#6 Semaine spéciale Red Bull Salzbourg : L’Austria Salzbourg, entre football traditionnel et business mortel

Damien F - Publié le 26 avril 2018

Les méthodes de Red Bull sont nettes et chirurgicales. En 2005, la compagnie de boisson énergisante rachète la licence de l’Austria Salzbourg, principal club de la ville, et efface en une signature 72 années d’histoire. Finies les couleurs violette et blanche que l’équipe portait fièrement pendant des décennies, bonjour le rouge et blanc familier des amateurs des canettes énergisantes Red Bull. Le logo et l’année de création disparaissent aussi. La direction l’affirme haut et fort : l’histoire et l’identité de l’Austria ne l’intéressent pas. La fédération autrichienne est obligée de réagir, notifiant au Red Bull qu’il va tout de même falloir conserver la date et le palmarès de l’Austria pour pouvoir jouer en première division.

Lire aussi : #5 Semaine spéciale Red Bull Salzbourg : la formation pour poser sa marque

« Le Red Bull ne peut pas être violet »

Une partie des fans, étourdis par la rapidité et la cruauté de la décision des nouveaux acheteurs, protestent, font pression et tentent même de négocier. Rien n’y fait. La réponse du cofondateur de la marque est clinique : « Le Red Bull ne peut pas être violet, sinon on ne pourrait pas l’appeler Red Bull». Beckenbauer, venu en tant que conseiller, abonde : « Peu importe de jouer en violet, bleu ou vert ; la seule chose qui compte est que l’équipe gagne. » Le nouveau manager Kurt Jara conseille même à tous les supporters qui veulent jouer en violet qu’ils n’ont cas fonder leur propre club. Mais il en faut plus pour décourager des fans habitués aux sponsors un peu trop intrusifs dans les années 1990. Comme Casino qui avait apposé son nom au club – et lui avait permis de gagner 3 championnats et d’atteindre la finale de la Coupe UEFA.

Alors, les protestations se poursuivent, soutenues par des supporters de tous les coins d’Europe. Des groupes de supporters Violets arrivent en match de pré-saison contre l’Hajduk Split avec leur tunique fétiche, violette et blanche. La sécurité refuse de les faire entrer : « Le club ne veut pas de ça ». L’ambiance se détériore jusqu’à un envahissement de terrain lors d’un autre match de pré-saison. Dans une dernière tentative de créer un dialogue, le groupe demande aux fans à s’abstenir de manifestations Anti-Red Bull ou d’invasions de terrains. Mais l’entreprise de canettes continue son entreprise de démolition :  ayant déjà réduit de moitié la capacité debout du stand sud dans lequel se rassemblaient les ultras, Red Bull interdit aux supporters de prendre des tambours, des drapeaux et des bannières. Ultime provocation, les ultras se voient proposer des cartons violets pour supporter l’équipe, comme seul compromis, en plus d’un éventuel coloris violet du logo Adidas sur le maillot.

Même les fans du Bohemian FC s’en mêlent…

Le retour du violet

Cette fois, Red Bull est allé trop loin. Environ 3 000 supporters partent du stade à la 72e minute (en référence à l’âge du club) d’un match le 18 septembre 2005 pour ne plus jamais revenir. Ils décident plus tard de former un club à eux, préservant les traditions et l’identité de l’entité formée en 1933. La tentative de fusion avec un autre club de la ville ne fonctionne pas et les supporters-dirigeants décident de redémarrer au bas de la pyramide (7e division) à l’été 2006. Avec la ferme ambition de croiser un jour le fer avec  l’équipe de Redbull. Pour cela, il suit le modèle « une voix, un vote » prôné par un précurseur, l’AFC Wimbledon, qui avait entamé une renaissance après avoir connu le même genre de problèmes.

Deux camps s’affrontent. Les partisans de la tradition dans le foot et les romantiques s’associent à l’Austria tandis que les pragmatiques et amateurs du beau jeu se rangent plutôt au taureau ailé. À ce petit jeu, ce sont les pragmatiques qui sont les plus nombreux puisque le Red Bull clôture une première saison à 16 000 spectateurs de moyenne. Pourtant, ce sont les membres de l’autre clan qui se font le plus entendre. Le RB, accusé de tous les maux du football business, est détesté et sa décision de détruire le stade n’arrange rien. La haine n’est pas uniquement déversée en Autriche, mais également à l’étranger. Avant une opposition du Red Bull face à Malmö, un journaliste suédois va jusqu’à comparer le club et Hitler : « L’Autriche ne nous a pas seulement donné Josef Fritzl et Adolf Hitler. Il y a maintenant le Red Bull Salzbourg». Sans aller jusqu’à de telles extrémités, le monde du supportérisme rejette quasi unanimement le club, symbole de la façon dont l’âme du football s’est égarée dans ce 21e siècle.

Mais pour se venger, l’Austria a du travail. Son modèle de gouvernance démocratique est peaufiné et l’équipe est constituée. Comme le club a de la renommée et un peu plus d’argent que les autres, il grimpe les échelons, quatre en autant d’années. Et la récompense arrive en 2010/2011 lors de la montée en troisième division et surtout l’affrontement qui en découle avec le FC Liefering, réserve du Red Bull. 10 000 supporters viennent au stade, l’écrasante majorité venant bien sûr de l’Austria. Dès les premières minutes, la haine est palpable et les supporters Violets s’égosillent à la mesure de leur haine du Red Bull. L’ambiance est tendue et l’arbitre doit même interrompre le match plusieurs fois à cause d’engins pyrotechniques lancés sur la pelouse. Les face-à-face à venir ne sont pas plus calmes. En 2012, un cameraman et son assistant sont attaqués avant le match. Un an plus tard, alors que le capo de l’Austria fait une crise d’asthme, la sécurité du Red Bull fait obstruction à son évacuation du stade et des échauffourées ont lieu, menant à de nombreuses arrestations.

liefering, austria

L’Austria a réussi à rencontrer une équipe Red Bull

À l’épreuve de la réalité

En 2015, l’Austria monte en seconde division nationale, une division professionnelle. Mais ce qui semble être un aboutissement après toutes ces années devient vite un cauchemar. Il faut recruter des joueurs compétitifs et mettre le stade aux normes. Et le club n’a pas du tout le budget pour subvenir à ses besoins. Au grand étonnement du président du club qui déclarait pour So Foot : « Quand j’ai démissionné en 2008, les comptes du club étaient positifs, puisque nous gardions de l’argent de côté pour le jour où nous serions promus en seconde division, qui est professionnelle et très chère. Avant même le début de la saison, le déficit s’élevait à 200 000 euros. Une surprise puisque la gouvernance d’alors avait pris soin de le cacher dans le rapport financier ». Une situation qui ne plaît pas au gendarme financier autrichien, lequel inflige 6 points de pénalité au club et va même le reléguer en fin de saison à cause des dettes.

Alexander, attaché de presse du club, nous explique que « les coûts ont explosé avec le stade. Nous devions reconstruire le stade et on ne jouait plus chez nous et nous n’avions pas prévu ça… Notre rêve s’est transformé en cauchemar. » Une saison galère qui en suit une autre ; en 2016-2017, l’Austria file droit vers la faillite. Heureusement, des fans de l’Udinese et de clubs allemands remplissent une cagnotte pour éviter au club autrichien une faillite. Toutefois, la collecte n’empêche pas une nouvelle relégation, en quatrième division cette fois.

Au-delà des déboires sportifs et financiers, le club a aussi détérioré son image. Andy, habitant de Salzbourg, nous explique ainsi qu’il « trouve très dommageable que l’image du club ait été écornée à cause de certains fans. Je connais personnellement quelques supporters de l’Austria, l’un d’entre eux depuis très longtemps. Même lui se distancie de ce genre de supporters qui renvoient une image désastreuse. À cause d’eux, certains matchs de championnats inférieurs sont classés comme étant à risque. Certains clubs ont même tenté d’annuler leur rencontre face à l’Austria et des matchs ont dû être déplacés, car ils ne remplissaient pas les conditions de sécurité imposées par l’ÖFB. »

Alexander, lui, préfère tempérer. « Comme le plus gros contingent de supporters du club s’est mis de notre côté, on s’est retrouvé avec des éléments plus hardcore, comme on peut en retrouver à Graz, Austria Vienne, Rapid… Mais nous coopérons avec les autorités et nous n’avons pas eu un seul problème depuis 5 ans. Et bien entendu, Red Bull ne manque pas une occasion pour nous faire passer pour un club de hooligans… « 

Aujourd’hui en 4e division, l’Austria joue devant un millier de supporters en moyenne, chiffre qui est monté à 1700 lors du récent derby. Un chiffre en dessous des 5000 du RB et laisse Alexander pantois.« Beaucoup de gens préfèrent le succès quitte à oublier les traditions, c’est comme ça… À cause de ce qu’il s’est passé, beaucoup de nos fans ont été très déçus. Tout le monde rêvait de la Bundesliga… mais notre découverte du monde professionnel s’est transformée en cauchemar. Aujourd’hui, on se reconstruit pas à pas. On rêve d’aller plus haut, mais il faut d’abord payer la dette et voir combien il nous reste pour allouer à la vie courante du club. Mais je suis optimiste : on en a fait tellement que je ne sais pas ce qui pourrait nous arrêter aujourd’hui. D’ici 5-10 ans, nous serons de retour ! « 

 

Détesté peut-être, efficace certainement

Alors que l’Austria est redescendu dans les bas fonds du football autrichien, le Red Bull Salzbourg se porte bien, merci pour lui. Large leader de son championnat, il réussit même à faire mieux que Leipzig en Europa League après avoir notamment battu Dortmund. Une victoire qui est symbolique, puisque les ultras du Borussia Dortmund détestent eux aussi Red Bull, prenant la décision de boycotter le déplacement à la Red Bull Arena afin de donner l’argent à l’Austria.

« Comme lors des deux derniers matchs à l’extérieur à Leipzig, de nombreux groupes de la Südbtribüne Dortmund n’assisteront pas au match retour face au Red Bull Salzbourg. Les raisons restent les mêmes : nous n’accepterons pas que les clubs comme ceux de Salzbourg et Leipzig qui piétinent les valeurs pour lesquelles le football est populaire à nos yeux et devrait le rester. La crise à Dulwich Hamlet montre à tous les fans de football à quoi ils devraient faire attention. Ces valeurs comprennent également l’intégrité de la compétition, qui est plus que négativement affectée par la participation des deux clubs filiales au même tour. Au lieu de nous rendre au club de fabricant de boissons, nous préférons verser notre argent au vrai club de la ville : le SV Austria ! » communiqué de Südbtribüne Dortmund.

 

L’opinion n’est pas partagée par tout le monde. Kevin, membre de la section autrichienne d’un groupe de supporters du BVB, les Tremonia Bullfrogs, résidant à une petite heure de Salzbourg, abonde plutôt dans l’autre sens. « Je trouve ça idiot et dommage de boycotter un match parce que cela signifie que je ne soutiens pas mon équipe alors que le match est plus important que d’ordinaire. Bien sûr que la tradition continue de jouer un rôle important, mais je ne trouve pas qu’il soit avantageux de tout voir négativement ». Il comprend les supporters du Red Bull Salzbourg, à l’instar de leurs homologues de Leipzig, qui sont simplement satisfaits de voir du haut niveau dans le club de leur ville : « Avec la création du Red Bull Salzbourg, quelque chose s’est produit dans foot autrichien. On a vu émerger des opportunités qui n’existaient pas auparavant, à commencer par la formation (sportive et éducative). Je trouve personnellement que le travail effectué chez les jeunes par Red Bull est une performance de haut vol, même si beaucoup pensent que c’est pire que dans l’armée. Après, bien sûr que ce n’est pas positif qu’il n’y ait pas de tradition derrière, sinon de l’argent. Cependant, on ressent beaucoup de fierté lors d’une victoire en Youth League ou une demi-finale d’Europa League. C’est un sentiment partagé par beaucoup d’Autrichiens. »

Mais pas par les membres de l’Austria, comme le relate Alexander. « Nous devrions être reconnaissants envers RedBull de former des jeunes ? Pour qu’ils les vendent, se fassent de l’argent et améliorent leur image de marque ? Ils ne le font ni pour les gamins ni pour le football autrichien. Juste pour la marque et l’argent… « 

Andy, membre lui aussi de la section autrichienne des Tremonia Bullfrogs, trouve toutefois que Red Bull devient de plus en plus impopulaire en Autriche. « Depuis l’arrivée de Red Bull, il s’est passé énormément de choses à Salzbourg, mais aussi en Autriche. Depuis que beaucoup d’argent est arrivé à Salzbourg, un fort sentiment de jalousie s’est créé selon moi. Salzbourg est de plus en plus détesté. Que ce soit à cause du sponsor, de la destruction du stade ou tout simplement des performances. Et ces dernières années beaucoup de choses ont été mal faites. Par exemple, il n’a pas été possible d’ajouter une étoile au logo pour illustrer les performances du club (après le 10e titre, NDLR). À mon avis, Red Bull a énormément perdu son lien envers les fans et si cela continue de cette manière, cela ne fera qu’empirer. Ces dernières années, la politique sportive s’est souvent msaoquée du club. Chaque fois que l’on avait un match de poule en Euopa League, tous les joueurs étaient soudainement envoyés à Leipzig. De mon point de vue, cela a contribué à casser quelque chose, en plus de renvoyer une image négative de Salzbourg sur la scène internationale. »

« Dans leur monde de business, je suis certain que Red Bull fait tout très bien, mais dans mon monde du football, ils font tout mal, » assène, dépité, Jan-Henrik Gruszecki, supporter du Borussia Dortmund. Une phrase qu’auraient pu prononcer beaucoup de fans de football romantiques aux quatre coins de l’Europe. L’Austria Salszbourg a beau mener le combat depuis maintenant 13 ans, c’est Red Bull qui continue à dominer. Avec plus de maillots vendus et plus de monde dans les tribunes. Et si, après tout, Red Bull était l’incarnation du football populaire du 21e siècle ?

Damien F. / Tous propos d’Alexander (Austria Salzbourg) et des membres des Tremonia Bullfrogs recueillis par D.F. pour Footballski

#6 Semaine spéciale Red Bull Salzbourg : L’Austria Salzbourg, entre football traditionnel et business mortel
5 (100%) 13 votes

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
En route pour la Russie #23 : Ahmed Musa, le Super Eagle qui survolait la Moskva

Notre dispositif Coupe du Monde est bien en place et comme chaque jeudi jusqu’à l’ouverture de la compétition, nous vous...

Fermer