Saison 2015-2016 : Un an de football en Moldavie

Thomas Ghislain
Thomas Ghislain - Publié le 30 mai 2016

Pas de clubs qui se retirent, pas de gros scandale, on a comme qui dirait vécu une saison de football normale en Moldavie. Avec une lutte acharnée pour le titre entre Dacia Chișinău et Sheriff Tiraspol, un Zimbru Chișinău qui retrouve des couleurs, de la fraîcheur des promus, un champion en titre qui déçoit et Bălți qui coche enfin son nom au palmarès du football moldave, c’est en condensé ce qu’on vous propose dans ce bilan de cette saison 2015-2016 ô combien haletante. Maintenant que le soleil est de retour, lire cet article en sirotant un verre de Cvas est la meilleure chose à faire de la journée. Hai Davai!

Dacia vs. Sheriff, l’indécision du trône

Le Dacia a connu un faux-départ avec cette défaite au Zimbru transformée en défaite… sur tapis vert, lors de la deuxième journée. Mais depuis lors, les Lupii Galbeni n’ont connu que des succès ou presque, pour figurer en tête en compagnie du Sheriff à la trêve, avant de battre son principal rival en mars et ainsi prendre seul les commandes de la Divizia Naţională. Les Jaune et Bleu avaient alors leur sort entre les mains et continuaient d’enfiler les victoires, tout comme le Sheriff, à l’affût de la moindre erreur.

Et le 6 mai, ce que tout un club redoutait est arrivé : le Dacia perd 2-0 à Orhei face au Milsami et laisse revenir le Sheriff à égalité de points. La dernière journée du championnat offrait alors un alléchant Dacia-Sheriff, à Speia, en guise d’apothéose d’une saison qui a eu du mal à choisir son champion. Tout commençait bien pour le Dacia avec ce but de Feschuk juste avant la mi-temps. Mais la ténacité et le jusqu’au-boutisme des pensionnaires de Tiraspol permettent à Ivancic d’égaliser dans le dernier quart d’heure d’un chouette enchaînement poitrine-volée. Ce match nul n’arrange aucune des deux équipes, obligées de se retrouver une semaine plus tard pour le Match d’Or – le règlement prévoir en effet qu’en cas d’égalité, en tête, à la fin du championnat, un match de soutien est organisé sur terrain neutre.

Nous voilà donc le 29 mai, 20h00, au stade du Zimbru, avec la certitude qu’on connaîtra enfin le champion de Moldavie d’ici quelques heures. Le soleil de ce dimanche a définitivement fait oublier le temps maussade qui a balafré Chișinău ces derniers jours, mais n’a pas pour autant ramené la grande foule puisque le stade est à moitié plein – ou à moitié vide, c’est selon. Le match le plus important de l’année démarre donc et c’est tout naturellement que le premier acte est complètement cadenassé. Malgré les intentions offensives des deux équipes, peu d’occasions sont à se mettre sous la dent : on peut en compter deux pour le Dacia, coup sur coup, mais Koselev arrête d’abord la tentative de Bejan tandis que Feschuk s’emmêle les pinceaux et ne parvient pas à frapper. En face, le Sheriff se montre supérieur territorialement sans pour autant inquiéter Gaiduchevici.

La seconde reprise offre des duels plus musclés, des cartons jaunes (Subotic, Bejan) et un peu plus d’animation offensive des deux côtés. Le match se décante et c’est d’abord Lozovoi, tout surpris de voir le ballon arriver sur son genou, qui le dévie juste au-dessus de la barre. Bulgaru est ensuite tout proche d’ouvrir le score, mais il ne peut dévier un ballon qui file dans les mains de Koselev. Le jeune gardien relance rapidement son équipe et c’est Pătraș qui est proche d’ouvrir la marque de la tête sur la contre-attaque. On s’approche de la fin du temps réglementaire et l’indécision est totale : le champion de Moldavie sera-t-il désigné au cours des prolongations, voire aux tirs au but ?

© Vadim CAFTANAT / FMF.md

© Vadim CAFTANAT / FMF.md

Goran Galesic ne l’entend pas de cette oreille. Entré en jeu vingt minutes plus tôt en lieu et place du golgether Subotic, et déjà auteur d’un tir dans le filet latéral quelques minutes plus tôt, le Bosnien se charge de la sentence finale pour le Dacia : son tir dévié à la 88e lobe Gaiduchevici et retombe juste sous la barre transversale pour offrir le titre au Sheriff ! Les tentatives de Cociuc dans les longues minutes qui suivent n’y changeront rien. La couronne de champion retourne à Tiraspol et c’est une nouvelle désillusion pour le Dacia, qui passe pour la seconde année consécutive tout proche du titre de champion. Aucune des deux équipes ne s’est montrée supérieure à l’autre cette saison, mais le championnat moldave devait trouver son champion – et le Sheriff de remporter ici son 14e titre, qui lui permet de retrouver les tours préliminaires de la Ligue des Champions, sans doute en qualité de tête de série. Un pari réussi pour Zoran Vulic, le coach croate venu à la rescousse après le passage manqué de Popescu, en début de saison.

La Coupe s’envole à Balti

En Coupe de Moldavie, on s’attendait à une finale Sheriff-Dacia, comme l’année passée, mais c’est finalement le Zaria Bălţi et Milsami Orhei qui se sont affrontés le 25 mai à Chișinău. Au bout des prolongations et dans une ambiance des grands soirs, c’est le Zaria qui remporte le premier titre de son histoire grâce à un but de son attaquant fétiche, Gheorghe Boghiu, entré en cours de jeu ! Le match fut équilibré entre deux équipes qui ont réalisé une très bonne deuxième partie de saison, mais le Zaria mérite sa victoire.

© Vadim CAFTANAT / FMF.md

© Vadim CAFTANAT / FMF.md

Un titre bienvenu pour la deuxième ville de Moldavie et qui fut fêté comme il se doit dans les rues de Bălţi (la deuxième ville du pays), en compagnie des joueurs et de la Coupe bien sûr ! Après avoir évité de justesse la descente l’an passé, grâce au retrait successif de Costuleni, du Veris Chișinău et du FC Tiraspol, des investissements massifs avaient été réalisés à Bălţi l’été passé pour redorer le blason du club. Une belle seconde partie de saison permet donc au Zaria d’accrocher la 4e place et surtout cette victoire en Coupe. Il s’agira de leur deuxième participation à la Ligue Europa puisqu’il avait éliminé le Khazar Lankaran avant de subir la loi du Dinamo Bucarest à l’été 2010.

Un recrutement à la hauteur des nouvelles ambitions du club devrait avoir lieu dans les semaines qui viennent et on ne serait pas étonné de le voir lutter pour le podium, voire mieux, dès la saison prochaine. Pour cela, il va falloir d’abord trouver un nouvel entraîneur, puisqu’Igor Rakhaev, ancien du Metalist et arrivé l’été dernier, vient tout juste de remercier la direction et les supporters tout en souhaitant beaucoup de succès au futur staff du Zaria, dans une lettre d’adieux transmise à peine après avoir fêté ce premier trophée. Un coup dur pour le club.

Le Zimbru retrouve son foot, Milsami revient du diable vauvert

Derrière le mano-à-mano entre le Dacia et le Sheriff, c’est le Zimbru Chişinău qui s’offre une nouvelle aventure européenne dès le mois de juillet, en ayant acquis sa 3e place à quelques journées du terme du championnat. Avec un départ canon sous les ordres de Ștefan Stoica, le mois de novembre aura été fatal avec deux défaites à domicile et un Stoica qui se retrouve également sélectionneur intérimaire – il quittera ses deux fonctions avant la trêve. Simao Freitas, jeune loup Portugais, s’installe alors sur le banc mais n’arrive pas à rendre le Zimbru de nouveau concurrent au titre. Eliminé de la Coupe en quarts par le Dacia, le Zimbru se contente donc d’une saison bien meilleure que la précédente et de cette qualification en Ligue Europa.

Avec une combinaison entre technicité lusitanienne et solidité défensive moldave, le Zimbru a rendu de bien meilleures copies que l’année passée et on est en droit de penser que la suspension de Rui Miguel à l’automne aura été aussi fatale que le double emploi de Stoica. Le milieu offensif portugais a régalé cette saison et termine meilleur buteur du club (9 buts). Depuis que le coach Freitas a rendu son tablier au terme de la saison, on se demande ce qu’il adviendra de l’effectif Samba du Zimbru. C’est donc avec une nouvelle équipe technique que les Galben şi Verzi démarreront leur saison en Ligue Europa. Pour une aventure aussi belle qu’en 2014 ?

Rui Miguel et son capitaine Ion Jardan | © FB Zimbru Chisinau.

Rui Miguel et son capitaine Ion Jardan | © FB Zimbru Chisinau.

Derrière, quatre équipes ont semblé être en mesure de se disputer la 4e place, finalement arrachée par le Zaria Bălți. Le promu Speranţa Nisporeni, dans son nouveau stade, a conquis le pays en début de saison en s’offrant le scalp du Sheriff Tiraspol et en alignant les bonnes performances, les amenant au pied du podium à la trêve. Mais depuis la reprise, les résultats du club frontalier ont été pour le moins désastreux, au point d’être satisfaits de rester au final en Divizia Naţională. L’apprentissage fut donc à la fois joyeux et difficile pour le Speranța, qui a, n’en doutons pas, toutes les cartes en main pour s’inscrire dans la durée en première division – et possède d’ailleurs le plus jeune coach européen à officier dans l’élite, en la personne de Cristian Efros, 24 ans. L’une des très belles surprises de cette saison en Moldavie.

Les champions en titre du Milsami Orhei ont, hormis la Coupe, connu une destinée inverse : méconnaissables en début de saison, en tout cas depuis la défaite face à Skënderbeu fin juillet, ils ont retrouvé leur football depuis le mois de mars et sont donc parvenus jusqu’en finale de la Coupe. La sixième place finale reste une grosse déception mais semble dans le même temps un soulagement au vu de la situation compliquée du club à la trêve. Du mouvement devrait avoir lieu cet été pour refaire de Milsami un candidat au titre.

Enfin, le Dinamo-Auto est l’autre bonne surprise de cette saison. L’année passée, le club se trouvait dans la même situation que le Zaria : avant-dernier, la descente aurait dû lui ouvrir les bras sans le retrait des trois clubs sus-cités. Grâce à un excellent Andrei Bugneac, qui avait fait les beaux jours du Rapid Ghidighici ou de Costuleni justement, et auteur de 11 buts cette saison, le Dinamo a réalisé une excellente seconde partie de saison qui lui permet de terminer 5e et de préparer la prochaine saison avec sérénité.

La Gagaouzie quitte l’élite

Derrière, trois clubs étaient concernés, dès le début de saison, par la descente. Le sort du Saxan Ceadîr-Lungă sera très vite scellé. Pillé par le Zaria ou l’étranger, après avoir arraché une qualification un peu inattendue en Ligue Europa, sa colonne vertébrale ivoirienne s’en est allée et son football également. Incapable de gagner, le Saxan a vécu un enfer cette saison. Son premier et unique succès intervient le 7 mai, face au Speranța (2-0), alors que la relégation était déjà une réalité. Une mauvaise nouvelle pour la Gagaouzie qui avait là un représentant au plus haut échelon, surtout que le Gagauziya n’a pas pu être en mesure de prétendre à la montée en Divizia A.

Enfin, c’est le FC Petrocub qui s’est finalement sauvé, à égalité de points avec l’Academia Chișinău (21) mais avec une meilleure différence de buts particulière ! Le club d’Hînceşti permet donc aux deux promus de se maintenir, mais a vécu une saison compliquée entre sévères déroutes et victoires importantes (contre Milsami, l’Academia ou Saxan). La défense a été à la ramasse puisque c’est la pire du championnat avec 53 buts encaissés en 27 matchs. L’arrivée de Valeriu Andronic à l’intersaison a fait le plus grand bien au jeu des hommes de Blanuţa. Son expérience, sa vision du jeu et sa qualité technique ont permis de fluidifier le jeu. Devant, c’est Roman Şumchin et Vladimir Ambros qui se sont révélés avec 7 et 6 buts chacun, gagnant ainsi leurs premières capes avec l’équipe nationale lors de la double défaite en Suède et contre la Russie, en octobre dernier.

Enfin, signalons toutefois que le club d’Hînceşti a connu deux incidents – à peu près les seuls de la saison, une fois n’est pas coutume. Le premier face au Zimbru et le second lors d’un match sur le terrain du Dacia. En octobre dernier, face aux hommes de Stoica, les locaux ont subi une défaite 1-2 concédée dans les derniers instants de la partie sur un superbe coup-franc de Calu. Mais auparavant, c’est Alexandru Staris qui égalisait – le même qui avait semble-t-il tapé sur la tête d’un ramasseur de balle avec le ballon, provoquant l’ire de tout le stade. Dans les dernières minutes, certains supporters ont donc voulu en découdre avec ceux du Zimbru et la police, provoquant l’arrêt du match pendant quelques minutes. C’est donc ensuite que Calu délivre le Zimbru et permet aux ultras de fêter une victoire épique avec leurs joueurs.

En avril, ensuite,  Petrocub se déplaçait à Speia pour rencontrer un Dacia en pleine course pour le titre. A la 60e minute de jeu, Ambros part dans le dos de la défense et inscrit le but égalisateur, mais l’arbitre l’annule pour un hors-jeu limite. Mihai Usatîi, le président du club d’Hînceşti, qui avait déjà voulu retirer son équipe du terrain lors de l’incident contre le Zimbru, n’hésite plus cette fois-ci : ses joueurs rentrent au vestiaire, le match est arrêté et le Dacia gagne 3-0 sur tapis vert, tandis que le Petrocub ramasse une amende salée (50.000 lei, soit plus de 2.000 euros). Quant au hors-jeu, même si c’est compliqué à voir à l’œil nu, il semblait bien présent.

Classement final de la Divizia Nationala | © FMF.md

Classement final de la Divizia Nationala | © FMF.md

Le Spicul et Ungheni montent en D1

Et il s’agit d’une deuxième promotion d’affilée pour le Spicul Chişcareni ! Le club du village du nord de la Moldavie a survolé la saison en n’étant concurrencé que par l’équipe II du Sheriff. Il a notamment réalisé une impressionnante série de huit victoires d’affilée en début de saison, ce qui le plaçait déjà en position idéale. Avec neuf points d’avance sur son dauphin, le Spicul a largement mérité sa montée en Divizia Naţională et on a hâte de voir comment ce petit mais ambitieux club de village va s’en sortir.

Le Spicul, c’est un projet solide, similaire à celui du Speranţa, avec un jeune coach (Constantin Arbănaş, 32 ans), des joueurs expérimentés des ligues inférieures (Sergiu Istrati, 30 buts en D3 l’an passé, en provient) et des résultats qui suivent puisqu’ils montent en Divizia Naţională en tant que promu ! C’est aussi le club qui avait fêté la montée en Divizia A avec un entraînement un peu particulier l’année dernière, pour le plus grand amusement de ceux qui n’étaient pas concernés : après avoir fait tourner des joueurs en rond autour d’un ballon, l’entraîneur les a fait courir puis frapper, ce qui avait résulté en des chutes et zig zag hilarants !

Le deuxième promu sera le CF Ungheni, puisque les frontaliers ont terminé quatrième – à 19 points du Spicul – mais sont seulement précédés par les équipes II du Sheriff et du Zimbru. Ungheni a réalisé une excellente deuxième partie de saison en prenant la mesure de ses principaux concurrents qu’étaient le FC Victoria, Gagauziya-Oguzport ou le FC Codru. On aura donc droit à un presque derby entre Ungheni et le Speranţa, tous deux représentant la zone frontalière avec la Roumanie, le long du Prut. Le FC Prut-Leova justement, redescend lui d’un échelon en compagnie du Real Success et du FC Sfântul Gheorghe. Les promus en Divizia A sont le FC Sângerei, le FC Bogzeşti et le CF Sparta (Selemet, pas Prague).

Le stade du CF Sparta | © Mandorlini / Wikipedia.

Le stade du CF Sparta | © Mandorlini / Wikipedia.

Rappelons que toutes les promotions et rétrogradations acquises sur le terrain ne seront confirmées qu’une fois la question des licences réglées – et par là on ne sait pas encore quelle est la composition des futurs championnats 2016-2017 à tous les étages.

Equipe nationale : un succès pour la 100e sous Dobrovolsky

C’était donc dans l’air, et ça s’est confirmé en janvier : Igor Dobrovolsky revient à la tête de la sélection nationale. Une annonce qui remplit d’optimisme les fans des Tricolorii, étant donné que c’est sous son égide que la Moldavie a connu les meilleurs résultats de sa jeune histoire (37e au classement FIFA, lorsqu’ils terminent 5e de leur groupe de qualif’ pour l’Euro 2008, avec des victoires contre la Hongrie ainsi qu’à Malte et en Bosnie). Trois matchs amicaux ont été joués jusqu’alors : un match nul à Malte, une victoire contre Andorre pour le 100e match de la sélection (1-0, but d’Armaş) et une défaite contre la Croatie. Bien qu’il soit difficile de tirer des enseignements de ces matchs amicaux et de préparation, on a déjà pu constater, ne serait-ce que contre la Croatie, plus d’envie de la part des joueurs.

Pour les qualifications en vue du Mondial 2018 chez le « voisin » russe, la Moldavie tombe dans un groupe homogène, sans grande affiche mais avec des sélections de très bon niveau : Pays de Galles, Autriche, Serbie, Irlande et Géorgie. Dobrovolsky pourra compter sur une génération qui a des choses à montrer, à commencer par Alexandru Gâţcan, élu joueur moldave de l’année puis joueur de l’année par ses propres supporters à Rostov. Citons également Artur Ioniţă qui, lorsqu’il fut débarrassé de ses soucis physiques, a enchanté ses équipiers à l’Hellas Verona – et l’on devrait le retrouver en Serie A l’an prochain. Le capitaine Alexandru Epureanu est lui revenu d’une longue blessure mais a arraché une qualification européenne avec Istanbul Bașakșehir. Igor Armaș est de son côté descendu avec en FNL avec le Kuban Krasnodar, tout comme le gardien Ilie Cebanu avec le Mordovia Saransk. Ils y retrouveront Cebotaru au Sibir Novossibirsk – Golovatenco ayant déjà annoncé son intention de quitter le club et de peut-être revenir au pays. La situation des Moldaves en Roumanie reste assez mitigée: Cătălin Cârp n’a pas été prolongé par le Steaua tandis qu’Alexandru Dedov n’a pu s’imposer en tant que titulaire à Târgu-Mureș.

L’attaque des Tricolorii reste problématique puisque personne n’arrive à faire son trou, entre les Bugneac, Milinceanu, Istrati, Sidorenco, Gînsari, Cemîrtan, pour ne citer que ceux qui ont été testés en pointe lors des derniers matchs.

Le match amical face à la Suisse le 3 juin fait figure d’ultime préparation avant la première rencontre dans le cadre des éliminatoires : la Moldavie se déplacera au Pays de Galles le 5 septembre, puis recevra coup sur coup la Serbie et l’Irlande en octobre.

Par Thomas Ghislain


Image à la une: © Vadim CAFTANAT / FMF.md

Saison 2015-2016 : Un an de football en Moldavie
5 (100%) 3 votes

A propos de l'auteur

Thomas Ghislain

Thomas Ghislain

La Syldavie gagnera la Coupe du Monde 2018. Folie sur la PMAN.

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2015-2016 – Un an de football en Russie (Partie 2/2)

Après cette saison haletante, et un final en apothéose conclu par la relégation de certains clubs historiques, nous revenons sur...

Fermer