« Où vas-tu Fabio ? » ou la sélection russe et ses 50 joueurs

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 26 mars 2015

Après la déception de la coupe du monde, les premiers matchs de la Sbornaya avait laisser entrevoir de nets progrès et un jeu plus chatoyant comme vous le décrivait alors Xav; mais depuis les choses se sont compliquées et les matchs contre la Suède (1-1), la Moldavie (1-1) et la défaite contre l’Autriche (1-0) sont venus compliquer largement les choses.

Aujourd’hui le technicien italien est tiraillé entre le fait qu’il doit se préparer principalement pour la Coupe du Monde 2018 qui aura lieu en Russie et qui constitue son principal objectif, et le pragmatisme qui le caractérise et qui le conduit à sélectionner les anciens pour être sûr de se qualifier pour l’Euro 2016, ainsi il continue de faire confiance à la défense du CSKA qui ne rassure personne mais qui a de l’expérience et ne voit pas de jeunes joueurs pour la concurrencer. Fabio Capello fait peut être le constat qu’en cas de non-qualification pour l’Euro français, il risque de ne pas voir la Coupe du Monde 2018: même s’il a les mains libres, la fédération pourrait perdre patience. Il peut se rassurer, la nouvelle formule de l’Euro à 24 nations devrait ne pas laisser la Russie sur le quai mais cela ne nous offre pas une politique plus lisible de sa part.

Il est vrai que quoi que l’on fasse en tant que sélectionneur dans un sport majeur, on est critiqué, mais il y a toujours un juste milieu à trouver entre le pragmatisme à la Deschamps, qui est réfractaire au renouvellement et la revue d’effectif exagérée – du type Philippe Saint-André qui a essayé presque cent joueurs en quatre ans pour le XV de France. A en croire les dernières listes de Capello, il se rapprocherait plus du premier exemple, après avoir pourtant joué la continuité fin 2014, ce qui nous rend ses intentions clairement illisibles.

L’ancien entraîneur du Milan AC a donc tout d’abord rendu publique une liste de 42 joueurs pour les deux matchs à venir: le Monténégro en qualifications pour l’Euro et le Kazakhstan en amical, avant de faire deux listes de 24 joueurs tirées de ce réservoir présélectionné. Néanmoins, il a appelé quatre joueurs n’en faisant pas partie, tout en en laissant d’autres sur le bord du chemin. Dans ces sélections, il y a tout ce que compte le football russe: des vieux grognards, des grands espoirs, des jeunes formés à l’étranger, des espoirs déchus, des jeunes n’étant même pas considérés comme des espoirs mais aussi des joueurs de FNL, un joueur du Dukla Prague et cinq joueurs de la lanterne rouge, Rostov. En ajoutant à cela, trois blessés et un joueur en reprise, nous arrivons donc à 50 joueurs (L’équipe titrerait « Et on joue à 25 ?« ).

Regardons, tout d’abord la liste pour affronter le Monténégro qui est le match le plus important [Les tableaux suivants comprennent l’âge du joueurs, l’âge qu’il aura au commencement de la Coupe du Monde 2018, son nombre total de sélections, et enfin le nombre de convocations (et de sélections) lors des six matchs disputés par la Russie depuis la Coupe du Monde 2014]

Vs Montenegro

Notons que depuis lors, Parshivlyuk et Glushakov forfaits ont été remplacés par Denisov, Kambolov et Kozlov

 

Jusqu’ici beaucoup de classique me direz-vous; puisque l’on retrouve 14 joueurs ayant participé au mondial, et 15 ayant participé à cinq des six matchs de la sélection depuis cette même Coupe du Monde. Zhirkov fait son retour, Schennikov accompagne ses amis indéboulonnables de la défense du CSKA (Berezutsky et Ignashevich), Smolnikov s’est imposé, Makeev est un espoir qui ne demande qu’a confirmer… On se réjouira de l’apparition de Portnyagin qui est en grande forme. Du classique donc pour une sélection: on reconduit deux tiers de l’effectif (14), on y ajoute des joueurs donnant satisfaction et on finit par un nouveau qui a largement mérité sa place. NÉANMOINS, ici trois à quatre joueurs peuvent poser question, grandement question: on s’attardera d’abord sur les trois (!!!) joueurs de Rostov en perdition en championnat: Novoseltsev, oui, c’est un espoir mais est-ce le moment ? Il y a peut-être l’intention de l’associer dans le futur à Granat son nouveau coéquipier qui est blessé, pour pouvoir remplacer la charnière du CSKA. Dzyuba, c’est un grand espoir mais il est perdu avec ses multiples changements de clubs, que pourrait-il apporter aujourd’hui à la sélection ? Deux noms surprenants mais qui sont en accord avec une certaine logique sportive, mais quid de Torbinsky, qui aura 34 ans en 2018, qui joue donc chez le dernier, et qui n’est plus apparu en sélection depuis un grand moment ? Enfin Shirokov est lui aussi vieillissant, caractériel, sort d’un échec au Spartak et n’a même pas eu le temps de s’acclimater à Krasnodar qu’il est déjà ici.

Passons au match suivant, le match amical contre le Kazakhstan, et là, c’est la véritable revue d’effectif. Concentrez-vous, on garde Lodygin, Rebrov, Berezutsky, Schennikov, Novoseltsev, Makeev, Dzagoev, Ozdoev, Kokorin, Dzyuba et Kannunikov et on y ajoute les joueurs ci-dessous:

Vs Kazakhstan

Non vous ne rêvez pas: ces onze joueurs totalisent 20 sélections (dont 13 pour le seul Kozlov) et seulement Dmitry Poloz est apparu en sélection depuis la Coupe du Monde (Kozlov et Mogilivets y ont participé). Il est très intéressant de donner du temps de jeu aux jeunes, mais tous ensemble, est-ce leur rendre service ? Plus encore, en moyenne, ces joueurs ont passé 560 minutes sur le terrain en championnat cette saison soit l’équivalent de 5 matchs ! Lobantsev n’est plus apparu depuis août, alors que Efremov et Zobnin n’ont pas encore joué un match complet cette saison (au total, une heure de jeu chacun). Nul doute que Davydov, Lobantsev, Efremov ou Mogilivets sont de grands espoirs, mais étant barrés en club, on ne voit pas ce qu’ils pourraient apporter aujourd’hui en sélection, surtout s’ils sont alignés tous ensemble (tout est possible après tout). Zobnin, qui n’a pas montré grand chose lors de ses apparitions en club, est préféré à son coéquipier Yusupov qui lui est quasi-titulaire au Dinamo Moscou.

Une chose est sûre, je suivrai attentivement pour vous ce match amical et vous ferai un débriefing des performances de ces gamins. Intéressons-nous maintenant aux fameux joueurs étant restés sur le carreaux mais faisant partie de la pré-liste de Fabio Capello.

Liste

Le jeune Denis Cheryshev est blessé donc on peut imaginer qu’il aurait eu sa place dans la liste. Les deux anciens du Dinamo semblent exclus du futur de la sélection (même si Denisov a été rappelé pour faire le nombre), on peut donc se demander quel intérêt a-t-on à pré-convoquer Gabulov sempiternellement. Ensuite, il y a les joueurs qui sont apparus de temps en temps, Semyonov présent à la Coupe du Monde paye donc la mauvaise passe du Terek. Une mauvaise passe que l’on ne paye sûrement pas à Rostov même si d’une manière surprenante Grigoryev a été écarté au profit de son coéquipier Torbinsky. Mais alors pourquoi pas Gazinsky, s’interrogent les supporters russes, lui joue dans une équipe en pleine forme. Enfin Lystsov, Karavaev, Tkachuk et Zhirov, peu d’entre vous les connaissent je pense ? Pour moi il s’agit d’un signal clair pour que tout le monde se sente concerné, y compris en FNL lorsqu’on joue au Volgar-Gazprom Astrakhan, mais peut-être s’agit-il de dire à ses dirigeants que s’il est obligé d’en venir là c’est qu’il ne faut rien espérer du réservoir russe en vue des prochaines échéances ? N’y a t-il pas de joueurs valables à Kuban, Ufa voire Amkar et Ural pour aller regarder dans le ventre mou de la D2 ?

 

Reste

 

Enfin pour faire le nombre, nous avons ajouté les quatre autres joueurs qui sont apparus depuis cette fameuse Coupe du Monde brésilienne: Fayzulin est blessé et nul doute que Capello compte sur lui de part son expérience. C’est sans doute la même chose pour Granat, si seulement il arrive à digérer son transfert quand il reviendra sur les terrains. Kerzhakov est lui valide mais pour la première fois non-convoqué. Va-t-il finir comme Ryzhikov et Eschenko, qui ne sont plus revenus eux depuis la Coupe du Monde ? Enfin Nababkin, appelé une seule fois mais non-sélectionné, semble lui hors-jeu.

N’oubliez pas que tout est possible avec Fabio et que l’on pourrait devoir commenter une dizaine de nouveaux noms dès les prochaines listes. Néanmoins, et ce malgré mon ton allègrement ironique, je souhaite bonne chance à tous ses joueurs et espère voir enfin la Sbornaya jouer à un niveau qui devrait être le sien. A suivre…

 

Adrien Laëthier

« Où vas-tu Fabio ? » ou la sélection russe et ses 50 joueurs
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

  • […] Le match avait alors commencé seulement depuis dix secondes lorsque Igor Akinfeev s’est effondré, touché par un fumigène au cou. Le gardien russe est évacué vers l’hôpital avec pour diagnostic une contusion cérébrale et brûlure au coup. Lodygin s’échauffe mais Capello demande à ses joueurs de rentrer aux vestiaires, l’arbitre allemand interrompt donc le match. Match qui reprendra finalement une demi-heure plus tard avec une domination complètement stérile des joueurs russes. On ajoutera la blessure de Dzagoev (la poisse pour le CSKA) remplacé par Torbinsky revenu en sélection d’on ne sait où, ce qui déclenchera les quolibets des supporters russes sur les réseaux sociaux. (Voir aussi: « Où vas-tu Fabio ? » ou la sélection russe et ses 50 joueurs) […]

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
FootballskiTrip 2015 : On a vécu Petrolul Ploiesti vs. CSMS Iasi

Notre seconde journée dans la capitale roumaine est clôturée par un déplacement dans la ville de Ploiești, petite ville située à...

Fermer