Le Zenit et la France

Karim Hameg
Karim Hameg - Publié le 20 octobre 2015

L’Olympique Lyonnais sera la cinquième équipe française à défier le Zenit Saint-Pétersbourg en coupe d’Europe. Auparavant, Lille, Marseille (à deux reprises), Auxerre et Monaco ont affronté l’actuel champion de Russie en titre. Retour sur une histoire qui a débuté il y a onze ans.

2004/2005 – Coupe de l’UEFA | Premier tour

  • Lille – Zenit Saint-Pétersbourg : 2-1 Le premier match entre le Zenit Saint-Pétersbourg et une équipe française remonte à la saison 2004/2005, en Coupe de l’UEFA. Dans l’étrange phase de poules de cette compétition, Lille reçoit le Zenit le 4 novembre 2004 en sachant qu’il n’aura pas de match retour à disputer. Les hommes de Claude Puel l’emportent (2-1) au terme d’une partie qui aura vu tous les buts être inscrits en l’espace de six minutes : l’ouverture du score lilloise, signée Tafforeau (35′), l’égalisation des Russes par l’intermédiaire de Kerzhakov (38′) et enfin le but de la victoire, inscrit par Matt Moussilou (41′). Le Zenit ne survivra pas à ce premier tour tandis que Lille ira jusqu’en huitièmes de finale, éliminé par Auxerre dans un duel franco-français.

2005/2006 – Coupe de l’UEFA | Huitièmes de finale

  • Marseille – Zenit Saint-Pétersbourg : 0-1, 1-1 Avant le coup d’envoi du match opposant l’OM à Bolton en seizièmes de finale de la Coupe de l’UEFA 2005/2006, Thierry Roland avait bien du mal à masquer sa satisfaction. Si Marseille parvenait à passer ce tour, il aurait à affronter un adversaire largement à sa portée, en l’occurrence le Zenit Saint-Pétersbourg. L’OM parviendra effectivement à passer l’obstacle anglais et retrouve donc le Zenit Saint-Pétersbourg au Stade Vélodrome le 9 mars 2006. Les Russes avaient éliminé Rosenborg (2-0, 2-1) au tour précédent. Vu de France, le Zenit n’apparaît pas comme étant un épouvantail mais il compte dans ses rangs l’un des meilleurs duos d’attaque du championnat russe : Aleksandr Kerzhakov et Andrei Arshavin. Dans une rencontre accrochée où l’OM peine, c’est ce dernier qui fera la différence en ouvrant le score d’une superbe frappe enroulée qui laissait Barthez sans réaction (51′). À la défaite (0-1) viendra s’ajouter pour l’OM l’expulsion de Ribéry pour conclure une soirée cauchemardesque.Marseille n’a plus vraiment l’espoir de renverser la situation au match retour une semaine plus tard.Dans un stade Petrovsky où la pelouse s’apparente davantage à un champ de patates qu’à un terrain de football en cette fin d’hiver, Aleksandr Kerzhakov viendra briser les rêves olympiens en ouvrant le score (69′) bien aidé par une bévue de Carrasso (qui remplaçait Barthez). Cinq minutes plus tard, le match sera finalement relancé grâce à un but de Frédéric Déhu sur coup franc direct (!). L’OM avait alors un peu plus d’un quart d’heure pour renverser la situation mais il n’y parviendra pas, terminant même une fois de plus en infériorité numérique après l’expulsion de Carrasso (90′). Ce match nul (1-1) sera synonyme d’élimination pour le club marseillais. Qu’en a pensé Thierry Roland ? Le Zenit Saint-Pétersbourg s’arrêtera quant à lui en quarts de finale, balayé par le FC Séville, futur vainqueur de l’épreuve (1-4, 1-1).

2007/2008 – Coupe de l’UEFA | Huitièmes de finale

  • Marseille – Zenit Saint-Pétersbourg : 3-1, 0-2 Comme deux ans plus tôt, l’OM est heureux de tomber sur le Zenit Saint-Pétersbourg en Coupe de l’UEFA. Le club russe avait éliminé Villarreal au tour précédent (1-0, 1-2), au terme notamment d’un match retour héroïque achevé à neuf contre onze. Le fait d’avoir évité le club espagnol, alors en pleine bourre, était un véritable soulagement pour les Marseillais malgré l’élimination vécue deux ans plus tôt au même stade face à ce même Zenit. L’OM se sentait en plus en confiance après avoir éliminé un autre club russe au tour précédent : le Spartak Moscou (3-0, 0-2). Mais le Zenit version 2008 n’était pas le Spartak Moscou et il semblait encore meilleur que deux ans plus tôt. L’équipe qui se présente au Vélodrome le 6 mars 2008 est championne de Russie en titre, comporte nombre d’internationaux en son sein et elle est financée par le géant Gazprom, déterminé à transformer le Zenit en une équipe dominatrice sur l’échiquier européen.Animé par son quatuor offensif Valbuena – Nasri – Niang – Cissé, l’OM prend rapidement le contrôle des opérations et bombarde les cages de Malafeev. Il verra ses bonnes intentions récompensées à la 38ème minute grâce à un but de Djibril Cissé, capitaine d’un soir.En début de seconde période, Niang marquera à son tour (48′) avant que Cissé n’y aille de son doublé (55′). Marseille mène alors 3-0 mais il aurait pu disposer d’une avance bien plus importante s’il avait su se montrer plus efficace. Au lieu de creuser l’écart, l’OM va voir son adversaire revenir. À la 82ème minute, Andrei Arshavin prend Ronald Zubar de vitesse et bat Steve Mandanda. Deux ans plus tard, l’assassin est revenu sur les lieux du crime. Si l’OM peut se satisfaire de sa victoire (3-1) et de la prestation, il a en revanche de quoi regretter les occasions gâchées et surtout ce but encaissé.Une semaine plus tard, au stade Petrovsky, la pelouse est dans un mauvais état. Le Zenit voit deux de ses défenseurs revenir de suspension (Roman Shirokov et Radek Širl) et s’il avait pu compter sur Arshavin à l’aller, il voit son autre attaquant vedette se mettre en évidence. Pavel Pogrebnyak ouvrira le score à la 39ème minute avant de doubler la mise à la 78ème minute. Ce doublé du colosse russe du Zenit permettra au champion de Russie de l’emporter (2-0) et de se qualifier pour les quarts de finale grâce au but inscrit à l’extérieur. Le but encaissé à la fin du match aller aura effectivement coûté cher aux Olympiens.Par la suite, le Zenit éliminera le Bayer Leverkusen (4-1, 0-1), le Bayern Munich (1-1, 4-0) avant de battre les Glasgow Rangers en finale (2-0), devenant ainsi le deuxième club russe à remporter une compétition européenne.

2010/2011 – Ligue des Champions | Barrages

  • Zenit Saint-Pétersbourg – Auxerre : 1-0, 0-2 Après son succès en Coupe de l’UEFA, le Zenit Saint-Pétersbourg a vécu des lendemains difficiles. Incapable d’assumer son nouveau statut, fatigué par un calendrier surchargé et victime des états d’âme de son joueur vedette Andrei Arshavin, le club de Saint-Pétersbourg termine la saison 2008 à la cinquième place. Lors de la saison 2009, la situation n’est pas vraiment meilleure. Le Zenit finira même par licencier Dick Advocaat, l’homme du renouveau, en cours de saison pour finalement finir troisième et se qualifier pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. La saison 2010 démarre sous de bien meilleures auspices avec l’arrivée de Luciano Spalletti. Sous la direction de l’entraîneur italien, le Zenit domine le championnat et remporte la coupe. Il se qualifiera également pour les barrages de la Ligue des Champions en éliminant feu l’Unirea Urzicieni (0-0, 1-0).Le tirage au sort des barrages offrira au Zenit l’AJ Auxerre, surprenant troisième de Ligue 1 la saison précédente. Auxerre a terminé sur le podium grâce à une recette connue dans le championnat de France : une défense solide, des contres fulgurants, un chef d’orchestre pour mener le jeu (Benoît Pedretti) et un buteur efficace (Ireneusz Jeleń). Les Russes partent largement favoris, d’autant plus qu’ils viennent de réaliser un énorme coup au mercato estival en faisant signer l’international portugais Bruno Alves. La tendance se confirme dès le début du match aller (le 17 août 2010) : en renard des surfaces, Aleksandr Kerzhakov bat Olivier Sorin d’un coup de tête (3′). Malgré ce coup de massue, l’AJA ne se décourage pas et s’en tirera finalement avec une petite défaite (0-1) qui lui laisse de bonnes chances de qualification.Au match retour, Auxerre fait parler sa précision sur les coups de pieds arrêtés. Dès la 9ème minute, Cédric Hengbart (qui avait offert une place en C1 à l’AJA en toute fin de saison) s’élève plus haut que tout le monde pour reprendre un corner de Benoît Pedretti et remettre les deux équipes à égalité sur l’ensemble des deux matchs. À la 53ème minute, Pedretti (encore) dépose sur un corner (encore) le ballon sur la tête d’Adama Coulibaly. Le défenseur malien remet sur Jeleń qui, à l’affût, inscrira le deuxième but bourguignon. Stupeur à l’Abbé-Deschamps : à ce moment là, Auxerre est en Ligue des Champions. La fin du match est totalement décousue avec des Russes qui se ruent à l’attaque et se mettent en danger derrière. Le gardien Malafeev est exclu pour une main en dehors de la surface (65′) avant que Hubočan ne soit lui aussi expulsé pour cumul de cartons (80′). À neuf contre onze, le Zenit s’inclinera (0-2) et dira adieu à la Ligue des Champions. Les hommes de Jean Fernandez avaient infligé ce jour à au Zenit Saint-Pétersbourg sa première défaite de l’année 2010 !Auxerre sortira par la suite dès le premier tour de la Ligue des Champions en terminant dernier d’un groupe terrible (Real Madrid, Milan AC et Ajax Amsterdam). Le Zenit sera quant à lui reversé en Europa League où, après une phase de poules conclue sur un parcours sans faute, il éliminera les Young Boys Berne avant de tomber en huitièmes de finale face au FC Twente.

2014/2015 – Ligue des Champions | Premier tour

  • Zenit Saint-Pétersbourg – Monaco : 0-0, 0-2 La Ligue des Champions 2014/2015 avait très bien débuté pour le Zenit Saint-Pétersbourg, vainqueur sur le terrain de Benfica (2-0). Il en était de même pour Monaco, vainqueur du Bayer Leverkusen (1-0). Ce sont donc deux équipes en confiance qui se retrouvaient à Saint-Pétersbourg le 1er octobre 2014. La rencontre s’achèvera sur un score de 0-0. Monaco n’était alors plus l’équipe clinquante de la saison précédente, elle qui avait cédé ses meilleurs éléments à l’intersaison et changé de politique sportive. Elle apparaissait accessible pour un club comme le Zenit et semblait promis à une élimination rapide. Pourtant, lorsque les deux équipes se retrouvent à Louis-II pour le match retour le 9 décembre 2014, elles se battent pour une place en huitièmes de finale. Solide, l’ASM fait parfaitement déjouer le Zenit et c’est par l’intermédiaire de l’un de ses défenseurs qu’il ouvrira le score. Servi par Yannick Ferreira-Carrasco, Aymen Abdennour manque son coup de tête mais prend suffisamment bien le ballon pour tromper Lodygin (63′).En fin de rencontre, Fabinho s’offrira un raid solitaire et doublera la mise en contre (89′). Monaco s’impose (2-0) et s’envole vers les huitièmes de finale avec la première place du groupe en prime tandis que le Zenit devra se contenter de l’Europa League.Le parcours de Monaco s’arrêtera en quarts de finale avec une élimination par la Juventus (0-1, 0-0) tandis que le Zenit ira jusqu’en quarts de finale de l’Europa League, éliminé par le FC Séville (1-2, 2-2).

Karim Hameg


Photo à la une : © sports.ru

Le Zenit et la France
3 (60%) 2 votes

A propos de l'auteur

Karim Hameg

Karim Hameg

Ex-géographe aujourd’hui dans l’informatique, passionné de football russe et ukrainien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Des clochards à Gazprom, une plongée dans les ultras du Zenit

En 2001, les dirigeants du Zenit déclaraient que le n°12 ne serait plus jamais porté par un joueur pour rappeler...

Fermer