2015 – Six mois de football en Azerbaïdjan

Firtina_face_Khazar
Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 27 janvier 2016

Le Qarabag est en tête et bien en tête de la Premyer Liqa, mais l’Azerbaïdjan a bien d’autres surprises à nous offrir. Entre une lutte acharnée pour la seconde place, la saison indifférente de l’historique Neftchi et le danger qui guette le grand Khazar, la Terre de feu nous offre une nouvelle fois un exercice haut-de-gamme et nul ne sait quelle en sera l’issue. Voici une présentation générale de ce qui s’est passé durant ces six derniers mois de football en Azerbaïdjan et on attire votre attention sur les clubs et faits marquants d’un pays qui, rappelons-le, sera l’un des hôtes du futur Euro 2020.

Une première en Europe

Si la Premyer Liqa s’est ouverte début août, la saison avait commencé le 2 juillet pour trois des quatre clubs azerbaïdjanais engagés en Europe, avec l’entrée en lice du Qäbäla, de l’Inter Bakou et du Neftchi Bakou au premier tour préliminaire de la Ligue Europa. Et comme un symbole du déclin de la capitale, c’est le petit Qäbälä qui va créer l’exploit en passant les quatre tours de qualification pour rejoindre les groupes de la C3, où l’Azerbaïdjan avait placé pour la première fois de son histoire deux représentants.

QarabagQabala_qol.az

Qarabag – Qäbälä, la fierté de l’Azerbaïdjan en C3. | © qol.az

Le Neftchi, qualifié comme finaliste de la Coupe (perdue face au double champion Qarabag), s’est fait directement sortir par le Mladost Podgorica dès le premier tour. Ensuite, l’Inter Bakou a résisté aux Albanais de Lachi, puis aux Islandais du FH, avant de tomber avec les honneurs face à l’Athletic Bilbao début août, en les contrariant au match nul 0-0 lors du retour en Azerbaïdjan. Quant au Qäbälä, on vous a déjà relaté leur épopée pleine de rebondissements et entachée d’un regrettable fait divers suite au match retour face à l’Apollon Limassol. Le procès qui vise les auteurs de l’assassinat du journaliste Rasim Aliyev a d’ailleurs débuté – et le désormais ex-capitaine de Qäbälä, Javid Huseynov, est inculpé séparément pour des motifs relatifs à ce crime. Nul ne sait quand il foulera de nouveau les pelouses.


Voir aussi : Qäbälä proche de l’exploit


Enfin, le Qarabag est passé tout proche des play off de la Ligue des Champions, avec une défaite 1-0 au Celtic Park et un 0-0 au retour. Repêchés en Ligue Europa, ils ne font alors qu’une bouchée des Young Boys (0-1, 3-0) pour se qualifier pour la seconde année consécutive pour la phase de poules de la C3. Les choses se corseront puisque dans un groupe compliqué, les « joueurs d’Agdam » battront Anderlecht et tiendront Monaco en échec, mais ne pourront lutter pour la qualification comme la saison précédente. L’absence de Reynaldo, blessé au ménisque en octobre, aura été préjudiciable pour une équipe qui a encore une fois embêté tous ses adversaires. Le Qäbälä quant à lui a appris auprès du grand Borussia et est parvenu à arracher deux nuls face au PAOK. Le tournant aura été la défaite à KrasnodarQäbälä semblait en passe de l’emporter avant de se faire crucifier par Smolov en fin de rencontre, lors de l’un des meilleurs matchs de cette phase de groupes (cette barre de Sadygov, purée!). Malgré deux petits points et deux petits buts, Grigorchuk a offert là un bel apprentissage du haut niveau pour les Rouge et Noir.

https://www.youtube.com/watch?v=VXclyDZMqck

Le résumé du match héroïque du Qäbälä à Krasnodar.

Le Khazar au fond trou

En Premyer Liqa, commençons par le bas de tableau où le Khazar Lankaran, sa grosse ambiance et son gros budget sont dans une situation difficile. Dernier ex-aequo avec Rävan, le champion 2007 reste sur une affreuse série de sept défaites d’affilée et doit se ressaisir pour éviter de faire la bascule cette année. Symbole de cette saison pourrie, une défaite 0-2 lors du Böyük Oyun face à un Neftchi Bakou qui n’est pas beaucoup plus fringuant (voir le superbe but d’Abdullayevo).

En effet, le Neftchi n’est pas mieux loti, en tout cas par rapport à son palmarès et sa place dans l’histoire du football azerbaïdjanais. Une saison en dents de scie (défaite face à Rävan, victoire à Qäbälä) et des matchs nuls à foison poussent pour l’instant les citadins à occuper la sixième place. Bien qu’ils ne soient qu’à cinq points des places européennes, on voit mal comment ils pourraient l’accrocher au vu de leur constante méforme.

La solution, autant pour le Neftchi que pour le Khazar, pourrait venir de la Coupe, bien entendu ! Début mars, les quarts de finale (en matchs aller et retour) opposeront les deux rivaux pour une double confrontation qui va valoir son pesant d’or. Deux Böyük Oyun en une semaine, on est gâté !

Trois équipes pour la C3

Dans la course aux places qualificatives pour la Ligue Europa (en dehors du vainqueur de la Coupe, il s’agit des 2e et 3e du championnat), on pensait que le Qäbälä allait tranquillement assurer la sienne voire titiller les champions en titre mais il n’en est rien : l’Inter Bakou est toujours dans la course pendant que le Zira surprend son monde et que Kapaz reste en embuscade.

Les joueurs de Grigorchuk semblaient tenir le pavé du Qarabag jusqu’au mois d’octobre, où la fatigue de la Coupe d’Europe a sans doute eu raison de leurs ambitions. Aucune victoire à l’horizon en novembre et deux défaites mal venues juste avant la trêve (face au Neftchi et au Zira) avant de clore l’année sur un match nul à Qarabag : désormais quatrième au classement, le Qäbälä devra ré-activer la potion magique de Grigorchuk pour terminer l’année en boulet de canon et assurer un nouveau parcours européen l’été prochain. Car derrière, bien qu’on les voit mal rattraper ce trio, le Kapaz n’est qu’à deux points et le Neftchi à quatre.

Dodo_Grigorchuk_GabalaFC.az

Capitaine Dôdo et le magicien Grigorchuk. | © Gabalafc.az

L’Inter Bakou, quant à lui, est revenu du diable vauvert après un mois d’octobre très compliqué. Toujours placé mais rarement vainqueur (leur dernier titre remonte à 2010), le dauphin du Qarabag la saison dernière a profité du surplace du Qäbälä et du coup de moins bien du Zira pour se hisser, de nouveau, à la seconde place à la trêve. Les joueurs de la capitale ont d’ailleurs l’occasion de mettre leur plus proche rival à distance dès la reprise puisqu’ils s’en vont défier le Zira. En Coupe, l’Inter jouera face au Rävan.

Parlons-en du Zira. Fondé en juillet 2014, le club fut directement intégré en seconde division, où une cinquième place finale lui a tout de même permis de monter dans l’élite cette saison, au jeu des licences. Le 7 septembre 2014, le FK Zira jouait donc le premier match de son histoire face au MOIK Bakou (NDLR : équivalent du CSKA local) et le remportait 1-0. Le président du club avait déjà les idées claires :

La clé est de créer un club professionnel. Pour ça, nous devons assurer que les conditions de l’équipe soient de bonne qualité. (…) Nous avons beaucoup de joueurs en prêt, mais nous avons également signé beaucoup de joueurs. (…) Notre but est de devenir la meilleure équipe en première division, à partir de ce moment-là nous établirons des équipes de jeunes pour tous les âges. – Vüqar Astanov, le président du FK Zira

Le président Astanov continuait : « Tout le travail a été fait en deux mois jusqu’à présent. Les supporters sont venus au stade puisqu’on a rempli 700 à 800 des 1300 places qu’il comporte. Nous avons cinq sponsors pour le budget de l’équipe, et seule la première division permet de garder un train de vie normal pour un club. Les plans futurs pourraient dépendre cependant des résultats ». Avec une montée et une troisième place à la trêve, nul doute que le projet Zira semble sur la bonne voie. Et preuve de la bonne santé de l’équipe, cette victoire amicale 1-0 face à l’ASA Târgu Mures pour clore leur stage à Antalya, il y a quelques jours. Pour info, Zira, en azerbaïdjanais, se traduit par Carum, un genre de plantes qui donne par exemple notre cumin, qu’on cultive largement dans le Caucase.

LuisAlbertoDiez - azfutbol

Le Zira est parvenu à faire venir l’Espagnol Luis Alberto Diez, mieux connu sous le nom de Tato. | © Compte twitter de Azerbaijan Football (@azfutbolu)

Cette année donc, le Zira fout le dawa en Premyer Liqa, après des débuts pourtant discrets. Une victoire face au Neftchi, un nul et une victoire face à Qäbälä et un nul contre le Qarabag plus tard, les voilà troisièmes du championnat, à neuf points de la tête mais un point seulement derrière l’Inter. Le club a donc une belle carte à jouer pour décrocher une place européenne dès sa première saison dans l’élite. En mars, la Coupe nous réserve d’ailleurs un autre beau duel entre le Zira et Qäbälä.

Qarabag, au-dessus du reste

En tête se trouve bien évidemment le Qarabag. Auteurs d’un début de saison presque parfait où seul le Qäbälä semblait en mesure de les suivre, les doubles champions en titre ont pris leur envol à la faveur du surplace de son principal concurrent à l’automne. Des défaites malencontreuses (à Sumqayit, à Bakou face au Neftchi) et quelques matchs nuls n’ont ainsi pas eu trop de conséquences sur leur chemin vers un troisième titre consécutif, puisqu’ils comptent 8 points d’avance sur l’Inter à la trêve. Seule petite ombre au tableau, l’incapacité à battre le Qäbälä depuis que Grigorchuk est en poste.


Voir aussi : Qarabag Agdam ou le club qui ne joue plus à domicile.


Bien que privés de Reynaldo pendant de nombreuses semaines, Qarabag a pu compter sur ses tauliers Yunuszada, Hüseynov, Qurbanov, Diniyev, sur le nouveau venu Dani Quintana (passé par le Jagiellonia) et sur Armenteros pour pallier l’absence du Brésilien, qui devrait revenir dès ce samedi face à AZAL.

Guran Gurbanov a également eu la chance d’admirer un Richard Almeida en forme XXL durant ces six premiers mois, que ce soit en championnat ou en Coupe d’Europe. Le Hagi du Caucase est tout simplement le meilleur buteur du club et du championnat avec 7 buts en 15 matchs, sans mentionner ses quatre buts lors des 12 matchs joués par le club en Europe, dont un pénalty somptueux qui a douché White Hart Lane en septembre:

https://www.youtube.com/watch?v=b55p1fHVL4Y

Richard Almeida s’en fout de la pression. Mener à White Hart Lane, ça n’a pas de prix. Hein Hugo ?

Au mercato hivernal, le Qarabag a fait dans le local en attirant le milieu Ämirquilyev du Khazar (déjà quatre buts cette saison) et le gardien Mähämmädäliyev de Sumqayit – contre lesquels ils vont jouer en Coupe, et a rapatrié l’international macédonien Muarem Muarem après une expérience écourtée en Turquie. Rydell Poepon est lui retourné aux Pays-Bas, à Roda, tandis que Dimitrovski s’en est allé en République tchèque, à Teplice. Chumbinho, quant à lui, a résilié son contrat et semble être reparti en Grèce, à l’Atromitos.

L’équipe nationale en route vers la Russie

La campagne qualificative pour l’Euro 2016 n’a pas souri à l’Azerbaïdjan. Mis à part un match nul arraché au forceps face à sa Croatie début septembre, Robert Prosinecki et les siens n’ont pu rivaliser avec l’Italie, la Croatie, la Norvège et la Bulgarie. Seul un 4/6 contre Malte a pu leur éviter la dernière place.

Tous les regards azerbaïdjanais sont désormais portés sur les qualifications pour la Coupe du Monde 2018 où, dans le groupe C, ils retrouveront la Norvège, ainsi que l’Irlande du Nord qu’ils avaient devancé lors des précédents éliminatoires de 2014. Ils ne devraient pas pouvoir rivaliser avec l’Allemagne, mais rien n’est impossible dans le football, qui n’est pas une science exacte et où il faut prendre les matchs les uns après les autres. Enfin, la République Tchèque sera un féroce concurrent tandis que la double victoire face à Saint-Marin permettra de grappiller quelques points au classement FIFA.

Rappelons qu’en novembre dernier, l’Azerbaïdjan avait offert le meilleur match amical de la sphère Footballski en venant à bout de la Moldavie 2-1, avec notamment un superbe but d’Antoniuc. Un match qui aura surtout été l’occasion pour certains fans locaux de se faire remarquer en huant la minute de silence dédiée aux victimes des attentats de Paris. Vous pouvez voir le résumé ci-dessous :

Le goal à ne pas manquer

Enfin, outre le but d’Abdullayev lors du Böyük Oyun, mettons à l’honneur l’Inter Bakou et ce but venu d’ailleurs inscrit par Diego Martins lors de la victoire face à Kapaz (1-0) en septembre. Frappe pure, imparable pour le gardien Simaitis. Le Brésilienest malheureusement parti d’Azerbaïdjan pour rejoindre la Hong Kong Premier League, au Pegasus FC #TransfertTLMSF.

https://www.youtube.com/watch?v=0dUNR_1fv7I

Thomas Ghislain


 

2015 – Six mois de football en Azerbaïdjan
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Les pontiques au Kazakhstan, football, URSS et espionnage

Installés dès l'Antiquité dans le royaume du Pont (royaume antique situé sur la côte méridionale de la mer Noire au...

Fermer