Retour sur la journée 3 de RPL 2018/2019 – Championnat de Russie de football

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 17 août 2018

Les gros perdent des points, les petits montent en puissance. Et si on assistait à un changement d’ordre en cette nouvelle saison ? Retour sur la troisième journée de la Première Ligue russe.

L’affiche du week-end

Spartak Moscou – Anji Makhachkala : 3-2

Il y a des matchs qui changent toute une saison ! Le Spartak le sait avec cette défaite 1-0 contre le Dinamo Moscou lors de la dernière journée de RPL la saison passée. Elle a permis au CSKA de finir à la deuxième place et a obligé le Spartak à jouer les qualifications pour la Ligue des champions. Les Rouge et Blanc se retrouvaient donc à jouer un match de championnat contre Anji entre les deux rencontres contre le PAOK Salonique. Le match aller s’est soldé sur une défaite 3-2 alors que le Spartak menait 2-0 au bout de vingt minutes…

Pour affronter Anji, Massimo Carrera alignait un 4-5-1 avec quelques ajustements, notamment au poste d’arrière droit avec Nikolai Rasskazov, jeune joueur de vingt ans formé au club et qui jouait son premier match de RPL. On pouvait noter aussi le retour comme titulaire de Sofiane Hanni au milieu. Situation difficile pour l’Algérien qui, malgré ses prestations correctes, ne semblent pas satisfaire le coach italien. En face, l’Anji alignait une composition ultra défensive en 5-4-1 avec Ivan Novoseltsev derrière et Andres Ponce en pointe, tous les deux arrivés cet été.

Le match est en majeure partie une rencontre attaque/défense avec un bloc regroupé dans leur surface et un autre naviguant de gauche à droite du bloc, espérant trouver une faille quelconque. Le problème dans ce type de configuration, c’est que si tu n’envisages pas de jouer vite, les perspectives de marquer son minces. Malgré des statistiques dingues (80% de possession, six tirs au buts mais seulement un cadré), le Spartak s’empêtre à faire des centres inutiles et au final, les quarante-cinq premières minutes sont bien ternes.

Au retour des vestiaires, le Spartak est aidé par Ponce, qui sur un tacle dangereux sur Glushakov est directement expulsé. Malgré cela, on sent le Spartak en manque d’inspiration. Il faut le deuxième jaune de Dmitri Belorukov pour définitivement assommer Anji et permettre à Ze Luis de marquer de la tête sur un énième centre de Promes (70e). Les vingt dernières minutes ne sont que contrôle du ballon et quelques frappes de loin qui permettent à Dyupin d’éviter une addition plus salée.

Le Spartak signe sa deuxième victoire de la saison à domicile et prend la deuxième place du championnat juste derrière le Zenit, qu’ils iront affronter dans trois semaines. Pour Anji, c’est une deuxième défaite consécutive mais comment peut-il en être autrement en montrant un football aussi pauvre. La saison sur et en dehors du terrain risque d’être compliquée pour les Jaune et Vert, malgré tout soutenus par leurs supporters qui ont déployé une banderole avec le hashtag du moment « Anji vit ».

Les autres matchs du week-end

  • Premier point pour Ural. En grande difficulté en ce début de saison, l’Ural Ekaterinbourg n’a pu faire mieux qu’un match nul 1-1 contre le Dinamo Moscou avec un nouveau but encaissé en toute fin de match !
  • Le CSKA n’y est pas. La révolution ne passe pas au CSKA. A la traîne sur les gros, le CSKA a encore montré de grands signes de faiblesse avec au final un nul 1-1 contre le Yenisey.
  • Samara se relance. Après une grosse défaite sur sa pelouse contre Orenbourg, le Krylia revient bien en remportant un bon succès 1-0 contre un Rostov pourtant en forme.
  • Exploit d’Orenbourg ! Et si Orenbourg pouvait être la surprise cette année ? Deuxième succès d’affilé pour le promu, cette fois-ci sur le score de 1-0 contre le Lokomotiv !
  • Tula en mode diesel. Pas dans le coup dans sa première période contre l’Akhmat, l’Arsenal se relance totalement en deuxième pour finalement s’imposer 3-1.
  • Krasnodar au bout du bout. Il a fallu attendre la toute fin de match entre Ufa et Krasnodar pour voir un but. Wanderson permet au FKK de remporter trois précieux points.
  • Le Zénit réaliste. Deux tirs cadrés, un but. Le Zénit était en mode tueur offensivement et remporte un troisième succès 1-0 sur la pelouse du Rubin Kazan.

Le classement

L’événement marquant de la semaine

Déroute biélorusse pour le Zénit

Le tirage était assez favorable pour le Zénit avec un double affrontement contre le Dinamo Minsk. Largement supérieurs sur le papier, les hommes de Semak avaient l’obligation de se qualifier pour les barrages de l’Europa League. Mais ce match aller fut une véritable déroute. Dominé dans tous les compartiments du jeu, incapable d’élever le niveau de jeu face au club biélorusse, le Zénit s’est incliné 4-0 ! Une performance qui fait tâche (MAJ: même s’ils se sont bien rattrapés au retour)

Le portrait de club de la semaine

Cette semaine, nous allons dans la zone Oural-Volga pour vous parler de l’équipe d’une des grandes villes de la région, le LADA Togliatti, complètement absente des divisions supérieures nationales. Le club a été fondé pourtant à une époque où les usines AvtoBAZ étaient puissantes, en 1970 pour remplacer le Metallurg Samara car les autorités régionales ne trouvaient pas raisonnable d’avoir deux clubs de deuxième division dans la même ville. Appelé Torpedo comme tout club lié à une usine d’automobile, le club se morfond toute son existence au troisième niveau soviétique, remportant pourtant une fois son groupe.

Renommé Lada, du nom plus connu en Europe des voitures AvtoVAZ, c’est dans les années quatre-vingt-dix que le club connaît sa meilleure période avec deux montées consécutives dans l’élite, qui se soldent par deux relégations en 1994 et en 1996 avec un total de dix victoires au total. Suite à cela, le club de la ville nommée en l’honneur du leader communiste italien Palmiro Togliatti, se maintient en FNL jusqu’en 2003 où il connaît la relégation quelques mois après une demi-finale de Coupe de Russie, seulement battu par le futur vainqueur le Spartak, sur un but en or de Yuri Kovtun.

Ensuite, le LADA végète malgré une remontée suivie d’une saison catastrophique. Tout cela, comme pour beaucoup d’autres, mène le club de Togliatti à la faillite. Un nouveau départ est pris en 2010 mais le club enchaîne depuis les très mauvaises saisons dans le groupe Oural-Volga. La fusion, il y a quelques années, avec l’autre club de la ville à ce niveau « Akademia Togliatti » n’a pas amélioré grand chose même si ce dernier s’appuie sur le prestigieux centre de formation Yuri Konoplyov (du nom de l’ancien président de l’entreprise Standart-Lada). Cette académie à récemment sorti Dzagoev, Zobnin, Morozov, Akhmetov, Efremov, Yusupov, Kutepov ou d’autres, mais cela ne profite jamais au club de la ville, le Lada.

Qu’est-il devenu?

Sölvi Ottesen

Pour tout suiveur du football russe, les liens entre l’Islande et la Russie ne sont plus un secret. Les deux pays partagent des liens très puissants depuis quelques années. Non seulement l’Islande a connu pour la première fois l’expérience d’une Coupe du Monde en Russie, mais le pays scandinave dispose aussi d’une légion de footballeurs expatriés au pays des tsars. Outre le défenseur emblématique du FK Krasnodar Ragnar Sigurdsson, aujourd’hui à Rostov en étant passé après être passé par le Rubin Kazan, deux autres Islandais évoluent à Rostov : Sverrir Ingi Ingason et Björn Bergmann Sigurdarson. Deux autres footballeurs ont rejoint la Russie cet été : Hörður Björgvin Magnússon au CSKA Moscou et Jón Guðni Fjóluson au FK Krasnodar. Enfin, trois Islandais ont évolué en Russie avant d’en partir, récemment à chaque fois. Hannes Sigurdsson a été le premier en 2011 au Spartak Nalchik et Arnor Smarason a joué pour le Torpedo Moscou en 2015. Entre les deux, Sölvi Ottesen, de son nom complet Sölvi Geir Ottesen Jónsson, a évolué à l’Ural Ekaterinbourg de 2013 à 2014. L’arrière-centre y a disputé trente matchs, ce qui en faisait un titulaire indiscutable.


Lire aussi : En route pour la Russie : #3 Des Islandais en terre varègue


Depuis son départ de Russie, Sölvi Ottesen a eu une carrière assez mouvementée. Il n’est jamais resté plus d’un an dans le même club. En février 2015, il signe pour le Jiangsu Sainty en Chine. Avec l’entraîneur renommé Dan Petrescu, il remporte la FA Cup Chinoise, ce qui constitue le septième – et à ce jour dernier – trophée récolté par le joueur. Au cours de la saison 2015, il totalise 26 apparitions et trois buts marqués. Il passe l’année 2016 en deuxième division chinoise à Wuhan Zall, avec qui il termine la saison en 6ème place, pour 23 apparitions et trois buts. En février 2017, Sölvi Ottensen quitte la Chine et va en Thaïlande rejoindre le Buriram United, le club dominant du pays. Pourtant, le club galère pendant la moitié de la saison face à son rival Muangthong United. Il ne remporte le titre 2017 qu’après s’être débarrassé de son défenseur islandais qui a dû se contenter de douze matchs joués, avec cela dit un but marqué. C’est avec Guangzhou R&F qu’Ottensen termine la saison 2017, aidant son club à acquérir la cinquième place avec cinq matchs joués et un but marqué.

En 2018, Sölvi Ottensen est retourné dans son pays de naissance où il termine sa carrière au Víkingur Reykjavík, son club formateur. Son contrat est prévu pour trois ans. Selon les dires de l’Islandais, l’expérience à l’Ural en Russie a été le plus gros défi sportif de toute sa carrière.

Le XI

Le but du week-end

Somptueux contrôle en pleine surface d’Eric Bicfalvi qui s’ouvre la voie du but pour ouvrir le score. Déjà le deuxième but de la saison pour le milieu roumain de l’Ural Ekaterinbourg.

L’actu FNL

La FNL en bref…

L’équipe seconde d’un club en tête de la FNL, c’est possible ? Oui avec Krasnodar 2 qui a pris ce week-end la tête en s’imposant 3-1 face aux jeunots de Chertanovo. Rien n’est encore fait bien sûr, mais cette situation n’est pas un signe de bonne santé du football russe. Le Spartak 2 s’est de son côté imposé 3-1 contre Khimki avec de nouveau un but sur coup franc de Vladislav Panteleev.

On peut dégager quatre équipes dans cette FNL. Nizhny Novgorod qui s’est imposé 1-0 contre Tom. L’ex-Olympiets profite de son nouveau club pour réaliser un très bon début de saison avec aucune défaite en six matchs. Seul Krasnodar 2 peut en dire autant. L’autre équipe forte du championnat, c’est le FK Tambov qui a gagné 2-1 face au SKA à Khabarovsk. Jamais simple de se déplacer à l’autre bout du pays… Et il faudra compter sur le FK Sotchi qui a fait un nul contre le Baltika. Le club peut s’appuyer sur une équipe qui a fait une bonne saison passée sous les couleurs du Dinamo SPB. 

En bas, saison calvaire pour le Zenit 2 qui aligne sa sixième défaite de suite contre l’Avangard Kursk. Pareil pour Armavir qui n’y arrivera pas avec une défense qui a déjà encaissé douze buts en six matchs.

On attendait beaucoup du Baltika et du Rotor Volgograd, mais ces deux formations ont des difficultés à engranger des points. Le Baltika n’a toujours pas remporté la moindre victoire. L’effet nouveau stade ne semble pas prendre à Kaliningrad… 

L’équipe Footballski

Retour sur la journée 3 de RPL 2018/2019 – Championnat de Russie de football
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine #33 – 2018 : Les matchs du week-end

Vous êtes fans du foot d'Europe de l'Est et cherchez à savoir ce qu'il se passe ce week-end ? Si...

Fermer