Qu’est ce qu’est allé faire le FK Jagodina au Ghana ?

© Footy-Ghana.com
Lazar Van Parijs
Lazar Van Parijs - Publié le 5 janvier 2016

C’est l’histoire d’un club serbe, le FK Jagodina, sans grande histoire particulière, 14ème de son championnat qui se retrouve le 3 janvier à jouer un match amical au Ghana, face au Asante Kotoko. Comment en est-on arrivé là ? En suivant le football de l’Est, j’ai eu de drôles d’histoires comme cette histoire de passeport avec Skenderbeu  ou encore des matchs suspects mais là, on est passé à un niveau supérieur.

Il convient de ne pas scruter du côté du club serbe mais bien de ses hôtes Ghanéens. L’Asante Kotoko Sporting Club est le club de la ville de Kumasi, dans la région d’Ashanti. Club phare du football africain avec 24 titres nationaux et deux Ligues des Champions de la CAF en 1970 et 1983, l’Asante Kotoko a été également à cinq reprises finaliste et à trois reprises demi-finaliste de cette compétition. Les Porcs-épics (surnom de l’équipe) ont vu le jour en 1935. 2015-1935 = 80. Eh oui, l’année dernière, le club ghanéen fêtait ses 80 ans, l’occasion d’organiser une grosse fête.

Il fallait être le premier club ghanéen à recevoir un club européen.

C’est ainsi qu’Eric Oppong Yeboah, le directeur de l’agence de joueurs Pacific Football Ghana Limited a été chargé d’organiser ce match de légende. L’idée était d’avoir un club européen, coûte que coûte. Il fallait être le premier club ghanéen à recevoir un club européen.

La rencontre devait avoir initialement lieu le 4 septembre 2015 face au club roumain du Petrolul. Sans donner de raison, la date a été déplacée au 11 octobre. Puis au 15 novembre, en ayant au préalable annoncé un changement d’adversaire: ce serait le club grec du FC Veria (le Petrolul ayant déclaré entre-temps ne pas être au courant de ce match). Or la date choisie unilatéralement par le club n’avait pas été approuvée par la fédération. L’équipe nationale jouait les Comores le 17 et avait refusé ainsi cette date. Une fois la date du 3 janvier annoncée, la contrepartie grecque ne pouvait plus. Le 3 étant coincé entre un match de championnat le 2 et un match de coupe le 5.

Le FK Jagodina entre dans la danse

Pacific Football Ghana Limited  a un partenaire Serbe, Darko Maric qui, d’après sa page Wikipedia, a évolué à Créteil en 1998/1999. Profitant de bons contacts avec l’administration du club de Jagodina, où il a deux joueurs, Darko Maric a réussi à amener l’équipe serbe de Jagodina en Afrique pour le premier match de l’histoire en terre africaine pour les Ćurani. Match particulier également pour Francis Kyeremeh, joueur ghanéen dans l’équipe de Jagodina. L’équipe de Jagodina a confirmé sa présence le 28 décembre seulement. Le match a été organisé dans la précipitation.

Jagodina à Belgrade | © Asantekotokosc.com

Jagodina à Belgrade | © Asantekotokosc.com

Si vous ne deviez savoir qu’une chose sur Jagodina, le très célèbre – en tout cas des joueurs de Football Manager – Freddy Adu y a joué. Enfin joué, c’est un bien grand mot. Il a de temps à autre porté le maillot, la plupart du temps pour l’entrainement, certes, et a brièvement remplacé un coéquipier un soir de septembre 2014 en Coupe de Serbie.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le club, celui-ci a été fondé en 1919, puis a végété dans les bas-fonds du football serbe (surtout ces cinquante dernières années). En 2005/2006, le club a été vice-champion de « Pomoravlje-Timok Zone League », l’une des huit régions composant cette quatrième division, lui permettant d’accéder à la troisième division. En 2007, le club est champion de la Ligue de l’Est (une des quatre régions de la troisième division serbe) lui permettant d’accéder à la première ligue (qui n’est autre que la seconde division).

Jagodina termine second en 2008, s’appuyant notamment sur le buteur Igor Pavlovic et son mètre 94 qui terminera avec 17 réalisations, ce qui lui donne alors l’accès à la SuperLiga. Ainsi, en trois ans, le club a connu trois promotions. Lors de la saison 2012/2013, le club a gagné la Coupe de Serbie (la première de son histoire) et a terminé à la quatrième place du championnat, porté par un Milos Stojanovic en feu, terminant meilleur buteur du championnat avec 19 réalisations. Bref, c’était la saison la plus aboutie du club presque centenaire, lui permettant de redécouvrir l’Europe en 2013/2014.

Ce fut néanmoins rapide et compliqué avec deux défaites au mois de juillet, 2–3 et 0–1 face au Rubin Kazan. Cependant les joueurs ne vont pas se démotiver et ont terminé troisième cette saison-là, leur meilleur résultat jamais atteint et ont également atteint la finale de la Coupe nationale. La saison dernière a été plus compliquée et le club a terminé 10ème. Cette saison, il lutte pour ne pas descendre, étant à la 14ème place lors de cette trêve hivernale. C’est également un club qui forme comme Pedrag Rajkovic ou plus récemment (et encore au club) le défenseur Aleksandar Filipovic. C’est donc un club sur une bonne dynamique qui semble progresser, même si la structure et l’organisation sont encore archaïques.

Un voyage au Ghana

Pour ce voyage historique en terre africaine, Jagodina n’a rien eu à dépenser. Du vol départ à Belgrade avec un vol Turkish Airlines jusqu’à Accra, au bus pour rejoindre Kumasi, à l’hôtel quatre étoiles Golden Tulip, tout était compris. Cependant, de ces privilèges, seulement 11 joueurs y auront droit. Car, première surprise de ce voyage, une très courte délégation serbe se rend en Afrique. 11 joueurs donc, mais, aussi, aucun entraîneur. Pour le remplacer et faire l’accompagnement, le club serbe préfère envoyer son directeur sportif. Malgré un contretemps à Istanbul suite à un retard pour cause de neige, les 11 joueurs arrivent à bon port à Kumasi, le samedi soir à 22h30, devant un accueil grandiose digne de rock star.

Accueil grandiose des joueurs Serbes à l’aéroport | © @KwakuAhenkorah3

Accueil grandiose des joueurs Serbes à l’aéroport | © @KwakuAhenkorah3

Si ce 80ème anniversaire devait être une grande fête pour le club local, où les dirigeants pouvaient en profiter pour montrer les nouveaux maillots du club en partenariat avec les Singapourien de Mafro Sport et leur nouveau sponsoring rapportant 150 000 $ pour les trois années à venir, le match et ses coulisses étaient tout autres.

Malgré un magnifique ciel bleu et un thermomètre affichant 29 degrés, les conditions au spectacle n’étaient pas vraiment de mise. Dans un premier temps, cette délégation de 11 joueurs était composée de tout, sauf des stars de Jagodina. Exit donc les Aleksandar Filipovic, Danijel Gasic, ou encore Mile Savkovic. L’équipe était complétée par des joueurs de l’équipe de jeunes de Kotoko, d’après Lofti Wada, spécialiste du football africain, ou, encore, d’un certain Ebenezer Agyapong entré en jeu à la 56ème minute de jeu. Ce dernier n’est autre que le buteur d’un autre club ghanéen, le Techiman City et excusé du peu, meilleur buteur de la Division One League écoulée. Une situation ubuesque qui a, d’ailleurs, poussé le président de ce club à déclarer au site HANAsoccernet.com voir quels recours étaient envisageables contre Jagodina, ce dernier n’ayant jamais autorisé son joueur à participer à ce match d’exhibition. Ebenezer Agyapong était apparemment en essai en Egypte, mais, lors d’une rencontre avec les représentants du club serbe, un test lui a été proposé. Un test qui s’est avéré être ce match.

Un supporter local, BA Yahaya, s’est retrouvé malgré lui sur la feuille de match de Jagodina comme un membre de l’encadrement.

© http://ghanasoccernet.com

© ghanasoccernet.com

Pour continuer dans le folklore de ce match totalement dingue, le capitaine du club serbe lors du match n’était autre qu’un local tandis que la majorité des 11 joueurs qui ont fait le déplacement n’ont été que des remplaçants. De ces 11 joueurs, d’après Dejan Stojanovic, un journaliste serbe, on y retrouvait même des joueurs de Tabane, un club de troisième division considéré comme l’équipe B de Jagodina.

Enfin, pour terminer en beauté, un supporter local, BA Yahaya, s’est retrouvé malgré lui sur la feuille de match de Jagodina comme un membre de l’encadrement. Et, pour terminer dans ce foutoir monstre, d’après plusieurs tweets, il y a eu deux numéros 50 du côté de Jagodina, Srdjan Ristic et une jeune recrue locale. Pas très professionnel et respectueux pour un club qui il y a quelques mois déclarait vouloir rivaliser avec Zvezda, le Partizan, Vojvodina et Cukaricki d’ici peu.

Si le match n’a pas été transmis, il est fort logique de voir Jagodina s’incliner lamentablement 5-0 face à l’Asante Kotoko. Une victoire du club ghanéen qui leur permet de s’adjuger la GH Challenge Cup devant 20.000 spectateurs. 20 000 personnes qui étaient là pour vivre une grande journée de football mais qui, au final, n’ont eu le droit qu’à un non match. La faute à une nonchalance extrême des Serbes et une organisation proche du néant avec une communication tout aussi calamiteuse, un encadrement ne parlant pas un mot d’anglais et donc une rupture totale avec la presse. Il ne reste plus qu’à la petite délégation serbe de quitter le pays et son soleil après une première historique en terre africaine pas vraiment convaincante pour un retour au pays, dans le froid et sous la neige. Des conditions qui semblent mieux aller à la gestion du club.

Lazar Van Parijs


Image à la une : © Footy-Ghana.com

Qu’est ce qu’est allé faire le FK Jagodina au Ghana ?
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Lazar Van Parijs

Lazar Van Parijs

Je me suis réveillé un beau matin à Belgrade à cheval entre Europe de l' Ouest et le bloc soviétique après une nuit sur un Splav à boire de la Rakija. J'ai décidé de prendre le train de nuit suivant, direction Moscou, finir l'aventure devant l' Hotel Ukraina !

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
aek
L’AEK, le nouvel envol de l’aigle à deux têtes

Avant de parler d'un club grec, il est toujours intéressant de s'intéresser à son histoire. On n'est jamais vraiment déçu sur...

Fermer