu de buts, mais suffisamment pour perdre les matchs. En hiver, le club se sépare alors de joueurs tels que M’Vila (Saint-Etienne), Jonathas (Hanovre), Bauer (Stoke City) ou encore Odzoev (Zenit) et recrute en prêt Noboa du Zenit, Vitaly Ustinov et Pavel Mogilevets de Rostov et Ivelin Popov du Spartak pour permettre au club de finir un peu mieux la saison avec une seule défaite contre le Spartak (2-1) lors des dix derniers matchs. Dans un contexte de difficultés financières, le maintien est finalement la meilleure des nouvelles.

Le joueur

Saison compliquée pour Sardar Azmoun, qui n’a marqué qu’un but en championnat lors de la première partie de saison et c’était lors du dernier match en décembre, contre le SKA Khabarovsk. L’attaquant iranien de 23 ans a redoré le blason lors des dix derniers matchs en inscrivant cinq buts, lui permettant de finir avec six buts au final. Des statistiques évidemment peu reluisantes pour un joueur sur lequel dont espère une progression importante depuis ses bonnes années à Rostov.

La stat’ – 12

Soit le nombre de buts marqués lors des dix derniers matchs. Si l’on enlève le 6-0 infligé à Anzhi, c’est quasiment le même nombre de buts (quatorze) marqués durant les vingt premières rencontres.

L’avenir

Problèmes financiers obligent, le Rubin Kazan va devoir se serrer la ceinture durant ce mercato. Kurban Berdyev a déclaré vouloir rester même si les choses s’aggravaient pour le club. Du côté des joueurs, le Rubin va avoir du mal à conserver les éléments intéressants qui sont venus durant la trêve hivernale. Ivelin Popov, par exemple, sait déjà qu’il doit rejoindre le Spartak, faute de moyens pour être conservé. L’objectif maintien sera donc présent aussi la saison prochaine. L’avenir se juge à court terme à Kazan pour le moment…

11e – Rostov – 37 points

La saison

Gérer l’après-Berdyev. C’était la situation à laquelle le FK Rostov devait faire face au début de la saison. Le génie turkmène ayant quitté le club à la fin de la saison dernière, Leonid Kuchuk, entraîneur expérimenté du championnat, allait se charger de cette tâche. Chargé d’ouvrir le bal du championnat, le FK Rostov a commencé de manière tonitruante le championnat, se hissant à la deuxième place du championnat au bout de sixième journée. Toutefois, les choses se sont dégradées après la trêve internationale de septembre. Les Selmashi sont tombés à la onzième place du classement au bout de treize journées. Leonid Kuchuk a démissionné en décembre et a été remplacé par Valery Karpin pour les dix dernières journées. Si Rostov est longtemps resté en course pour l’Europe, c’était dû avant tout à l’incroyable homogénéité du ventre mou et de la sixième place qualificative. De plus, Rostov est longtemps resté sous la menace des places relégables bien qu’il se soit toujours débrouillé pour garder une marge.

Le joueur

Après les recrues de la trêve hivernale, on a trouvé trois Islandais dans l’effectif du FK Rostov. Ragnar Sigurdsson, ancien du FK Krasnodar, a réalisé une saison mitigée à Fulham et était en prêt au Rubin Kazan pendant la première partie de la saison. Il a disputé neuf matchs sur les dix, le seul non joué étant celui à… Krasnodar. Sverrir Ingi Ingason est un défenseur essentiel au club. Il a réalisé un total de 30 apparitions cette saison dont 28 en championnat pour trois buts marqués. Björn Bergmann Sigurðarson est arrivé pendant l’hiver, comme Sigurdsson. L’attaquant a pris part à six matchs sur dix avec un but marqué. Les trois joueurs ont été appelés en équipe d’Islande pour disputer le Mondial 2018.

La stat’ – 8

Le record de la saison de penalties accordés revient au FK Rostov qui a vu huit penalties être sifflés en sa faveur. Sur ces huit penalties, six ont été marqués. Cela a permis au club d’éviter la dernière position au classement des équipes qui ont disputé les matchs les moins animés puisque avec 27 buts marqués et 28 encaissés, donc un total de 55 buts, cela fait la pire moyenne de buts par match derrière l’Amkar Perm (1,83 but par match contre 1,67).

L’avenir

Il faudra sans doute attendre d’en savoir plus sur le mercato estival avant d’émettre un quelconque pronostic à propos de ce club en proie à des difficultés financières. Plusieurs anciens titulaires de l’équipe sous Berdyev sont toujours là comme Gatçan, Kalachev, Moussa Doumbia ou Ezatolahi. Le plus probable est que Rostov reste dans le ventre mou, mais il s’agit d’une équipe capable de tout.

12e – Ural Ekaterinbourg – 37 points

La saison

Triste saison du côté de l’Ural Ekaterinbourg. Les ambitions étaient pourtant présentes, surtout quand le président a annoncé que l’équipe jouerait des compétitions européennes dans les années à venir. Cette douzième place est amère chez les supporters de l’Ural, car longtemps l’équipe semblait capable d’accrocher la sixième place, potentiellement européenne (si le vainqueur de la coupe était un membre du top 5). Le début de saison fut très bon, malgré de nombreux matchs nuls, l’Ural a grappillé des points contre des gros comme Krasnodar, le Zenit et le CSKA. L’élimination en coupe dès le premier tour a été un coup dur pour l’ancien finaliste, qui a peiné jusqu’à la trêve, mais est resté toujours en haut de classement. La reprise a été de qualité, avec de bonnes performances dans le nouveau stade et notamment une sublime victoire contre le Spartak Moscou (2-1). Malheureusement la fin de saison a été délicate, avec aucun succès lors des trois derniers matchs. Incapable de rapporter le moindre point de son dernier déplacement à Rostov, l’Ural a évité la case barrage grâce à une contre-performance de l’Amkar.

Le joueur

Le Roumain Erik Bicfalvi est bien évidemment l’homme de la saison avec l’Ural Ekaterinbourg ! Excellent au milieu de terrain, il a inscrit la bagatelle de huit buts cette saison, ce qui a fait de lui le meilleur buteur de l’équipe. Décisif, il a permis à son équipe de remporter des points précieux, notamment contre l’Anzhi en fin de saison avec un but dans les dernières minutes. Ce sera néanmoins difficile de conserver ce joueur, les offres vont pleuvoir cet été !

La stat’ – 1

Un, comme le nombre de but d’Igor Portnyagin cette saison. Prêté par le Lokomotiv, il n’a jamais pu s’imposer dans le onze de Tarkhanov.

L’avenir

Malgré une saison décevante, l’Ural a déjà la tête tournée vers l’avenir. Tarkhanov, qui souffre du talon, a décidé de mettre un terme à sa carrière d’entraîneur. Il aura un rôle dans l’administration du club. C’est Parfyonov, l’ancien coach de Tosno, qui prend sa place et qui essayera de bien figurer en championnat et, pourquoi pas, de remporter la coupe de Russie !

13e – Amkar Perm – 35 points

La saison

Après son début de saison raté, l’Amkar a continué à batailler pour se sortir de la zone rouge, et ses résultats en dents de scie ont continué jusqu’à la fin avec, à noter, une deuxième victoire contre le Lokomotiv malgré une délocalisation polémique du match à Moscou. Jusqu’au bout, les hommes de Vadim Evseev se sont battus et ont pu croire pouvoir miraculeusement éviter les barrages, mais une contre-performance (0-0) caractéristique du jeu des Permiaques ne leur a pas permis d’éviter un match de tous les dangers. Heureusement, la valeureuse équipe de Tambov n’avait pas les moyens de créer la surprise et l’Amkar s’est maintenu en première ligue. Sixième meilleure défense du championnat, les Rouge et Noir ont pêché devant avec la deuxième pire attaque tout juste devant la lanterne rouge Khabarovsk.

Le joueur

Difficile de sortir un joueur, mais on retient surtout la saison de Ryazantsev, l’ancien international a été décisif en fin de saison et a su stabiliser le milieu de terrain des Ouraliens. D’autres joueurs se sont démarqués comme le Polonais Janusz Gol ou encore le gardien Nigmatullin.

La stat’ – 3

Trois, comme le nombre de buts des co-meilleurs buteurs du club : Kostyukov, Ryazantsev et Gol, tous trois milieux de terrain. Trois c’est également le nombre de buts marqués par toute l’attaque de l’Amkar cette saison : deux pour Olanare et un seul pour Bodul qui n’a pas pu confirmer sa saison précédente

L’avenir

Difficile de dire de quoi sera faite la septième saison consécutive des Permiaques dans l’élite, mais plusieurs cadres sont sur le départ (Ryazantsev, Ezatolahi, Olanare et Belorukov la légende qui n’étaient que prêtés). Il va donc falloir reconstruire le milieu tout en renforçant l’attaque pour éviter de nouvelles déconvenues dans une RPL post-Coupe du Monde 2018 qui s’annonce plus dense que celle de cette saison.

14e – Anzhi Makhachkala – 24 points

La saison

Saison cauchemar pour l’Anzhi Makhatchkala qui se voit rétrogradé en FNL après sa défaite lors du match de barrage contre Yenisey Krasnoïarsk (0-3, 4-3). Mais au regard du match aller durant lequel les hommes de Vadim Skripchenko se sont fait manger par ceux de Dmitri Alenitchev, Anzhi n’avait pas les armes pour espérer un maintien en RPL, tant du point de vue de l’effectif que tactique. Avec un total de 55 buts encaissés, le club du Daguestan a lourdement pêché au cours de la saison du point de vue défensif, finissant avec le même nombre de buts encaissés que le SKA Khabarovsk. Les défaites 6-0 contre le Rubin Kazan ou le 5-1 face au FK Krasnodar ont accentué cette statistique. Depuis leur remontée en RPL il y a trois ans, Anzhi a flirté durant toutes ces années avec la relégation. Le couperet est donc tombé cette année. En espérant qu’ils rebondissent au plus vite.

Le joueur

Auteur d’un doublé lors de la victoire 4-3 contre Yenisey qui n’a rien changé à la situation d’Anzhi, le défenseur de 28 ans Vladimir Poluyakhtov a terminé co-meilleur buteur de l’effectif avec l’Argentin Juan Lescano. Une statistique jamais bonne et qui résume la constante difficulté de l’Anzhi à marquer.

La stat’ – 3

Soit le nombre de descentes en division inférieure qu’a connu l’Anzhi depuis sa création en 1991. La dernière avait eu lieu en 2014/2015.

L’avenir

La FNL se profile donc à l’Anzhi Makhachkala, qui aurait pu profiter des difficultés financières de l’Amkar Perm pour se maintenir, mais ce dernier a bien reçu l’accord des instances de la Ligue pour participer à la RPL la saison prochaine… Un mal pour un bien pour les Daghestanais, qui ont besoin de relancer la machine.

15e – Tosno – 24 points

La saison

Pour sa première saison dans l’élite du football russe, Tosno semblait être un candidat sérieux pour le maintien. Le recrutement estival fut intéressant avec beaucoup de joueurs expérimentés en RPL. Malheureusement, tout ne s’est pas passé pas comme prévu ! Inefficace offensivement, friable derrière, Tosno a enchaîné les défaites, mais fut aussi capable de réaliser certains coups d’éclats remarquables comme lors de cette victoire 2-0 sur la pelouse du Lokomotiv Moscou mi-août. Insuffisant toutefois pour viser autre chose que le maintien et les deux grosses défaites 5-0 et 6-0 contre le Zénit et le CSKA ont mis l’effectif dans un sacré pétrin. La seconde partie de saison a été catastrophique, quatre points en dix matchs, synonyme d’une descente directe… Malgré un championnat loupé, Tosno a écrit la plus belle page de sa jeune histoire (et certainement sa dernière) en remportant la coupe de Russie ! Un véritable exploit ponctué par une victoire en finale contre l’Avangard Koursk, pensionnaire de FNL. Le club ne participera pas à la Ligue Europa la saison prochaine, car les dirigeants n’ont pas demandé la licence.

Le joueur

David Yurchenko. Le portier russo-arménien aura fait tout son possible pour sauver son équipe, mais n’aura pas réussi à sauver Tosno. La faute à une défense plus que perméable qui ne lui a pas facilité la tâche. On devrait toutefois le retrouver dans un club de RPL la saison prochaine.

La stat’ – 27

Comme le nombre de joueurs utilisés par Parfyonov cette saison, plutôt partisan du turnover.

L’avenir

Quel avenir pour Tosno ? Relégué, le club est en faillite et n’a même pas obtenu de licence pour évoluer en PFL (3e division) la saison prochaine. Serait-ce déjà la fin pour ce jeune club ?


Lire aussi : Tosno, le petit qui veut devenir grand


16e – SKA Khabarovsk – 13 points

La saison

La saison s’est achevée sur une ultime défaite, face au Zenit (6-0). Promu l’été passé, la tâche s’annonçait rude pour le club de l’Extrême-Orient russe. Elle l’a été. Avec 13 points, le SKA fait l’ascenseur et retourne en FNL l’an prochain. Il a fallu attendre cinq matchs avant que le SKA ne gagne ses trois premiers points en septembre dernier. S’en suivit une belle série de sept rencontres sans défaite avant le trou noir. quatre petits points depuis fin octobre, le bilan est famélique. Avec un effectif limité, la marche était trop haute pour le SKA. Serguei Perednia, le coach, n’a pas fait des miracles. Sans grande expérience, il a été à l’image de son équipe : pas assez bon pour se sauver. Le club d’Extrême-Orient redescend, alors que le FK Ienissei Krasnoyark monte et sera l’uniquement représentant sibérien en RPL l’an prochain.

Le joueur

Maksim Kanunnikov : Élément expérimenté du promu en RPL et arrivé au mercato d’hiver en provenance du Rubin Kazan pour aider le dernier du championnat, l’attaquant n’aura pas marqué un seul but en cinq mois passés dans l’Extrême-Orient russe.

La stat’ – 0

Comme le nombre de but marqué en 2018 par le SKA Khabarovsk.

L’avenir

L’intersaison s’annonce chargée du côté de Khabarovsk. De nombreux départs sont à prévoir. Cependant, le SKA pourrait être un candidat sérieux à la montée. Cela dépendra de nombreux critères, notamment de Serguei Perednia de construire une véritable équipe avec une identité de jeu.

L’équipe Footballski Russie


Image à la une : AFP PHOTO / Mladen ANTONOV

Saison 2017/2018 – Un an de football en Russie (partie 2)
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Coupe du Monde 2018 – #1 Carnet de Russie

Il est venu, le temps du football. Le temps de la Coupe du Monde. Alors que tous les supporters du...

Fermer