Le titre pour le Partizan, Zvezda en crise et une possible affaire de corruption

Non, ce n'est pas Zvezda A contre Zvezda B
Lazar Van Parijs
Lazar Van Parijs - Publié le 15 mai 2015

Ce mercredi se jouait la 28ème journée de la Jelen Super Liga, cependant, cette journée est spéciale et il convient de revenir dessus pour plusieurs raisons.
Tout d’abord, c’est la journée du titre pour le Partizan. Fidèle au 4-2-3-1 qu’il a installé, Zoran Milikovic a guidé son équipe vers le 26ème titre du Partizan et a reçu ce jeudi 14 mai une prolongation de contrat. Le match entre Napredak et le Partizan s’est soldé par une victoire des blancs et noirs avec des buts d’Ilic, et de Zivkovic, l’une des perles du Partizan en ce moment, l’un des joueurs les plus talentueux du championnat serbe cette saison, confirmant les espoirs placés en lui en début de cette dernière. Ce titre s’est accompagné d’une autre bonne nouvelle, l’arrivée d’un nouveau sponsor Adimes. Vu la multiplication des contrats de sponsoring entre le Partizan et des entreprises, il faudra surveiller le club dans les prochains mois/années pour savoir si on n’assiste pas à un changement de modèle, avec plus de sponsors, et plus d’argent d’entreprises, impliquant moins de vente de pépites. Maintenant le club va se préparer pour le second tour des qualifications en Ligue des Champions les 15 et 22 juillet.

Le second point concerne Zvezda. Sans même jouer, le Partizan aurait été champion avec cette défaite 1-2 de Zvezda contre Kragujevac. Le match a démarré de façon surréaliste, quand le club des travailleurs, ne possédant qu’un unique jeu de maillots rouges, s’est présenté sur le terrain du stade Rajko Mitic avec le maillot extérieur de Zvezda et un peu de scotch pour masquer le logo des Crveno-beli.  Ce match a été outrageusement dominé par les locaux, lesquels ont fait un festival de drops. Malheureusement pour eux, au football, il faut mettre le ballon dans le but et pas au-dessus de la barre. Bref, domination stérile qui se conclut par une défaite et plonge le club sacré en C1 en 1991 dans une crise qu’il aurait pu s’éviter.

Non, ce n'est pas Zvezda A contre Zvezda B

Non, ce n’est pas Zvezda A contre Zvezda B

Les mauvaises nouvelles n’arrivant généralement pas seules, Rajkovic s’est blessé et sa participation à la Coupe du Monde des U19 est remise en cause à l’heure où nous écrivons ces lignes. Lalatovic a déclaré qu’il quitterait son poste à la fin de l’année, et les langues commencent à se délier concernant  le management du club, les transferts ratés de janvier et l’ambiance générale au club. Personne ne veut être responsable de la perte d’identité du club avec de moins en moins de joueurs locaux formés au club dans l’équipe première, la multiplication des échecs avec les joueurs étrangers ou encore le fait de retrouver les frères Stojkovic à Cukaricki (et formés à Zvezda). Zvezda n’a plus qu’un point d’avance sur Cukaricki avant les deux derniers matchs. Il va falloir retrouver une certaine sérénité absente cette semaine ainsi qu’un schéma tactique permettant aux joueurs de s’y retrouver.

Enfin, c’est l’essentiel de cet article, il convient de revenir sur le match entre le Spartak et Donji Srem à Subotica. C’était le match de la peur, le match pouvant condamner l’une des deux équipes à descendre en seconde division en même temps que les travailleurs de Kragujevac. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le match ne nous a pas déçu… Le Spartak était avant dernier avant ce match avec 25 points alors que Donji Srem était un rang au dessus avec 26 points. La victoire était donc impérative pour le Spartak.

Dans un match engagé, ce sont les visiteurs qui s’illustrent les premiers en marquant juste avant la pause par Mirkovic. Les locaux répliquent par un but de Maksimovic à la 47ème. Le Spartak prend ensuite l’avantage sur un penalty controversé (voir video). Nous sommes alors à la 78ème minute. Le Spartak semble se diriger vers un succès. Mais à la 90ème minute, Prljevic saute plus haut que tout le monde et vient placer une tête victorieuse permettant à Donji Srem de revenir à égalité. Un partage des points signifiant que le club de Pećinci reste devant le Spartak au classement. Cependant, nouveau rebondissement à la 93ème minute lorsque l’arbitre accorde un second penalty surprise pour le Spartak. Ca y est, le Spartak peut enfin célébrer sa victoire 3-2 et sa nouvelle position de non-relégable au classement. Il faut néanmoins revenir sur ces deux penalties pour le moins controversés. Immédiatement après le match, Donji Srem a accusé le président de l’Association de football de Voïvodine, Dragan Simovic, également président du Spartak et grand ponte de la fédération serbe, d’avoir truqué le match et de ne pas vouloir le club en première division. De plus, dans un communiqué disponible sur son site internet, Donji Srem relate une conversation « off » avec un responsable de la fédération serbe quelques jours plus tôt, annonçant que les trois points iraient au Spartak et que la fédération allait tout faire pour couler Donji Srem. Reste à faire la lumière sur cette histoire, à condition que la fédération en ait l’envie. Assisterait-on à un nouveau cas de corruption ?

Classement après 28 journées

Classement après 28 journées

Lazar Van Parijs
Le titre pour le Partizan, Zvezda en crise et une possible affaire de corruption
Donnez votre avis

A propos de l'auteur

Lazar Van Parijs

Lazar Van Parijs

Je me suis réveillé un beau matin à Belgrade à cheval entre Europe de l' Ouest et le bloc soviétique après une nuit sur un Splav à boire de la Rakija. J'ai décidé de prendre le train de nuit suivant, direction Moscou, finir l'aventure devant l' Hotel Ukraina !

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ligue Europa 2014/2015 – Demi-finales: Héroïque, le Dnipro s’envole pour la finale

Le Stade Olympique était plein, la pluie était battante, la soirée fut magnifique. On prend les mêmes et on recommence....

Fermer