Ah, que l’été moldave ressemble aux délices de Capoue ! Entre les après-midis ensoleillés au White Park de Mereni ou au Goa Territory, un petit tour au festival IA Mania sur les bords du Nistru ou les soirées endiablées de la Fanconi Riviera. Entre les visites traditionnelles chez la famille restée au village et les visites de la diaspora chez les amis restés au pays, agrémentées de cvas et de kompot incomparables et d’une chaleur qui ne quitte pas ce ciel si étoilé qu’on y verrait un guide Michelin. Les gladiateurs de la Divizia Națională ont bien mérité un peu de repos, et gare à la reprise. Récapitulatif de ce début d’année 2019 en Moldavie.

1. Sheriff Tiraspol – 39 points

Le Sheriff Tiraspol domine le championnat moldave. Un secret de polichinelle. Rien d’étonnant pour le quadruple champion en titre, malgré un mois d’avril moyen (défaite contre Milsami et au Petrocub), qui a coûté la tête de Goran Sablic et le retour de Zoran Zekic sur le banc.

Hormis ces deux déconvenues, le Sheriff a aligné treize victoires, pour un goal average de +34 (38 buts marqués, 4 encaissés). Zekic a également amené le Sheriff en finale de la Coupe de Moldavie, qu’il a remporté pour la dixième fois de son histoire, face au Sfântul Gheorghe non sans difficultés (1-0 après prolongation). Signe de leur supériorité, c’est même le milieu de terrain biélorusse Yuriy Kendysh qui mène le classement des meilleurs buteurs avec sept réalisations, devant Tambe (5 buts) et Cojocaru (4 buts).

C’est donc une déception d’autant plus légitime qu’est venue apporter ce premier tour préliminaire de Ligue des Champions, où le Sheriff a coulé face à Saburtalo à Tiraspol (0-3), avant d’être éliminé de justesse au retour (1-3) en Géorgie. Reversé en Ligue Europa, le Sheriff est passé par le chas de l’aiguille face au Partizani (0-1 en Albanie, 1-1 à Tiraspol). Autant dire que l’idée d’affronter l’AIK au prochain tour ne permet pas vraiment d’être optimiste quant aux chances du champion de Moldavie d’arriver en phase de poules de la Ligue Europa.

2. Sf Gheorghe – 28 points
3. Milsami Orhei – 26 points
4. Petrocub-Hîncesti  – 25 points

Le Sfântul Gheorghe est certainement la grosse et bonne surprise de cette saison pour le moment. Les hommes de Serghei Cebotari ont atteint la finale de Coupe de Moldavie, perdue in extremis face au Sheriff, après avoir dominé le Zimbru en demi-finale. Surtout, le club de Suruceni, promu en 2017, est pour l’instant dauphin du Sheriff grâce à une excellente première partie de saison. L’effectif compte plusieurs habitués de la Divizia Națională (Novicov, Focşa, Suvorov, Istrati) et le revenant Boiciuc auteur de cinq des 22 buts de son équipe (deuxième meilleure attaque de la ligue).

Milsami face au Sfântul Gheorghe | © facebook.com/pg/milsamifc

Mais le Milsami et le Petrocub n’ont pas dit leur dernier mot. Les habitués du podium ces deux dernières saisons restent toujours dans la course, reste à savoir jusque quand le Milsami pourra tenir après qu’un mandat d’arrêt national, que les autorités moldaves tentent d’élargir à l’international, vise son président Ilan Shor. Le premier coup dur est d’ailleurs venu de son emblématique gardien Radu Mîţu, qui a décidé de ne pas prolonger dans son club formateur après huit saisons pleines, ponctuées d’un titre de champion en 2015 et une Coupe de Moldavie l’an dernier.

Le Petrocub semble ainsi mieux armé pour grappiller la place de dauphin, malgré un début de saison compliqué (6 sur 18 avant de vaincre le Sheriff fin avril). Avec un effectif bien équilibré, Popescu peut compter sur le jeune Gulceac (cinq buts) pour remplacer son buteur-phare Vlad Ambros, sur la touche. Dan Taras, auteur de quatre buts importants (contre Sheriff et Zimbru, à Nisporeni), a également tiré son épingle du jeu en ce début de saison.

5. Dinamo-Auto – 21 points
6. Speranta Nisporeni – 19 points

Le maintien est pour ainsi dire assuré pour le Dinamo-Auto et le Speranța Nisporeni, et une bonne série peut les replacer pour disputer le podium – même si ça semble compliqué. Alors que le Dinamo-Auto a réalisé un début de saison en fanfare (deux victoires de rang contre Codru et à Petrocub) et peut compter sur l’expérience de Dobrovolski sur le banc et du soyeux Mihaliov sur le terrain, auteur de plusieurs eurogoals déjà, le Speranța a marqué le pas par rapport à la saison dernière malgré un sans-faute en préparation.

Dans un effectif très cosmopolite (on y compte trois Colombiens, un Mexicain, un Nigérian, un Ivoirien, un Camerounais, un Tadjik ou encore un Brésilien), c’est le local Maxim Iurcu qui s’est illustré avec sept buts au compteur, qui le place au sommet du classement des buteurs à égalité avec Kendysh (Sheriff).

Stadion Orășenesc du Petrocub-Hînceşti, une nouvelle place forte du football moldave ? | © facebook.com/pg/FCPetrocub

7. Zimbru Chișinău – 6 points

La saison 2019 ressemble à un chemin de croix pour le Zimbru. En février dernier, on annonçait la dissolution de l’effectif et le retrait de la première division, faute de financement. Cependant, la situation a évolué et le président a décidé bon an mal an de participer à l’élite cette saison. Résultat, la magie de Sorin Colceag, qui a repris un noyau composé en grande majorité de produits de l’académie, épaulé sur le pré par un Andrei Cojocari déjà parti sous les cieux du Petrocub-Hîncesti à la trêve, n’a pas pris et a préféré quitter le navire à la trêve après un bilan désastreux d’une victoire, trois matchs nuls et onze défaites, agrémenté du titre peu flatteur de pire attaque de la ligue.

Son successeur Marius Codescu aura la difficile tâche de garder le Zimbru en première division afin de souffler et de mieux préparer la saison prochaine, et pourquoi pas faire un coup en Coupe de Moldavie.

L’autre possibilité, effleurée à l’intersaison, est de véritablement voir le club historique de la capitale de Moldavie s’éteindre pour quelques temps. Car avec une nouvelle saison catastrophique, l’avenir semble plus qu’incertain en bord de Bîc.

8. Codru Lozova – 3 points

Zéro victoires, trois matchs nuls, c’est bien grâce au Codru Lozova que le Zimbru a de grandes chances de survivre en Divizia Națională cette saison. Le promu est tout simplement trop court cette saison et, à moins d’un sursaut improbable et une déroute complète du club de la capitale, la Divizia A devrait lui tendre les bras en fin de saison.

Le classement à la trêve

© FMF.MD

Le petit écran

On ne le répétera jamais assez, mais la Fédération moldave de Football a mis les petits plats dans les grands cette saison, avec la diffusion intégrale et en direct de tous les matchs du championnat sur sa chaîne YouTube, avec commentaires, ralentis et statistiques pointues pour ne rien rater du football champagne offert par les huit ténors de la Divizia Națională.

Par ailleurs, les Moldaves peuvent désormais suivre l’ensemble des matchs de l’élite à la télévision, grâce au contrat signé avec le poste Vocea Basarabiei, qui lui donne le droit à retransmettre la Divizia Națională jusqu’à la fin de l’année civile. Une bonne nouvelle !

Rendez-vous sur Youtube.com/videoFMF et sur la page de la FMF pour être à jour du calendrier et de l’horaire des matchs chaque week-end. Régalez-vous !

Le XI à la trêve

Mihaliov praliné

Avec la relégation du Zaria, on se morfondait déjà de ne plus voir les bijoux de Maxim Mihaliov enjailler la Divizia Națională. Un transfert au Dinamo-Auto plus tard, le vétéran a rappelé dès la première journée pourquoi il appartient toujours à l’élite du football moldave, avec deux splendides cachous sur coup-franc contre le Codru (victoire 3-0), l’un à 25 mètres, l’autre à 40. Propre.

Zéro pointé (virgule cinq) en Europe

Mis à part le Sheriff, toujours en course malgré une déconvenue d’entrée face au Saburtalo, la saison européenne des clubs moldaves a tourné au vinaigre. Les trois autres équipes en lice ont en effet été éjectées dès le premier tour qualificatif de la Ligue Europa. La marche était trop haute pour le Speranța Nisporeni face à un Neftci Baku revenu du diable vauvert (0-3, 0-6), l’adversaire trop corsé pour le Milsami, tombé avec les honneurs contre le FCSB (0-2, 1-2), tandis que le Petrocub a limité la casse face à l’AEK Larnaca (0-1, 0-1). Rendez-vous l’été prochain.   

Petit tour en Divizia A

Loin du suspense tué dans l’œuf au sein de l’élite, le second échelon moldave offre une bataille sans merci avec de beaux prétendants à la montée et aux places d’honneur. A commencer par le Dacia-Buiucani, descendant assumé du FC Dacia et basé sur l’excellente académie de Buiucani, qui mène la danse avec une formidable série de 13 matchs sans défaite pour trôner devant le FC Florești, déjà second de l’exercice précédent, avec trois points d’écart entre les deux équipes (37 points contre 34).

Derrière, le trou est déjà fait face à deux promus, à savoir le Spartanii et le FC Tighina, relégués respectivement à neuf et dix points du leader. Cahul-2005 et le Speranța Drochia, auteur d’un gros début de saison, suivent avec vingt unités au compteur. Le Real-Success de Chișinău garde lui une place bien au chaud dans le ventre mou et peut continuer sa progression, après avoir rénové son stade ces derniers mois.

En queue de classement, la descente aux enfers continue pour le Zaria, antépénultième, et Ungheni, avant-dernier, qui peuvent compter sur la saison catastrophique du CSF Sparta Chișinău, bon dernier avec 2 points en 13 matchs et un goal average de -56, pour ne pas avoir le bonnet d’âne. Le maintien reste possible mais il va falloir lutter.

Le Sfântul Gheorghe a joué un match amical face au FC Floreşti durant la trêve. | © facebook.com/pg/FCSGS

Equipe nationale : licenciement surprise

En ce début d’année, l’une des actualités dans le football moldave est le départ pour ainsi dire surprise de Pavel Cebanu de la présidence de la Fédération. Inamovible depuis 1997, l’ancienne gloire du Zimbru et de l’équipe nationale a affirmé sobrement que « le moment de se retirer est venu », en précisant qu’il a mûri cette décision durant deux ans.

Le premier fait d’arme de son successeur, Leonid Oleinicenco – élu à l’unanimité en tant qu’unique candidat à la fonction, et cadre au sein de la Fédération depuis une dizaine d’années, intervient en plein mois de juillet, avec le licenciement du sélectionneur Alexandru Spiridon, entré en fonctions en janvier 2018. Malgré une Ligue des Nations prometteuse, surtout sur le plan du jeu, l’horrible bilan des qualifications pour l’Euro 2020 a eu raison de l’ancien adjoint de Lucescu. Le comité des entraîneurs de la Fédération a accordé un qualificatif « négatif » aux Tricolorii, et a conclu que « l’entraîneur a essayé d’obtenir certains résultats, mais n’a pas réussi. Respectivement, nous avons résilié son contrat et nous lui souhaitons du succès à l’avenir » a expliqué Olenicenco dans une récente interview.

L’actuel Directeur des sélections, Semion Altman, prend l’intérim et pourrait rester en cas de bons résultats à l’automne. Dans le groupe H, la Moldavie doit encore se déplacer en Islande, à Andorre et en France, et recevoir la Turquie, l’Albanie et l’Islande d’ici novembre.

L’instant Vitalie Damaşcan

Malheureux face à l’Equipe de France en mars dernier – c’est sa splendide tête sur le montant qui a permis à Vlad Ambros de réduire l’écart en fin de match, la jeune pépite Vitalie Damaşcan a changé d’écurie cet été. Le Torino a en effet décidé de le prêter au Fortuna Sittard pour la saison qui commence, où il rejoint son coéquipier en sélection, le génial gardien Alexei Koșelev.

De quoi trouver du temps de jeu et montrer tout son talent dans un championnat qui fait la part belle aux jeunes buteurs. En matchs de préparation, Damaşcan a déjà fait parler la poudre avec un but lors de la plantureuse victoire du Fortuna Sittard au SV Meerssen (1-8) et a surtout sauvé l’honneur face au PAOK (défaite 1-5) grâce à son redoutable sens du but :

On notera enfin que son grand frère Ilie Damașcan revient au pays, après sa courte expérience arménienne au Banants. Il signe au Petrocub-Hîncești.

Par Thomas Ghislain


Image à la une : © facebook.com/FCPetrocub

3 Comments

  1. Anonyme 10 août 2019 at 17 h 47 min

    J’ai vu quelques matchs de championnat sur la chaine Youtube , bon c’est pas la Premier League mais c’est pas ce qu’on recherche ici hein ! Je crois que c’est un pays à découvrir pour son football et pour tout le reste aussi ! Je trouve qu’il y a un charme suranné dans ces stades ( j’ai adoré celui du FC Floresti , on se croirait en district chez nous ! ) . En tout cas merci pour ce que vous faites sur ce site en parlant de ce pays car moi perso , ça m’intéresse largement plus que le foot business des Real , Juve, PSG ou Manchester ….

    Reply
    1. Thomas Ghislain 15 août 2019 at 20 h 08 min

      Bien le bonsoir,
      Merci à vous de prendre le temps de lire nos quelques articles sur cette belle contrée qu’est la Moldavie. Et heureux de savoir que vous avez pris votre pied à Floresti, c’est sur notre to-do list! Cette Divizia A est rafraîchissante cette année comparé à la monotonie de la première division.
      En effet la diffusion des matchs sur la chaîne Youtube de la Fédé est une avancée fantastique, et mène d’ailleurs déjà à la modique vente de droits TV pour une chaîne locale (Vocea Basarabiei) et une autre ukrainienne (Sport1). A défaut de remplir les stades (le plan « UEFA Grow », déjà mis en place en Estonie, vient d’ailleurs d’être lancé), si les clubs peuvent toucher quelques retombées financières de la TV, c’est déjà un bon pas en avant. Les bases sont là, en espérant que ça se développe au fil des années au bénéfice du football moldave dans son ensemble.
      Bien à vous,
      Thomas

      Reply
  2. Anonyme 16 septembre 2019 at 15 h 30 min

    J’ignorais que le championnat était diffusé sur YouTube, depuis c’est toujours un plaisir de tomber sur des matchs au moment de la sieste du dimanche. Ayant vécu en Moldavie le côté familier de l’affaire me les rend assez agréables. Le fond verdoyant, les tribunes parsemées, les « HAI DAVAI !! » des supporters… tout est là.

    Merci pour vos articles à la fois exhaustifs, documentés et passionnés.

    Quentin

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.