On a vécu Benfica vs. Zenit Saint-Pétersbourg

Rusko - Publié le 19 septembre 2014

Un club russe en visite à Lisbonne, je ne pouvais pas manquer cette occasion. Le Zenit débarque donc au Portugal avec un bilan de 7 victoires en 7 matchs en championnat. Villas Boas a su insuffler un nouvel esprit à cette équipe et surtout la rajeunir un peu. En résumé, ce Zenit se doit de se qualifier pour les huitièmes et mieux encore, il doit le faire avec la manière et en terminant premier du groupe. Si pour ma part, je considère donc le Zenit favori du match, je n’en oublie pas moins cette équipe de Benfica. Une équipe que Jorge Jesus doit une nouvelle fois reconstruire suite au départ de nombreux bons joueurs cet été. Toujours est-il que venir gagner à la Luz n’est pas à la portée de n’importe quelle équipe.

Ligue des champions ou pas, je ne change pas mes habitudes : métro, arrêt Colegio militar, puis direction le stade. Je ne sais pas si c’est l’horaire (19h45), l’affiche ou les premières pluies qui s’abattent sur Lisbonne, mais je dois avouer être très surpris par l’affluence du stade. Certes, j’arrive assez tôt au stade, mais je comprends très vite que l’Estadio da Luz sera très loin d’afficher complet ce soir. L’aigle de Benfica fait son apparition après l’échauffement des équipes, pendant que la compo du Zenit défile. Javi Garcia, Witsel, Garay, anciens de Benfica, Hulk et Danny anciens pensionnaires du championnat portugais, Villas Boas sur le banc, ce Zenit est déjà un peu rodé au football portugais.

Le match commence fort. Benfica essaye de mettre du rythme, mais on sent très vite le Zenit parfaitement dans son match et prêt à jaillir dès que l’occasion se présente. Il suffira d’attendre 5 petites minutes. Un ballon perdu dans la phase de construction de Benfica, une passe de Shatov et Hulk s’en va tromper Artur tranquillement. Le jeu très vertical du Zenit fait mal à Benfica. Au milieu Javi Garcia et Witsel sont très actifs et il faut des exploits individuels côté portugais pour pouvoir s’approcher des buts de Lodygin. Si le ballon est dans les pieds portugais, c’est bel et bien le Zenit qui se montre le plus dangereux dans ce début de match.

 

 

 

 

 

 

Hulk n’a que faire des huées qui accompagnent ses touches de balle et il s’en faut de peu pour qu’il ne double la mise sur coup-franc. Puis, une nouvelle perte de balle dans le camp benfiquiste offre l’opportunité à Danny d’y aller de son but. Le portugais vient percuter Artur sorti à sa rencontre. Carton rouge pour le gardien. Le coup-franc qui suit est détourné en corner, un corner décisif puisque Witsel vient crucifier son ancienne équipe. A 10 contre 11, Benfica est mené 2-0 et il reste plus d’une heure de jeu. Mais les portugais sont courageux. Si le public est quelque peu abasourdi et très silencieux, excepté une petite partie des supporters derrière le but, les hommes de Jorge Jesus ne se laissent pas abattre. C’est même eux qui donnent la meilleure impression sur la fin de première période.

Le second acte sera beaucoup moins intéressant. Le Zenit cherche avant tout à gérer et pêche parfois par suffisance, à tel point que c’est bien Benfica qui se procurera les meilleures opportunités en seconde période. Le Zenit termine le match en marchant, certains joueurs me semblent bien fatigués, je pense à Danny notamment. Ah et les tribunes se réveillent enfin. On joue les arrêts de jeu et le stade se lève pour acclamer son équipe qui malgré des faits de jeu contraires n’a jamais rien laché.

Le Zenit s’impose donc 2-0 et frappe un grand coup dans ce groupe très homogène. Si Benfica n’est plus le même par rapport à l’année dernière, venir s’imposer ici n’est pas anodin. Au niveau des performances individuelles, je soulignerai le match quasi parfait de Garay, le match défensif de Rondon (qui perd forcément en lucidité à force de presser ainsi), et le très bon match du duo Witsel-Javi Garcia. Enfin, même s’il m’a parfois semblé encore un peu tendre, Oleg Shatov a su se montrer décisif et est monté en puissance au cours du match.  ​

Rusko & The Wolfman

Article précédemment publié sur SoccerPopulaire

On a vécu Benfica vs. Zenit Saint-Pétersbourg
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Rusko

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
La saga Mutu continue

Le biographe d'Adrian Mutu sera servi: ses exploits à la Fiorentina, la drogue, sa suspension, sa vie nocturne digne de...

Fermer