L’oeil du recruteur #7 : Naby Keita

Adrien Mth
Adrien Mth - Publié le 7 janvier 2016

L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, tous les quinze jours, qui mériterait de jouer à un niveau un peu plus élevé qu’il ne le fait actuellement. L’occasion aussi de vous faire découvrir un joueur qui pourrait débarquer dans un grand championnat d’ici quelques mois. Aujourd’hui, Naby Keita du Red Bull Salzbourg.

Naby Keita

Nom complet : Naby Laye Keïta
Né le : 10 février 1995 (20 ans)
Pays : Guinée
Taille – Poids : 1.72m 68 kg
Poste (pied) : Milieu relayeur (droit)
Autre(s) poste(s) : Milieu récupérateur / milieu offensif
Club : Red Bull Salzbourg Tipico-Bundesliga, Autriche
15 sélections, 2 buts avec la Guinée

Carrière

La précocité domine chez ce jeune joueur guinéen. À 16 ans à peine, il faisait déjà ses débuts dans la première division de son pays, au FC Santoba. Surnommé « Deco » par ses coéquipiers, ses prestations vont très vite attirer l’attention.  Repéré par de nombreux centres de formation français et conseillé par le grand Pascal Feindouno, Naby Keita franchit le pas en 2011 et fait un essai à Lorient, non-concluant. Il retourne sans regrets au pays, continuer dans son premier club qui termine cinquième à l’issue de la saison.

Après un second essai sans suite au Mans, Naby Keita décide de participer à un tournoi de détection à Marseille. Banco ! Les dirigeants du FC Istres le repèrent et le font signer en novembre 2013. Le jeune milieu intègre directement l’effectif pro, à 18 ans, et participe à 23 matchs au cours de la saison, qu’il n’a pourtant pas débuté, ni préparé ! Ci-dessous une vidéo résumé de son premier match en professionnel, où il se fait remarquer…

Très vite pris sous son aile par Jérôme Leroy, Naby Keita s’impose comme le métronome du jeu istréen. Une découverte pleine de promesses qui ne permet pourtant pas de sauver le club à la fin de la saison, relégué en National. « Le club a fait de gros efforts en lui donnant le meilleur contrat possible sachant qu’Istres n’a pas de grands moyens. » confia son agent, Abdoul Bangoura.

Le club a fait de gros efforts en lui donnant le meilleur contrat possible sachant qu’Istres n’a pas de grands moyens.

Le jeune Naby dispose alors, à l’été 2014, d’un bon de sortie. Les concurrents sont nombreux, en France dans l’élite (Rennes, Bordeaux, Lille) mais aussi en Angleterre (West Ham), en Belgique (Standard) et en Italie (Bologne). C’est pourtant un club issu d’un championnat moins réputé qui va remporter la mise. Le Red Bull Salzbourg arrive en Provence avec une offre d’1,5 million d’euros, bien évidemment accepté.

Sa nouvelle aventure en Autriche commence immédiatement par les barrages de la Ligue des Champions, une pression énorme pour un gamin professionnel depuis à peine six mois. La douloureuse élimination face à Malmö a laissé des traces chez Keita, qui a eu du mal au départ à s’imposer dans un effectif pléthorique avec des joueurs confirmés. Cependant, Adolf Hütter, son premier coach au RB va peu à peu en faire une de ses pièces maîtresses.

Une réelle complicité est née avec Jonathan Soriano, le goleador du Red Bull.

Une réelle complicité est née avec Jonathan Soriano, le goleador du Red Bull |© Werner100359

Naby Keita s’inscrit dans la politique « business » de recrutement d’espoirs à fort potentiel financier du club autrichien comme Kevin Kampl, Sadio Mané, Alan ou Massimo Bruno. Le numéro 8 du RB participe activement à la belle saison du club avec un huitième de finale en Europa League et deux titres, championnat et coupe d’Autriche.

Utilisation actuelle

Depuis deux saisons maintenant, le Red Bull Salzbourg évolue dans un traditionnel 4-4-2 avec un double pivot au milieu. Naby Keita évolue dans ce registre, même s’il est milieu offensif de formation. Ce positionnement ne l’empêche en aucun cas de se projeter vers l’avant. Zoran Barisic, le coach des six premiers mois (il a été limogé à Noël, remplacé par l’espagnol Oscar García), en a fait un de ses hommes de base pour son système très tourné vers l’attaque. Très habile techniquement, Naby Keita est véritable casseur de lignes et part souvent de très loin pour mener ses actions.

Keita occupe bien le rôle de relayeur, tandis que le jeune allemand Benno Erik Schmitz, défenseur de formation, remplit la fonction de sentinelle et doit couvrir les montées des deux milieux excentrés mais également de son coéquipier guinéen. En effet, Naby Keita n’hésite pas parfois à se positionner en numéro dix, juste derrière les deux attaquants. Pour le moment, ce schéma est payant puisque le Red Bull est premier de son championnat, avec la meilleure attaque.

Le jeune Guinéen ne cesse de progresser d'année en année.

Le jeune Guinéen ne cesse de progresser d’année en année | © Adrien Mathieu / Footballski

Ce penchant pour l’offensif est bien sûr un atout pour le RB qui a bien compris ce que pouvait apporter l’ancien istréen dans un autre registre. Lors de la dernière sortie, victorieuse contre le Rapid Vienne, Naby Keita était clairement numéro 10 avec le jeune Konrad Laimer derrière lui. Un choix payant puisque le Guinéen a livré une prestation de grand classe, avec un but et une passe décisive. Cette polyvalence permet une certaine flexibilité à ses entraîneurs, afin de le positionner sur un terrain selon le tableau d’affichage ou l’adversaire.

Profil

  • Doté d’un gabarit plutôt petit par rapport aux milieux modernes, Naby Keita compose sa petite taille (1.72m) par une vivacité de tous les instants, à l’image de ce que réalise N’Golo Kanté en Angleterre à Leicester cette saison. Ce profil de box-to-box, de plus en plus précieux pour la conquête du ballon en fait l’un des atouts forts du Red Bull cette saison. C’est simple, aucun autre joueur de l’effectif n’est capable de se battre autant au milieu que lui, et cela pendant 90 minutes.
  • En complément de cette combativité, Naby Keita démontre des aptitudes physiques remarquables pour le pressing. Il n’est jamais à plus de trois/quatre mètres de son vis-à-vis et par sa malice, il réussit à gratter un nombre conséquent de ballons (dans le top de la Bundesliga). Son aptitude à répéter les efforts, qu’ils soient courts ou longs, est incroyable.
  • Il a ajouté cette saison une nouvelle corde à son arc : la finition. Auteur déjà à mi-saison de 8 buts en championnat, Naby Keita n’a rien d’un buteur exceptionnel. Sur la plupart de ces buts inscrits, il a pourtant montré une qualité surprise, à savoir un excellent sens du positionnement. Toujours à l’affût des seconds ballons et des contres chanceux, le Guinéen a su empiler les buts avec, parfois, un brin de chance.
Capture d’écran 2016-01-07 à 01.00.45

L’un de ses buts inscrits cette saison : il est à la base et à la conclusion du mouvement |© Capture

  • Une excellente qualité de passe : par son positionnement de relayeur, Naby Keita fait la liaison incessante entre les défenseurs et les attaquants. Ce précieux rôle lui a fait prendre conscience qu’il devait simplifier son jeu et trouver en première intention ses coéquipiers. A plusieurs reprises ils délivré des offrandes à ses coéquipiers (déjà six cette saison) que ce soit à terre ou dans les airs. Son pêché mignon : la passe entre les deux défenseurs axiaux, qu’il a encore du mal à maîtriser.
  • Un autre de ses défauts : il aime beaucoup le ballon. Cela va dans le sens du « simplifier son jeu » car à de nombreuses reprises, Naby Keita a tendance à trop garder le cuir pour lui, et à multiplier les touches de balle inutiles. Cependant, les observateurs ont constaté une nette amélioration chez lui sur ce point-là. Le Guinéen se projette beaucoup plus vers l’avant et lève ainsi la tête en conséquence. Il doit corriger ce défaut qui peut être vite agaçant chez un jeune joueur.
  • Qualité de son défaut, il lui arrive de faire des rushs spectaculaires où il élimine quatre à cinq joueurs pour créer une action dangereuse pour lui ou ses coéquipiers. Une qualité de dribble et d’accélération, dans les grands comme dans les petits espaces, qui en font une menace offensive permanente pour l’adversaire.
  • Il aime les gros matches : la pression ne semble pas affoler ce gamin de vingt ans. Contre les gros du championnat, le Rapid, l’Austria et le Sturm, Naby Keita a toujours répondu présent face au défi physique et l’attente des supporters. Il s’est également fait remarquer en Europa League, comme l’an dernier face au Dynamo Zagreb (victoire 5-1 en Croatie) où il a été tout simplement monstrueux. Cette année il n’a pas su faire la différence, que ce soit face à Malmö ou contre Minsk en barrages des deux coupes européennes. Un statut de leader sans-doute prématuré pour lui…

Évaluation

Le départ pour Naby Keita semble imminent. Si vraisemblablement le Red Bull souhaite le conserver pour la deuxième partie de saison à venir, une vente fructueuse est programmée pour l’été prochain. Les prétendants sont nombreux, et l’argent conséquent de la Premier League devrait rafler la mise. Si Naby Keita n’a que vingt ans, il possède déjà une certaine maturité surtout à son poste. Sa capacité à enchaîner les efforts et à être très peu remplaçant, grâce à une excellente condition physique, font du Guinéen un élément incontournable du dispositif du champion autrichien en titre. Sa polyvalence, aussi bien 8 que 10 est un atout indéniable, pour une certaine adaptation tactique qui l’avait quelque peu gêné à ses débuts en Bundesliga.

Relayeur et numéro 10, les deux postes qu'occupe Naby Keita à Salzbourg.

Relayeur et numéro 10, les deux postes qu’occupe Naby Keita à Salzbourg | © Forza Football

Si sa valeur est d’environ 7-8 millions d’euros, Salzbourg peut s’en tirer avec un plus gros chèque car la franchise Red Bull détient bien dans ses rangs un joyaux à polir. L’investissement risqué d’1,5 million d’€ à Istres a été plus que rentabilisé. Une grosse interrogation demeure, le cap entre une Bundesliga où son équipe se balade, et un championnat du top 4 européen, où il faut se battre à chaque rencontre. Naby keita a les armes pour franchir ce pallier et s’imposer rapidement comme un milieu sur lequel il faudra compter pour les dix ans à venir.

« Au début, ce n’était pas facile pour moi, mais j’ai travaillé et aujourd’hui voici le résultat. Je suis content et fier de moi. Je suis fier aussi pour les gens qui m’encouragent. Je me suis battu pour gagner ma place et j’ai joué en Ligue Europa, ça m’a donné beaucoup d’expérience. Je vais continuer à travailler sur ce chemin afin de jouer dans de grands clubs. »

Cibles types : Monaco, Everton, Tottenham, Dortmund, Wolfsburg, Fiorentina
Prix : 7.000.000 – 8.000.000 €
Rapport qualité / prix : Bon
Note du joueur : B +
Potentiel : A

Adrien Mth


L’oeil du recruteur #1 : Filip Mladenovic (BATE Borisov)
L’oeil du recruteur #2 : Andraz Sporar (Olimpija Ljubljana / FC Basel)
L’oeil du recruteur #3 : Andrija Zivkovic (Partizan)
L’oeil du recruteur #4 : Nikita Korzun (Dinamo Minsk)
L’oeil du recruteur #5 : Viktor Kovalenko (Shaktar Donetsk)
L’oeil du recruteur #6 : Marko Grujic (Crvena Zvezda / Liverpool)

Image à la une : © Werner100359

L’oeil du recruteur #7 : Naby Keita
4.7 (93.33%) 6 votes

A propos de l'auteur

Adrien Mth

Adrien Mth

Étudiant en journalisme à l'IJBA de Bordeaux. Passionné par le pays du Tyrol, de l'escalope, de Natascha Kampush et du Prater. Vous l'avez compris, la Bundesliga autrichienne, c'est mon dada. Également auteur du FootballskiTrip en Ukraine.

pays de l'auteur footballski

9 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
2015 – Six mois de football en Moldavie

Après une saison 2014-2015 où la lutte pour le titre fut plus disputée que jamais auparavant, les deux dauphins du...

Fermer