Autriche : une sélection enfin attractive

Adrien Mth
Adrien Mth - Publié le 22 novembre 2014

Porté par le latéral droit du Bayern David Alaba, la « Das Team » effectue un début de parcours idéal dans les éliminatoires de l’Euro 2016. Les hommes de l’expérimenté Marcel Koller rêvent d’offrir une nouvelle phase finale à leur pays. Leur dernière participation remonte à l’euro 2008, compétition qu’elle avait co-organisée avec la Suisse. Un nouvel état d’esprit est ainsi apparu depuis quelques mois : les cadres tiennent leurs rangs, les anciennes têtes brulées se mettent au service du collectif et les jeunes pousses se montrent enfin. Footballski vous livre 9 raisons de ce renouveau.

Ibra a essayé de défier Alaba. Bilan : blessé durant deux mois.

Ibra a essayé de défier Alaba. Bilan : blessé durant deux mois.

1- Un groupe G accessible
S’il faut mesurer l’enthousiasme naissant avec ces 3 matchs sur 4 disputés à domicile, il est évident qu’une nouvelle dynamique est apparue. En héritant d’une poule plutôt homogène avec une Russie en crise, une Suède en transition et un Monténégro sans profondeur d’effectif la route vers la France semble toute tracée (avec également la Moldavie et le Liechtenstein dans le groupe). Avec un petit de projection et de calcul, il suffit de 4 à 6 points pour l’Autriche afin de s’assurer au minimum une place de 3e comme Barragiste. Avec une double confrontation en vue face au Liechtenstein ceci semble très plausible.

2- David Alaba, un patron qui s’implique
Le jeune prodige du Bayern prend une réelle envergure au sein de cette sélection qui se cherche continuellement de nouveaux cadres. Preuve en est ce penalty tiré en Moldavie où il a montré qu’il pouvait prendre ses responsabilités. Symbole d’une nouvelle Autriche décomplexée par rapport à son immigration selon le journal Le Monde, David Alaba veut enfin offrir une qualification pour une phase finale à son pays. La dernière fois que cela s’est produit, c’était déjà en France … Pour la coupe du monde 1998.

3- un schéma tactique bien rodé

autriche compos

Un 4-2-3-1 des familles bien fixé depuis 4 rencontres

Ce plan instauré depuis 2 ans par Koller commence à porter ses fruits. Portée par un bloc défensif compact et sa ligne offensive de trois Harnik, Junuzovic et Arnautovic la sélection autrichienne peut raisonner espérer se qualifier pour le prochain Euro à 24. Il n’y a pas de véritable innovation tactique car les rôles sont bien fixés, les joueurs doivent avant tout respecter leur placement même si Harnik et Arnautovic interchangent leurs ailes assez régulièrement. Malgré cette rigueur de position, tous les observateurs s’accordent depuis quelques mois : l’Autriche développe un jeu agréable.

4- Une équipe qui répond présent dans les gros matchs
Vendredi 19h31 après une bataille intense dans l’entrejeu contre la Russie de Capello, Rubin Okotié délivre un Ernst-Happel Stadion qui a fait le plein pour l’occasion. Cette troisième victoire en 4 matchs propulse les coéquipiers d’Arnautovic à la première place du groupe G. Impensable il y a encore deux ans en raison de faiblesses mentales récurrentes, la sélection autrichienne retrouve des couleurs et surtout un jeu offensif plutôt agréable. Même avec un ratio girardien de 5 buts en 4 matchs, l’équipe propose des séquences intéressantes alternant une possession souvent stérile mais aussi des contres fulgurants. Par exemple la réalisation d’Okotié provient d’un jeu direct en trois passes avec à la base une relance du gardien Robert Almer.

Rubin Okotie le nouveau super sub de la Das Team

Rubin Okotie le nouveau super sub de la Das Team

5- Conserver pour mieux gagner

La conservation du ballon est devenu le nouveau crédo du staff de Koller. 60% contre la Suède et le Monténégro, 53% face aux russes et 64% en Moldavie, ces stats qui feraient frémir Guardiola sont pourtant un paradoxe. L’équipe ne possède pas de véritable stratège au milieu de terrain pour effectuer ce rôle de transmission défense-attaque. Tout le monde participe ainsi à cette effort de possession, de la relance propre et courte des défenseurs à la protection de balle de Janko devant.

6 – Faire régner la loi du milieu
C’est la paire Alaba-Baumgartlinger qui est traditionnellement alignée, replacé milieu défensif le latéral du Bayern remplit parfaitement ce rôle inédit grâce à sa justesse technique, son activité incessante et ses anticipations. Baumgartlinger, joueur de Mayence, évolue plus dans un rôle de sentinelle où il doit avant tout défendre et monter au pressing.Face à la Russie ce sont deux autres joueurs qui ont suppléés les habituels titulaires. Leitgeb et Ilsanker, les deux piliers du Red Bull Salzbourg, se sont montrés à leur avantage avec une grosse prestation. Contre une formation en 4-5-1 avec un entrejeu très fourni (Fayzulin, Glushakov et Shirokov), il était indispensable de mettre deux milieux avec des automatismes déjà établis.

7- Des anciennes stars mises au placard …
Outre Alaba vu précédemment c’est toute l’équipe qui a vu ses patrons changer. Ce nouveau cycle entamé coïncide avec la mise sur le banc des anciennes stars : Ivanschitz, Pogatetz, Prodl ou Scharner. Le premier d’entre eux, un vrai numéro 10 à l’ancienne, qui semble parfois perdu dans ce XXIe siècle où le physique a pris le pas sur la technique, voit son role se transformer en soutien du vestiaire. Les défenseurs Pogatetz et Prodl, titulaires ensemble depuis 2008 ont vu leur statut d’indiscutables en net déclin après des prestations régulièrement médiocres.

8- … Pour un véritable renouvellement des cadres
Qui sont dès lors ces nouveaux tauliers de la sélection ? Christian Fuchs le latéral gauche expérimenté de Schalke s’est vu confié le brassard de capitaine. Valeur sure de Bundesliga il n’hésité pas à pousser régulièrement des coups de gueule et à motiver ses troupes quand l’équipe se trouve dans une phase moribonde. Dragovic, défenseur axial du Dynamo Kiev, a pris depuis deux saisons une envergure monstrueuse surtout dans les duels où il reste très difficile à battre (dans les airs où sa détente fait des ravages). Devant Harnik l’esthète de Stuttgart et Junuzovic sont devenus des titulaires indiscutables. Très à l’aise techniquement ils sont ceux qui créer le plus d’occasion pour les coéquipiers et cela grace à une qualité de passe exquise.

9 – Arnautovic s’est enfin assagi

img-la-russie-s-incline-en-autriche-1416085457_y500_articles-191927
So Foot a sorti il y a quelques mois un top 5 des bêtises d’Arnautovic : voiture de Samuel Eto’o volée, insultes à des policiers, un machisme assumé et des courses de voiture à la Fast & Furious . L’ancien enfant sulfureux de l’Inter Milan semble aujourd’hui avoir pris conscience des responsabilités qu’il détient dans cette sélection. Fini les caprices où il refusait d’entrer sous Mourinho, il est désormais l’un des joueurs les plus appréciés par le public autrichien. Malgré des stats encore insuffisantes notamment sur son ratio tentatives/buts inscrits, Arnautovic pourrait bien (enfin) arriver à maturité et prouver son talent aux yeux de l’Europe entière en juin 2016.

Autriche : une sélection enfin attractive
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Adrien Mth

Adrien Mth

Étudiant en journalisme à l'IJBA de Bordeaux. Passionné par le pays du Tyrol, de l'escalope, de Natascha Kampush et du Prater. Vous l'avez compris, la Bundesliga autrichienne, c'est mon dada. Également auteur du FootballskiTrip en Ukraine.

pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Andrej Kramaric comme symbole des Bad Blue Boys

Aujourd’hui, Andrej Kramaric est le meilleur joueur évoluant dans le championnat croate que l’on ait pu voir depuis Eduardo et...

Fermer