Saison 2017/2018 : 5 espoirs du championnat hongrois

Raphaël Brosse
Raphaël Brosse - Publié le 21 août 2017

Le championnat de Hongrie a repris ses droits il y a un mois. En attendant de savoir si cette saison sera aussi passionnante que la précédente, penchons-nous sur ces jeunes joueurs qui, quoi qu’il arrive, seront à suivre de très près.


Retrouvez la totalité de nos espoirs de cette nouvelle saison et des précédentes éditions


Le 27 juillet dernier, à l’occasion du match aller du troisième tour préliminaire de la Ligue Europa, Videoton a aligné face à Bordeaux un onze de départ dont la moyenne d’âge était légèrement supérieure à 28 ans et demi. Une statistique qui reflète une réalité indéniable : le championnat hongrois n’est pas celui qui laisse la plus grande part à la jeunesse. La présence d’illustres anciens tels que Gábor Király (41 ans), Zoltán Gera (38 ans) ou encore Roland Juhász (34 ans), titulaires indiscutables dans leurs clubs respectifs, en est le symbole. Malgré tout, il ne faudrait pas donner un caractère trop catégorique à cette affirmation car certaines pépites ont réussi à éclore ici où là, grâce notamment à une politique de formation qui commence à porter ses fruits. Focus sur les cinq espoirs du championnat hongrois pour la saison 2017-2018.

ESPOIRS DE LA SAISON

Donát Zsótér (Újpest / 06.01.1996)

En dépit d’une sixième place décevante, Újpest est sans doute l’une des équipes ayant produit l’un des jeux les plus agréables à regarder en 2016-2017. A la baguette des Lilák, Enis Bardhi, talentueux milieu de terrain aussi précieux dans la construction du jeu qu’à la finition (douze buts, sept passes décisives). Le Macédonien s’est ensuite fait remarquer lors de l’Euro espoirs, trouvant le chemin des filets face à la Serbie (2-2) et le Portugal (2-4). Des prestations qui n’ont pas manqué d’attirer l’attention de formations plus huppées. Bardhi s’est finalement engagé avec Levante contre 1,5 million d’euros. Orphelin de son meilleur élément, Újpest a dû s’activer sur le marché des transferts. Si le milieu offensif Dániel Nagy et l’attaquant Soma Novothny sont assurément de bonnes pioches pour le club budapestois, Donát Zsótér pourrait bien être sa plus belle prise.

Formé à Videoton, Zsótér a rejoint Saint-Trond en 2016. Les Belges l’ont ensuite immédiatement prêté au Budapest Honvéd. Très intéressé par son profil mais à l’époque interdit de recrutement, Újpest a pris son mal en patience et a accueilli l’international espoirs hongrois (cinq sélections) cet été. Le natif de Széged n’a pas mis longtemps à prendre ses marques au sein de sa nouvelle équipe. Vif, technique, très à l’aise des deux pieds, cet ailier percutant peut jouer aussi bien à gauche qu’à droite. Petit (1,68m) mais trapu, il n’a pas peur d’aller au duel et n’est pas du genre à s’écrouler au moindre contact. Capable de déclencher de puissantes frappes du gauche, c’est néanmoins du pied droit et tout en finesse qu’il a ouvert son compteur buts de la saison, face à son ancien club (vidéo ci-dessous). A priori, Nebojša Vignjević n’a pas prévu de changer de philosophie de jeu. Donát Zsótér devrait donc pouvoir se faire plaisir…

Máté Vida (Vasas / 08.03.1996)

Promis à un exercice voué à la lutte pour le maintien, Vasas a surpris son monde la saison dernière en jouant les trouble-fêtes en haut de tableau. Finalement troisièmes, les hommes de Michael Oenning ont bâti leur superbe parcours autour de deux piliers : une insolente réussite offensive et une rigueur défensive de tous les instants. Pour faire la liaison entre ces deux éléments clés, le technicien allemand pouvait compter sur Máté Vida. Porteur du maillot rouge et bleu depuis ses débuts professionnels, en 2013, le Budapestois s’est peu à peu imposé en tant que titulaire au poste de milieu défensif.

Infatigable ratisseur de ballons, Vida dispose également d’une qualité de passe non négligeable et peut, grâce à ses longues ouvertures millimétrées, amener le danger dans le camp adverse. Si la physionomie du match le permet, il n’hésite pas à monter d’un cran et à tenter sa chance de loin. International espoirs (neuf sélections), le milieu de 21 ans a déjà eu l’honneur d’être appelé chez les A (trois capes). Bernd Storck voit peut-être en lui le successeur de Zoltán Gera qui, même si cela semble difficile à admettre, n’est pas éternel.

Dávid Bobál (Budapest Honvéd / 31.08. 1995)

En mai dernier, le Budapest Honvéd s’est emparé du titre de champion de Hongrie, mettant ainsi fin à vingt-quatre années de disette. Un sacre quelque peu inattendu et qui a récompensé l’audace tactique de Marco Rossi. L’entraîneur italien a en effet opté la plupart du temps pour un ambitieux 3-5-2. Un schéma parfois difficile à appréhender pour les défenseurs, mais qui n’a apparemment pas perturbé Dávid Bobál. Le jeune Magyar a régulièrement été aligné sur le côté gauche du trident défensif des Rouge et Noir et a parfaitement répondu présent lors des ultimes journées, lorsque le club budapestois était lancé dans le sprint final.

A bientôt 22 ans, Bobál entame sa troisième saison au Honvéd en tant que titulaire en puissance. Ce grand défenseur central (1,88m) semble avoir d’ores et déjà gagné la confiance du nouveau coach, Erik Van der Meek, qui l’a repositionné en charnière centrale de son 4-3-3. Efficace dans le domaine aérien, rugueux dans les duels (parfois un peu trop), l’international espoirs (quatre sélections) est un réel atout pour son équipe dès que celle-ci obtient un coup de pied arrêté intéressant. Associé à l’expérimenté Ivan Lovrić (32 ans) en défense centrale, Bobál est incontestablement l’une des valeurs sûres du champion sortant.

Márk Koszta (Mezőkövesd-Zsory / 26. 09. 1996)

Lui aussi a grandement contribué à la formidable saison du Honvéd, avant de prendre le large. L’avenir de Márk Koszta ne s’inscrit en effet plus à Budapest, mais du côté de Mezőkövesd-Zsóry, où il s’est engagé pour quatre ans. Une décision pour le moins surprenante de la part d’un joueur qui s’était montré performant chez les Rouge et Noir (six buts), aux côtés des incontournables Davide Lanzafame et Márton Eppel. Pur produit de l’Académie du Honvéd (au sujet de laquelle vous trouverez davantage d’informations dans cet article), ce gaucher de 20 ans avait peut-être envie de se lancer un nouveau défi en devenant le leader d’une équipe a priori plus modeste.

Ce qui est certain, c’est que Mezőkövesd-Zsóry s’est offert une recrue de premier choix. Très polyvalent, Koszta est à l’aise à tous les postes de la ligne d’attaque (sur une aile ou seul en pointe voire, mais c’est plus rare, en numéro 10). Habile techniquement, capable de marquer sur coup-franc direct, son efficacité face au but fera un bien fou au MSE, qui affichait de grosses lacunes dans ce domaine l’année dernière. Oui, il faudra garder un œil attentif sur Koszta ces prochains mois.

Zsolt Óvári (Diósgyőr / 29. 03. 1997)

Si les joueurs précédemment évoqués possèdent déjà quelques références au plus haut niveau national, Zsolt Óvári est quant à lui en pleine découverte de l’élite. Une initiation qui prend pour l’instant une belle tournure puisque ce joueur originaire de Hongrie septentrionale s’est permis de marquer son tout premier but en NB I face au Haladás du légendaire Gábor Király (0-3, le 29 juillet). Formé au sein de la Puskas Akadémia, sorte de « Clairefontaine hongrois » qui s’est développé sous l’impulsion énergique de Viktor Orbán, le jeune ailier gauche évoluait avec l’équipe première de cette structure en 2016-2017, autrement dit en NB II. Désormais à Diósgyőr, Ovári a rapidement gagné ses galons de titulaire en faisant valoir ses capacités d’accélération et d’élimination en un contre un. Reste maintenant à savoir s’il fera preuve de régularité où s’il aura, à un moment donné, un coup de moins bien.

Raphael Brosse


Image à la une : © Kürti János

Saison 2017/2018 : 5 espoirs du championnat hongrois
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Raphaël Brosse

Raphaël Brosse

De retour en France après plusieurs mois passés à Varsovie, j'ai intégré la rédaction de Footballski, où j'écris principalement sur le foot hongrois.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a (re)discuté avec Eddy-Harlem Gnohéré, passé du Dinamo Bucarest au FCSB

La dernière fois que nous avions quitté Eddy-Harlem "Bison" Gnohéré, celui-ci marquait de sa patte l'histoire du Dinamo Bucarest en...

Fermer