#1 Semaine spéciale Budapest Honvéd – Les origines

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 17 juillet 2017

Ce 27 mai 2017 est une date qui restera à jamais gravée dans les mémoires des plus fidèles supporters du Budapest Honvéd. Vingt-quatre ans après son dernier sacre, le mythique club de la capitale hongroise revient sur le devant de la scène, deux ans seulement après avoir frôlé la relégation. Un retour au paradis pour des fans qui retrouvent également la Ligue des Champions puisque les Israéliens de l’Hapoel Beer Sheva se déplacent à Budapest cette semaine pour le second tour qualificatif retour (l’aller s’est soldé par une victoire 2-1 de l’Hapoel). Un doux parfum d’Europe comme le Budapest Honvéd en a si souvent savouré… Le club, qui fête cette année ses 108 ans, écrit une nouvelle ligne à son beau palmarès. Retour sur les origines d’une formation qui appartient à la légende du football hongrois, le Kispest.


Lire aussi : #0 Semaine spéciale Budapest Honvéd – Introduction


Il était une fois un village

Tout commence au début du vingtième siècle, en 1904 plus précisément. La Hongrie, ses villes, ses villages, voient les associations sportives se développer à vitesse grand V. Le petit village de Kispest, à proximité de Budapest, ne déroge pas à la règle. Un groupe d’étudiants qui se trouvent être de grands amateurs de sports, décident d’y fonder une association sportive. Malheureusement pour eux, cela sera sans succès. Le projet sera remis sur la table quatre ans plus tard. Cette fois-ci, le Docteur Balint Varga reprend cette initiative et fonde le Kispest Athletic Club (Kispesti Athlétikai Club) au restaurant Eder, le meilleur du village. La constitution ne plaît pas à certains membres de la direction du club. En effet, Varga n’est pas seul dans ce projet et celui-ci est offusqué du manque d’implication du directoire quant à la section football, lui préférant l’athlétisme, la gymnastique ou l’escrime. Certains membres, comme Istvàn Bede, préfèrent profiter de la petite salle de sport plutôt que de participer aux réunions.

Après un an de tractations, le club est finalement officiellement créé. Malgré des difficultés financières évidentes, il est fondé le 3 août 1909 et divisé en huit sections. Le football, l’escrime, le cyclisme, la gymnastique, la lutte, l’athlétisme, la boxe et le tennis font partie de cette association sportive. Quelques années plus tard viendront se greffer une section de water-polo (aujourd’hui le Groupama Honvéd), une équipe de basket-ball, qui deviendra championne de Hongrie à 33 reprises, ainsi qu’une équipe de handball championne d’Europe en 1982.

Sárkány utcá, la « rue du dragon », circa 1906-1920 | © kispest.weebly.com

Les problèmes financiers continuent et vont être un véritable frein au développement de la section footballistique. Malgré tout, le Kispest devient membre de l’association de football hongroise (MLSZ) le 10 décembre 1909. Les débuts se feront comme tout club de village de l’époque, via le championnat rural ou district. Les débuts sont intéressants puisque d’entrée, le Kispest remporte sa première rencontre 3-1 contre le FC Monor. La légende est en route, surtout qu’un an plus tard, en automne 1910, le village de Kispest est annexé à Budapest. Une annexion mal vécue par la plupart des membres de l’association mais qui sera un véritable tremplin pour l’avenir du club.

Durant cette période, la fédération hongroise se développe, les championnats sont mieux organisés et une D4 est créée. Une aubaine pour le Kispest qui va pouvoir participer au championnat malgré une inscription tardive du fait de l’annexion à Budapest, et surtout terminer deuxième ! Le club commence à se structurer, 1911 est une année phare dans son histoire. En effet, l’homme le plus riche du village, l’architecte Kàroly Csimár devient président du club de football et injecte beaucoup d’argent (pour l’époque) dans son équipe. Une aubaine pour le pauvre KAC. Les débuts en troisième division sont plutôt médiocres, mais la saison est encourageante, la popularité du club augmente et Csimár décide de choisir un stade situé à la « Rue du dragon » (Sárkány utcá) pour attirer plus de monde. Kispest grandit et s’exporte même à l’international, un match d’exhibition est joué contre Brno avec une victoire 2-1 à la clé.

Le football hongrois démarre, Kispest avec

Conjointement à cette progression de Kispest, le football devient de plus en plus populaire en Hongrie. Le nombre de clubs augmente exponentiellement et on en dénombre pas moins de 71 dans la capitale hongroise en 1914 ! Que ce soit le MTK Budapest, Ferencváros et bien d’autres, ils font tous la richesse du football hongrois d’avant-guerre. Une panoplie de clubs de football qui ne font pas les affaires de la fédération, obligée constamment de pondre des réformes et de créer de nouveaux championnats et de nouvelles divisions. Début 1914, Kispest accède à la deuxième division pour la première fois de son histoire à la suite d’une saison bien maîtrisée. Malheureusement pour le club de Kàroly, la Grande Guerre éclate. Les compétitions officielles sont suspendues et les joueurs partent pour la majorité au front, combattre sous l’étendard de l’empire austro-hongrois. Beaucoup d’entre eux, comme Kollarik et Szabo, ne reviendront jamais.

Durant cette triste période, seules quelques rencontres amicales sont disputées et c’est en 1916 que le football hongrois fait son grand retour. Un retour à la case départ pour certains, la propulsion au sommet pour d’autres… En effet, du fait d’une nouvelle réforme de la fédération, en se référant aux mérites du temps de la guerre, le Kispest intègre directement la première division sans jamais avoir joué en deuxième ! Malgré un premier match et une première défaite 3-0 contre le District TVE, l’équipe progresse saison après saison et obtient même une deuxième place en 1920. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette progression ne se fait pas grâce aux moyens financiers du club. Kàroly quitte la présidence au début de la guerre et l’équipe redevient ce qu’elle était auparavant, une équipe très pauvre.

© Neopaint.hu / Maison du football Kispest

L’effectif accepte des vêtements, des chaussures, des équipements modestes, mais surtout les meilleurs joueurs comme Jeny et Eisenhoffer quittent l’équipe pour des clubs pouvant subvenir à leurs besoins. Malgré cette pauvreté, le Kispest joue son football et les joueurs se battent avec passion et envie sur le terrain. Une volonté récompensée en 1926 par un premier succès, une victoire en coupe de Hongrie. La première coupe dans la future riche armoire à trophée du club. Cette victoire en finale est épique. Opposés au Budapesti EAC, les joueurs de Kispest l’emportent après 160 minutes de jeu devant 15.000 spectateurs. Un but décisif de Gregor à la 157ème minute permet de mettre le trophée dans la poche !

Le XI vainqueur : Balla, Cesznàk, Grohmusz, Màdi, Gregor, Marton, Borsos, Juhàsz, Jucicska, Hecktl, Màteffy.

József Nemes, le modèle

Cette année 1926 est également l’année de la révolution du football hongrois, la disparition d’un pseudo amateurisme et la mise en place du statut professionnel. Un statut que le Kispest obtient malgré ses problèmes financiers suite à de nombreuses tractations. L’entre-deux-guerres sera une période de développement pour cette jeune équipe et les années 1930 la verront se stabiliser à une place confortable, proche du podium. Notamment grâce aux 214 buts marqués en 319 matchs par un certain József Nemes, qui a passé (presque) l’entièreté de sa carrière au club, de 1933 à 1946.

Avec Karoly Déri, arrivé d’Újpest deux ans plus tard, Nemes a eu son effet sur le jeune Ferenc Puskàs : « Nemes était un joueur intelligent avec une conduite de balle parfaite, Déri était un excellent joueur. Mis à part mon père, toute ma connaissance du football vient de ces deux hommes. Enfants, nous connaissons grâce aux journaux les meilleurs joueurs étrangers, comme le gardien espagnol Zamora, mais quand nous jouions, je voulais chaque fois être l’une des stars locales. Le plus souvent Nemes ou Déri.« 

© honvedfc.hu

Celui qui a entraîné des équipes juniors du club après avoir raccroché ses crampons a couvé les jeunes Bozsik et Puskàs pendant la deuxième moitié de sa carrière. Une seule fois international, il en avait profité pour mettre un triplé face à la Grèce lors d’une victoire 11-1, en 1938. Pourtant, il aurait bien pu quitter la Hongrie deux ans plus tôt, lorsqu’il fut vendu au FC Mulhouse après un tournoi international sous le nom de József Nehadoma. Mais l’expérience ne dura qu’un an.

En 1937, un certain Ferenc Puskàs rejoint les équipes de jeunes à seulement dix ans. Un an plus tard, son père devient entraîneur de l’équipe première. Coïncidence ? Cette saison-là, le club dispute sa première compétition européenne, la Coupe Mitropa avec une élimination contre l’Inter Milan (4-2, 1-1). Puis vient la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle la compétition ne s’arrête pas en Hongrie, permettant même à un club tout droit venu de Roumanie de l’emporter – c’est l’incroyable histoire du CAO Oradea, rebaptisé NAC pour l’occasion. Après un siège sanglant qui a décimé Budapest, la fin de la guerre approche en Hongrie. Le chaos n’est pourtant pas fini. Ce qui en ressortira est une reconstruction de la société à tous les échelons, dont celui du football. Mais ça, c’est pour le prochain épisode…

Antoine Jarrige


Image à la une : © mnl.gov.hu

Couverture : © kispest.weebly.com

#1 Semaine spéciale Budapest Honvéd – Les origines
5 (100%) 4 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#0 Semaine spéciale Budapest Honvéd – Introduction

Lors de votre week-end à Budapest, vous avez sans doute admiré la citadelle et la vue de la ville à...

Fermer