Foot à 8 : Moscou accueille la Continental Football League

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 4 mai 2017

Le Foot à 8 et Footballski, c’est une grande histoire d’amour. Les initiés connaissent grâce à notre couverture de certains matchs qui n’a d’égale que la passion et le professionnalisme que cette discipline particulière a pu développer en Russie. Alors qu’elle en est déjà à sa deuxième édition, la Continental Football League (CFL) veut rassembler un nombre incroyable d’équipes autour d’un simple objectif : prendre du plaisir en jouant au football. Rendez-vous du 5 au 9 mai, week-end singulier s’il en faut, à Moscou.

Le foot à 8, c’est quoi ?

La Continental Football League  (CFL) est une émanation de la Ligue Amateur de Football russe (« Любительская футбольная лига » – LFL) et s’avère être le plus grand tournoi international amateur de football 8×8 entre équipes de clubs. Mais le football 8×8, ou le foot à 8, c’est quoi au juste ? « C’est le format le plus populaire en Russie » nous confie Dmitry Smirnov, président de la LFL. « Les règles de base ont été formulées à Moscou, au milieu des années 1990, quand la LFL fut créée. (…) C’est quelque chose d’incroyable, mais en termes de nombre de participants, le football à 8 arrive en tête dans les compétitions qui ont lieu dans notre pays, et non le football classique à onze contre onze. Par exemple, pour ne prendre que la ville de Moscou, plus de 30.000 matchs officiels sont joués dans ce format chaque année ! ».

Entièrement amateur, le foot à 8 a connu un boom ces dernières années et explique sa singularité d’avoir huit joueurs sur le terrain (et non cinq, six ou sept comme dans d’autres disciplines de mini-football ou de futsal) par des motifs historiques mais aussi purement sportifs. « Ce format est celui qui se rapproche le plus de toutes les possibilités qu’offre le football classique (…) Les petits formats (5×5, 6×6) imposent de grandes exigences au niveau technique, mais il y a là peu de football dans le sens classique de ce sport. Nous avons enlevé les choses qui entravent le jeu (hors-jeu, nombre de changements limité et un trop grand terrain) et nous avons gardé tout le reste, absolument tout (les duels, les règles, la diversité technique et tactique). Qu’est-ce que les footballeurs aiment le moins ? Courir sans la balle et rester sur le banc. Nous n’avons justement pas ça ! » nous explique Dmitry Smirnov.

Le foot sur neige à Novossibirsk début mai (FC Joker) | © | @kondratushkin

En effet, avec des matchs composés de deux périodes de 25 minutes et dans un format qui rappelle celui utilisé dans les classes d’âge de tous les clubs de football, la combinaison des efforts physiques, techniques et tactiques semble optimale, ce qui a notamment pour conséquence une plus grande variété de profils de joueurs ainsi qu’une longévité qu’on ne pourrait retrouver que dans des équipes de village dans le football classique. Ainsi, il n’est pas rare, en Russie, que des anciens joueurs professionnels fassent le pas vers le football à 8 à la fin de leur carrière ou après celle-ci, parfois via d’autres disciplines comme le futsal ou le beach soccer. Cela n’est pas pour déplaire aux centaines d’amateurs qui auront la chance d’affronter Roman Shirokov, Denis Kolodin ou Evgeny Aldonin ce week-end.

Les dimensions du terrain, pour la CFL 2017, sont de 68 mètres sur 39 mètres, avec des goals de 5,6 x 2,35 mètres. Cela permet, d’un point de vue purement tactique, des combats acharnés entre les coaches et des dispositions d’équipe qui varient constamment. Entre le 3-2-2 conservateur, le 2-2-3 ou 3-3-1 de base, le 1-2-3-1 avec un libéro et un 10 et ses variantes, le 3-1-3 où tout passe par le meneur, le 1-2-4 à l’attaque moussaillon de fin de match et bien d’autres encore, les possibilités sont infinies et les oppositions n’en sont que plus pimentées. Si le foot à 8 reste amateur, ça n’en reste pas moins un sport, c’est-à-dire une « activité physique, le plus souvent de plein air et nécessitant généralement un entraînement, qui s’exerce sous forme de jeu ou de compétition, suivant des règles déterminées » (selon le CNRTL). C’est sans doute ça la force du foot à 8, un loisir qui reste un sport et vice-versa, le retour à cette simple mais belle vision de ce football qui nous donne des doses de dopamine tout au long de l’année mais dont la pratique professionnelle actuelle sent le moisi.

Moscou, une destination logique

Comme précisé ci-dessus, le foot à 8 reste le format privilégié pour les équipes de jeunes (jusqu’à 12-13 ans) dans nos pays, mais n’a semble-t-il jamais perduré une fois que les gamins grandissent, les enfermant dans le carcan du football à onze, avec tous les contes de fées et les rêves qui partent en fumée qu’il représente. Certains pays d’Europe de l’Ouest ont toutefois une certaine pratique du foot à 8. En Angleterre par exemple, Londres propose des terrains pour des parties de foot à 8, bien qu’il ne semble pas y avoir de compétition spécifique et que le « five-a-side » soit beaucoup plus populaire. En Italie, plusieurs ligues appartenant à plusieurs fédérations régionales existent, comme celle de Rome qui comprend trois divisions et a commencé en 2005-2006 ; elle aura d’ailleurs un représentant à Moscou avec le déplacement de la Lazio (cf. ci-dessous). En Belgique, l’ABSSA et ses six divisions rassemblent bien des milliers d’amateurs chaque week-end, mais cela reste du foot à onze contre onze malgré des mi-temps de 35 minutes.

En France, 2016 a vu l’accueil de l’Euro « des montagnes », quelques jours avant sa grande sœur de l’UEFA. Tradition qui a débuté en Autriche en 2008, ce tournoi amateur de foot à 8 pour équipes de montagnes se dispute tous les quatre ans et voit s’affronter des sélections nationales dans des cadres incroyables. L’an passé, c’est Morzine qui a accueilli 12 équipes durant quatre jours sur des terrains il est vrai boueux et ravagés par les pluies, sous l’œil avisé de Jacques Santini ou Aimé Jacquet, présents lors de l’évènement. Bien loin de la zone de conflit, la finale a opposé la Russie à l’Ukraine, pour une victoire 4-1 des Russes, pourtant plus habitués aux synthétiques de leurs infrastructures mais qui avaient fessé les Italiens (7-1) et les Belges (4-0) sur leur chemin, grâce notamment à la présence d’anciens pros comme Alexei Medvedev (qui termine meilleur buteur avec 11 buts). Représentant la petite cité de Krasnaya Polyana, proche des domaines ayant accueilli les JO d’Hiver de Sotchi en 2014, cette victoire montre la solide réputation de la Russie lorsqu’il s’agit de foot à 8, dans un tournoi globalement dominé par les équipes Footballski (la République Tchèque complétait en effet le dernier carré).

Sale temps pour le ski | © Compte Flickr Euro 2016 des montagnes

Une image que seul le football peut offrir | © Compte Flickr Euro 2016 des montagnes

Avec un championnat amateur extrêmement développé et la tenue de la seconde édition de la CFL à Moscou, la Russie semble donc à l’avant-garde du foot à 8 dans le monde. La façon dont la LFL a professionnalisé les à-côtés de la discipline, tout en la gardant amateur, ces dernières années a contribué à son succès grandissant non seulement à l’intérieur de ses frontières, mais aussi en dehors puisque de nombreuses équipes issues de l’étranger, et pas seulement des pays voisins, ont développé leur équipe et font partie du gratin qui s’affronte ce week-end.

Du football amateur, pour une couverture passionnée

Pour juger de la popularité du foot à 8 en Russie, citons en outre les 25 millions de visiteurs annuels qu’enregistre le site web de la LFL, les 450.000 joueurs inscrits dans leur base de données ou la présence de la LFL dans plus de 250 villes du pays. Les statistiques officielles nous y montrent également la présence de 4.062 stades et de plus de 57.000 équipes, tandis qu’Instagram comportent 24.205 publications avec le tag #LFL (#лфл). Tandis qu’une tonne de matchs sont retransmis en direct sur Youtube, les milliers de pages Vkontakte ou Facebook permettent de suivre au jour leur jour son ou ses équipe(s) préférée(s), certaines d’entre elles n’hésitant pas à proposer par exemple des émissions de debriefings en compagnie de joueurs. Une passion sans limite.

Et les fans dans tout ça ? Mis à part les sociétés de pom pom girls qui sont évidemment présentes lorsque les joueurs sont aux vestiaires, le caractère amateur veut aussi dire accès gratuit aux matchs, dans des infrastructures le plus souvent très correctes. La gratuité sera aussi de mise lors de la CFL 2017 pour l’entièreté du tournoi, qui compte, en plus de la compétition principale, un match inaugural entre les équipes nationale de Tunisie et de Russie, un tournoi Féminines, un tournoi pour jeunes, un tournoi de fans, un tournoi de futsal (6×6) et même un tournoi de cheerleaders. De quoi faire plaisir aux supporters !

Le Eastwood Girls Crew a confirmé sa presence à Moscou

Généralement, ces derniers ont en effet l’embarras du choix entre aller voir un match de foot à 8 près de chez eux, ou les retransmissions en ligne offertes par la chaîne Youtube de la LFL ou de ses antennes régionales, pour le plus grand bonheur de nos lecteurs. En effet, la qualité HD des retransmissions, les commentaires en direct et les interviews à la mi-temps et après les matchs sont devenus le b-à-b.a. de la couverture médiatique habituelle des matchs de foot à 8 en Russie. Pour la CFL, l’organisation compte même mettre les petits plats dans les grands : « Nous aurons pas mal de stars, et pas seulement parmi les joueurs. De célèbres artistes, musiciens, show men, entraîneurs, commentateurs… Par exemple, la finale sera commentée par le meilleur commentateur du pays, Konstantin Genitch, qui a fait la finale de l’Euro en France » nous accorde Elizaveta Kuzenkova, directrice du département international du tournoi. Oleg Romantsev, qui ne pèse que quelques neuf titres de champion national avec le Spartak, devrait également être de la partie en tant qu’invité d’honneur et expert, tout comme l’un de ses médecins de l’époque, Yuri Vasilkov.

Il est vrai que les noms de Mega Titan, FKSP, Transcontenteur, Terminator, Parti Communiste, Albion ou Grand Forward sont sans doute familiers à ceux qui ont pu suivre l’un ou l’autre de nos livetweets de ces matchs qui sentent bon le football qu’on aime. La finale de l’an passé, remportée par Zolotoï contre l’AFC Porter aux tirs au but, avait attiré plus de 4.000 web-spectateurs, en plus des quelques centaines de supporters présents qui ont pu profiter de la cérémonie de remise des trophées et du feu d’artifice qui s’en est suivi – tout en rappelant que ce match s’est déroulé le 9 mai, joue férié par excellence en Russie.

L’AFC Partizan est l’une des innombrables équipes de foot à 8 amateur à Moscou | © @fc_partizan_moscow/

Cette année encore le tournoi est organisé lors du long week-end du Jour de la Victoire, avec une finale le mardi 9 mai, tout sauf un hasard pour Elizaveta Kuzenkova : « C’est une grande tradition pour nous et les pays alentours. C’est pourquoi nous offrons en premier lieu la possibilité de participer aux équipes venant pays qui célèbrent ces journées, mais désormais nous voulons aussi montrer à tous que la Russie est un pays beau et aimable ». Avec des excursions et visites guidées proposées, ainsi que la possibilité de profiter de la ville qui ne dort jamais, tout porte à croire que les équipes étrangères sauront apprécier l’hospitalité russe et repartiront de Moscou avec les jambes en compote mais des souvenirs plein la tête.

Enfin, le Stade Setun Park, qui accueille le tournoi, a été spécialement pensé et construit pour la pratique du foot à 8, comme beaucoup d’autres infrastructures à travers le pays.

Bah oui, un foot sans ultras, c’est de la merde. Pas vrai la LFP ? (Photo prise à Novossibirsk) | © @kondratushkin

48 équipes en quête de la Continental Football League 2017

L’intérêt croissant pour la Continental Football League, surtout venant de l’extérieur, a permis aux organisateurs d’augmenter le nombre d’équipes de 32 à 48 par rapport à l’année passée, alors même que tous ceux qui le désiraient n’ont pu répondre présent, comme l’indique Elizaveta Kuzenkova : « Nous ne devons pas oublier que pour un voyage en Russie, un visa est nécessaire pour chaque joueur qui vient d’un pays étranger, en général. Nous savons déjà que c’est ennuyeux et coûteux. Après tout, nos participants sont de véritables équipes amateurs avec tous les problèmes que ce statut engage. A part jouer au football, ces gens étudient ou travaillent quelque part, et tout le monde n’a pas pu prendre congé ».

Les médailles de la CFL 2017 ! | © FB Continental Football League

Mais en Russie, parfois, congé ou pas congé, la CFL est déjà tellement réputée qu’on se presse à y aller. « Si tu refuses des vacances à cause de la CFL, j’imagine que ça signifie son importance à mes yeux. Personnellement, je pourrais être en Espagne à l’heure actuelle, mais j’ai changé mes plans. C’est seulement la seconde édition de la CFL mais c’est déjà extraordinaire » avoue Pavel Botov, entraîneur de RusUltras tout en étant joueur chez le FC Bars. « Avant tout, bien sûr, nous voulons jouer. Mais la fête du football est très importante. Nous voulons y participer ensemble avec les équipes de tous les coins de notre pays et des autres continents » assure quant à lui Alexander Tarakanov, entraîneur du FC Polyot et interrogé par vsporte.ru. Le FC Joker, situé à Novossibirsk, avait fait bonne figure l’an passé, terminant en quarts de finale. Outre une équipe de 8×8, ils sont davantage connus pour leur équipe de beach soccer, tandis qu’ils ont aussi des sections de rugball, de catch, de fight club et d’arts martiaux pour enfants. « Nous n’avons pas besoin d’un moyen extra pour s’adapter au tournoi. Ou alors peut-être traiter le foie ? » s’amuse Dmitry Zhernoklev, président du club.

Outre d’anciens joueurs professionnels ou internationaux comme Shirokov, Aldonine, Medvedev, qui participeront dans l’un ou l’autre des tournois de la CFL 2017, pas mal d’équipes viennent avec l’intention de gagner, à commencer par les finalistes de l’an passé, Zolotoi et du AFC Porter, tandis que d’autres vont découvrir le tournoi, notamment certaines équipes étrangères.

Ainsi, la Tunisie envoie ses cinq meilleures équipes, dont le FC Morneg de Hatem, qui a fini troisième dans le championnat national, organisé pour la première fois cette année. « Le niveau général en Russie est meilleur – nous avons regardé les matchs et nous comprenons tout cela. Néanmoins, nous sommes là pour bien performer et atteindre la finale. (…) Nous espérons que l’assistance va augmenter cette année. Et bon, après les matchs, nous aimerions aller dans une boîte de nuit ! ».

Le FC Morneg |© lfl.ru

Le FC Sykies vient lui d’Athènes, en Grèce. Fondé il y a quatre ans, l’équipe a plutôt l’habitude de jouer à onze contre onze mais assure que la bonne entente entre ces jeunes coéquipiers, habitués à jouer ensemble, pourraient également faire des ravages en 8×8. « Peut-être qu’on sera l’une des plus jeunes équipes du tournoi mais cela ne nous préoccupe pas. Nous avons la qualité et l’expérience pour affronter n’importe quel adversaire. Je pense que notre arme secrète est le fait que tous les joueurs sont coéquipiers dans l’équipe habituelle à onze contre onze » assure Fotis Nikolaidis, l’un des joueurs du FC Sykies. « Le football amateur semble à un bon niveau en Grèce. Il comporte des joueurs de grande qualité, mais l’organisation n’est pas encore au même niveau. Cela s’améliore d’année en année, cela devient mieux organisé. La fédération grecque de minifootball est responsable des évolutions dans ce secteur » ajoute-t-il, tout en ajoutant qu’ils sont à Moscou pour gagner le tournoi ou pour se faire connaître.

Alibek Mazhinekov est quant à lui le président du SKA Almaty, qui sera l’une des équipes kazakhes à suivre lors de la CFL 2017. Il déclarait il y a quelques jours : « Ce n’est pas un secret que nous nous plaçons parmi les outsiders, depuis que j’ai pris connaissance des vidéos retransmettant les matchs des meilleures équipes russes. Je veux souligner qu’il n’y a aucune équipe faible à ce tournoi. Nous évaluons les perspectives de notre équipe avec prudence, pour plusieurs raisons. Pour nous, le format 8×8 est un début. Notre équipe, dans son style, est plus proche du concept du futsal. Nous jouons sur du dur, et ici il s’agit d’un terrain synthétique, d’une balle différente ; d’autres qualités tactiques et techniques sont exigées. C’est pourquoi le challenge est de s’habituer au format actuel. De plus, nous gardons en tête qu’il reste peu de temps ».

Outre les considérations sportives, Alibek sait reconnaître la symbolique d’un tournoi joué le week-end du 9 mai : « Chaque pays est touché par les horreurs de cette affreuse époque, quand, grâce au courage des gens, la nation est devenue un héros-vainqueur. De plus, nous avons un regard éducatif envers ce tournoi, qui représente un hommage aux vétérans de guerre pour notre plus jeune génération. Nous apparentons à la génération des « enfants, enfants de la guerre », donc nous avons quel prix a été payé pour la Victoire, et c’est avec un sentiment de fierté envers nos grands-parents, les libérateurs, que nous allons participer à la seconde édition de la CFL ».

Enfin, comment ne pas évoquer les équipes étrangères sans parler de l’Italie et de son représentant particulier : la S.S. Lazio ! Fondée en juin 2010 en tant que section de la société sportive omnisports Lazio, l’équipe est actuellement en deuxième division après avoir goûté à l’élite il y a quelques années. « Le foot à 8 en Italie est divisé en plusieurs fédérations, qui restent séparées, car chaque grande ville a sa ligue. Aujourd’hui, la plus grande confédération dans le foot à 8 italien est celle de Rome, où 2.000 équipes sont organisées en trois divisions » explique Andrea Maria Liguori, le président de l’équipe. Pour leur première compétition internationale, les Italiens ont décidé de jouer la CFL pour « grandir et donner une visibilité au foot à 8 italien ainsi qu’à la ligue européenne de football, pour qu’elle soit un jour reconnue par l’UEFA ». Ils ne sont pas effrayés à l’idée de rencontrer d’anciens joueurs professionnels à Moscou, « nous avons l’habitude de jouer contre eux, puisqu’il y a déjà d’ex-professionnels dans notre championnat, comme Simone Perrotta, Max Tonetto, Marco Cassetti et Marco Delvecchio, en plus de ceux qui ont joué dans les divisions inférieures ». Ayant un groupe large et un blason mondialement connu à porter, nul doute que la Lazio fera parler d’elle lors du tournoi.

Quoiqu’il en soit, chez Footballski, l’effervescence autour du foot à 8 en Russie nous a déjà convaincu, comme vous avez déjà pu vous en douter. Nous espérons vous avoir fait partager notre enthousiasme face à cette discipline particulière et à cette Continental Football League 2017 qui promet. On n’a pas le même format, mais on a la même passion.


Lire aussi : On a discuté foot à 8 avec Dmitry Smirnov et Elizaveta Kuzenkova


Détails pratiques

Le tournoi se déroule donc du 5 au 9 mai à Moscou. Tous les matchs seront retransmis en live HD, nous vous conseillons donc de suivre les pages Facebook (en anglais), Vkontakte et Youtube de l’organisation pour vous abreuver de foot à 8 durant tout le week-end, où que vous soyez. Le 4 avril, le programme débute avec deux matchs en avant-première, puisque l’équipe nationale russe rencontre la Tunisie et la Libye lors de deux rencontres amicales. A noter que dans le tournoi en lui-même, quatre équipes tunisiennes et deux équipes libyennes sont présentes, tout comme une équipe du Sénégal (l’ASC Lumière).

Pour les chanceux qui sont à Moscou, indiquez Setun Park (qui se trouve sur la rue Kubnika) dans le GPS ou dans celui de votre taxi, ou rendez-vous à la station de métro Slaviansky Boulevard pour prendre le bus 139, 157, 157k, 205, 231, 818 ou  840 jusqu’à l’arrêt « Dvorets Sporta Krylia Sovetov ».

Enfin, pour le tirage au sort des 12 groupes de 3, le calendrier et les résultats, rendez-vous sur le site officiel de la CFL 2017 !

Nous souhaitons remercier E. Kuzenkova pour sa disponibilité et son aide quant à la réalisation de  cet article ; et nous souhaitons bonne chance à elle, à D. Smirnov et à tout le Comité Organisateur pour le tournoi ce week-end !

Tous propos de D. Smirnov et E. Kuzenkova recueillis par Thomas Ghislain pour Footballski ; le reste recueilli par le Comité Organisateur de la CFL 2017 (http://lfl.ru)

Thomas Ghislain


Image à la une : © Elizaveta Kuzenkova | CFL 2016 | LFL.ru

Foot à 8 : Moscou accueille la Continental Football League
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Borna Barisic, fils de mafieux et meilleur latéral croate 2016-2017

Comme souvent, il pleuvait sur le Gradski Stadion. Ce qui ne dérangea pas l’escalade d’un enfant en imperméable avec une...

Fermer