On a vécu Cherno More vs. Montana

Cherno_More_Montana_3
Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 1 septembre 2015

De passage dans la magnifique Varna, nous sommes passés par le stade Ticha entre deux plats de tsa-tsa pour assister au match entre le Cherno More et Montana, pour le compte de la sixième journée de la A PFG.

Cherno_More_Montana_3

Le Ticha Stadium (en bulgare: Стадион „Тича“).

A l‘entrée du stade, les babushkis s’affairent à vendre, avec un succès immense, leurs graines de tournesol et de potiron pour une bouchée de pain. En effet, les premiers pas dans les tribunes confirmeront qu’il y a tellement de graines par match qu’on les nettoie une fois par mois. Très prisée également, l’eau fraîche, étant donné que le gris s’est écarté du ciel pour laisser sa place au soleil et à quelques nuages en cette fin d’après-midi.

Cherno_More_Montana

Des pipas, des pipas et des pipas.

Le Ticha Stadion n’a pas grand chose de moderne et c’est pour ainsi dire ce qui fait son charme. Deux tribunes latérales, celle à l’ombre ayant le plus de succès et celle au soleil accueillant les ultras du Cherno More – le plus jeune, faisant face à un groupe de supporters plus âgés dans la tribune principale. Les maillots rayés verts et blancs affluent, jeunes et vieux, femmes et hommes, une bonne partie du public s’est vêtue aux couleurs locales, portés par la victoire en Coupe (grâce à Mathias Coureur) et en Supercoupe. En effet, pour un match de première division face à un promu (qui a tout de même fait le nul contre Ludogorets et déboité Botev 6-0 en ouverture du championnat), le stade est à deux tiers rempli.

Au niveau architectural, le stade reste donc sans tribune derrière les buts (un quart de tribune est toutefois réservé aux visiteurs), un peu comme s’il se devait de rester ouvert à l’image de sa ville qui ne peut se fermer face à la Mer Noire. Les sièges, pour une bonne partie d’entre eux, sont encore en cours de réparation depuis pas mal d’années.

 

Les quatre ultras du Montana arrivent une petite quinzaine de minutes avant le match pour accrocher deux-trois banderoles. Tony est dans la place. Les ultras locaux tardent eux à se faire entendre.

Cherno_More_Montana_4

Ca a quand même plus de gueule que Clement d’Antibes.

Notre chouchou Mathias Coureur est bien présent et a son fan club dans la tribune centrale, puisqu’il fut très acclamé lors de la montée des joueurs sur la pelouse. Le coup d’envoi peut donc être donné, sous les premiers chants du kop local, qui va s’époumonner durant tout le match.

A la 3e minute, la banderole de Montana se pète déjà la gueule, sans doute surpris par les « Montana ! Montana ! » qu’on pouvait plus ou moins entendre depuis l’autre côté du terrain. Puis à la 7e minute vient le deuxième fait de match. Un brave homme se balade dans la tribune principale en compagnie d’une poule sur son poignet droit – qui porte un écusson de Ludogorets autour du cou – et d’un panneau sur son ventre disant : « Fortuna ! Voici le nom de la femme de l’aigle du Ludogorets ». Le mec fait sourire l’assemblée mais semble avoir un impact sur les verts et blancs : dans la foulée de son arrivée, le Cherno More se procure deux tirs cadrés coup sur coup, repoussés par la défense adverse.

Après un festival de fautes techniques de part et d’autre deux minutes durant, le Cherno More a remis le pied sur le ballon et la pression sur son adversaire, avec deux tirs non cadrés à la 16e et à la 18e. Quatre minutes plus tard, le gardien du Montana fait une grosse parade sur un tir de Mehdi Bourabia, auteur d’un gros match.  Ensuite, sur deux contres successifs, les deux équipes font les mauvais choix et ne parviennent du coup pas à ouvrir le score.

Le Cherno More domine mais laisse passer quelques occasions, et peut compter sur Mamoutou Coulibaly pour sauver la baraque derrière. Juste avant la mi-temps, un pénalty aurait du être sifflé pour une poussée évidente sur Petkov mais l’arbitre reste de marbre. Sur un dernier coup-franc de Coureur, sonnant un joueur adverse qui a reçu son tir en pleine tronche, l’arbitre siffle la mi-temps.

Au retour des vestiaires, le Cherno More pousse fort et ça paie, puisque sur un coup-franc rapidement joué, un centre de Bourabia arrive sur la tête de Georgiev, qui marque contre son camp. Le plus dur est fait pour les Côtiers. La suite du match restera cependant difficile puisque le Cherno More galvaudera pas mal d’occasions de faire le break (notamment cette frappe de Bizhev qui s’écrase sur le poteau) en se faisant en même temps des frayeurs sur les contre-attaques adverses. La justesse technique de Palankov et Bourabia au milieu leur permettra tout de même de garder le score jusqu’au coup de sifflet final, accueilli sous les applaudissements nourris d’un public qui a pas mal stressé dans les dix dernières minutes.

Cherno_More_Montana_5

Certains sièges sont encore en cours de réparation.

Alors que la télévision bulgare s’affaire à ranger ses câbles, le portier du stade ouvre la grille qui permet aux jeunes et aux moins jeunes de faire un high five avec les joueurs ou les traditionnels selfie. Mathias Coureur, toujours très disponible après avoir pris quelques clichés avec des jeunes supporters du club, nous a livré ses premières impressions d’après-match : rassuré par la victoire mais un peu frustré de ne pas avoir tué le match.

Victoire importante pour le Cherno More qui tente de rester dans la course au titre, celle-ci semble très indécise pour le moment. Malheureusement, le club s’est incliné ce samedi face au Botev Plovdiv (2-1, avec un but de Coureur). La réception du Lokomotiv, après la trêve, est une belle occasion d’engranger des points et de la confiance avant le choc à Lovech, face au Litex, le 18 septembre. Rendez-vous est pris !

 

Le résumé de la rencontre:

 

Les notes de Footballski :

Cherno More Varna Montana

 

Standing (2/5) :

Le stade reste vieux mais avec ses sièges pétés et ses tribunes en dur, ça fait très east-old school.

Disponibilité des billets (5/5) :

Les billets étaient en vente le jour même et chacun a pu trouver une place, de plus une allée avec une rambarde permet aux gens de rester debout par-dessus les tribunes en cas de manque de place.

Tarif (5/5) :

Il s’agissait de 4 leva, c’est à dire environ 2€.

Ambiance (3/5) :

Les ultras du Cherno More sont bien en voix durant tout le match, mais sont arrivés tard et ont commencé à chanter au coup d’envoi seulement. Puis, pas beaucoup d’originalité dans les tifos. Mais il s’agissait d’un « petit » match contre un promu.

Risques: (5/5) :

Difficile à dire étant donné le standing de l’adversaire. A voir contre le Lokomotiv Varna (lol) ou Ludogorets.

Accessibilité et transports: 5/5 :

Situé juste en dehors du centre historique et piétonnier de la ville, le stade est facilement accessible en bus en quinze minutes à peine.

Boissons (1/5) :

Pas de vente d’alcool, il n’y avait que de l’eau fraîche au menu à l’entrée du stade, histoire de se rincer la bouche après avoir ingurgité des tonnes de graines de tournesols.

Quartier-environnement (3/5) :

Blocs de type soviétique autour du stade, mais de faible envergure. Beaucoup de verdure, le Sea Garden est à deux pas et il reste agréable de se promener sur le Boulevard 8-mi Primorski Polk qui borde le stade.

 

Thomas Ghislain

On a vécu Cherno More vs. Montana
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera l'Euro 2020. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#45 Les images de la semaine

Ta rubrique préférée du lundi, c'est sur Footballski ! Petit tour de nos pays avec les traditionnelles images de la...

Fermer