L’oeil du recruteur #12 : Matúš Bero

Quentin Guéguen
Quentin Guéguen - Publié le 17 mars 2016

L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, tous les quinze jours, qui mériterait de jouer à un niveau un peu plus élevé qu’il ne le fait actuellement. L’occasion aussi de vous faire découvrir un joueur qui pourrait débarquer dans un grand championnat d’ici quelques mois. Aujourd’hui, Matúš Bero de l’AS Trenčín.

MATÚŠ BERO

Nom complet : Matúš Bero
Né le : 6 septembre 1995 à Ilava
Pays : Slovaquie
Taille – Poids : 1.81 m – 65 kg
Poste (pied) : Milieu offensif (droitier)
Autre(s) poste(s) : Milieu défensif, milieu relayeur
Club : AS Trenčín – Fortuna Liga, Slovaquie
0 sélection, 0 but avec la Slovaquie (7 sélections, 2 buts avec les U21)

Carrière

Matúš Bero représente tout le succès de la politique récente menée par l’AS Trencin qui se concentre presque exclusivement aux jeunes, que ce soit via la formation ou via ses réseaux de recrutement. Ainsi, comme Bero, Martin Skrtel, Peter Klescik et plus récemment Lobotka, Skovajsa, Opatovsky et Sulek sont sortis du centre de formation du champion de Slovaquie en titre. Arrivé au club à 5 ans, Bero a gravi échelon après échelon pour terminer avec l’équipe première du club et faire ses débuts professionnels à 17 ans. Une progression rapide étant donné qu’il a été souvent surclassé dans les catégories de jeunes. Lors de la saison 2012/13, par exemple, il a souvent alterné entre les U17 et les U19 avant de faire ses débuts la saison suivante lors de la 2e journée de championnat face au Spartak Trnava. Parallèlement, Matúš Bero côtoie les équipes nationales chez les jeunes avec les U17, U18 puis U19.

© sport.sk

© sport.sk

Si Bero est régulièrement considéré comme le plus grand talent slovaque actuel, avec László Bénes, c’est bien évidemment dû à ses performances sous le maillot de son club formateur. Sa progression statistique est linéaire. Après 26 matchs et 3 buts en équipe première lors de sa première saison (beaucoup d’entrées en jeu), Matúš Bero joue 22 fois l’an passé avec Trencin – pour 5 buts, tous en championnat (18 matchs) – avant l’explosion cette saison avec 24 matchs pour le moment, mais surtout 15 buts et 5 passes décisives. Grâce au titre de champion de Slovaquie acquis l’an passé pour la première fois de l’histoire du club, Bero a également pu découvrir la Ligue des Champions face au Steaua Bucarest, mais n’a pu empêcher son club d’être éliminé malgré un but lors du match retour en Roumanie. Actuellement leader de Fortuna Liga, Trencin est bien parti pour enchaîner un deuxième titre consécutif, symbole du travail remarquable accompli depuis quelque temps et, naturellement, c’est un joueur formé au club qui les porte. C’est logiquement qu’il a également découvert la sélection espoirs avant l’équipe nationale de Slovaquie, même si ça place dans le groupe devrait être juste pour l’Euro.

Utilisation actuelle 

Une des caractéristiques importantes de Matúš Bero est sa polyvalence. De ce fait, son entraîneur, Martin Ševela, peut l’utiliser dans de nombreuses positions au milieu de terrain et dans de nombreux rôles, que ce soit défensif ou offensif. Ainsi, en championnat où Trencin domine assez largement son adversaire, Bero est le milieu central le plus offensif, généralement dans un 4-2-3-1. Il a pour objectif de se porter vers l’avant, de créer du mouvement haut sur le terrain et c’est pour cela qu’il se retrouve très souvent dans la surface adverse. Il n’est pas rare de le voir presque en position de deuxième avant-centre. Il conclut, créé tout en réalisant les efforts défensifs nécessaires dans un rôle d’électron libre.

Les échantillons européens sont très minces, mais il est tout à fait capable de jouer plus bas, dans un 4-1-4-1 par exemple. Les espoirs slovaques jouent de cette façon et, même s’il y joue avec d’autres joueurs plus défensifs que lui au milieu (notamment contre les espoirs néerlandais), son physique, son endurance et surtout son intelligence de jeu en font un élément précieux et flexible. Ceci étant, il faudrait le voir à un niveau supérieur dans une équipe dominée pour avoir une idée plus précise de la question.

Profil

  • Première chose, Matúš Bero l’a confirmé dans une interview à sport.sk et même s’il a également dit qu’il pouvait encore progresser, il parle anglais. C’est toujours un bon point pour l’intégration et la compréhension des consignes lorsqu’il signera à l’étranger.
  • Bero est un joueur ambitieux et intelligent hors du terrain. Comme la même interview le signale, « on apprend toujours quelque chose dans les réponses de Matúš Bero ».
  • Bero est un joueur très polyvalent. Même si son poste actuel est plutôt numéro 10, voire numéro 8, il peut très bien jouer en tant que milieu défensif. Beaucoup de joueurs reculent au fil des années, pour Bero, c’est l’inverse puisqu’il a été formé en tant que milieu défensif et a même joué arrière latéral.
  • Les instincts footballistiques de Bero sont excellents et c’est ce qui ressort très vite de son jeu. C’est une de ces qualités qui est difficile d’apprendre à un joueur, mais Bero sent particulièrement bien le jeu. Il est régulièrement bien placé et le ballon lui arrive dans les pieds comme un aimant.
    • Exemple lors du match retour face au Steaua Bucarest en Ligue des Champions : Lors d’un superbe débordement de l’attaquant de pointe de Trencin, le brésilien Jairo, on constate le positionnement parfait de Matúš Bero, en retrait dans la surface de réparation, qui lui permet de conclure. Une action qui se termine par un but grâce à son sens du déplacement sans ballon très bien senti pour éliminer son adversaire direct et se retrouver seul face au but au moment opportun. Matúš Bero sent le jeu. aCIzuJ
  • Le fait d’avoir été formé beaucoup plus bas rend ses qualités devant le but encore plus impressionnantes. Même si Bero doit encore faire quelques progrès en matière de finition, il marque beaucoup de buts grâce à son sens du jeu et son placement. Beaucoup de ses buts sont dans la surface adverse.
    • Prenons l’exemple de son but face à Podbrezova. Une simple passe en profondeur du défenseur central qui trouve Bero dans la profondeur. Avec calme, il va dribbler le gardien et marquer dans le but vide. Mais c’est surtout son appel de balle qui est intéressant pour un joueur de son poste. L’attaquant attire le défenseur central droit. Bero voit l’espace et va l’utiliser du mieux possible. Il part de très loin pour faire un appel croisé qui bat son garde du corps initial et le défenseur central gauche. Un appel intelligent, coordonné, incisif et efficace.

Bero but

  • Plus important encore, il a marqué dans 11 de ses 21 matchs de championnat cette saison. Une capacité régularité impressionnante pour un milieu offensif. Ceci étant, il n’a pas marqué contre le Slovan Bratislava, le Spartak Myjava ou le Dunajska Streda, actuellement 2e, 3e et 4e.
  • Bero n’est pas maladroit techniquement, a une belle qualité de passes même si, là aussi, il y a un peu de travail à faire. Il a les deux pieds et utilise son mauvais sans souci. L’un de ses seuls buts hors de la surface, face aux Pays-Bas U21, vient d’une frappe du pied gauche.
  • C’est un excellent joueur de premier pressing. Il est intelligent sur le terrain, anticipe bien et gagne beaucoup de duels grâce à son physique imposant pour son poste. Bero n’a pas peur du contact et sait tacler. Un physique qui pourrait peut-être être ajusté de façon à gagner en volume de jeu. Même chose pour sa vitesse et son explosivité.
  • Son état d’esprit est excellent. C’est un vrai joueur de collectif qui cherche à faire ce qui le mieux pour l’équipe. Il se présente comme un joueur « humble et modeste » et le montre sur le terrain.

Évaluation

La qualité la plus importante de Matúš Bero est son intelligence, sur et en dehors du terrain. S’il a des progrès à faire, Bero en est conscient. Mais il domine son championnat, à 20 ans, avec 13 buts en 21 matchs. Des statistiques impressionnantes – meilleur buteur de Fortuna Liga – et assez inhabituelles chez un milieu offensif formé plus bas sur le terrain. C’est une des raisons qui pousse à penser que le potentiel est très intéressant et qu’il est loin d’avoir atteint son meilleur niveau. Si son club préféré est Liverpool – il écoute régulièrement You’ll Never Walk Alone – et son idole Steven Gerrard, il y a du boulot pour arriver jusque-là.

« Je pense qu’un bon joueur doit être bien préparé, en particulier dans sa tête. Chaque bon joueur fera face à la pression dans sa carrière. » déclarait-il.

Il aura un choix important à faire l’été prochain. Son nom a déjà circulé autour de beaucoup de clubs. S’il ne peut pas faire beaucoup mieux avec Trencin actuellement, un départ semble être le choix le plus propice pour passer une étape supérieure dans sa progression et son développement. Néanmoins, il pourrait pencher vers une saison supplémentaire, comme il a refusé de partir cet hiver, pour pouvoir découvrir les poules de la Ligue des Champions ou l’Europa League avec son club formateur. Après une expérience ratée cet été, la saison prochaine pourrait être la bonne pour Trencin.


Lire aussi : Trenčín, nouveau bastion du football slovaque


Cibles types : Ajax, Celtic, RB Salzburg, FC Bâle, Mainz, Rennes.
Prix : 1.000.000 €
Rapport qualité / prix : Très bon, avec potentielle plus-value importante
Note du joueur : C+
Note du potentiel : A-

Quentin Guéguen


Image à la une : © SITA / Tomáš Somr

L’oeil du recruteur #1 : Filip Mladenovic (BATE Borisov / FC Köln)
L’oeil du recruteur #2 : Andraz Sporar (Olimpija Ljubljana / FC Basel)
L’oeil du recruteur #3 : Andrija Zivkovic (Partizan)
L’oeil du recruteur #4 : Nikita Korzun (Dinamo Minsk / Dynamo Kiev)
L’oeil du recruteur #5 : Viktor Kovalenko (Shaktar Donetsk)
L’oeil du recruteur #6 : Marko Grujic (Crvena Zvezda / Liverpool)
L’oeil du recruteur #7 : Naby Keita (Red Bull Salzburg)
L’oeil du recruteur #8 : Karol Linetty (Lech Poznan)
L’oeil du recruteur #9 : Bartosz Kapustska (Cracovia)
L’oeil du recruteur #10 : Georgi Melkadze (Spartak Moscou)
L’oeil du recruteur #11 : Arthur Masuaku (Olympiakos)

L’oeil du recruteur #12 : Matúš Bero
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Quentin Guéguen

Quentin Guéguen

J'aime les draniki sans champignon, et accessoirement le football biélorusse et autrichien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ripensia-ACMilan-magliarossonera.it casajarda
Stefan Dobay, le « Cheval » du Ripensia Timisoara

Le Banat. Sa population hétéroclite, son histoire riche et complexe, le Danube et la Tisza qui le bordent, et sa...

Fermer