En route pour l’Euro 2016 – France vs. Russie : Présentation du groupe russe

© LOIC VENANCE/AFP/Getty Images
Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 28 mars 2016

La Russie sort d’une victoire probante 3-0 face à une Lituanie, il est vrai assez faible. Mais cela continue à augmenter le moral du groupe et la confiance en Slutsky, ce qui est le principal quand on sait que le moteur du renouveau russe a surtout été l’aura du sélectionneur. Durant ce match face aux Lituaniens, de nombreux joueurs, habituellement non titulaires, ont marqué des points. De quoi motiver les troupes et, surtout, imposer aux joueurs habituellement titulaires qui joueront face à la France d’être performants pour ne pas voir la hiérarchie s’inverser.

L’équipe de Russie a atterri ce dimanche à Paris avec en son sein 24 joueurs, Leonid Slutsky ayant décidé de laisser à la maison les deux gardiens de but qui ont joué contre la Lituanie : Guilherme et Stanislav Kritsyuk ainsi qu’Ilya Maksimov d’Anzhi et Artur Yusupov du Zenit.

Avant de commencer cette présentation succincte, je peux vous inviter à relire mon analyse du groupe de Capello, il y a un an avant le match amical contre le Kazakhstan, ce qui ne devrait pas manquer de vous offrir un solide point de comparaison.


Lire aussi : « Où vas-tu Fabio ? » ou la sélection russe et ses 50 joueurs


Les gardiens

Igor Akinfeev ; Yury Lodygin

Il y aurait tant à dire sur le débutant Kritsyuk ou encore sur le naturalisé Guilherme, mais Leonid Slutsky a décidé de les laisser à la maison pour n’emmener que les deux gardiens habituels à Saint-Denis. Ainsi Igor Akinfeev et Yury Lodygin devraient se partager le temps de jeu et je pense que nous n’avons pas besoin de vous les présenter.

© Epsilon/Getty Images

Igor Akinfeev | © Epsilon/Getty Images

Akinfeev doit néanmoins briller pour faire taire les mauvaises langues qui doutent de lui sur la scène internationale, tant en club où ils possèdent une série humiliante de buts encaissés en C1, ce qui fait oublier aux suiveurs qu’il est rarement responsable, que sur la scène internationale où il a souvent craqué au plus mauvais moment, comme notamment lors de la dernière Coupe du Monde.

Malgré tout, avec son coach fétiche, sa place n’est pas en danger. Lodygin, lui, est en quête de confiance après un début de saison très décevant où il a même perdu sa place dans les buts du Zenit au profit de Mikhaïl Kerzhakov. Revenu en grâce aux yeux de Villas-Boas, lui, qui lui avait donné sa chance le premier, Lodygin est de nouveau au plus haut niveau et va devoir se montrer avec le temps de jeu qui lui sera réservé demain.

Les défenseurs

Vasili Berezutski ; Aleksey Berezutski ; Sergey Ignashevich ; Yury Zhirkov ; Dmitry Kombarov ; Igor Smolnikov ; Oleg Kuzmin

Là encore, si vous suivez le football depuis des années, la charnière centrale ne vous étonnera pas : Vasili et Aleksey Berezutski auxquels il faut ajouter Sergey Ignashevich, le classique du CSKA Moscou version Slutsky. De quoi permettre aux rapides attaquants français d’ouvrir quelques brèches dans leurs dos, car si cette défense est solide sur l’homme, elle n’est pas connue pour être des plus rapides ; ce qui a souvent coûté cher au CSKA sur la scène européenne.

Deux choses peuvent également nous interpeller : Slutsky a décidé d’appeler trois joueurs du même club pour occuper l’axe central. Le troisième larron, Aleksey Berezutski, bien qu’il dispose d’un temps de jeu conséquent du fait des diverses blessures, n’est pas considéré comme un titulaire indiscutable et est loin d’être l’assurance tout risque, de la même façon que ses compères de défense. Plus encore, le nombre restreint de joueurs à ce poste dans le groupe sélectionné par Slutsky est douteux, alors que nous aurions pu attendre quatre, voire cinq hommes dans une liste originelle de 28, nous ne disposons que de trois centraux aujourd’hui.

Ivan Novoseltsev | © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images

Ivan Novoseltsev | © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images

De façon curieuse, Ivan Novoseltsev a été laissé de côté alors qu’il brille pourtant avec Rostov et qu’il faisait partie du groupe à l’automne, tout comme Semyonov du Terek et Viktor Vasin (oui, le quatrième stoppeur du CSKA qui a perdu en amical avec son club et sans son coach contre Dolgoprudnyi ce week-end). Ces trois joueurs n’ont sans doute pas convaincu en novembre mais ont encore un coup à jouer dans le futur.

Les latéraux ne sont pas tellement plus jeunes, mais plus performants sans doute. A gauche, l’ancien Blues Yury Zhirkov récemment revenu au Zenit devrait être titularisé en lieu et place de Dmitry Kombarov qui a joué contre la Lituanie. Deux joueurs aux qualités offensives reconnues tout comme leurs pendants de droite : Igor Smolnikov et Oleg Kuzmin.

Oleg Kuzmin | © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images

Oleg Kuzmin | © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images

Le premier n’est pas forcément considéré à sa juste valeur par son coach au Zenit, ni très connu en Europe, mais il est pour moi extrêmement sous-côté car performant défensivement et apportant beaucoup à l’attaque de son club chaque fois qu’il est aligné. L’histoire d’Oleg Kuzmin, elle, est des plus intéressantes. Le Moscovite va sur ses 35 ans, est depuis longtemps un incontournable du Rubin Kazan, après l’avoir été au FK Moscou (sous Slutsky) ou encore à Elista, mais c’est seulement depuis l’an dernier qu’Oleg a pu connaître les joies de la Sbornaya ; avec d’ailleurs des performances de haute volée lui permettant sans doute d’être titularisé demain soir.

Les milieux

Igor Denisov ; Dmitry Tarasov ; Roman Shirokov ; Oleg Ivanov ; Denis Glushakov ; Alan Dzagoev

Là, il y a pléthore. Onze joueurs au total, en sachant que Yusupov et Maksimov ont déjà été écartés avant ce match. C’est peut-être là que le niveau est le plus dense pour la Sbornaya, même si certains joueurs posent questions. Sur la ligne basse, nous avons Igor Denisov, Dmitry Tarasov, Roman Shirokov, Oleg Ivanov, Denis Glushakov et Alan Dzagoev.

Alan Dzagoev | © Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

Alan Dzagoev | © Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

Le dernier est indiscutable en sélection comme en club, même s’il n’a pas su confirmer tous les espoirs qui étaient placés en lui. Il abat une quantité de travail impressionnant sur le terrain, tant défensivement qu’offensivement. Le match de mardi sera l’occasion de le redécouvrir sur vos écrans.

Denis Glushakov du Spartak, souvent décevant, a fait une performance retentissante contre les Lituaniens, ce qui pourrait faire réfléchir le staff russe, d’autant que ses concurrents sont en situations délicates.  Le génial Roman Shirokov s’était éteint au Spartak avant d’être écarté puis relancé cet hiver par Slutsky, lui-même au CSKA Moscou. Pour le moment, difficile de juger de ses performances pour les Armeytsi. Toujours est-il qu’il n’est pas apparu sur le terrain contre la Lituanie alors qu’il avait joué les deux matchs amicaux cet automne. C’est Ivanov qui lui a été préféré, lui le grand artisan de la bonne saison du Terek, et l’on peut dire qu’il a été performant, remettant en jeu le statut d’intouchable du capitaine Roman. A lui donc de répondre sur le terrain demain.

Igor Denisov sera-t-il titularisé après ne pas être apparu contre les Baltes ? C’est toute la question, et même si je n’y suis pas favorable, je pense qu’on en prend le chemin. Ingérable, parti fâché du Zenit, écarté par Cherchessov au Dinamo puis réintégré par Kobelev qui va finir par lui-même l’écarter à l’automne, Denisov fait depuis quelques années surtout parler de lui en dehors des terrains. Malgré tout, Denisov a réussi à faire son retour dans le groupe du Dinamo et, à en croire les rumeurs, le ministre des Sports Vitaliy Mutko n’y serait pas étranger.

En effet, le ministre des Sports, qui dispose aussi de la casquette de Président de la Fédération, considère ce bon vieux Igor comme une pièce maîtresse de la sélection et s’assure donc de son temps de jeu avant l’Euro. A suivre…

© STR/AFP/Getty Images

Dmitry Tarasov | © STR/AFP/Getty Images

Enfin si Dmitry Tarasov a été appelé, c’est un peu une surprise eu égard à l’affaire du T-shirt Poutine en Europa League avec le Lokomotiv Moscou. Sportivement plutôt convaincant le week-end dernier où il est resté 90 minutes sur le terrain, on ne devrait tout de même pas le voir contre la France.

Oleg Shatov ; Aleksandr Samedov ; Pavel Mamaev ; Aleksandr Golovin ; Aleksey Ionov

Des cinq ailiers présents dans le groupe, quatre sont apparus lors du dernier match et seul Oleg Shatov, le plus important, a été préservé en vue du match de demain. Le joueur le plus méconnu et sous-côté de Russie et du Zenit aura l’occasion de faire étalage de tout son talent au Stade de France. Il sera sans doute aligné avec comme pendant Kokorin pour une triplette offensive entièrement venue de Piter.


Lire aussi : Oleg Shatov, de « Tagil » à la capitale culturelle de la Russie


Titulaire contre la Lituanie, l’expérimenté Aleksandr Samedov, en pleine forme en ce moment avec le Lokomotiv, pourrait également apparaître pour faire admirer sa technique et sa précision sur coup de pied arrêté tandis que Pavel Mamaev de Krasnodar fait de plus en plus son trou en sélection. Titulaire également au dernier match, le tatoué des Taureaux sera sans aucun doute à l’Euro.

Pavel Mamaev | © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images

Pavel Mamaev | © KIRILL KUDRYAVTSEV/AFP/Getty Images

Les deux autres ailiers sont plus surprenants. Tout d’abord Aleksandr Golovin, pour qui Slutsky s’est renié. Alors qu’il avait dit qu’il ne ferait pas comme son prédécesseur Capello et n’appellerait pas de jeunes très peu expérimentés et non-titulaires en club, il a fini par se contredire pour appeler son protégé du CSKA. Mais ce que l’on peut dire, c’est qu’il lui a bien rendu en inscrivant son premier but en sélection contre les Lituaniens. Il serait toutefois étonnant de le voir contre la France même si le staff voudra peut-être le relancer tant qu’il est en confiance. Toujours est-il qu’il faudra le suivre et qu’il pourrait bien être la surprise dans le groupe.

Enfin, Aleksey Ionov n’est pas tant une surprise. Présent  sur la scène russe depuis très longtemps, ses performances en club ainsi que la situation de son Dinamo peuvent tout de même nous interroger sur sa place ici. En effet, l’ancien du Zenit, avec qui il a gagné la C3 tout jeune, n’est plus exactement à son meilleur niveau en club et devrait peut-être rejoindre une équipe en meilleur état pour se relancer. L’Euro arrive vite et c’est peut-être lui qui fera les frais de l’arrivée de Golovin.

Les attaquants

Aleksandr Kokorin ; Artyom Dzyuba ; Aleksandr Kerzhakov ; Fyodor Smolov

Si le décevant et néo-piterets Aleksandr Kokorin devrait jouer sur l’aile au vu de la concurrence, les trois autres sont des attaquants de pointe purs. Je m’interroge personnellement sur la présence protégée en sélection de l’ancien du Dinamo, mais peut-être que le staff souhaite aligner une attaque jouant ensemble en club.


Lire aussi : Kokorin vs. Smolov: qui mérite la place d’avant centre dans la sélection russe?


Car en pointe, c’est bien Artyom Dzyuba qui sera là, et c’est bien légitime au regard de sa saison et de la concurrence. Pour moi qui ne suis pas un grand fan de ce joueur, il sera intéressant de voir s’il passe un cap en sélection face à un adversaire de haut niveau et même plus encore, s’il arrive à confirmer sa première demi-saison au Zenit. Ce dernier étant un habitué des disparitions subites après avoir donné beaucoup d’espoirs.


Lire aussi : Artem Dzyuba, le colosse de Moscou


Ses back-ups sont Aleksandr Kerzhakov et Fyodor Smolov. Étonnement performant avec Krasnodar, Smolov a mis longtemps à confirmer les espoirs placés en lui, mais montre aujourd’hui l’étendue de son talent et a même marqué d’entrée contre la Lituanie. Il sera sans doute de retour en France en juin alors que peu de gens auraient parié là-dessus il y a un an.

Rinat Dasaev et Alexander Kerzhakov |© OLGA MALTSEVA/AFP/Getty Images

Rinat Dasaev et Alexander Kerzhakov |© OLGA MALTSEVA/AFP/Getty Images

Enfin le dernier attaquant est à la fois le plus expérimenté et le plus surprenant. En effet, Aleksandr Kerzhakov est de retour dans le groupe ! Pourquoi ? Faute de mieux ? Ou pour transmettre son expérience ? Seul Leonid Slutsky le sait ! Après avoir passé une demi-saison dans le loft du Zenit, sans pouvoir s’entraîner normalement ni jouer avec le groupe sur ordre d’André Villas-Boas, il a fini par être prêté cet hiver en Suisse au FC Zürich (le Zenit ayant refusé de l’envoyer à la concurrence) et après quelques matchs, le voilà en sélection et avec une passe décisive contre la Lituanie. Ses prestations à venir seront donc pour tous une grande curiosité, mais surtout un grand enjeu pour lui s’il veut voir le Championnat d’Europe des Nations en juin.

Adrien Laëthier


Image à la une : © LOIC VENANCE/AFP/Getty Images

En route pour l’Euro 2016 – France vs. Russie : Présentation du groupe russe
4.17 (83.33%) 6 votes

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique, Crimée,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
© pgwear
Semaine #12 – 2016 : Matchs du week-end alternatifs

Vous êtes fans du foot de l'est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? En ce week-end...

Fermer