2016 – Six mois de football en Croatie

Robin Bjalon
Robin Bjalon - Publié le 4 janvier 2017

C’est à la mi-juillet que débutait le championnat en Croatie. Après une pause de quelques semaines et les bons résultats de l’équipe nationale à l’Euro, dix équipes sont entrées en lutte pour le titre. A l’issue de 20 journées sur 36, le classement est le miroir d’un championnat très passionnant. Invaincu, Rijeka bouleverse cette saison l’ordre établi et vire en tête à la trêve, devant le Dinamo Zagreb de Soudani, qui confirme sa très grande forme actuelle. Hajduk Split est pour le moment 4ème. L’autre club de Split et Cibalia sont en très mauvaise position et ferment la marche au classement. Pour tout comprendre, retour sur six mois de football en 1. HNL.

Rijeka (1er), Dinamo Zagreb (2ème), Osijek (3ème) et le Hajduk Split (4ème) pour les places européennes. A moins d’une grande surprise, ce sont ces quatre clubs qui vont se disputer les places européennes en fin de saison. Rijeka a fait le trou et est en bonne position pour remporter le titre, mais le Dinamo ne lâchera pas. Derrière, Osijek crée la surprise avec sa troisième place, tandis que le Hajduk Split n’est pas si loin.

Rijeka en bonne position

Avec six points d’avance sur son concurrent de la capitale, Rijeka se trouve déjà en bonne position pour remporter le titre. L’équipe réalise une première partie de saison tout à fait remarquable, et est notamment toujours invaincu! Après deux succès initiaux contre Split et Istra, les coéquipiers de Misic sont en pleine bourre. Malgré une élimination précoce lors des qualifications pour l’Europa League face au club turc méconnu de Başakşehir aux termes de deux matchs nuls (0-0, 2-2), l’équipe s’est tout de suite remise sur les bons rails pour ne pas perdre jusqu’à la trêve, objectif annoncé par le coach Kek.

Avec une moyenne d’âge plutôt jeune, caractéristique du championnat croate, l’équipe est notamment composée en attaque du Suisse Gavranović et de l’Autrichien Gordon. A eux deux, ils capitalisent déjà 14 buts. Mais la véritable star de cette équipe de Rijeka, c’est incontestablement Franko Andrijasevic. Le milieu de terrain croate en est déjà à 8 réalisations en seulement 13 matchs. Après être passé par le Hajduk Split et le Dinamo Zagreb, il confirme cette année, à 25 ans, tous les espoirs placés en lui. Il voudra sans doute égaler son record de buts de l’an passé, avec 12 réalisations. S’il y arrivait, Rijeka serait sans doute pas loin de remporter le championnat.

Le Suisse Mario Gavranović © Lario Tus

Le Dinamo Zagreb en chasseur

Intraitable en HNL avec ses onze titres nationaux consécutifs, le Dinamo Zagreb n’est que deuxième cette saison, en position de chasseur derrière le leader Rijeka. Dans le groupe de l’Olympique Lyonnais, le club de la capitale a été sorti de la Ligue des Champions avec un piètre zéro pointé, comme trop souvent malheureusement. Vitale pour l’économie du club, la Ligue des Champions représente plus une source de rentrées d’argent qu’une véritable ambition pour le Dinamo.


Lire aussi : Une année catastrophique pour le Dinamo Zagreb


Malgré cela, le club réalise une première partie de saison très correcte dans le sillage de son attaquant algérien Hillel Soudani, LA star cette année en Croatie. Auteur de dix buts, l’attaquant du Dinamo est d’ailleurs appelé dans les 23 de la sélection algérienne pour la CAN 2017. Véritable point fort de l’équipe, il bénéficie du travail au milieu de Pavicic, Coric et de l’ancien Stéphanois Paulo Machado. Dans son style caractéristique tout en puissance, Soudani fait beaucoup de mal aux défenses locales. Son absence durant la Coupe d’Afrique des Nations risque d’être fort préjudiciable à son équipe dans la lutte à couteaux tirés avec Rijeka pour le titre.

El-Arbi Hillel Soudani, de son nom complet © Pixsell/goal.com

La surprise Osijek, le Hajduk Split pas loin


Lire aussi : Le renouveau du NK Osijek, cas désespéré du football croate


Incontestablement la grosse surprise de cette première partie de saison en Croatie, Osijek est actuellement sur le podium de la HNL, devant le Hajduk Split! Avec un effectif majoritairement compose de Croates, Osijek a réalisé six mois absolument incroyables. Huitième l’an passé, et très proche de descendre à l’échelon inférieur, Osijek a débuté son année par deux victoires, face à Zapresic et Istra, deux autres concurrents pour les places d’honneur dans ce championnat. Battu seulement 1-0 par Rijeka avec un but de Misic, Osijek se retrouve dans cette bonne position grâce à un nombre de victoires déjà bien supérieur à celui de la totalité de la saison dernière. Le club, fondé en 1947 est mené en attaque par le Macédonien Muzafer Ejupi. Auteur de huit réalisations, Ejupi sort d’une très belle saison 2015-2016 avec le Slaven Belupo (16 buts), et est cette année le fer de lance de l’équipe emmenée par Zoran Zekic. Pour sa première expérience sur un banc croate, l’ancien attaquant fait du très bon travail. Talonné par Hajduk Split, il lui faudra cravacher dur pour rester sur le podium en fin de saison.

© Davor Javorović / Pixsell

Le Hajduk Split, l’un des anciens clubs glorieux en Yougoslavie, se retrouve donc en ballottage défavorable pour le podium à l’issue de cette première partie de saison. Avec un effectif beaucoup plus international que de nombreux clubs en Croatie, le club entraîné par Joan Carillo ne réalise pas le début de saison espéré. Avec 15 points de retard sur le leader Rijeka, le titre n’est plus qu’une illusion. Avec une belle avance sur le Slaven Belupo, le Hajduk se battra donc pour le podium, mais sans doute pas à la place souhaitée.


Lire aussiOn a vécu Hajduk Split vs. Inter Zapresic


En attaque, Futacs est la seule véritable bonne surprise, avec sept buts pour sa première année en HNL. Le Hongrois de 26 ans, passé par Portsmouth il y a quelques années, et les méandres du championnat turc, s’appuie sur le talent de Juranovic et Vlasic au milieu. Kozulj et Jefferson sont, eux aussi, de bonnes rampes de lancement quand l’équipe possède la balle. Kozulj, de la génération bosniaque de 93, illumine lui les terrains de son talent de manière encore trop irrégulière. Il lui faudra gagner en régularité pour progresser, mais le talent est certainement déjà là. Hors des terrains, Nas Hajduk, l’association des membres du club, a racheté 24,5% des parts du club. Pour fêter cette nouvelle étape dans la reprise du pouvoir par les fans, une large foule s’était rassemblée sur une place emblématique de la ville. D’autres clubs suivront-ils?

Les places d’honneur

Dans le ventre mou du championnat, le Slaven Belupo Koprivnica s’est un peu détaché. Le Lokomotiva Zagreb, l’Inter Zaprešić et l’Istra 1961, comme l’an passé, ne paraissent pas en mesure de titiller le haut du classement et devront se méfier jusqu’à la fin de ne pas se faire rattraper. Dans son vétuste Gradski Stadion, le Slaven Belupo n’a plus rien à jouer. Incapable de suivre le rythme du quatuor de tête, il n’est plus concerné par le maintien. Une fois encore, une forte colonie brésilienne s’est implantée en Croatie, et c’est Heber, ancien de Figueirense, qui porte le club à bout de bras avec ses sept buts. Sans lui, l’équipe a beaucoup souffert. Entraîneur du club depuis maintenant plus d’un an, Zeljko Kapic développe un jeu plutôt attrayant, à base de passes courtes et de mouvements sur les côtés. Selim Bouadla, français expatrié en HNL et notamment passé par Le Havre, a joué quelques matchs et inscrit un petit but.

Selim Bouadla, également passé par Le Havre

Derrière le Slaven, le Lokomotiva Zagreb, qui vit dans l’ombre du Dinamo, se place en milieu de classement. L’équipe de Mario Tokic, pour sa première expérience sur un banc à 41 ans, se classe donc sixième. Vite éliminé des qualifications de l’Europa League, le Lokomotiva a dû attendre la mi-septembre avant de s’imposer pour la première fois en championnat. Depuis, l’équipe alterne le bon et le moins bon, dont cette défaite (logique certes) 3-1 face au Dinamo dans le derby. Emmené par le jeune Mirko Maric en attaque, le Lokomotiva a cette année en plus un gros problème de finition. Hormis lors de sa large victoire 4-1 face à Cibalia, l’équipe marque peu. Aucun de ses joueurs ne figure parmi le top 15 des meilleurs buteurs de 1. HNL. Pour remédier à ce problème, Tokic a évoqué la possibilité d’un mercato poussé sur les lignes offensives. Il faudra donc attendre et le déplacement sur la pelouse d’Istra à la mi-février pour savoir ce qu’il en est de l’effectif du Lokomotiva.


Lire aussi : Lokomotiva Zagreb, l’officieux Dinamo B


Le Lokomotiva, l’Inter Zaprešić et l’Istra 1961 se tiennent dans un mouchoir de poche. L’Inter Zaprešić, emmené par Samir Toplak, a décidément bien du mal à progresser. Ivan Blazevic, au milieu, apporte une touche technique, qui reste malheureusement limitée dans son équipe. Le jeu est lent, et face à des équipes plus techniques et rapides comme le Dinamo ou Rijeka, l’Inter souffre énormément. Malgré l’arrivée cet été de Mesfin-Mulugeta en défense, le bloc défensif de l’équipe reste très souvent mal organisé. Pour compenser cela, Toplak peut heureusement compter sur Jakov Puljic. L’attaquant de 23 ans en est déjà à 9 buts en 18 rencontres. S’il était amener à se blesser, la perte serait terrible pour l’Inter Zaprešić tant l’équipe est dépendante de son n°9 et l’animation offensive tourne souvent autour de lui.

Enfin, avec 19 points, soit dix de plus que Split et Cibalia, l’Istra 1961 semble relativement à l’abri de la relégation pour le moment. Avec dans ses rangs le Belge Bouhna, l’Istra 1961 est condamné à jouer le maintien cette saison. Sans véritable star ni de joueur capable de faire la différence, l’équipe devrait se battre jusqu’à la fin pour ne pas descendre. Eliminé en coupe nationale par la surprise Osijek, l’Istra n’a même plus la possibilité de s’offrir un bol d’air. Il faut donc dorénavant se concentrer sur la régularité en championnat, et prendre tous les points face aux concurrents directs pour ne pas voir ses poursuivants revenir à hauteur, ce qui semble néanmoins bien improbable vu leur niveau sur cette première partie de saison.

Split vers les barrages, le promu Cibalia vers l’ascenseur?

En queue de peloton, Split et le promu Cibalia semblent déjà condamnés à se battre pour les barrages pour éviter la relégation, avec un petit avantage à la différence de buts pour le premier nommé. Incapable de prendre des points, le RNK Split n’a gagné qu’un seul match depuis le début de saison en championnat! Spécialité locale du club cette année: les cartons rouges. Déjà cinq, dont deux lors de la défaite 2-0 à domicile face au leader Rijeka. L’équipe de Vjekoslav Lokica, en poste depuis juillet, se retrouve aujourd’hui à 11 points de l’Istra 1961 et la lutte pour le maintien semble déjà perdue. Le seul objectif viable est la 9ème place, offrant une place de barragiste face au deuxième de 2. HNL, la deuxième division.

Au même niveau se trouve donc Cibalia, bon dernier, à la faveur d’une différence de but défavorable: -32! Avec 46 buts encaissés, soit pus de deux par match en moyenne, pour seulement 14 marqués, le club de Vinkovci, situé à la frontière avec la Serbie, a de sérieux problèmes défensifs. Mrsic persiste à garder Matkovic dans les buts, mais ne serait-il pas temps de lancer le jeune Subaric? En attaque, seul le brésilien Thiago Rodrigues tente de se démener. Son jeu tout en vitesse est intéressant, mais reste malgré tout limité. Et avec un milieu de terrain loin de ses attentes, notamment Misic qui n’arrive pas à prendre le jeu à son compte, Cibalia est aujourd’hui condamné à lutter avec Split pour ne pas finir bon dernier, et donc descendre en seconde division nationale. Trop éloignés des clubs les précédant, la deuxième partie de saison risque d’être longue pour ces deux clubs. Avec comme seul fait d’armes une finale de coupe nationale en 1999, Cibalia semble parti pour vivre une descente, qui pourrait lui être fatal au niveau économique, quand on sait l’écart de revenus entre l’élite et son antichambre.

Le Cibalia a pourtant bien failli s’imposer face au Hajduk, mais perd dans le temps additionnel au terme d’un match complètement fou.

Vous l’aurez donc bien compris, le championnat de cette année est très passionnant! Rijeka va-t-il tenir pour remporter son premier titre depuis la création du championnat actuel en 1992. Osijek, superbe surprise de la 1. HNL va-t-il finir sur le podium? Qui finira dans le ventre mou? Et qui descendra entre Split et Cibalia? Tant de questions qui nous font déjà saliver avant la reprise du championnat mi-février. Avec le derby de Split pour bien démarrer l’année 2017, et une affiche Rijeka-Dinamo Zagreb pour clôturer cette folle saison!

Robin Bjalon


Image à la Une: © sportprimus.ba

2016 – Six mois de football en Croatie
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Robin Bjalon

Robin Bjalon

Etudiant en Histoire et Russe à l'Université d'Etat de Saint-Pétersbourg. Du froid, de l'ambiance, des passes manquées, des histoires, voila ce que j'aime !

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Villes de coupe du Monde – Épisode 3 : Ekaterinbourg

Après un grand été international, il est temps de se plonger dans la prochaine grande compétition internationale afin de ne...

Fermer