Tosno, le petit qui veut devenir grand

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 15 juin 2017

Les clubs dirigés par les oligarques en Russie, vous commencez à en avoir l’habitude. Vous vous souvenez sûrement de la présentation du Torpedo Arnavir qui était supposé briller pour sa première saison en FNL (manque de chance il fut relégué la saison dernière). Cette fois, nous nous envolons pour Tosno. Difficile à situer n’est ce pas? Même les grands habitués de la mère Russie ont des difficultés à placer cette ville sur une carte. Il faut dire qu’une petite ville de 40000 habitants dans un pays avec une superficie de 17 millions de kilomètres carrés, c’est plutôt difficile à situer! Allez on vous aide, elle se trouve dans l’Oblast de Léningrad (Saint Pétersbourg). Contrôlé par l’homme d’affaire Viatcheslav Matyushenko, le petit club espère grandir en s’inspirant du modèle de l’Anzhi. Présentation du petit nouveau de la RPL.

FK Tosno, une origine récente

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le FK Tosno n’a pas une histoire digne des plus grands clubs russes. Fondé en 2013, le petit club est un modèle de précocité. Sa création est due à la volonté d’une représentation de l’Oblast de Léningrad dans l’horizon du football russe. En effet, depuis 2003, plus aucun club de l’Oblast (autre que la ville de Saint Pétersbourg) n’évolue en FNL voir PFL. Les derniers survivants, le FK Svetogorets et le FK Pikalevo ont déposé le bilan lors de la saison 2002/2003 et depuis puis rien dans la région! L’impatience et le mécontentement des amateurs de football vont faire naître l’idée de la création d’une équipe en 2012 dans la ville de Tosno. Malheureusement, faute de financement, le projet sera abandonné … Avant d’être remis sur la table l’année suivante! Début 2013, FORT Group (société d’investissement Saint Péterbourgeoise dirigée par Viatcheslav Matyushenko) rejoint la danse et permet la création de l’équipe. Deux petits mois plus tard, le FK Tosno obtient sa licence pour évoluer en PFL zone ouest (l’équivalent de notre National) au cours de la saison 2013/2014. C’est alors une course contre la montre pour le président Matyushenko qui se doit de trouver un staff et un effectif le plus rapidement possible. De nombreuses journées de détection sont alors organisées dans la région et permettent d’obtenir un effectif très varié! Entre les étudiants de Saint Pétersbourg, les recalés du Zenit et les joueurs libres avec une grosse expérience en PFL et FNL, Tosno est fin prêt pour débuter son existence dans le monde professionnel du football.

Tout semble rouler comme sur des roulettes pour Tosno, mais malheureusement son stade Kirovets n’est pas aux normes pourtant peu drastiques de la PFL. Le petit stade inauguré en 2008 après 67 ans (!) de construction doit alors être rénové et sa capacité va atteindre la barre des 6.000 spectateurs. En attendant, l’équipe évolue au stade Petrovsky sur la même pelouse que le Zenit. Les ennuis continuent pour le club de Matyushenko, l’entraîneur Leshchynskyi (ancien coach de Sevastopol) est limogé deux mois seulement après sa nomination! La faute à un conflit avec les joueurs de l’équipe, obligeant le président du club à effectuer l’intérim jusqu’à la fin de la saison. Une saison brillante pour le jeune club. Impressionnant, Tosno pour sa première participation en coupe de Russie atteint les quarts de finale! Eliminé par le FK Krasnodar, la petite équipe élimine six adversaires pour atteindre ce stade, notamment le Dinamo Saint Pétersbourg (FNL), l’Ural Ekaterinbourg (RPL) et surtout le Spartak Moscou! Un exploit qui fait couler beaucoup d’encre en Russie, surtout que Tosno survole son championnat. La PFL n’est qu’une formalité, avec seulement deux petites défaites, 71 points au compteur et une victoire finale 1-0 contre le Tekstilshchik Ivanovo. Le FK Tosno se retrouve champion de la D2 zone ouest! Un an après sa création, Tosno est déjà en FNL …

L’apprentissage du haut niveau

Nouveau championnat dit nouvelles ambitions pour le club de l’Oblast de Léningrad! L’effectif est quasiment entièrement renouvelé à l’intersaison. De nombreux joueurs rejoignent les rangs de la jeune équipe, avec notamment Grigoryev qui joua la Champion’s League avec le CSKA Moscou, Tskhovrebov qui jouait en U21 russe à l’époque, mais aussi Vladimir Ilyin qui fait aujourd’hui le bonheur de l’Ural Ekaterinbourg. Contre toute attente, l’adaptation se fait parfaitement, Tosno est déjà troisième de FNL à la fin du cycle aller! Malgré cela, tout n’est pas rose dans l’équipe. En effet, le coach Kostov (ancien du Levski Sofia) est limogé pour des raisons inconnues … Dix entraîneurs en quatre ans, ça fait beaucoup! Mais ça ne va pas arrêter Tosno qui continue d’impressionner. Déchirant tout sur son passage, le club est en position favorable pour une accession directe dans l’élite du football russe! Malheureusement, Tosno vit un printemps compliqué avec deux défaites contre Yaroslav et Tyumen qui empêchent un billet direct pour la RPL … Il faudra alors passer par la case barrage contre un Rostov qui vient de vivre une saison très difficile. Le club du sud de la Russie va prendre le dessus à deux reprises et freine la propulsion de Tosno.

Cette « non montée » va jeter un froid. Malgré un effectif séduisant ressemblant de plus en plus à un effectif de Premier League, Tosno va vivre une saison 2015/2016 délicate. Passant une bonne partie de l’année à flirter avec la zone rouge, le club finit finalement septième. Une saison de transition qui permet à Tosno de se préparer pour la saison décisive. En effet, celle de 2016/2017 sera la bonne! Avec les arrivées de Kozlov (ex Spartak Moscou) ou Makarov (CSKA Moscou), le club donne du fil à retordre au Dinamo Moscou et atteint une nouvelle fois le stade des quarts de finale de la coupe de Russie (éliminé par le Lokomotiv Moscou, futur vainqueur de l’épreuve). Les joueurs de Matyshenko finissent à la deuxième place de la FNL, obtenant ainsi un aller simple pour l’élite du football russe. Quatre ans après sa création, Tosno rejoint la plus haute division du pays. La ville de 40.000 habitants peut alors se vanter d’avoir une équipe dans l’élite, faute d’avoir du macadam sur ses routes.

Et maintenant?

Le seul et unique objectif pour la saison 2017/2018 sera le maintien. La première saison en RPL est toujours la plus difficile pour les petits nouveaux venant de FNL (dédicace au FK Orenbourg). Au niveau des infrastructures, le stade Kirovets ne répond bien évidemment pas aux normes de la ligue, Tosno évoluera alors au stade Petrovsky, une enceinte qui lui avait porté chance à l’époque. Un nouveau stade de 10.000 places est en projet, en espérant pour le club que celui ci ne sorte pas de terre au bout de 67 ans… Il faudra bien évidemment recruter mais pour Tosno le recrutement a toujours été un point fort, celui ci étant toujours effectué de manière intelligente. L’effectif sera costaud et expérimenté. Alors, suffisant pour le maintien?

Antoine Jarrige


Image à la une : © Alexander Vilf / Sputnik via AFP Photos

Tosno, le petit qui veut devenir grand
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a vécu Kaisar Kyzylorda vs. Kairat Almaty

Après avoir assisté à un match de l'Irtysh Pavlodar et avoir visité Astana, je prends un avion direction Kyzylorda, dans le...

Fermer