2015 – Six mois de football en Moldavie

Moldavie_russie_octobre
Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 7 janvier 2016

Après une saison 2014-2015 où la lutte pour le titre fut plus disputée que jamais auparavant, les deux dauphins du Milsami, le Sheriff et le Dacia, font cette saison la course en tête, suivis par un Zimbru qui a montré de très belles choses par rapport aux années précédentes. Le champion en titre, lui, vit une saison très compliquée après un remarquable été européen. Rien n’est fait en Moldavie si ce n’est, peut-être, pour la place de lanterne rouge puisque le FC Saxan est en eaux troubles suite à un excellent exercice la saison passée. Quant à l’équipe nationale, il faut le dire, elle est au fond du trou mais entrevoit l’avenir avec optimisme depuis la récente arrivée du grand Igor Dobrovolski à sa tête. Retour sur six mois de football en Moldavie où il n’y a eu ni gros scandale, ni club qui se retire en cours de saison. @Parlonsfoot donc!

clasament_divizia_nationala

Le classement à la trêve | © FMF.md

La lutte pour le titre : Dacia et Sheriff en tête

La première journée du championnat a vu le Dacia couler à Chişinău face au Zimbru : battu 2-0 sur le terrain, le Dacia sera finalement défait sur tapis vert après avoir gaffé sur le nombre de jeunes joueurs devant être réglementairement sur la pelouse. Mais depuis, les Lupii Galbeni semblent intouchables et n’ont plus connu la défaite : 12 victoires et 4 matchs nuls. Qui dit mieux ?

Le Sheriff, évidemment, mais à la différence de buts seulement. Les deux clubs présentent la meilleure arrière-garde de la République, toutefois le Sheriff et son armada offensive Subotic-Potiguar-Ricardinho ont permis d’enchaîner les perles et un +23 au goal-average des plus confortables. Côté satisfactions, on retiendra la belle demi-saison du Suisse Subotic, qui après une expérience relativement sympa aux Emirats Arabes Unis, retrouve les mêmes sensations qu’à Qäbälä et soutient un Ricardinho un chouïa moins performant que la saison passée. Il est le golgether actuel de la Divizia Nationala avec 8 buts, devant Ricardinho et Rui Miguel (6 buts chacun).

Au Dacia, Cociuc reste à la baguette et confirme tous les espoirs placés en lui. Auréolé de ses premières capes avec les Tricolorii, il est le dépositaire du jeu des co-vice-champions mais ne peut retrouver le même Petru Leuca que l’an dernier : avec un petit but au compteur, le Moldave s’est d’ailleurs vu écarté de l’effectif des Lupii Galben.

En Ligue Europa, les deux équipes ont connu un été assez différent. Le Dacia s’était brillamment qualifié pour le second tour avec une double victoire contre les Macédoniens de Renova (0-1, 4-1) et notamment deux buts d’anthologie de Cociuc et Jardan au retour. Face à Zilina, les Moldaves ont chuté contre un gros morceau (défaites 1-2 et 4-2) non sans avoir tenté le tout pour le tout en Slovaquie. Pour le Sheriff, par contre, une défaite cuisante d’entrée face aux Norvégiens d’Odds (0-3) mettra un terme à leurs ambitions européennes dès le 2 juillet…

Cociuc_celebration

Cociuc reste le maître à jouer du Dacia au milieu de terrain | ©Boris Kharchenko

Les outsiders : le Zimbru renaît, Zaria et Speranţa restent dans la course

Derrière, le Zimbru a fait fantasmer toute une capitale pendant quelques semaines. Autour d’un Rui Miguel étincelant, les pépites brésiliennes (Jo, Calu, Alex Bruno, Edivandio) recrutées au mercato ont brillé et n’ont que rarement déçu. Mais deux défaites à domicile face aux équipes de la rive gauche du Dniestr et un mois de novembre désastreux (défaite 0-1 face au Speranţa, humiliation 4-1 à Tiraspol et démission de Stoica qui s’ensuit) ont chaudement refroidi les ambitions de titre de l’équipe historique du pays.

A la course pour la 4e (voire la 3e) place, on retrouve un promu, le Speranţa Nisporeni, et un club qui aurait sans doute été rétrogradé sans le cirque de l’année passée, le Zaria Bălţi. Ces deux outsiders ont des ambitions à long terme, avec un projet qui a germé depuis la Divizia A pour les frontaliers tandis que le Zaria renaît petit à petit grâce à l’arrivée de bailleurs de fonds étrangers. Il ne serait pas étonnant de les voir maintenir leur position et que l’un ou l’autre gratte un ticket européen en fin de saison.

Dans le ventre mou, le Dinamo-Auto fait bien mieux que la saison dernière et a toujours une carte à jouer dans cette fameuse lutte pour la 4e place. Enfin, le Petrocub d’Hînceşti réalise des débuts intéressants en Divizia Naţională, avec notamment une victoire inespérée face au Milsami en début de saison, mais reste dans une zone assez dangereuse pour espérer continuer son aventure au plus haut échelon. Épinglons les bonnes performances de Roman Şumchin, qui, avec 4 buts, reste le meilleur atout du club. Enfin, l’Academia vit des moments compliqués. Milinceanu parti, les jeunes de Chişinău n’ont plus gagné depuis août et lutteront avec le Petrocub pour ne pas descendre.

Le ventre mou pour le champion en titre, Milsami

Le Milsami a vécu toutes les émotions en 2015. Le titre de champion inattendu et arraché au forceps en mai, l’Europe en été et une dégringolade invraisemblable depuis l’automne. A l’image du Zimbru l’année passée, les efforts dépensés dans les coupes européennes (éliminé au 3e tour de la C1, puis en barrages de la C3) se sont payés cash dans la compétition domestique. Les Vulturii Roşii étaient solides, voire séduisants, sur la scène européenne et méconnaissables en championnat. Leur dernière victoire en championnat remonte d’ailleurs au 27 septembre dernier face au Zaria (3-0).

Auteurs d’une performance gigantesque à Razgrad face au Ludogorets (0-1), au 2e tour préliminaire de la Ligue des Champions, les Andronic et consorts ont confirmé leur excellente forme à domicile avec une victoire 2-1 dans la cité d’Orhei. Tous les espoirs étaient permis au tour suivant face aux champions d’Albanie, Skënderbeu, mais ils seront vite douchés par la vivacité des visiteurs et une fébrilité des Moldaves, vaincus 0-2 à Chişinău puis 2-0 en Albanie.

Racu_But_Ludogorets

Racu délivre toute une ville face au Ludogorets, 2-1 ! | © Boris Kharchenko

Repêchés en barrages de la Ligue Europa, Milsami s’est alors offert une nouvelle double confrontation face à l’ASSE après la raclée prise en 2013. Dominés à l’aller en Moldavie, ils ont réussi à inverser la tendance et partaient en France sous les honneurs d’un match nul 1-1 face aux Verts, avec cette égalisation sensationnelle de Bud. Une défaite 1-0 à Saint-Etienne, synonyme d’élimination, sera surtout le début d’un calvaire pour les Vulturii Roşii.

Aux blessures de Surdu, dès mi-juillet, puis du génial Radu Mîţu, se sont ajoutées le remplacement des Racu, Andronic, Bud ou Cojocari par leurs frères jumeaux qui ne savent pas super bien jouer au foot. Défaites et matchs nuls rythmeront les deux derniers mois de compétition des champions en titre. Principale conséquence, c’est la démission du coach Osipenco, puis son retour quelques jours plus tard, durant le mois de novembre. L’électrochoc n’aura de toute façon pas lieu : le Milsami terminera l’année sur une défaite à Chişinău, face au Zimbru, et à une décevante 7e place. Avec un tirage au sort jouable pour la Coupe (Dinamo-Auto), nul doute que les champions en titre miseront tout sur celle-ci pour arracher une qualification européenne en fin de saison.

Saxan au fond du trou

Un petit tour européen puis la débandade. Telle est la première moitié de saison du FC Saxan. Éliminés d’entrée de la C3 par l’Apollon Limassol, début juillet, les Gagaouzes n’ont gagné aucun match, si ce n’est leur premier tour de Coupe de Moldavie face au Speranţa, et ce après la séance de tirs au but ! Après la belle saison en tant que promu l’année passée, un mercato où une bonne partie de ses Ivoiriens sont passés au Zaria (Kone, Dao, Dumbia, Fofana) ou à l’étranger (Bamba) et le départ de Vlad Goian en septembre ont précipité la chute du Saxan.

La seule éclaircie dans cette grisaille est la bonne saison de Serghei Istrati, arrivé en provenance du surprenant Spicul (Divizia B, équivalent de la troisième division) et qui avec 5 buts en 15 matchs a réussi à devenir international moldave et même grapiller quelques minutes de jeu face à la Russie (cf. son but face au Sheriff). Terminant l’année sur un match nul face à l’Academia, qui est par ailleurs le nouveau club de Goian, le Saxan est donc bon dernier à 8 points du premier non-relégable, et aura fort à faire à Bălţi, face au Zaria, pour passer un tour supplémentaire en Coupe.

La Coupe sera pour la Divizia Natională

La Coupe de Moldavie, parlons-en, et rappelons son importance : si la finale est composée d’équipes déjà qualifiées en Coupe d’Europe via le championnat, le 4e de celui-ci sera qualifié pour le premier tour préliminaire de la Ligue Europa. C’est ce qui a permis au Saxan de goûter aux ambiances européennes et cela rend la lutte pour la 4e place très excitante.

L’arrivée des clubs de l’élite en huitièmes de finale a directement consacré leur suprématie par rapport au reste du football moldave : il n’y a plus que des représentants de la Diviza Natională en course. Les quarts de finale se joueront le week-end du 19 avril et offriront le choc tant attendu des citadins de la capitale, Dacia – Zimbru, ainsi que Dinamo-Auto – Milsami, Sheriff – Academia et Zaria – Saxan. Speranţa et Petrocub sont donc les grands perdants de ces huitièmes. Rappelons que l’année passée, la finale Dacia – Sheriff fut le théâtre d’un magnifique show de parachutistes dont l’un a filmé en mode « caméra embarquée » pour une splendide vue sur Botanica, l’un des quartiers de la capitale – à voir ici !

Les Tricolorii : Igor, reviens !

L’équipe nationale a terminé l’année comme elle l’a commencée, c’est-à-dire tristement. Après deux défaites en septembre face au Monténégro et en Autriche, Kurteyan a remis sa démission et laissé sa place à un intérim de Stoica, qui s’est incliné quant à lui contre la Russie non sans avoir bousculé le grand frère dans les derniers instants. Le coach fédéral avait alors déclaré après-match : « Les joueurs ont dominé la Russie dans les sept ou huit dernières minutes, pour moi c’est un motif de satisfaction« . Difficile de faire pire que son prédécesseur de toute façon.

Stoica terminera son mandat avec une défaite en Suède (2-0) qui vient clore une campagne catastrophique pour le football moldave, ainsi qu’un petit revers en Azerbaïdjan (2-1). Deux matchs nuls, une défaite indigne face au Liechtenstein et huit défaites au total placent la Moldavie à une piètre sixième et dernière place dans ce groupe G, avec deux petits points. L’équipe nationale est d’ailleurs à son plus mauvais classement FIFA : 155ème ! Bien loin de tous ses adversaires pour les prochains éliminatoires de la Coupe du monde russe à laquelle la Moldavie rêve de participer bien entendu. Elle aura fort à faire face à la Serbie, l’Autriche, le Pays de Galles, l’Irlande et la Géorgie.

Pour relever ce défi impossible, la Fédération a dégoté sa patte de lapin en nommant Igor Dobrovolsky à la tête de la sélection fin décembre. C’est avec l’ancienne légende du Dinamo Moscou et de l’Olympique de Marseille que les Tricolorii ont connu leurs meilleurs résultats, durant les éliminatoires de l’Euro 2008 (12 points). Malgré des récentes expériences mi-figue mi-raisin à Sakhalin et au Dacia, il a donc toute la confiance de la Fédé et des supporters pour remettre la Moldavie sur la carte football.

Les lauréats de l’année 2015

Gatcan_Moldavie_Russie

Alexandru Gaţcan face à son pays d’adoption, la Russie | © Wikipedia

Le 4 décembre dernier ont eu lieu les traditionnelles récompenses de l’année 2015 lors du Gala des Lauréats du football moldave. Entrecoupées de shows tantôt kitsch, tantôt glamour, tantôt fantoches, les principales récompenses furent raflées par trois clubs : Milsami, Sheriff et Dacia, soit le trio de leaders de la saison passée. Koșelev (Sheriff) est le meilleur gardien, Posmac (Dacia) le meilleur défenseur, Cociuc (Dacia) le meilleur milieu, Ricardinho (Sheriff) meilleur attaquant et meilleur buteur, Osipenco (Milsami) meilleur coach et Milsami meilleure équipe. Le titre de l’équipe la plus fair play est bien entendu revenu au Sheriff !

Enfin, Alexandru Gaţcan remporte sans surprise le titre du meilleur joueur moldave de l’année. Face à des Ioniţa et Epureanu abonnés à l’infirmerie, le capitaine du FK Rostov réalise une excellente première partie de saison en Russie puisque son club est surprenant dauphin du CSKA.

La course à la promotion

Terminons par la seconde division où le Spicul Chişcareni renverse les collines moldaves. Promu cette saison, le Spicul a fait sensation avec 12 victoires en 13 matchs. La seule défaite est survenue face au Sheriff-II, qui est co-leader ex-aequo, mais qui ne peut évidemment pas monter en première division. Du coup, le Spicul va rapidement conclure sa montée au plus haut échelon vu l’avance qu’ils ont sur leurs poursuivants : le FC Ungheni, 5e derrière les équipes B du Dacia et du Zimbru, pointe à 16 points des promus !

Le deuxième ticket pour l’élite sera d’ailleurs l’objet d’une lutte féroce puisque cinq petits points séparent Ungheni du 11e, le Intersport-Aroma. En revanche, ça sent la Divizia B pour le Prut Leova, l’Iskra de Rîbnita et le Real Success, dont la différence de buts est de respectivement -23, -16 et -25 après treize journées. Et dire que l’Iskra se qualifiait encore pour la Ligue Europa il y a quelques années…

Le top but des six premiers mois

Pour finir, décernons le prix des cinq plus beaux buts de cette première partie de saison, tous plus jolis les uns que les autres. Rincez-vous l’oeil!

5e: Rusu (Petrocub) vs. Milsami :

4e: Savic (Sheriff) vs. Zaria :

3e: Rui Miguel (Zimbru) vs. Academia :

2e: Serghei Istrati (Saxan) vs. Zimbru :

1er: Ricardinho (Sheriff) vs. Zimbru  :

Thomas Ghislain


Image à la une: © Oastea Fiară

2015 – Six mois de football en Moldavie
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Lokomotiv, 1956, tour of Canada |  © stas71.blogspot.com
Il y a 50 ans – Championnat d’URSS 1966

Nous sommes désormais en 2016 et nous revenons sur ce qu'il s'est passé dans nos pays il y a cinquante ans. Nous espérons que...

Fermer