CSKA Moscou, redorer son blason

Soviet Xav - Publié le 15 septembre 2015

Club dominant en Russie ces dernières années, le CSKA Moscou ne brille plus en Coupe d’Europe. Autrefois outsider surprenant, le vice-champion de Russie 2014-2015 a eu beaucoup de mal à digérer ses trois dernières campagnes européennes. L’objectif cette saison ? Abandonner ce statut de figurant et (re)devenir un acteur important, le porte-étendard du football russe.

Un peu d’histoire, CSKA à jamais les premiers

1970_CSKA

Club doyen de Russian Premier League né en 1911 de la fusion entre la société des amateurs de ski et de l’école de formation de pilote militaire de Moscou, le club de football moscovite, dont les initiales CSKA désignent ici le Центральный Спортивный Клуб Армии autrement dit le Club Sportif Central de l’Armée, était à la base un club omnisports lié à l’Armée Rouge dont l’objectif principal était d’améliorer l’aptitude physique et la future formation des jeunes pré-militaires. Le club a d’ailleurs changé de nom plusieurs fois au cours de son histoire avant devenir, en 1960, le PFC CSKA Moscou.

Deuxième club le plus titré de Russie derrière son grand rival du Spartak Moscou, le CSKA fait partie de ces clubs qui ont réussi la transition entre la période soviétique et la période russe, comme en témoigne son copieux palmarès :

7 Championnats d’URSS
5 Coupes d’URSS
5 Championnats de Russie
7 Coupes de Russie
6 Supercoupes de Russie
1 Coupe UEFA

Le CSKA Moscou se distingue surtout des autres pour être le premier club de Russie à avoir remporté un trophée Européen avec la coupe de l’UEFA en 2005. ЦСКА всегда будет первым – CSKA à jamais les premiers – comme les supporters aiment le rappeler. Au niveau de la popularité locale, le CSKA est le deuxième club de Moscou derrière le Spartak (Spartak 41%, CSKA 32%, Dinamo 11%, Lokomotiv 10%, Torpedo 6%) alors qu’au niveau national, il n’arrive seulement qu’au troisième rang, derrière le Zenit Saint-Petersbourg et le Spartak Moscou.

wX9B4mW33o4

 Des dernières performances européennes très décevantes

Loin de son statut d’équipe dominatrice dans son championnat domestique, les dernières prestations du CSKA Moscou en coupe d’Europe ont été assez catastrophiques pour l’image et le statut du club. Éliminé en barrages de l’Europa League 2012-2013 par l’AIK Solna, le CSKA s’est ensuite qualifié en Ligue des Champions, mais a tiré le « groupe de la mort » en compagnie du Bayern Munich et de Manchester City deux saisons de suite, pour finir deux fois a la dernière place du groupe. Malgré les nombreux titres glanés par le club lors des dernières années, les supporters ont très mal vécu les prestations souvent indigentes du club moscovite, raillé pour la piètre qualité de son jeu défensif.

L’histoire européenne moderne du CSKA Moscou s’est construite autour de deux principales aventures : d’abord, la victoire en coupe de l’UEFA en 2005, une première pour un club russe, puis un quart de finale de Ligue des Champions en 2009. D’ailleurs, lors de cette édition 2009-10, le CSKA Moscou avait hérité d’un tirage quasiment identique puisqu’on y trouvait déjà Manchester United et Wolfsbourg. Un quart de finale perdu contre l’Inter Milan, futur vainqueur de la compétition. Le dernier exploit du CSKA Moscou remonte a la saison 2011-2012 lors de laquelle les Moscovites étaient sortis d’un groupe avec l’Inter Milan, Lille et Trabzonspor et avaient déjoué les pronostiques en obtenant un match nul au stade Luzhniki contre le Real Madrid (1-1) avant d’exploser au match retour en Espagne.

La saison dernière, le CSKA s’était imposé deux buts à un sur la pelouse de Manchester City, entretenant l’espoir d’une qualification en huitièmes de finale jusqu’à la dernière journée. Malgré la dernière place au classement final, c’est ce genre d’état d’esprit et de détermination, caractéristiques de l’histoire du club, que les supporters veulent retrouver chez les joueurs cette saison.

Onze type et tactique

CSKAMOSCOW

L’équipe-type n’a pas changé depuis la saison dernière. On part donc avec les mêmes qualités et les mêmes défauts. Le CSKA dans son habituel 4-2-3-1 devra faire face à des équipes bien plus rodées qu’en Russie et qui exploiteront à coup sûr la défense peu mobile et vieillissante. Offensivement, le club s’est renforcé avec le retour de Seydou Doumbia sous forme de prêt, un retour gagnant puisque l’Ivoirien qui doutait à la Roma a permis au CSKA de se qualifier pour la phase de poules en inscrivant trois buts contre le Sporting Portugal en barrages.

Derrière, on devrait retrouver le maestro finlandais Roman Eremenko aux commandes, le talisman moscovite devrait illuminer ses partenaires avec sa vista et ses gestes techniques, bien épaulé par le polyvalent serbe Zoran Tosic sur l’aile droite et le talentueux Ahmed Musa coté gauche. Alan Dzagoev semble avoir reculé dans la composition, occupant désormais un rôle de milieu relayeur, un poste qu’occupait auparavant l’Israélien, Bibras Natkho. L’inévitable et l’aimant à carton jaune Pontus Wernbloom conserve son poste de sentinelle.

On arrive désormais au point chaud de l’équipe : la défense. Sergey Ignashevich et Vasily Berezutsky, des noms qui vous parlent sans doute puisque les deux camarades étaient déjà présents en 2005 lorsque le CSKA soulevait la coupe UEFA. Expérimentés mais dépassés physiquement, les deux centraux ne sont pas une garantie suffisante pour prétendre être un outsider. Ils ne sont pas non plus aidés par les deux latéraux ultras offensifs du système de Slutsky, Georgy Schnnikov à gauche et Mario Fernandes à droite, qui sont de très bons ailiers mais de mauvais défenseurs et qui laissent énormément de place dans leur dos. La seule certitude derrière est le poste de gardien de but avec le capitaine Igor Akinfeev qui aura une nouvelle fois fort à faire dans les cages pour maintenir son équipe dans le match.

A quoi faut il s’attendre cette année ?

862458225

Pour se qualifier cette année, le CSKA Moscou a éliminé le Sparta Praha au troisième tour préliminaire (2-2 / 3-2) et le Sporting Lisbonne en barrages (1-2 / 3-1). Un parcours de qualification compliqué qui a cependant mis en avant la force de caractère de l’équipe qui a dû aller chercher sa qualification au forceps lors de chaque confrontation.

Cette fois, le tirage a été plus abordable que les saisons précédentes, bien que relevé. Au programme : Manchester United, le VfL Wolfsbourg et le PSV Eindhoven. Un groupe très similaire à celui de la campagne 2009-2010 puisque le Besiktas Istanbul remplaçait le PSV Eindhoven aujourd’hui. S’il n’y a pas de quoi être optimiste pour le CSKA Moscou, le groupe plus abordable devrait permettre aux joueurs de se battre pour la qualification vers les huitièmes de finale, objectif inimaginable lors des deux dernières éditions.  Si la première place semble d’ores et déjà offerte à Manchester United, le CSKA aura ses chances pour le deuxième ticket qualificatif pour la suite de la compétition. Il faudra toutefois que l’équipe maintienne le même état d’esprit qui lui a permis de se qualifier pour la phase de groupes. Dans le cas contraire, les Moscovites devront sans doute lutter pour accrocher la troisième place afin d’être reversé en Europa League, une compétition qui semble plus au niveau des Russes.

SovietXav

CSKA Moscou, redorer son blason
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Soviet Xav

pays de l'auteur footballski

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
On a discuté avec Fernander Kassaï, défenseur du FC Irtysh Pavlodar

Plutôt connu des amateurs de sports pour ses champions de cyclisme, à l’image d’Alexandre Vinokourov ou de l’équipe Astana de...

Fermer