Parce que Footballski, c’est l’amour du football vrai et l’amour de l’Europe de l’Est, nous avons décidé de nous engager. Grâce à la grande générosité du RC Grasse, club de National 2 qui a immédiatement suivi notre idée, nous sommes allés en Roumanie afin de voir un match du Cindrelul Gura Râului, club de cinquième division, à l’occasion duquel nous avons pu donner aux locaux du matériel offert par le club azuréen.

La générosité du RC Grasse

Il n’a pas fallu plus d’une seconde à Michel Cavigliasso, secrétaire général du Racing Club de Grasse, pour répondre favorablement à notre requête. Au détour d’un match de National 2 passé en sa compagnie dans les travées du Stade de la Paoute l’été dernier, le club nous a offert près de 30 kilos de matériel divers : maillots d’entraînement, tenues de gardien, survêtements, pour enfants comme pour adultes. Le tout flambant neuf, encore emballé. Equipements auxquels nous avons ajouté une poignée de ballons.

Le temps de s’organiser et voilà les sacs bien remplis. Direction la Roumanie, et plus précisément la Transylvanie. A quelques kilomètres de la magnifique ville de Sibiu, le Cindrelul Gura Râului joue à domicile en ce premier dimanche d’octobre. Avec un horaire particulier puisque le coup d’envoi est exceptionnellement prévu à 13h00, et non à 11h00, l’horaire habituel pour les matchs de Liga V, la cinquième division roumaine. Et pour cause : le maire de Gura Râului se marie ! C’est jour de fête dans le village !

Forcément, le grand bonheur des uns ne fait pas forcément celui de l’équipe. A l’instar de l’entraîneur, qui nous accueille fort chaleureusement avant de s’éclipser, certains joueurs sont invités à la noce et sont donc absents pour le match qui oppose le Cindrelul (du nom de l’essence de bois local) au Gloria Loamneș, commune distante d’une trentaine de kilomètres. La lutte promet ainsi d’être serrée entre ces deux équipes de milieu de classement de Liga V.

Sur une pelouse bien loin des standards occidentaux, où chaque passe au sol pose souci à celui qui doit contrôler le ballon, le match est bel et bien serré. Chaque équipe se procure plusieurs occasions, mais ce sont les visiteurs de Loamneș qui l’emportent finalement (2-3, après avoir mené 0-1 à la pause). Dommage pour les locaux, qui sont parvenus par deux fois à remonter au score sur de belles actions de son capitaine et meilleur buteur, Luca Florian. Plus embêtant, un de ses coéquipiers doit être remplacé en fin de match après s’être par deux fois tordu la cheville, victime du terrain capricieux.

Après avoir chanté dans la petite tribune en bois, les enfants prennent d’assaut le terrain pour jouer au ballon à leur tour. C’est également à notre tour de jouer, et de remettre à nos hôtes les cadeaux préparés à leur intention. Des équipements qui donnent le sourire aux plus grands, mais surtout aux plus jeunes ! L’occasion pour nous de remercier encore le RC Grasse pour sa générosité.

Le vent glacial et la défaite n’ont pas raison de la chaleureuse ambiance. Pour fêter notre rencontre, les joueurs et proches du Cindrelul ont préparé une collation on ne peut plus typique : repas entièrement maison et rachiu à flots (une infinie modération est néanmoins recommandée) ! « Et rien n’est acheté, souligne Luca, le capitaine. On a tout fait nous-mêmes ! » Dans un décor grandiose, les discussions et rires rythment la fin de journée. Et c’est avec un certain déchirement qu’il est temps de prendre congé de nos hôtes. Nos amis.

Pourquoi Gura Râului ?

Notre choix de mener ce petit projet auprès du Cindrelul Gura Râului ne s’est pas fait par hasard. Il a même germé dans notre esprit après une première visite dans ce village transylvain où le Cibin, rivière qui traverse Sibiu, n’est encore qu’un petit ruisseau de montagne. Car oui, c’est déjà notre deuxième visite cette année à Gura Râului. La première date du mois de mars, dans le cadre de Football in Heaven, projet mené par le journaliste roumain Emanuel Roșu.


Lire aussi : On a vécu Football in Heaven, la découverte du football en Bucovine


Après les deux premières éditions, basées en Bucovine, Emanuel Roșu a décidé d’ouvrir ses week-ends groundhopping à toute la Roumanie, en organisant son troisième volet dans la région de Sibiu. C’est à cette occasion que nous nous sommes rendus, au mois de mars, dans l’incroyable ville de Copșa Mică, mais également à Gura Râului. Un pur régal qui n’a pas manqué de tisser des liens forts. Et qui nous a donné grande envie de filer un petit coup de main à nos hôtes. En attendant la prochaine édition de Football in Heaven, qui devrait avoir lieu en 2020.


Lire aussi : On est allé voir un match à Copșa Mică, la ville la plus polluée de Roumanie


Le Cindrelul Gura Râului est un club très jeune. Il voit le jour en 2014, à l’initiative de trois amis amoureux de football. Sans stade ni installation, ils parviennent à créer le club et à l’inscrire au championnat, pour la première fois depuis 1989 et la chute du communisme. Soit 25 ans sans football ! Deux années durant, le Cindrelul joue à domicile à Orlat, la ville voisine. Puis, avec l’aide de la mairie, voit son terrain actuel sortir de terre, avec une petite bâtisse en bois abritant des vestiaires sans douche.

Des installations modestes, mais un immense apport pour les habitants, comme nous l’explique Luca, le capitaine: « Cette année, nous sommes même arrivés à monter une équipe U13. Pour moi qui suis prof de sport et ancien sportif de haut niveau (il a remporté 54 médailles au niveau national en plongeon), le Cindrelul représente le plus grand plaisir de ma vie. J’y suis dédié à 100%. Pour moi, mais aussi pour notre ville, pour les enfants. C’est très important d’accompagner les enfants avec le foot. Au moins, ils passent du temps dehors, à jouer et à tisser des liens, plutôt qu’à traîner ou à rester chez eux jouer sur leur téléphone.« 

Des enfants qui, grâce au club, développent également un lien nouveau avec leur commune de 3 400 habitants et leurs couleurs vert et noir. Des couleurs certes différentes du rouge et bleu grassois, mais peu importe. La générosité et l’amour du football, de ce qu’il représente, est universel. Ce qui a guidé notre envie de faire un petit geste pour nos amis du Cindrelul. Nous ne pouvons que vous inviter à visiter Sibiu, son centre-ville historique, sa magnifique région, ainsi que les villes fortifiées de Sighișoara, Mediaș ou Biertan. Mais surtout, n’hésitez pas à visiter Gura Râului, au cœur des montagnes transylvaines.

Pierre-Julien Pera

Toutes photos et tous propos recueillis par P.-J.P. pour Footballski.

5 Comments

  1. Thibaut 17 octobre 2019 at 16 h 04 min

    Vraiment très belle initiative bravo !
    Félicitations aussi au club français du RC Grasse pour leur générosité.

    Peut-être qu’un jour je les affronterai avec mon club de liga 5 à Bucarest on ne sait jamais.

    Reply
  2. Pierre-Julien Pera 18 octobre 2019 at 20 h 59 min

    Merci!
    C’était vraiment une belle aventure à vivre. Nous nous sommes régalés!
    Un club de D5 à Bucarest? Lequel? Comment ça se passe?

    Reply
  3. Thibaut 21 octobre 2019 at 8 h 43 min

    Oui à Bucarest. En série 2. Le club est le « Benfica Bucuresti ».
    J’y suis depuis cette saison, je cherchais un club faisant des compétitions.
    L’ambiance est vraiment sympathique et on compte de très nombreuses nationalités au sein du club ( même si je suis le seul francophone de l’équipe ).

    Sinon niveau résultats, ça se passe correctement au vu du passé ( pas terrible ) de l’équipe.
    On se balade au milieu du classement avec en revanche des résultats irréguliers ( victoire contre le premier du classement, mais match nul contre les avant derniers .. ).

    Reply
  4. Anonyme 29 octobre 2019 at 12 h 54 min

    très bon article, le projet autour de Gura Râului est vraiment cool. Voilà une aventure humaine et footballistique que vous avez du apprécier !

    Reply
    1. Pierre-Julien Pera 30 octobre 2019 at 9 h 37 min

      Merci beaucoup!
      Effectivement, nous avons passé un excellent moment avec nos hôtes !

      Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.