En attendant la 7e journée des éliminatoires de l’Euro 2016

Karim Hameg
Karim Hameg - Publié le 3 septembre 2015

C’est la rentrée pour les sélections européennes qui reprennent le chemin des éliminatoires de l’Euro 2016. Les deux journées prévues en ce mois de septembre pourraient livrer le nom des premiers qualifiés. Zoom sur les matchs des représentants de l’est.

Les chocs

BELGIQUE – BOSNIE-HERZÉGOVINE | Groupe B | 3 septembre, 20h45 | Bruxelles
À l’heure actuelle, le groupe B est l’un des plus indécis des éliminatoires. Il y a autant de points d’écart entre le Pays de Galles, leader, et son dauphin la Belgique, qu’entre cette dernière et la Bosnie-Herzégovine, avant-dernière. Deux victoires en Andorre (3-0) et surtout face à Israël (3-1) ont permis aux Bosniens de remonter la pente après un départ difficile. Pour croire en la qualification, Edin Džeko et ses coéquipiers devront réaliser l’exploit au stade Roi Baudoin chez le quart de finaliste du dernier Mondial, actuel deuxième au classement FIFA. Une victoire relancerait totalement la Bosnie-Herzégovine tandis qu’une défaite risque de la pousser vers la sortie. Pour se rassurer, les Zmajevi se souviendront que leur dernier déplacement en Belgique s’était soldé par une victoire : c’était le 27 mars 2009 à l’occasion des éliminatoires de la Coupe du monde 2010 (4-2). Une tout autre époque. Le match aller, à Zenica, s’était quant à lui soldé par un nul (1-1).
(diffusion en France sur Canal+ Décalé)

Les deuc buteurs pour la Bosnie-Herzégovine

Edin Džeko a déjà fait parler la poudre dans ces éliminatoires… et cette saison également.

ALLEMAGNE – POLOGNE | Groupe D | 4 septembre, 20h45 | Francfort
La Pologne n’oubliera pas de sitôt ce 11 octobre 2014. À Varsovie, la sélection polonaise s’était offerte l’Allemagne, toute fraîchement sacrée championne du monde et invaincue depuis sept ans en éliminatoires (2-0). Ce succès avait en outre une valeur historique en étant le premier de la Pologne sur l’Allemagne. Onze mois plus tard, les deux équipes se retrouvent en leur qualité de leaders du groupe. Les Polonais seront-ils à nouveau capables de rééditer un tel exploit ? C’est possible car l’Allemagne ne convainc pas vraiment depuis le sacre de Rio de Janeiro. Leader du groupe avec un point d’avance sur la Mannschaft, la Pologne se rapprocherait grandement de la qualification en cas d’exploit à Francfort. En revanche, elle pourrait être à la merci d’un retour de l’Écosse voire de l’Irlande en cas de défaite.
(diffusion en France sur Canal+ Sport)

HONGRIE – ROUMANIE | Groupe F | 4 septembre, 20h45 | Budapest
Confortablement installée à la troisième place du groupe F, la Hongrie n’a pas grand-chose à craindre de ses poursuivants : avec cinq points d’avance sur les Îles Féroé, elle devrait au moins participer aux barrages. Mais la Hongrie peut viser une qualification directe et, pour cela, elle ne devra pas manquer son rendez-vous face à son voisin roumain à Budapest. La Roumanie est, quant à elle, le leader invaincu du groupe et elle se distingue bien davantage par la solidité de sa défense (1 but encaissé, aucune équipe ne fait mieux dans ces éliminatoires) que par sa puissance offensive (7 buts inscrits en 6 matchs). Malgré ce statut, elle n’a pas vraiment de marge avec un point d’avance sur l’Irlande du Nord et trois sur la Hongrie. En cas de défaite, la Roumanie pourrait se retrouver troisième en considérant que l’Irlande du Nord remportera son match aux Féroé. La Hongrie réaliserait alors un joli coup et se retrouverait en position de qualifié direct au bénéfice de la différence particulière. Le match aller, pour rappel, avait accouché d’un match nul (1-1) arraché en fin de rencontre par le capitaine hongrois Balázs Dzsudzsák.

DANEMARK – ALBANIE | Groupe I | 4 septembre, 20h45 | Copenhague
Le TAS m’a sauvé. Grâce à la décision du Tribunal Arbitral du Sport d’offrir à l’Albanie une victoire sur tapis vert en Serbie en marge des incidents ayant secoué la rencontre, la sélection albanaise est aux portes d’un immense exploit. Actuelle troisième du groupe I à deux points du Portugal et à égalité avec le Danemark (mais avec un match de plus à disputer), l’Albanie ferait un pas-de-géant vers l’Euro 2016 en cas d’exploit en terre scandinave. Le défi est relevé mais les Albanais, récents vainqueurs de l’équipe de France (1-0) ont montré qu’ils savaient gérer leurs rencontres face aux favoris : lors de ces éliminatoires, ils se sont imposés au Portugal (1-0) et n’ont concédé qu’en toute fin de rencontre le nul face au Danemark lors du match aller (1-1). En cas d’échec, la situation serait loin d’être désespérée pour l’Albanie qui possède neuf points d’avance sur son plus proche poursuivant (l’Arménie) et qui est actuellement meilleur troisième. Avec donc, en plus, un match de plus à disputer.
(diffusion en France sur Foot+ 2)

RUSSIE – SUÈDE | Groupe G | 5 septembre, 18h00 | Moscou
Pour la sélection désormais entraînée par Leonid Slutskiy, il s’agit du match de la dernière chance. Avec huit points de retard sur l’Autriche et quatre sur la Suède, la Russie n’a plus son destin en main et sa seule chance pour accrocher une qualification directe pour l’Euro 2016 sera de réaliser un parcours sans faute sur les quatre derniers matchs. Ce challenge difficile démarre ce samedi avec la réception de la Suède, un concurrent direct. En cas de succès, tous les espoirs seront permis pour la Russie, d’autant plus que le calendrier de la journée suivante lui est favorable (déplacement au Liechtenstein pendant que la Suède reçoit l’Autriche). Dans le cas contraire, elle devra lutter pour préserver sa troisième place et conserver une chance de se qualifier via les barrages.
(diffusion en France sur Foot+ 24/24)

ESPAGNE – SLOVAQUIE | Groupe C | 5 septembre, 20h45 | Oviedo
36. C’est le nombre de matchs sans défaite que comptait l’Espagne en éliminatoires (Euro et Coupe du monde confondus) jusqu’à ce 9 octobre 2014. À Žilina, la Slovaquie avait créé la sensation en battant le double champion d’Europe en titre (2-1) quelques semaines après une victoire héroïque en Ukraine (1-0). Cet excellent démarrage a ouvert l’appétit des Slovaques qui n’ont depuis pas lâché le moindre point dans ces éliminatoires de l’Euro 2016. Seule l’Angleterre fait aussi bien. La Slovaquie est ainsi déjà assurée de participer au moins aux barrages et il ne lui reste que quelques points à prendre pour se qualifier pour le premier Euro de son histoire. Saura-t-elle aller chercher les points qui lui manquent à l’occasion de son périlleux déplacement en Espagne ? Ce sera très compliqué face à une équipe qui n’a plus perdu à domicile en match officiel depuis les éliminatoires de l’Euro… 2004. La Slovaquie serait pourtant bien inspirée d’aller chercher au moins un point sous peine de voir l’Espagne mais également l’Ukraine (son prochain adversaire) revenir dans la course.
(diffusion en France sur Canal+ Décalé)

Aux portes du paradis

AUTRICHE – MOLDAVIE | Groupe G | 5 septembre, 20h45 | Vienne
Si elle bat la Moldavie, l’Autriche pourrait se retrouver qualifiée pour l’Euro 2016 dès samedi. Si la Suède l’emporte en Russie dans le même temps, l’Autriche aurait alors onze points d’avance sur les Russes à trois journées de la fin, validant ainsi sa qualification. Si la Russie s’impose, elle conserverait malgré tout huit points d’avance sur la troisième place à trois journées du terme et avec la perspective de recevoir le Liechtenstein lors de la dernière journée. L’objectif est en passe d’être atteint.

Rubin Okotie avait offert la victoire aux Autrichiens face à la Russie.

Rubin Okotie avait offert la victoire aux Autrichiens face à la Russie.

L’autre match de la dernière chance

BULGARIE – NORVÈGE | Groupe H | 3 septembre, 20h45 | Sofia
Il a suffi d’une courte victoire à Malte (1-0) pour que la Bulgarie se relance dans ses éliminatoires. Dans le même temps, la Norvège s’était montrée incapable de battre l’Azerbaïdjan (0-0) alors qu’elle pouvait se rapprocher d’une qualification directe. Résultat : la Norvège ne compte plus que deux points d’avance sur la Bulgarie et cette dernière pourrait se retrouver troisième en cas de victoire face aux Scandinaves. C’était quasiment inespéré il y a encore quelques mois. La Bulgarie n’aura en revanche pas le droit à l’erreur sous peine de voir la Norvège prendre le large avec la perspective d’affronter deux déplacements périlleux en Italie et en Croatie.

Le match qui compte vraiment pour du beurre, ou presque

SERBIE – ARMÉNIE | Groupe I | 4 septembre, 20h45 | Novi Sad
La décision du TAS d’attribuer la victoire à l’Albanie face à la Serbie a fait beaucoup de mal à cette dernière qui avait déjà brûlé de nombreux jokers sur la route de la qualification. Avec cette pénalité de trois points, la Serbie possède désormais un total de points négatifs (-2). Avec douze unités de retard sur l’Albanie, troisième, à trois journées de la fin, la Serbie est la première équipe assurée de ne pas participer à l’Euro 2016 avant même Saint-Marin, Andorre, Gibraltar et les autres. Elle n’aura plus que des matchs amicaux améliorés à disputer désormais mais elle aura un rôle d’arbitre à jouer. Ainsi, si elle décroche au moins un match nul face à l’Arménie, la Serbie éliminera officiellement cette dernière de l’Euro 2016. À noter que la rencontre se disputera à huis clos.

Ils doivent continuer sur leur lancée

AZERBAÏDJAN – CROATIE | Groupe H | 3 septembre, 18h00 | Bakou
Malgré une série d’incidents en lien avec certains de ses « supporters » qui lui ont valu un point de pénalité, la Croatie brille sur le terrain. Leader invaincu du groupe H, elle se déplacera en Azerbaïdjan en tant que favorite. En cas de victoire, la Croatie ne serait plus très loin de l’Euro 2016. Au match aller, elle l’avait emporté très facilement (6-0).
(diffusion en France sur Canal+ Sport)

REPUBLIQUE TCHÈQUE – KAZAKHSTAN | Groupe A | 3 septembre, 20h45 | Plzeň
Après un début d’éliminatoires parfait, la République Tchèque a subi deux accrocs face à la Lettonie (1-1) puis en Islande (défaite 1-2). Elle est retombée à la deuxième place du groupe A, derrière l’Islande, mais elle devance toujours les Pays-Bas. La Reprezentace s’attend à une victoire face au Kazakhstan qui lui serait profitable étant donné que, dans le même temps, les Pays-Bas reçoivent l’Islande.

UKRAINE – BIÉLORUSSIE | Groupe C | 5 septembre, 18h00 | Lviv
Si l’Ukraine accuse un léger retard sur le groupe des qualifiés directs, elle est en revanche quasiment assurée de participer aux barrages. Elle possède en effet huit points d’avance sur la Biélorussie, quatrième, et elle aura, en cas de victoire face à son voisin, la certitude de terminer dans les trois premiers. Une victoire aurait un autre intérêt : il permettrait à l’Ukraine de revenir quasiment à hauteur de la deuxième place avec la perspective d’un déplacement en Slovaquie.
(diffusion en France sur Foot+ 3)

Andriy Yarmolenko va, encore une fois, tenter de faire parler la poudre.

Andriy Yarmolenko va, encore une fois, tenter de faire parler la poudre.

Ils doivent l’emporter pour rester dans la course

ESTONIE – LITUANIE | Groupe E | 4 septembre, 18h00 | Tallinn
Cette rencontre entre nations baltes pourrait faire un heureux selon le résultat de Suisse – Slovénie. L’Estonie pourrait en cas de victoire et de non-victoire slovène prendre la troisième place alors que la Lituanie, si elle s’impose, pourrait revenir à hauteur des Slovènes à condition toutefois que ces derniers s’inclinent.

SUISSE – SLOVÉNIE | Groupe E |4 septembre, 20h45 | Bâle
Battue deux fois par l’Angleterre (3-1 puis 3-2), la Slovénie est retombée à la troisième place du groupe E et a vu la Suisse, qu’elle avait battue à l’aller (1-0), lui passer devant. En cas de défaite à Bâle, les Slovènes compteraient six points de retard sur les Suisses et ils pourraient voir l’Estonie ou la Lituanie revenir.
(diffusion en France sur Foot+ 24/24)

MONTÉNÉGRO – LIECHTENSTEIN | Groupe G | 5 septembre, 20h45 | Podgorica
Avec seulement trois points de retard sur la Russie, troisième, le Monténégro n’a pas encore abandonné tout espoir de participer aux barrages. Il lui faudra pour cela espérer une défaite russe face à la Suède et battre le Liechtenstein. Une mission aisée ? Pas forcément, le match aller s’étant soldé par un nul (0-0). Le Monténégro doit en outre se méfier de son adversaire qui compte le même nombre de points que lui.

Les autres rencontres

TURQUIE – LETTONIE | Groupe A | 3 septembre, 20h45 | Konya (diffusion en France sur Foot+ 2)
GÉORGIE – ÉCOSSE | Groupe D | 4 septembre, 18h00 | Tbilissi (diffusion en France sur Canal+ Sport)
GRÈCE – FINLANDE | Groupe F | 4 septembre, 20h45 | Le Pirée (diffusion en France sur Foot+ 24/24)
LUXEMBOURG – MACÉDOINE | Groupe C | 5 septembre, 18h00 | Luxembourg

Karim Hameg

En attendant la 7e journée des éliminatoires de l’Euro 2016
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Karim Hameg

Karim Hameg

Ex-géographe aujourd'hui dans l'informatique, passionné de football russe et ukrainien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Shakhtar Donetsk : une histoire à réécrire

Affaibli par la guerre, le Shakhtar Donetsk n'est plus roi d'Ukraine. Dans un contexte difficile, le club du Donbass, futur...

Fermer