FootballskiTrip Prague #4 : On a vécu Sparta Prague vs. CSKA Moscou

Antoine Jarrige
Antoine Jarrige - Publié le 16 août 2015

footballskitrip

Pour tout fan de football qui se respecte, le mercredi soir est un moment sacré. Le soir de la plus grande compétition européenne, le soir de la Champions League. Ce soir là, rien ne peut empêcher l’amoureux du ballon rond de visionner sur son petit écran les meilleurs clubs européens. Ni un rendez vous Tinder, ni un repas avec son patron ne peuvent le détourner de sa tâche. Après avoir flâné tout l’après midi dans la vieille ville pragoise sous un soleil de plomb, nous nous rendons dans un stade que nous commençons à connaître : le Letna (ou Generalli Arena). Au programme de cette soirée, le plus gros match de notre #FootballskiTrip avec une rencontre opposant le Sparta Prague aux russes du CSKA Moscou.

L'affiche du soir

L’affiche du soir

Le match aller disputé en Russie avait déjà offert un très beau spectacle avec un total de 4 buts et un score de 2-2. Fatai et Krejci avaient marqué du côté tchèque tandis que Dzagoev et Tosic avaient permis aux moscovites de rester en vie dans cette double confrontation. Le pénalty manqué par Natcho ainsi que les faiblesses défensives du CSKA permettent au Sparta d’être dans une situation favorable même si les grenats n’ont jamais battu le club russe en compétition officielle. Au niveau des compositions, la seule surprise est du côté moscovite avec la présence d’Ignashevich sur le banc et celle des deux frères Berezutski en défense centrale. Pour le Sparta, c’est du classique avec le retour dans les cages de Bicik laissé au repos contre le Banik. Depuis le début de la saison, un nouveau style de jeu est mis en place avec une défense à trois. Ce qui peut être perçu comme très risqué avant un match retour ou l’important est de ne pas prendre de but. Un 4-4-2 nous aurait semblé plus sécurisant.

Les XI

Les XI

Dès notre arrivée aux abords du Letna, nous voyons avec une certaine surprise des supporters du CSKA se balader avec maillots et écharpes à proximité du virage ultra. Nous abordons un petit groupe d’entre eux et nous discutons football russe. Un peu surpris de voir trois français connaître le football russe, ils resteront pantois à l’annonce des étranges passions de leurs interlocuteurs, à savoir la D3 russe, l’Ural Ekaterinburg et Tom Tomsk. Grâce à leur présence à l’hôtel des joueurs, et leur proximité avec le club, le petit groupe venu directement de Moscou nous donne la composition russe en exclusivité. Le senior du groupe insiste sur l’importance de la sécurité : « Nous voulons éviter les débordements, c’est agaçant de devoir jouer à huis clos tous les ans, comme l’année dernière. Le pire, c’est que ce sont les fans polonais du Widzew Lodz qui viennent foutre le bordel. On ne sait même pas pourquoi ils sont affiliés au CSKA. » On apprendra plus tard que ces derniers ont été empêchés d’accès au stade. Les deux jeunes nous confient qu’ils s’attendent à un match disputé mais à une victoire de leur club. Nous les laissons rejoindre la buvette après avoir échangé nos coordonnées pour peut-être un futur #footballskitrip en Russie.

давай ЦСКА!

давай ЦСКА!

Désormais bien assis sous le virage des ultras, nous patientons avant le coup d’envoi sous une chaleur moite. Les joueurs vont souffrir de la chaleur et nous aussi! Pour ce troisième tour de qualification, nous ne pourrons pas entendre le mythique hymne de la Champions League. Ce sera l’hymne du Sparta, encore une fois repris en cœur par le stade tout entier.

Dès le coup d’envoi, nous voyons que les fans du Sparta sont en manque de Champions League depuis un bon moment : les chants des ultras sont repris par tout le stade à l’unisson. A défaut de voir directement les ultras, nous les entendons sauter juste au dessus de nous et nous supposons un certain mécontentement quand certaines bières volent sur le terrain (quel gâchis). Les difficultés défensives du CSKA apparaissent dès le début de match. A la 6ème minute, Fatai est lancé sur son côté et prend de vitesse Nababkin, son centre en retrait est repris pas Krejci qui devance la sortie d’Igor Akinfeev. Dix minutes plus tard, sur une touche anodine, Dockal adresse un centre que Fatai reprend victorieusement au deuxième poteau. 2-0 en 16 minutes c’est la folie dans le stade ! A ce moment précis, tout le monde voit le Sparta en barrages et les ultras chantent de plus belle…

2-0 en 16 minutes, match plié?

2-0 en seize minutes, match plié ?

Que nenni! Les moscovites en ont sous le pied! A la 33ème, Eremenko lance Musa en profondeur, sa vitesse fait la différence et d’une petite balle piquée, il permet au CSKA de rester dans la course. Le score est de 2-1 à la pause, le Sparta a joué vingt minutes puis a complètement arrêté… Et vu le niveau et l’organisation de leur défense, ils feraient mieux de continuer à jouer. Ce qu’ils ne feront pas. Dès le retour des vestiaires, les Russes repartent tambour battant. A la 51ème minute, Nababkin est trouvé par une superbe ouverture en profondeur, il remise instantanément vers Musa au deuxième poteau qui trompe Bicik! Les russes reviennent à égalité, les ultras du Sparta n’en croient pas leurs yeux. Et ce n’est pas fini! Une minute plus tard, sur corner,  Eremenko oblige le portier tchèque à une très belle parade! Le match s’emballe encore quand sur un centre, Krejci reprend la balle de demi-volée. Le poteau sauvera Akinfeev… Cinq minutes plus tard, c’est le tournant du match : Fernandes récupère la balle mais la pousse un peu loin… Le Brésilien et Matejovski se jettent les deux pieds en avant sur le ballon. La sentence ? Un carton rouge qui semble sévère pour le Tchèque qui va laisser le Sparta à dix contre onze. La tension monte de plusieurs crans. Il vaut mieux éviter de supporter les moscovites à proximité des tchèques particulièrement remontés.

Contrairement à ce qu’on pourrait attendre, le CSKA va avoir énormément de difficulté contre un Sparta en infériorité numérique. Les Pragois auraient même pu obtenir un pénalty quand Nababkin ceinture Lafata sur un coup franc. Tournant longtemps autour du pot les russes vont finalement marquer le troisième but libérateur, et quel but! Dzagoev élimine sur le contrôle deux défenseurs et adresse une frappe enroulée dans le petit filet! Les supporters sont dépités, le CSKA réussit à se qualifier avec 3 buts de retard … Les tchèques auront beau pousser pour s’offrir un final de folie, Akinfeev et la défense repousseront tout. Score final 3-2 pour les russes mais surtout beaucoup de regret pour les tchèques! A la sortie du stade, nous croisons des supporters tête basse par ce qu’ils ont vu ce soir, le Sparta n’a joué que 20 minutes et sera donc reversé en Europa League où il affrontera les suisses de Thoune en barrage. Le parcage du CSKA, plutôt calme pour une fois, est en fête. Le CSKA est en barrage et affrontera le Sporting.

Nous rentrons à notre appartement pile au moment où Plzen encaisse un second but et se fait également sortir de la Ligue des Champions par le Maccabi Tel Aviv. Sale soirée pour le football tchèque …

Mené 2-0 le CSKA élimine finalement le Sparta

Mené 2-0 le CSKA élimine finalement le Sparta

 

Pas de notes cette fois-ci car vous pouvez retrouver notre avis sur le Letna dans cet article.

 

Antoine Jarrige

FootballskiTrip Prague #4 : On a vécu Sparta Prague vs. CSKA Moscou
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Antoine Jarrige

Antoine Jarrige

Antoine, 21 ans. Etudiant en kiné en Alsace, grand amateur du football russe . Amoureux d'Ural, le grand club de Sibérie occidentale, mon coeur ne bat que pour Smolov et Lungu.

pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
FootballskiTrip Prague #3: On a vécu Slavia Prague vs. Slovan Liberec

Pour terminer ce premier week-end en République-Tchèque pour notre FootballskiTrip, nous nous rendons au sud de Prague dans une enceinte...

Fermer