Saison 2018: 5 espoirs du championnat estonien

Pierre-Julien Pera
Pierre-Julien Pera - Publié le 15 mars 2018

L’année 2017 a été riche en rebondissements en Premium Liiga. Le Flora Tallinn a beau avoir survolé le championnat une bonne partie de la saison, il n’a décroché son 11e titre que lors de l’avant-dernière journée du championnat. Alors qu’une nouvelle saison se prépare en Estonie, Footballski revient comme chaque année sur les cinq espoirs qui ont été présentés en 2017. Et dévoile sa sélection des cinq espoirs pour cette nouvelle année 2018.


A lire aussi: Saison 2017: 5 espoirs du championnat estonien


Retour sur les espoirs de 2017

Eduard Golovljov

Homme de base de l’équipe réserve du FCI Tallinn, pour laquelle il a encore marqué 20 buts en 24 matchs d’Esiliiga, la deuxième division, Golovljov a continué de voir son temps de jeu augmenter en équipe première cette année. Barré en pointe de l’attaque par les Voskoboinnikov et Prosa, il n’a néanmoins été que rarement titulaire, mais a réussi à marquer six buts en 22 apparitions. La marche est encore haute, et la fusion entre FCI et Levadia n’est pas pour l’aider. Barré par la concurrence de Kobzar, Hunt, Andreev et d’un certain Roosnupp au sein du nouveau FCI Levadia, Golovljov n’a pas été conservé par le club. Une bonne occasion pour signer au Trans Narva, un club qui a considérablement rajeuni son effectif, et où bénéficie de confiance, d’une place de titulaire, et donc d’un temps de jeu enfin élargi. Avec réussite pour le moment, puisqu’il a marqué deux fois lors des deux premières journées de Premium Liiga.

Golovljov dans ses œuvres ce week-end face au Nõmme Kalju.

Mark Oliver Roosnupp

Après une bonne année en prêt à Paide, on attendait de voir ce que Roosnupp allait pouvoir faire dans une équipe de tête. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu ! Grâce à sa polyvalence, Roosnupp a rapidement gagné a place de titulaire au Levadia, que ce soit sur son aile gauche, à droite voire même dans l’axe. Auteur de dix buts malgré une petite période d’absence due à une blessure, l’ailier, déjà nommé troisième meilleures progression de l’année 2016 en Premium Liiga, a confirmé en 2017, et a été récompensé par ses quatre premières sélections lors de la tournée océanienne de l’équipe d’Estonie. Largement de quoi, déjà, briguer une place de titulaire régulier au sein de la grosse écurie FCI Levadia.

Markus Poom

A 18 ans à peine, le fils du grand Mart Poom a fait grande impression au sein de l’effectif du Flora Tallinn, avec lequel il s’est offert son premier titre national. Au point d’être nommé meilleur espoir de l’année en Premium Liiga. Si le jeune milieu axial n’a disputé qu’une moitié des matchs de son équipe en championnat, ses prestations ont à chaque fois été de très haut niveau. De quoi lui ouvrir, déjà, les portes de la sélection espoir, où il compte désormais trois sélections. Entre sa dernière année au lycée, ces sélections espoir et son temps de jeu grandissant au sein du Flora, l’automne a été chargé mais le jeune milieu de terrain y a fait face avec aplomb et talent. Avec le départ en Norvège de son capitaine Brent Lepistu cet hiver, Markus Poom devrait voir ses responsabilités augmenter encore cette année et devenir la pièce maîtresse de l’entre-jeu vert et blanc. Un sacré défi.

© Janek Eslon

Herol Riiberg

2017 a soufflé le chaud et le froid pour Riiberg. Souvent relégué en réserve du Flora Tallinn en première partie de saison, le jeune ailier a dû quitter pour la première fois son club formateur. Un mal pour un très grand bien. Parti au Viljandi Tulevik en prêt pour six mois, Riiberg a pris une toute nouvelle dimension. Utilisé exclusivement dans l’axe, en position de meneur de jeu, l’ailier de formation a brillé, portant quasiment à lui seul une jeune équipe en difficulté au classement, comme lors de son but décisif pour la victoire 1-0 de l’Avenir de Tulevik face au Levadia. Des prestations qui ont forcément attiré l’œil. Car en plus d’avoir connu ses premières sélections avec l’équipe d’Estonie espoirs, Riiberg a été élu meilleure progression de l’année, meilleure recrue de l’année, et figure dans la deuxième équipe type de l’année en Premium Liiga.

Magnus Villota

Comme chaque année, un de nos cinq espoirs est un pari un peu fou. Force est d’admettre que celui de Magnus Villota n’est pas une réussite. Après un hiver mouvementé, l’équipe de la ville de Pärnu a été entièrement reformée, sous un nouveau nom de Pärnu Vaprus. Des difficultés qui se sont traduites sur le terrain. Dernière du classement avec deux petites victoires, huit points au total, mais surtout 146 buts encaissés en 36 journées (un peu plus de quatre buts par match en moyenne), la lanterne rouge a sombré. Du haut de ses 19 ans, Villota a fait de son mieux en défense centrale, sans pouvoir empêcher ce naufrage à lui seul. Par bonheur, les rebondissements de fin de saison permettent au Pärnu Vaprus de rester en Premium Liiga. Villota pourra donc continuer sa progression dans l’élite cette année.


A lire aussi: 2017: un an de football en Estonie


Les espoirs de 2018

Mark Anders Lepik (Flora Tallinn – 17 ans – 10 septembre 2000)

© Janek Eslon

C’est normalement un pas de géant pour un jeune footballeur, mais une simple formalité pour Mark Anders Lepik. En arrivant au Flora Tallinn en janvier 2017, à 16 ans, ce jeune attaquant est passé du championnat U17 à l’Esiliiga (la deuxième division) puis la Premium Liiga en quelques semaines seulement avec une réussite insolente. Pour preuve, son premier but marqué dès sa première apparition en Premium Liiga. Capable de marquer du pied gauche comme du droit ou de la tête, « Lepa » a certes passé la majeure partie de son année en Esiliiga, mais a  pu grappiller du temps de jeu en équipe première, avec notamment une titularisation lors d’un match capital face au Levadia. Un énorme signe de la confiance placée en lui par Arno Pijpers, qui n’a pas hésité à replacer, avec bonheur, ce rapide ailier gauche dans l’axe de l’attaque. Un poste où l’on devrait revoir de plus en plus souvent ce joueur collectionneur de records de précocité : international U17 à 14 ans et U19 à 16 ans. En attendant de passer très bientôt chez les U21, et pourquoi pas un transfert à l’étranger pour celui que certains voient déjà comme le prochain Andres Oper.

Martin Miller (Flora Tallinn – 20 ans – 25 septembre 1997)

© Gertrud Alatare

Vingt ans à peine, et pourtant Martin Miller est déjà un habitué de Premium Liiga. Auteur de 86 apparitions avec le Tammeka Tartu, ce n’est pourtant qu’avec son transfert au Flora Tallinn l’an dernier qu’il explose. Habituel milieu défensif, poste auquel il honore ses première sélections juste avant son arrivée à Tallinn, Miller est reprofilé ailier gauche par Arno Pijpers dès sa première titularisation (face au Tammeka d’ailleurs). Avec une réussite immédiate, puisqu’il marque quatre buts dès ses six premières titularisations en championnat. Une réussite qui lance le désormais jeune ailier, qui ne quitte plus le onze de départ, à de rares exceptions près. Une situation facilitée par les blessures à répétitions du malheureux Maksim Gussev, mais que Miller met à profit de la meilleure des manières. Titré avec le Flora, ce dernier se voit nommé dans la deuxième équipe type du championnat, mais aussi deuxième meilleure progression de l’année (derrière Riiberg), et troisième meilleure recrue de l’année en Premium Liiga. Efficace, capable de jouer à tous les postes au milieu de terrain, Miller a, à même pas 21 ans, tous les atouts en main pour devenir un élément incontournable du Flora.

Märten Kuusk (Flora Tallinn – 21 ans – 21 avril 1996)

© fcflora.ee

A bientôt 22 ans, Märten Kuusk arrive à un âge limite pour être encore considéré comme un espoir, d’autant qu’il est aujourd’hui un joueur bien connu en Premium Liiga. Mais quel dommage ce serait de passer à côté de lui. Passé par le Rakvere Tarvas en Esiliiga, Kuusk n’a pas su s’imposer au Nõmme Kalju. Le Flora a flairé le bon coup et l’a fait signer en début de saison 2017. Une aubaine pour les deux parties puisque c’est avec ce club que la carrière de Kuusk explose réellement. Arrière droit de formation, ce dernier est bloqué par Gert Kams à ce poste, mais s’est trouvé à son aise dans l’axe. Combatif, solide dans les duels aériens (malgré un modeste 1,81m) mais également bon relanceur, notamment dans les phases de turn-over, Kuusk a rapidement gagné sa place de titulaire, malgré une blessure en seconde partie de saison. Avec le départ de Joonas Tamm cet hiver, le capitaine de la sélection espoirs devient cette année le patron de la défense axiale du Flora, mais également un des patrons du vestiaire auprès de son inamovible capitaine Gert Kams.

Mihkel Järviste (Tammeka Tartu – 17 ans – 28 mai 2000)

© EJL

Il est le principal espoir à suivre cette année du côté du Tammeka Tartu, club formateur par excellence en Estonie. Arrivé en équipe première à 16 ans seulement, le jeune milieu de terrain a connu l’an dernier une rapide progression, qui l’a amené à être à plusieurs reprises titulaire. Une marche difficile à franchir, l’équipe U21 du club n’évoluant qu’en Esiliiga B, la troisième division estonienne, mais qu’il a franchie avec succès, étant élu troisième meilleur espoir de Premium Liiga en 2017. A cause de son jeune âge, Järviste semble encore léger physiquement, mais sa vision du jeu et sa technique font merveille. Au point d’être comparé à Martin Miller par certains. Avec un avantage sur le joueur du Flora: Järviste peut jouer à tous les postes du milieu de terrain, à droite comme dans l’axe. Préservé par le staff de son club, il n’est encore que le remplaçant de Sander Kapper sur le côté droit du Tammeka. Mais si tout se passe comme espéré, nul doute que l’on verra Järviste devenir un homme de base du côté de Tartu en seconde partie de saison.

Marko Lipp (FCI Levadia – 18 ans – 19 mars 1999)

© esiliiga.ee

Un pur produit de la formation du Levadia Tallinn. Avec sa condition physique comme principal atout, Lipp s’est illustré avec toutes les équipes de jeunes de son club. Malgré une blessure au genou, le défenseur axial – qui peut également dépanner comme latéral tant à gauche qu’à droite – est parvenu à retrouver son meilleur niveau l’an dernier. Capitaine de l’équipe U21 du Levadia, qui évolue en Esiliiga, Lipp attend son heure en Premium Liiga. Conservé dans l’effectif du FCI Levadia après la fusion, il pourra profiter des éventuelles blessures et suspensions (ce qui ne manquera pas d’arriver) des titulaires Podholjuzin et Morozov pour gagner sa place. A condition d’améliorer encore son jeu balle au pied. Comme l’a annoncé son entraîneur Aleksandar Rogic, Lipp fait partie des jeunes que le club veut développer pour en faire « les joueurs clés du Levadia dans les années à venir. »

Pierre-Julien Pera


Image à la Une © Janek Eslon

Saison 2018: 5 espoirs du championnat estonien
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Pierre-Julien Pera

Pierre-Julien Pera

Papy de la team. Tombé amoureux de Bucarest un jour d'hiver 1998. L'est devenu de toute la Roumanie au fil des ans. Regarde les matchs de Liga 1 roumaine et de Premium Liiga estonienne. En attendant désespérément le retour du Yakutia Yakutsk en 3e division russe. Faut vraiment être cinglé.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Retour sur la journée 22 de RPL 2017 2018 – Championnat de Russie de football

Malgré le froid, le Lokomotiv avance à pleine vapeur vers le titre de champion de Russie. Toujours solide leader, le...

Fermer