En route pour l’Euro 2016 : un Slovénie – Suisse déjà déterminant

prva liga, Slovénie, football slovène, maribor
Damien F - Publié le 9 octobre 2014

Depuis quelques semaines, le football slovène se porte bien au niveau des clubs. Les performances de Maribor en Ligue des Champions ont attiré le regard ainsi que le derby Maribor – Ljubljana. D’un très bon niveau technique et se soldant sur un score de 3-3, le match a satisfait l’œil des spécialistes les plus exigeants. Pour continuer sur une bonne lancée, quoi de mieux que de bonnes performances de l’équipe nationale ? Ce Slovénie – Suisse sera là pour nous confirmer ce statut.

L’automne est crucial pour la sélection des Balkans. Après une défaite inaugurale en Estonie, la Slovénie se retrouve déjà dos au mur. La redoutable Suisse, viendra elle à Maribor pour rattraper les points perdus lors de sa défaite contre l’Angleterre. Les joueurs slovènes semblent aborder ce Slovénie – Suisse avec sérénité malgré des performances inquiétantes en 2014 (matchs amicaux, Estonie) et un entraîneur contesté.

Slovénie - Suisse

Srecko Katanec a dévoilé une liste surprenante

Une liste surprise

La liste des 23 pour affronter la Suisse et la Lituanie a apporté quelques surprises. Pour la principale, Srecko Katanec, l’entraîneur, n’a pas appelé Josip Ilicic, titulaire et mauvais contre l’Estonie. Le joueur de la Fiorentina a été très déçu. Et il n’est pas le seul.

Katanec s’est expliqué lors d’une conférence de presse dans le centre de Ljubljana sur les raisons qui l’ont poussé à ne pas convoquer le florentin : «Ce n’est pas fini pour Josip, mais je ne suis pas là pour satisfaire les égos. Notre équipe a besoin de joueurs affamés, voulant prouver plutôt que des stars. Cela doit être notre premier critère.»

L’agent d’Ilicic, Amir Ruznic est venu à sa défense : «Quand j’ai parlé avec lui, j’ai ressenti dans sa voix une énorme déception. Il m’a confié par la suite ressentir un grand sentiment d’injustice. Quand vous êtes entraîneur, vous devez donner toute la confiance possible aux leaders pour qu’ils puissent s’exprimer. 80% des joueurs sélectionnés jouent dans des clubs de ligues inférieures à l’Italie et avec tout le respect que je leur dois, ce n’est pas la même chose de jouer à Chypre, en Ukraine ou en Slovénie qu’à Florence. Et l’argument selon lequel Josip n’aurait plus faim est complètement infondé. Si tel était le cas, il n’aurait pas joué contre Chypre sous infiltration ! »

La Slovénie ne dispose pas d’un large éventail de joueurs de qualité jouant dans des grands clubs européens et il semblerait que Katanec se soit fâché avec certains d’entre eux. La suite de l’aventure du joueur de 26 ans sous les couleurs slovènes semble très incertaine tant l’homme a l’impression de subir une humiliation. A un degré moindre, la non-sélection de Luka Zahovic fait aussi débat. Le joueur à la double nationalité (il a grandi au Portugal jusqu’à l’âge de 11 ans) a émis des doutes il y a quelques semaines sur la sélection qu’il souhaite rejoindre. Son célèbre père Zlatko étant favorable à la sélection slovène, il a mis un gentil coup de pression sur Katanec au travers de déclarations relayées par les médias.

Le coach de l’équipe nationale a décidé que le moment n’était pas opportun pour sélectionner le grand espoir. Selon lui, le jeune homme de 18 ans n’a pas atteint le niveau requis pour l’équipe nationale et doit encore accomplir de nombreux progrès. Ce choix est mal digéré par les supporters slovènes, notamment les plus jeunes, tous déjà sous la hype Zahovic.


Lire aussi : Luka Zahovic, au nom du père


Un problème d’attaquants ?

Pour battre la rude sélection suisse, les slovènes auront besoin d’être réalistes sur le peu d’occasions qu’ils auront. Katanec hésite encore sur un dispositif à 1 ou 2 attaquants. Il pourra compter pour cela sur les deux vieux routards qui ont la particularité d’avoir signé dans le championnat japonais : Novakovic, le premier choix de Katanec contre l’Estonie, et son compère Zlatan Ljubljankic. Les deux hommes ont passé le premier jour sur le camp d’entraînement à… dormir pour compenser le décalage horaire. Cependant, l’option la plus appropriée serait de titulariser Tim Matavz, nouveau joueur d’Augsburg mais jouant trop sporadiquement. Toutefois suffisant pour que l’adjoint Primorec assure que « Matavz joue bien à Augsburg, c’est le plus important.»

Kevin Kampl, une star très détendue avant Slovénie – Suisse

Kampl, Slovénie - Suisse

Si tout va bien à Augsburg pour Matavz, alors que dire de la forme de Kevin Kampl, star de la sélection, qui reste sur quatre victoires consécutives avec Salzbourg et compte en enchaîner une autre avec sa sélection : « Ce serait parfait, je me sens de mieux en mieux avec Salzbourg, j’ai marqué 2 buts lors des 3 dernières parties. En plus le match contre la Suisse se déroule le jour de mon anniversaire, tous mes proches seront en tribune. J’espère gagner pour mon anniversaire dans une très belle ambiance. Nous ne pouvons pas nous permettre de rater le match sous peine d’être hors de la course » a rappelé le meilleur footballeur du championnat autrichien, qui aura 24 ans en ce jour d’Octobre. Ses coéquipiers lui réserveront-ils un gâteau après le match ?

« Si nous gagnons, les gars ont prévu que nous fêtions l’évènement avec des bières, ce sera meilleur que le gâteau ! Mais seulement si nous gagnons. Si nous perdons, ils serviront des jus de fruits. Non, plutôt du pain sec et de l’eau !,» a plaisanté le natif de Solingen, en Allemagne.

Martin Milec, content de revenir

Martin Milec, Slovénie - Suisse

Outre le rôle très important de Kampl, seul joueur offensif de talent capable de déstabiliser la sereine défense helvète, Martin Milec est attendu pour dynamiser le côté droit, trop terne contre l’Estonie. Après s’être révélé à Maribor en tant que latéral apportant énormément offensivement, Milec a mangé son pain noir au Standard de Liège qu’il a rejoint cet été. Son temps de jeu s’est désormais nettement amélioré et il a retrouvé le sourire avant ce Slovénie – Suisse.

« Je suis heureux d’être de retour à la maison, mon cœur est en Styrie. Cela me fait plaisir de revoir mes anciens coéquipiers et de discuter avec eux. » L’ancien défenseur de Maribor est aussi satisfait d’avoir retrouvé le rythme de la compétition : « Je suis prêt à jouer et confiant avant ces deux matchs contre la Suisse et la Lituanie. » Cela tombe bien, Milec aura un rôle très important lors de ces deux matchs pour que son équipe ne soit pas déjà éliminée à la sortie de l’automne.

Damien Goulagovitch

 

En route pour l’Euro 2016 : un Slovénie – Suisse déjà déterminant
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
De l’Euro 2008 à l’Euro 2016 – retour vers le futur

Les éliminatoires de l'Euro 2016 vont proposer deux affiches : Suède - Russie le 9 octobre et Turquie - République...

Fermer