En attendant la 6ème journée des éliminatoires de l’Euro 2016

Karim Hameg
Karim Hameg - Publié le 5 juin 2015

La saison est déjà terminée pour la plupart des clubs mais les équipes nationales auront encore un petit effort à fournir. Les 12, 13 et 14 juin prochain (soit un peu plus tard que lors des années précédentes) aura lieu la sixième journée des éliminatoires de l’Euro 2016, la première de la phase retour. Cette journée s’annonce particulièrement prometteuse à près d’un an du coup d’envoi de la phase finale qui aura lieu en France.

Les chocs

Islande – République tchèque (groupe A, 12 juin, 20h45, à Reykjavík)
Le parcours sans-faute de la République tchèque a pris fin le 28 mars dernier avec un match nul arraché de justesse face à la Lettonie. Toujours invaincus, les Tchèques ont préservé leur première place mais ils ne comptent plus qu’un point d’avance sur leur prochain adversaire, l’Islande. Le choc entre les leaders inattendus de ce groupe ne sera pas réellement capital pour les deux équipes, assurées de rester aux deux premières places (directement qualificatives) à l’issue de la rencontre. La Reprezentace se doit néanmoins de l’emporter pour deux raisons : se rapprocher un peu plus de la qualification directe et se mettre à l’abri d’un éventuel retour en force des Pays-Bas, auteurs d’une première moitié d’éliminatoires calamiteuse mais qui recevront la République tchèque en octobre.
À noter que le match aller, à Plzeň, a tourné à l’avantage des Tchèques (2-1, le 16 novembre dernier).

CZE_ISL_kaderabek

Kadeřábek égalise et montre la voie aux Tchèques face à l’Islande (16.11.2014).

Croatie – Italie (groupe H, 12 juin, 20h45, à Split)
6 septembre 2006, au Stade de France. Un peu moins de deux mois après la finale de la Coupe du monde 2006, l’équipe de France prend sa revanche sur l’Italie (dans des circonstances il est vrai particulières) dans le cadre des éliminatoires de l’Euro 2008. C’est à ce jour la dernière défaite de l’Italie en éliminatoires : depuis, la Squadra Azzura a disputé 45 matchs de qualification (Euro et Coupe du monde confondus) pour zéro défaite bien que la Bulgarie ait été très proche de l’emporter en mars dernier (2-2). La Croatie sera t-elle en mesure de mettre fin à la série ? Plusieurs raisons incitent à l’optimisme. Tout d’abord, le fait que l’Italie n’ait battu la Croatie qu’une fois en huit confrontations entre les deux équipes (jamais en match officiel). Ensuite au vu du match aller, disputé en novembre à Milan et outrageusement dominé par des Croates qui auraient mérité mieux qu’un match nul (1-1). La Croatie, meilleure que son adversaire selon le sélectionneur italien Antonio Conte, devra toutefois faire sans son meneur de jeu Luka Modrić, blessé en fin de saison avec le Real Madrid, sans Vedran Ćorluka, expulsé face à la Norvège et donc suspendu, et sans son public. L’UEFA a en effet condamné la Croatie à un match à huis clos en raison d’incidents en tribunes lors de la victoire face à la Norvège (5-1) qui faisaient eux-mêmes suite à d’autres incidents lors du match en Italie.

Slovénie – Angleterre (groupe E, 14 juin, 18h00, à Ljubljana)
Cette rencontre oppose les deux leaders du groupe mais l’objectif, pour la Slovénie, sera avant tout de préserver sa deuxième place. Auteur d’un parcours sans-faute, l’Angleterre compte déjà six points d’avance sur la Slovénie et la Suisse et est déjà quasiment assurée de sa qualification pour l’Euro 2016. La Slovénie paye quant à elle sa défaite lors de son premier match éliminatoire en Estonie (0-1). Les Slovènes se doivent de l’emporter pour ne pas perdre la deuxième place, d’autant plus que la Suisse, à égalité de points avec la Slovénie mais avec une différence particulière défavorable, aura à gérer un déplacement à sa portée en Lituanie.
L’historique n’incite pas à l’optimisme pour la Slovénie, battue lors de ses deux confrontations face aux Anglais : 1-3 à l’aller, le 15 novembre dernier, après avoir très brièvement mené au score et 0-1 à Port Elizabeth lors de la Coupe du monde 2010.

Irlande du Nord – Roumanie (groupe F, 13 juin, 20h45, à Belfast)
Pendant que la Grèce se traîne au fond du classement de ce groupe F, la Roumanie et l’Irlande du Nord font la course en tête. Les Roumains, leaders, comptent quatre victoires pour un match nul (1-1 face à la Hongrie) tandis que les Britanniques ont remporté tous leurs matchs… à l’exception du match aller. Le 14 novembre dernier, à Bucarest, la Roumanie l’avait emporté 2-0 grâce à son arrière droit Paul Papp, transformé en Lilian Thuram l’espace de cinq minutes pour inscrire un doublé salvateur. En déplacement chez son dauphin, la Roumanie doit l’emporter ou tout au moins éviter la défaite pour se rapprocher un peu plus de la qualification et ne pas s’exposer à un retour de la Hongrie.

ROM_NOR_Papp

Coup de boule de Papp qui donne la victoire aux siens face à l’Irlande du Nord (14.11.2014).

Russie – Autriche (groupe G, 14 juin, 18h00, à Moscou)
L’Autriche en tête et la Russie troisième : à mi-parcours, les positions des deux équipes sont quasiment à l’inverse de celles attendues. Il faut dire que l’Autriche a réalisé un parcours pour l’instant exemplaire avec quatre victoires (dont un 1-0 face à la Russie à Vienne, le 15 novembre) pour un match nul (1-1 face à la Suède, le 8 septembre). Pendant ce temps, la Russie, outre sa défaite face à l’Autriche, perdait des points en Suède (1-1, le 9 octobre) et surtout face à la Moldavie (1-1, le 12 octobre). En grand danger, les Russes ont été relancés par une victoire sur tapis vert au Monténégro après deux interruptions de la rencontre en raison d’incidents en tribunes. Confortée dans sa troisième place, la Russie doit maintenant rattraper le temps perdu et l’emporter pour croire en une qualification directe. La réception de l’Autriche va précéder celle de ses deux autres adversaires principaux dans ce groupe : la Suède le 5 septembre puis le Monténégro le 12 octobre.

Ils doivent continuer sur leur lancée

Pologne – Géorgie (groupe D, 13 juin, 18h00, à Varsovie)
Toujours en tête de son groupe devant l’Allemagne championne du monde, la Pologne doit faire le travail face à la Géorgie pour continuer de dominer le groupe, d’autant plus que les Allemands devraient l’emporter à Gibraltar. Avec la perspective d’un Irlande – Écosse, une victoire constituerait une superbe opération pour la Pologne qui l’a facilement emporté à l’aller (4-0).

Finlande – Hongrie (groupe F, 13 juin, 18h00, à Helsinki)
Sans vraiment convaincre, la Hongrie est toujours engagée dans la course à la qualification pour l’Euro 2016. Actuelle troisième de son groupe (et donc barragiste), la Hongrie pourrait en cas de victoire en Finlande écarter définitivement son adversaire du jour et pourrait se rapprocher d’une qualification directe étant donné que les deux premiers du groupe vont s’affronter (voir « Les chocs »). Au match aller, les Hongrois l’ont emporté sur la plus petite des marges (1-0).

Ukraine – Luxembourg (groupe C, 14 juin, 18h00, à Lviv)
Battue avec les honneurs en Espagne (0-1), l’Ukraine s’est éloignée d’une qualification directe mais elle reste en position de force en vue des barrages. Une victoire (probable) face au modeste Luxembourg, tranquillement battu à l’aller (0-3) devrait permettre aux Ukrainiens de s’assurer une place dans les trois premiers.

Slovaquie – Macédoine (groupe C, 14 juin, 20h45, à Žilina)
Seule équipe, avec l’Angleterre, à avoir remporté ses cinq premiers matchs, leader de son groupe devant le tenant du titre espagnol, la Slovaquie entrevoit déjà l’Euro 2016. Une victoire face à la Macédoine, comme au match aller (2-0), la rapprocherait un peu plus de sa première phase finale de championnat d’Europe.

MKD_SVK_Hamsik

Hamsik se balade face à Ademi. (15.11.2014)

Ils n’ont plus beaucoup de chances d’y croire

Malte – Bulgarie (groupe H, 12 juin, 20h45, à Ta’ Qali)
Au match aller, la Bulgarie a été humiliée en étant tenue en échec par Malte à domicile (1-1). Face à l’Italie, la Bulgarie a mené au score mais a concédé le nul en fin de rencontre (2-2). Conséquence : la Bulgarie a sans doute laissé passé sa chance. Surtout que dans le même temps la Norvège, détenteur de la place de barragiste, affrontera l’Azerbaïdjan.

Danemark – Serbie (groupe I, 13 juin, 20h45, à Copenhague)
Avant-dernière de son groupe, la Serbie a perdu face aux deux favoris du groupe (1-3 face au Danemark et 0-1 au Portugal) mais elle paye aussi les conséquences des incidents en marge de la rencontre face à l’Albanie. À six points de la troisième place, la Serbie sera quasiment éliminée en cas de défaite à Copenhague.

Îles Féroé – Grèce (groupe F, 13 juin, 20h45, à Tórshavn)
Dernière de son groupe, la Grèce voudra avant tout prendre sa revanche sur les Îles Féroé après l’humiliation subie à l’aller (défaite 0-1). Une victoire pourrait la relancer mais le retard pris sur les trois premiers est trop conséquent et le calendrier trop défavorable (déplacements à prévoir en Roumanie et en Irlande du Nord) pour envisager une qualification pour l’Euro 2016.

Biélorussie – Espagne (groupe C, 14 juin, 20h45, à Borissov)
Déjà reléguée à cinq points de la troisième place, la Biélorussie devra, pour espérer se relancer, battre l’Espagne championne d’Europe en titre et espérer une défaite de l’Ukraine face au Luxembourg. Un scénario très improbable. En accrochant la Roja (vainqueur 3-0 à l’aller), la Biélorussie pourrait toutefois rendre service à son voisin ukrainien dans la course à la qualification directe.

Lituanie – Suisse (groupe E, 14 juin, 20h45, à Vilnius)
Laminée à l’aller (0-4), la Lituanie devra réaliser un exploit et battre la Suisse pour conserver une chance de qualification. Une victoire et une défaite de la Slovénie face à l’Angleterre lui permettrait de revenir à hauteur de la deuxième place. Reste donc à réaliser cet exploit et à tenir sur la durée.

Ils doivent l’emporter pour se relancer

Bosnie-Herzégovine – Israël (groupe B, 12 juin, 20h45, à Zenica)
Il s’agit sans doute du match de la dernière chance pour la Bosnie-Herzégovine, actuelle avant-dernière de son groupe. En cas de victoire, elle reviendrait à un point d’Israël, actuel troisième du groupe, qui aura par la suite à gérer des déplacements en Belgique et au Pays de Galles. À l’aller, Israël avait facilement battu (3-0) une équipe décimée par les blessures.

BIH_CYP_Zenica

L’enfer de Zenica pour relancer la Bosnie-Herzégovine.

Suède – Monténégro (groupe G, 14 juin, 20h45, à Solna)
Malgré la défaite concédée sur tapis vert face à la Russie (0-3), le Monténégro a toujours la possibilité de se qualifier : il n’est qu’à trois points de la troisième place et à quatre de la deuxième, détenue par la Suède, son futur adversaire. Pour y croire, le Monténégro devra absolument l’emporter chez une équipe qu’il a accroché à l’aller (1-1).

Les autres rencontres

Lettonie – Pays-Bas (groupe A, 12 juin, 20h45)
Estonie – Saint-Marin (groupe E, 14 juin, 18h00)
Liechtenstein – Moldavie (groupe G, 14 juin, 18h00)

 

Karim Hameg

En attendant la 6ème journée des éliminatoires de l’Euro 2016
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Karim Hameg

Karim Hameg

Ex-géographe aujourd’hui dans l’informatique, passionné de football russe et ukrainien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
CSKA Moscou champion UEFA 2005, dix ans après que sont ils devenus ?

Il y a dix ans, le CSKA Moscou remportait l'un des matchs le plus important de l'histoire du football russe, la...

Fermer