Un scandale de trop en Croatie ?

Damien F - Publié le 13 juin 2015
Pour les non suiveurs, lire d'abord l'article présentant la sanction du huis clos

Un nouveau scandale a émaillé un match de l’équipe nationale croate bien que la rencontre se soit disputée devant des tribunes vides. Une croix gammée de 15 mètres sur 15 est apparue sur la pelouse de Poljud au cours d’une première mi-temps animée en la Croatie et l’Italie hier. D’après Slobodna Dalmacija, le signe a été gravé plusieurs jours avant sur la pelouse avec une sorte de produit chimique invisible de jour, de tel sorte que plus la nuit avançait, plus on voyait distinctement. Le sigle avait beau être caché à la mi-temps, le mal était fait et il était difficile de continuer à se focaliser sur le jeu et la prestation des 22 acteurs de ce Croatie-Italie. Comment penser au football quand un acte de terrorisme pourrait compromettre la qualification acquise sur le terrain de la Croatie pour l’Euro 2016 en France ?

nazi ban

Sur les réseaux sociaux, les théories au sujet de l’origine et les causes se sont rapidement révélées nombreuses. L’identité et les motivations de l’auteur ne sont pas encore connues. Toujours est-il que la croix gammée était soigneusement planifiée, avec la conscience des conséquences possibles pour l’équipe nationale croate : un match de plus à huis clos et une amende ou le forfait du match, la déduction de point ou la disqualification de la compétition. Comme l’a annoncé le porte parole de la HNS, Tomislav Pacak, le sabotage est la seule option possible. Un certain type d’obscur néo nazi a souhaité mettre dans l’embarras la fédération et cette décision de jouer à Split dans un stade vide.

A Split, personne ne croit en la version officielle de la HNS, comme quoi la décision de jouer à Split se serait prise pour apaiser les tensions avec l’Hajduk sans savoir que la sanction du huis clos allait tomber. Le cadeau de Suker d’organiser une superbe rencontre à Split s’est vite révélé empoisonné, ce qui a très fortement déplu aux fans de l’Hajduk, et pas que. Pour compenser, la fédération avait promis de profiter du séjour pour rapprocher les joueurs croates des gens de Split mais rien de tout ceci n’est arrivé. La délégation croate s’est promenée au bord de mer et a visité un foyer pour enfant. Et c’est tout. A Split, les fans ont fait preuve d’un manque d’intérêt certain pour ce match, aucun regroupement ni célébration n’étant prévu. Certains d’entre eux étaient même prêts à soutenir des actions pour nuire à l’équipe nationale, comme pourquoi pas dessiner une croix néo nazie sur le terrain.

Comme après les incidents contre l’Italie à l’aller et les chants racistes contre la Norvège, aucune justification n’est possible à la représentation d’un symbole représentant la pire infamie de l’Histoire. Mais elle peut être relativisée. La personne responsable de cet acte n’a pas inscrit « ZDS » (Za dom – spremni) ou « U » (ustachi). Il voulait être certain que ce qui était vu sur la pelouse pourrait être universellement compris. De plus, la HNS ne considère pas ZDS et toutes les références aux ustashis comme infamantes : malgré les chants entendus contre la Norvège, Suker (président) et Vrbanovic (vice-président) ont trouvé « l’atmosphère très belle » et n’ont pas considéré que « deux chants racistes » soient un problème. Et ce bien que Suker ait été élu au Comité Exécutif de l’UEFA et travaille sur le sujet d’une « tolérance 0 pour le racisme et la discrimination ».

Connaissant ceci, il est peu surprenant que l’auteur de cet outrage ait choisi de dessiner la croix nazie, en face du banc croate. Tout ceci dans un contexte d’un discours dominant de plus en plus nationaliste dans la vie publique et politique et de montée de l’extrémisme chez la jeunesse croate. Le problème ne vient pas spécialement de Split (si tant est que l’auteur soit de Split), ville riche en culture et en histoire. Pour que le conflit ait dégénéré à ce point, c’est que le système est en totale faillite.

Bien que Modric, Mandzukic, Brozovic et leurs camarades n’ont rien à voir avec tout cela, ils risquent d’être les premiers pénalisés de cet acte. Et une fois que la Croatie sera jetée dehors pour l’Euro voire la prochaine Coupe du Monde, à quoi tout ceci aura servi?

Damien Goulagovitch

 

Un scandale de trop en Croatie ?
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

5 Commentaires

  • Pourquoi toujours prendre parti contre les patriotes Croates et nationalistes ? Seriez vous un anti-fa anti-croate et nostalgique de la Yougoslavie communiste ?

    • Bonsoir Aurélien,

      Contrairement aux autres sites de référence sportifs en France, je m’efforce de creuser le sujet et de ne pas faire passer les fans croates pour des hooligans sanguinaires comme on voudrait bien nous le faire croire. Mais il y a des réalités que la HNS tente d’enfouir et les faits sont là, je ne fais que les décrire. Pour les jugements donnés à propos de ZDS et des symboles des ustashis, je trouve rationnel de trouver scandaleux tous les crimes commis par l’État indépendant de Croatie et sa politique de persécutions et de massacres systématiques contre Serbes, Juifs et Roms. Si être anti-fa et nostalgique de la Yougoslavie communiste c’est de trouver scandaleux des crimes arbitraires contre des populations alors je le suis. Pour ce qui est de la croix nazie, peut-être que ta vision de cette chose est pure, ce n’est pas mon cas.

      Bien à toi fidèle lecteur,

      Damien

    • Il me semble quand même qu’il y existe autre chose que « vive les crimes nationalistes » et « vive la Yougoslavie de Tito » comme par exemple des positions politiques ne faisant pas l’apologie de quelconques crimes… Enfin, peut-être suis-je naïf !

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2015/2016 : 5 espoirs du championnat slovaque

On continue notre format pour vous présenter les cinq espoirs des différents championnats Footballski. Aujourd'hui, direction la Slovaquie pour découvrir...

Fermer