On a vécu un Lovcen vs. Zeljeznicar

Tristan Trasca - Publié le 15 juillet 2014

Pendant que le monde du football avait les yeux tournés vers le Brésil, de nombreux clubs reprenaient le chemin de la compétition en ce début juillet pour le premier tour qualificatif d’Europa League. Bien loin des compétitions européennes que l’on connait et que l’on suit à l’automne puis au printemps, il existe une première vie pour l’Europa League et la Ligue des Champions avec ces premiers tours qualificatifs dont très peu ressortent indemnes. C’est cette autre face des coupes d’Europe que l’on a voulu vivre en assistant à ce Lovcen-Zeljeznicar au Monténégro.

Une ambiance de kermesse dans les rues dès la mi-journée

Pour le petit club de Lovcen, ce match à domicile consistait une première en coupe d’Europe, suite à leur victoire en coupe du Monténégro. Malheureusement le club de Cetinje n’a pu recevoir dans son stade qui ne répondait pas aux normes UEFA et c’est donc dans la station balnéaire de Petrovac que les Rouges et Blancs évoluaient « à domicile ». Le match débutant à 17h30, nous avons pu assister dès la fin de la matinée à l’arrivée des supporters du Zeljeznicar, venus de Sarajevo, à environ 5 heures de route. Pas de bus mais uniquement des voitures remplies de 4-5 gars. Vers 14h, la seule promenade de la ville était ainsi remplie de supporters bosniens avec pléthore d’écharpes bleues et blanches, de polos et casquettes Fred Perry mais aussi avec de majestueux tatouages à l’effigie de leur club. Malheureusement, la température plutôt fraîche ce jour-là calme les audacieux qui pensaient profiter de ce voyage au Monténégro pour piquer une tête dans l’Adriatique.

20140710_165947

Pas mal comme environnement, non ?

En face, les locaux sont arrivés bien plus tard, vers 15h30-16h, heure à laquelle les supporters vêtus de rouge ont pris possession de Petrovac. Des hommes, des femmes, des enfants, des anciens, etc., l’ambiance fleurait bon la kermesse de fin d’année où chacun a plaisir à se retrouver. Il était aisé de voir aux sourires nombreux et à la bonhomie ambiante que l’aventure européenne avait tout de la belle surprise pour ce club et que le plus important pour tout le monde était de savourer. Même l’organisation relativement amateur – 1 entrée pour 1000 spectateurs, un service de sécurité qui fait passer les spectateurs trois par trois – n’a pas terni cette belle atmosphère où toutes les composantes du club étaient invitées, des équipes de jeunes aux anciens en passant par les filles mais également des personnes des clubs de basket ou de hand de la ville. 45 minutes avant le coup d’envoi, on se retrouve derrière le but pour une place payée 4€ (le prix des places variant de 4 à 8€). Le stade est situé dans un environnement majestueux à flanc de montagne et entouré de collines et d’arbres. Une tribune principale couvre le terrain en longueur alors qu’une petite tribune de 150 places est située derrière un des buts.

Une expulsion très stupide handicape les Monténégrins

J’en profite pour regarder l’échauffement du Zeljo, relativement innovant avec une manière d’utiliser l’espace et les ballons pour terminer la montée en puissance que je n’avais jamais vu auparavant. Les CRS locaux font aussi leur apparition dont certains qui terminent d’enlever le plastique de leurs boucliers tous neufs avec le sourire aux lèvres. Les supporters du Zeljo, environ 150, sont aussi en place et donnent déjà de la voix.

Le match aller s’est terminé sur un 0-0 alors que le Zeljo, favori de cette confrontation, a plutôt dominé le premier acte. Avant le match, le speaker annonce les nationalités du trio arbitral – allemand, du délégué italien et du « superviseur » bulgare. Et l’on se rend aisément compte que ces premiers tours coûtent également énormément d’argent en logistique entre les hôtels, le transport, les vols, etc. Les petits clubs d’Europe de l’Est sont d’ailleurs bien souvent tiraillés entre le prestige de jouer la coupe d’Europe et le difficile équilibre économique qui résulte de ces premiers tours qualificatifs.

20140710_173543

Le match débute sur un bon rythme avec des Monténégrins très agressifs. Ils se procurent un bon coup-franc et quelques corners dès les cinq premières minutes. Les supporters de Lovcen, peu organisés, donnent de la voix pour encourager le bon début de match de leurs joueurs qui tiennent Zeljeznicar dans leur moitié de terrain.

Malheureusement, le match bascule à la dixième minute. L’ailier gauche du Zeljo Bucan, dont j’avais déjà vu les talents de fouteur de merde lors du derby contre le FK Sarajevo, fait une faute sur le très bon attaquant de Lovcen Bogdanovic. Ce dernier se lève et tire le chignon de Bucan qui se retrouve à terre. L’arbitre allemand n’a d’autre choix que d’expulser le joueur monténégrin alors que Bucan semble content de son action. Elle est sans doute l’aboutissement de tensions nées lors du match aller.

Dès lors, Lovcen joue sans avant-centre mais tient malgré tout le ballon et se montre dangereux. Le Zeljo est très pauvre dans le jeu et la bonne défense monténégrine autour du capitaine Tatar et du très costaud Simovic souffre guère. La première mi-temps permet aussi d’admirer le talent du n°18 des locaux, le dénommé Bozovic. Dans un style très proche de Pagis, que ce soit par son physique, son toucher, ses déplacements ou sa nervosité à fleur de peau, le meneur monténégrin met en danger les Bosniens et parvient à mettre sur orbite ses collègues à quelques reprises.

20140710_173535

Les Maniacs (Zeljo) on tour

A la mi-temps, le score est logiquement de 0-0. Les supporters du Zeljo ont donné de la voix pendant 45 minutes, ceux de Lovcen ont pris un coup sur la tête avec l’expulsion mais tiennent bon comme leur équipe sur le pré. Je constate également que les 1200 spectateurs dans le stade sont accompagnés par quelques centaines qui regardent le match depuis la route qui borde le stade ou les appartements qui le jouxtent.

Le Zeljo finit par trouver l’ouverture mais déçoit

Le coach du Zeljo sort alors un défenseur central pour faire rentrer un milieu. Cela s’avérera un choix décisif tant le nouvel entrant Jamak a fluidifié le jeu de son équipe et a permis de créer une vitesse de jeu et des combinaisons jusqu’alors inexistantes.

Lovcen tente de rester en place mais si l’envie est là, les jambes commencent à devenir lourdes. Sur une occase partie de la droite, le latéral bosnien centre au deuxième pour Sadikovic. Le jeune meneur, transparent jusque-là, place une reprise de l’extérieur du droit qui trompe le gardien Perovic. Le coup est rude pour les locaux et leurs supporters qui n’ont jamais vraiment été mis en danger.

20140710_181658

Entre les supporters de Lovcen (en rouge) et ceux de Zeljo, une belle fraternité pendant tout le match

Dès lors, Lovcen n’y est plus vraiment et les têtes commencent à souffrir autant que les jambes. Malgré tout, les Monténégrins se procurent deux ou trois occasions par Bozovic ou le nouvel entrant Vujanovic. On pousse pour voir un but des locaux qui ne les qualifierait pas mais rendrait justice à leur match. En face, le Zeljo joue tranquillement et manque de justesse technique pour tuer le match. Sur chaque corner des Bosniens, je constate que les joueurs de Lovcen en profitent pour saluer des personnes dans le public.

Le match se termine sur ce triste 0-1. Les joueurs locaux quittent rapidement la pelouse, sans doute trop déçus par l’élimination pour passer un peu de temps avec leurs supporters. En face, les joueurs de Zeljeznicar restent une quinzaine de minutes sur la pelouse pour célébrer la qualification avec leurs supporters. La jubilation est sans doute à la hauteur de la peur qu’ont ressentie les joueurs bosniens durant cette confrontation.

Une belle fête gâchée par cette expulsion

Honnêtement, le match est mort à la 10è minute. Même si Lovcen a tenu bon et a même fait mieux que jeu égal sur une grande partie du match, quelque chose s’est brisé avec cette expulsion stupide. Ce sera d’ailleurs la conclusion de la plupart des journalistes monténégrins au lendemain du match. Et pourtant, il y avait réellement la place tant cette belle équipe de Lovcen a affirmé une expression collective au-dessus de la moyenne et un jeu offensif de bon niveau avec Bozovic et les deux ailiers.

20140713_121035

Du côté du Zeljo, l’élimination était proche et si le jeu offert en deuxième période fut de meilleur niveau, il faudra en montrer plus lors des prochains tours et dès cette semaine contre le Metalurg Skopje pour espérer arriver aux groupes d’Europa League. Il semblerait malgré tout que l’équipe alignée était relativement jeune et certains titulaires semblent avoir été laissés sur le banc pour ce match, comme Svraka entre autres.

Les acteurs principaux de ce match auront finalement été les supporters. Ceux de Zeljo, attendus avec matraque et boucliers, se sont comportés de manière exemplaire avant, pendant et après le match. Ils n’ont pas cessé de chanter et le chœur de ces 150 Maniacs a impressionné. De même, leurs gestes de remerciement à destination des supporters de Lovcen et leurs « Hvala Cetinje (merci Cetinje) » ont été très appréciés. En face, le même fair-play fut de mise et les supporters locaux ont longuement applaudi le Zeljo à la fin du match.

Dans les rues, à la fin du match, il n’y avait pas vraiment de tristesse. Bien entendu, certains parlaient de cette expulsion et du tout autre match que c’eut pu être mais personne n’était triste suite à cette élimination. Ces deux matchs européens semblent avoir été des cadeaux tombés du ciel pour ce club et les supporters les ont appréciés comme tels.

Il est bien difficile d’imaginer que cette compétition est la même que celle qu’on peut voir dans les grands stades européens au printemps, et pourtant. Ces matchs permettent de rappeler qu’à l’image de la Coupe de France, les coupes européennes concernent au-delà des 10-12 clubs qui peuvent la gagner et si nombreux sont les petits clubs de l’Est qui ne parviendront jamais à gagner l’Europa League, ils participeront toujours avec plaisir et honneur à ces premiers tours, sans envisager plus loin. Et finalement, c’est sans doute pour cela que j’ai pris tant de plaisir ce jour-là au Monténégro.

 

Tristan Trasca

Si vous voulez voir à quoi ressemble Petrovac et un résumé du match, cliquez ici.

On a vécu un Lovcen vs. Zeljeznicar
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Tristan Trasca

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Présentation de la FNL 2014-2015

LA FNL 2014-2015 (Futbol'naya Natsional'naya Liga pour les puristes) ou Première Division, est le deuxième échelon dans la hiérarchie du...

Fermer