L’oeil du recruteur #2 : Andraz Sporar

Quentin Guéguen
Quentin Guéguen - Publié le 12 novembre 2015

L’œil du recruteur revient et c’est toujours le même principe. Un rapport détaillé, technico-tactique d’un joueur de nos championnats, tous les quinze jours, qui mériterait de jouer à un niveau un peu plus élevé qu’il ne le fait actuellement et l’occasion de vous faire découvrir un joueur qui pourrait débarquer dans un grand championnat d’ici quelques mois. Aujourd’hui, Andraž Šporar de l’Olimpija Ljubljana.

ANDRAŽ ŠPORAR

 

Nom complet : Andraž Šporar
Né le : 27 février 1994 à Ljubljana
Pays : Slovénie
Taille - Poids : 1.80 m – 79 kg
Poste (pied) : Attaquant de pointe (droit)
Autre(s) poste(s) : Deuxième attaquant
Club : Olimpija Ljubljana – Prva Liga, Slovénie
0 sélection, 0 but avec la Slovénie (12 sélections, 5 buts avec les U21)

Carrière

Le football et l’Olimpija Ljubljana coulent dans les veines de la famille Šporar. Andraz est le fils de Miha, ancien capitaine du club de la capitale slovène où il a joué jusqu’à 38 ans. L’attaquant commence le football à l’Olimpija, mais rapidement, il rejoint le MNK Ljubjlana puis l’Interblock Ljubljana, où il effectue ses débuts professionnels en deuxième division slovène en 2011, à 17 ans. Très vite, Šporar est considéré comme l’un des attaquants les plus prometteurs du pays et de sa génération. Il réalise un court essai en Angleterre, à Tottenham, qui confirme que les recruteurs ont déjà des intérêts pour l’attaquant slovène. Dès sa première saison professionnelle, Šporar impressionne et inscrit 10 buts en 21 matchs. Logiquement, il intéresse les gros clubs de Prva Liga, la première division slovène, Maribor et l’Olimpija. C’est le dernier cité qui rafle le jackpot et qui va tout de suite connaître retour sur investissement.

© nzs

© nzs.si

Dès sa première saison à l’Olimpija, Šporar inscrit 11 buts en 28 matchs, avant de connaître la pire saison de sa jeune carrière en 2012/2013 avec seulement 5 buts en 17 matchs. Difficile pour un jeune joueur de s’épanouir dans le contexte toujours délicat et instable de l’Olimpija, mais Šporar découvre l’Europa League et la sélection espoirs slovène. Il marque 13 fois en 32 rencontres l’an passé avant l’explosion pour ce joueur, fan de Liverpool et dont l’objectif est de porter un jour le maillot : « Je ne serai qu’heureux le jour où je jouerai avec le maillot de Liverpool sur les épaules. » Et puis, cette saison, c’est l’explosion. 15 matchs, 15 buts, cinq passes décisives, un but toutes les 89 minutes : Andraž Šporar, capitaine de son club à seulement 21 ans, porte l’Olimpija sur ses épaules. Il est logiquement meilleur buteur de Prva Liga et le club de la capitale écrase la concurrence avec sept points d’avance sur son rival, Maribor. Le premier titre de l’Olimpija depuis 1995 et depuis sa refondation en 2005 se profile, tout comme une saison historique pour son capitaine. Cela tombe bien, il a déclaré vouloir aider son club à remporter un titre de champion de Slovénie avant d’aller à l’étranger. Parmi les prétendants déjà intéressés : le Sturm Graz, le PAOK et l’Austria Wien. Sa première sélection avec la Slovénie n’est également qu’une question de matchs.

Utilisation actuelle

Avec des statistiques pareilles, Andraž Šporar est logiquement le titulaire indiscutable à la pointe de l’attaque de l’Olimpija Ljubjlana. A 21 ans, il en est même le capitaine. Sous les ordres de Marijan Pušnik, arrivé cette saison alors que le club a changé de mains et a désormais des ambitions bien plus élevées, l’Olimpija évolue généralement dans un 4-2-3-1, Šporar étant la pointe, seul devant. Il y a le rôle classique d’un attaquant jouant à ce poste : premier joueur au pressing, permettre de faire remonter le bloc en situation de transition, finisseur mais aussi créateur. Il arrive que Ljubljana joue en 4-4-2 également, auquel cas Šporar évoluera dans un système à deux attaquants, sans aucun problème. Il sera alors celui qui tourne autour de l’autre attaquant.

Mais ce n’est pas parce qu’il joue généralement seul en pointe que Šporar se cantonne à son poste. L’attaquant se permet et possède une certaine liberté pour évoluer sur toute la largeur du terrain. Il n’est pas rare de le voir s’excentrer à droite ou à gauche pour libérer des espaces pour ses coéquipiers, ou simplement altérer l’attention de la défense adverse. Šporar est également un adepte des décrochages et le fait bien, ayant le panel technique et tactique pour le faire. En résumé, Šporar est utilisé comme une sorte d’homme à tout faire sur le front de l’attaque et ses statistiques prouvent qu’il est capable de porter tout ce poids sur ses épaules.

Profil

  • Avant toute chose, il semble être utile de préciser que les défenses slovènes ne sont, et c’est un euphémisme, pas les plus impressionnantes en Europe. Elles sont souvent naïves et relativement lentes. Ceci étant dit, Šporar a la concentration et l’intelligence de placement pour prendre avantage des situations et les punir.
  • Pour un joueur de 21 ans, Šporar est physiquement au point. Avec 79 kg pour son mètre 80, il a le gabarit pour jouer dans n’importe quel championnat, déjà.
  • Šporar a quelque chose qu’il est difficile d’enseigner ou d’apprendre : le sens du but. Il est inné chez l’attaquant slovène. Beaucoup de ses buts interviennent après seulement un contrôle et une frappe. Ses enchaînements sont très rapides et même s’il peut encore progresser à ce niveau, il rate peu de un contre un avec le gardien adverse.
  • Andraž Šporar a une excellente frappe sur son bon pied, le droit. Sa technique de frappe lui permet également d’être dangereux sur ses centres lorsqu’il se retrouve sur le côté. La plupart de ses passes décisives viennent d’ailleurs de centres en retrait. Néanmoins, son pied gauche demande des progrès dans l’efficacité et dans l’utilisation.
  • Šporar a le profil parfait pour jouer seul en pointe. Il est solide, utilise bien son corps pour conserver les ballons, travailleur (il sait tacler), mais sa qualité principale est sa vitesse. Il l’utilise avec brio pour ses appels qui sont souvent très bons, intelligents et efficaces.
    • Exemple : lors du derby éternel face à Maribor, Andraž Šporar a peut-être marqué son plus beau but, une reprise de volée sur un petit centre d’un coéquipier. Son appel est intelligent, décisif et montre qu’il veut se rendre disponible. Là où certains feraient un contrôle, Šporar enchaîne directement.
Sporar palette

© Capture / Footballski

  • Šporar est aussi efficace en deuxième attaquant car il a les qualités pour le faire : intelligence, vision du jeu, qualité de passe. C’est aussi pour cela qu’il peut décrocher et participer au jeu lorsqu’il joue seul devant, pour libérer des espaces pour ses coéquipiers.
  • A 21 ans, Šporar déjà est capitaine de son club. Cela montre une certaine mentalité et une maturité qui a poussé l’entraîneur à le promouvoir à ce rang. Il est donc un leader dans le vestiaire à son âge, mais il montre également l’exemple sur le terrain en portant son club. Il est d’ailleurs également capitaine de la sélection U21 slovène.
  • A la suite de son but contre Maribor, il a fait un peu de buzz en imitant la célébration de Mario Balotelli face à l’Allemagne à l’Euro 2012. Une façon idiote de prendre un carton jaune. Bien pour le spectacle, mais à éviter.

Évaluation

Andraž Šporar représente le prototype de l’attaquant complet moderne capable de marquer mais également de faire marquer et de participer au jeu de son équipe. Loin de rester dans sa surface de jeu, travailleur, rapide et adroit balle au pied, Šporar montre que, à 21 ans, il a déjà un mental et une maturité de très haut niveau en étant capitaine de son équipe. Non seulement cela, mais il la porte match après match en championnat. Être capitaine est une chose, être à la hauteur du brassard en est une autre.

Néanmoins, Andraž Šporar soulève quelques interrogations. Il n’a réussi que dans son championnat et, même s’il y cartonne, Šporar n’a aucune référence européenne. On peut aussi le voir comme étant une étape supplémentaire à passer et donc une marge de progression plus importante à creuser. Le joueur n’a pas encore la carrure pour signer immédiatement dans un top club et devra passer par une étape intermédiaire mais, à long-terme, il en a les qualités. Ainsi, recruter Šporar pourrait se définir comme un pari. Un pari qui, si l’attaquant slovène confirme ses qualités dans un prochain club, pourrait se révéler très fructueux pour celui-ci et pour le joueur.

Cibles types : Augsburg, Bâle, Legia, Lech, Anderlecht, Saint-Etienne, RB Salzburg
Prix : 1.500.000 € - son club vient d’être racheté, n’a pas besoin d’argent et a des ambitions.
Rapport qualité / prix : Bon, avec potentielle plus-value importante
Note du joueur : C+
Note du potentiel : A-

L’oeil du recruteur #1 : Filip Mladenovic

Photo à la une : © NHS

L’oeil du recruteur #2 : Andraz Sporar
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Quentin Guéguen

Quentin Guéguen

J'aime les draniki sans champignon, et accessoirement le football biélorusse et autrichien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

8 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
L’Ukraine et les barrages : une histoire tourmentée

C'est devenu un rituel. Tous les deux ans, au mois de novembre, la sélection ukrainienne s'apprête à jouer sa qualification...

Fermer