2015 – Six mois de football en Russie – Partie 1

Adrien Laëthier
Adrien Laëthier - Publié le 22 décembre 2015

Nous continuons avec nos bilans à la trêve et cette fois-ci c’est la RPL qui est à l’honneur, mais seulement la première partie de tableau car nous reviendrons en Russie dès la semaine prochaine pour évoquer le bas de tableau. L’ensemble de la rédaction russe qui vous accompagne toute l’année avec nos résumés RPL (Adrien Morvan, Antoine Jarrige, Robin Bjalon, SovietXav, Karim Hameg et moi-même Adrien Laëthier) vous offre ce retour comme un cadeau avant l’heure à trouver sous le sapin.

Avant toute chose, voici un petit rappel du classement; alors que cette première partie se terminera avec l’équipe-type de la première partie de saison.

Le CSKA voit revenir la meute et surtout Rostov juste avant les vacances.

 

Premier – CSKA Moscou – 37 points

Le CSKA Moscou s’est illustré durant cette première partie de saison avec un bilan remarquable et une philosophie offensive au niveau du jeu. Si les nombreux problèmes défensifs récurrents ont un peu obscurci la fin de première partie de saison, les prestations offensives ont dans l’ensemble été appréciées par les différents observateurs. Le CSKA a pu s’appuyer sur le renfort de taille de Seydou Doumbia arrivé en prêt de Rome et auteur d’un retour plus que réussi car l’Ivoirien a non seulement permis au CSKA de se qualifier pour la phase de groupe de la Ligue des champions mais il est aussi un artisan de la première partie de saison remarquable du club de l’armée.

En cours de saison, le CSKA a connu un bouleversement qui aurait pu freiner l’élan du club moscovite quand l’entraîneur Leonid Slutsky a été choisi pour remplacer Fabio Capello au poste de sélectionneur. Portant désormais les deux casquettes, Slutsky semble avoir apporter sa patte CSKA à la Sbornaya qui semble revivre après plusieurs années de football défensif assez éprouvantes.

RPL_Slutsky_Akinfeev_CSKA

Slutsky et Akinfeev, bien partis pour un titre en Russie. Avant un autre en France ?

Finalement le bilan est positif pour le coach tant au niveau du club qu’avec la sélection qui s’est finalement qualifiée pour l’Euro 2016 après un début de parcours en qualification assez compliqué. Au niveau des déceptions, on notera la baisse de régime des deux éléments moteurs de la saison dernière : Bibras Natkho et Roman Eremenko. Les deux anciens joueurs du Rubin Kazan qui flambaient la saison dernière connaissent aujourd’hui un passage plus difficile: plus de titularisation, panne d’inspiration offensive et manque de réussite devant le but.

Cependant, ces problèmes d’ordre mineur ne viennent pas contrarier un début de saison presque parfait sur le plan national du CSKA Moscou qui aurait pu finir la première partie du championnat avec une avance plus confortable en championnat. Au niveau européen, la dernière place du groupe B en Ligue des champions est forcément une déception pour le CSKA Moscou qui, une nouvelle fois, est incapable d’aller chercher ne serait-ce que la qualification pour la Ligue Europa.

Meilleur buteur : Ahmed Musa (6 buts)
Affluence moyenne : 8 840 spectateurs (10/16) – 47%

Deuxième – FK Rostov-na-Donu – 34 points

La sensation de cette première partie de saison ! Alors qu’on s’attendait à une lutte CSKA – Zenit pour le titre, voilà que l’équipe du Nord-Caucase entrainée par le Turkmène Kurban Berdyev vient jouer les premiers rôles cette année. Sans être particulièrement prolifiques (23 buts en 18 matchs), les Jaune et Bleu se sont notamment appuyés sur de très bons résultats à domicile grâce à un jeu basé sur des passes courtes et rapides avec beaucoup de mouvement autour du porteur du ballon. César Navas reste la base principale du système défensif de Rostov et le jeune Mogilevets effectue un travail de sape considérable au milieu tout en distillant de très bons ballons.

D’un côté efficace en contre avec quelques fois un système à cinq derrière, Rostov a aussi pu compter sur un duo Poloz-Kanga qui a aussi souvent très bien marché. Le premier, formé au Lokomotiv, confirme tous les espoirs placés en lui avec une belle adresse face aux buts. Cette surprenante première partie de championnat est sans aucun doute le résultat du travail de Berdyev : incroyablement doué pour tirer le maximum de son groupe, il a réussi à trouver le bon équilibre entre la solidité défensive et l’efficacité offensive. Saura-t-il garder cette réussite jusqu’en mai ? Quoique limitée, son équipe ne cesse d’impressionner, et si les cadors tels que le Zenit continuent de lâcher des points, il y a fort à penser que Rostov pourrait définitivement créer la surprise en fin de saison.

Meilleur buteur : Dmitriy Poloz (6 buts)
Affluence moyenne : 12 255 spectateurs (5/16) – 77%

Troisième – Lokomotiv Moscou – 32 points

Le club des chemins de fer russe revient de loin : en confiant les rênes de l’équipe à Cherevchenko, Olga Smorodskaya a sans doute pris la première décision sensée de sa présidence. L’ancien défenseur du Loko de la grande époque a revigoré son effectif, parvenant même à sortir les pachas de l’équipe de leur apathie. Résultat : une très bonne première partie de saison, loin derrière le CSKA certes, mais toujours en embuscade pour décrocher une place en Ligue des champions. Les deux derniers mois ont néanmoins été assez difficiles, avec une élimination en coupe contre Perm et une série de mauvais résultats contre les outsiders du championnat, notamment la défaite cinglante subie sur la pelouse du Kuban Krasnodar (6-2).

RPL_Denisov_Lokomotiv

Denisov pète la forme au Loko | © wikipedia

Il faut dire que le Lokomotiv n’a pas la profondeur de banc nécessaire pour jouer trois compétitions à la fois, et a surtout cherché à sortir des poules en Ligue Europa. Mission accomplie à la dernière journée, avec un bilan honorable de trois victoires, deux nuls et une défaite. Les cheminots rencontreront Fenerbahçe en seizièmes. Ces bons résultats, les Rouge et Vert les doivent à la fois à la progression fulgurante de Niasse, à la résurrection de Samedov et à la solidité de la charnière Ćorluka-Pejčinović. Cependant, s’il ne fallait retenir qu’un joueur, ce serait le latéral gauche Vitaly Denisov, absolument irréprochable, remonté comme une pendule de la 1ère à la 90ème minute. Des qualités qui seront indispensables pour reprendre la seconde place à Rostov, et pourquoi pas espérer arracher le titre au CSKA et passer quelques tours en Ligue Europa.

Meilleur buteur : Oumar Niasse (8 buts)
Affluence moyenne : 8 719 spectateurs (11/16) – 30%

Quatrième – Spartak Moscou – 30 points

Avec une quatrième place bien méritée, les joueurs du Spartak ont réalisé une première partie de saison pleine. Souvent dépendante de Quincy Promes, le très vif et imprévisible ailier néerlandais, l’équipe moscovite avait bien débuté son début de championnat en enchainant 3 victoires et un nul avant de s’incliner lors de la cinquième journée contre l’actuel leader du championnat et rival, le CSKA Moscou. L’équipe a montré de très bonne choses, notamment dans l’animation offensive avec l’apport des latéraux (D. Kombarov en tête) dans un 3-4-2-1.

Si l’équipe voudra assurer une place européenne à la fin de la saison, il sera impératif de ne pas perdre trop de points contre les équipes de deuxième partie de tableau. Souvent sauvé grâce à la superbe saison réalisée par son capitaine et rempart dans les buts, Artem Rebrov, les Moscovites devront absolument faire attention à moins encaisser, sous peine de se mettre sous pression trop facilement. En résumé, une première partie de saison à confirmer pour les hommes de Dmitri Alenitchev. Celui-ci devra sans doute faire face à de nombreux mouvements à l’intersaison dans le sens des départs (Movsisyan en Turquie malgré le conflit russo-turque ?), comme dans celui des arrivées (Rémy ?). Beaucoup d’interrogations donc qui vont sûrement agiter la trêve du côté de l’Otkrytie Arena…

Meilleur buteur : Quincy Promes (10 buts)
Affluence moyenne : 26 879 spectateurs (1/16) – 61%

Voir aussi: Que vaut le FK Krasnodar en 2015 ?


Cinquième – FK Krasnodar – 30 points

Après une entame de saison ratée, les Taureaux de Krasnodar se sont bien repris. En effet, ils ne comptaient que quinze points au soir du 18 octobre et ce après douze journées de championnat. Depuis: cinq victoires pour une seule défaite (sur le terrain du Spartak, j’y étais ! Vous avez dit chat noir ?) et les voilà revenus à la cinquième place, une position beaucoup plus conforme tant à leurs objectifs qu’à leur niveau. Déjà troisième attaque, l’efficacité offensive est revenue à l’image d’un Ari, pourtant méconnaissable en début de saison, mais aussi de la recrue phare de l’été Fyodor Smolov. Néanmoins le meilleur buteur reste le solide Pavel Mamaev avec sept buts. Côté défensif, tout va mieux également malgré les trois buts encaissés face au Spartak et les deux autres lors du derby très récemment.

Les Byki auront donc à coeur de se qualifier de nouveau pour une coupe d’Europe qui leur va si bien. Qualifiés pour les seizièmes de finale avec notamment une victoire sur le Borussia Dortmund, ils retrouveront le Sparta Prague au prochain tour. Nul doute qu’ils aimeraient être le Dnipro de 2016. Ils sont également toujours en course en coupe nationale non sans s’être fait une frayeur sur le terrain d’Izhevsk.

Au mercato, plusieurs départs sont néanmoins envisageables dans un effectif pléthorique riche en étrangers jouant peu avec la réforme du championnat. Si Jedrzejczyk est rentré à la maison (Legia), Kabore pourrait partir à son tour, tout comme Mamaev très convoité même si l’on voit mal le club se séparer si tôt de son meilleur joueur. Côté arrivées, on parle beaucoup des joueurs du voisin Kuban en grande difficulté financière: notamment Ignatyev et Belenov. A suivre.

Meilleur buteur : Pavel Mamaev (7 buts)
Affluence moyenne : 12 222 spectateurs (6/16) – 35%

Sixième – Zenit Saint-Pétersbourg – 30 points

Si le Brésilien Hulk est en pleine forme – auteur de huit buts et de quatorze passes décisives, il a contribué directement à 73% des buts du Zenit, le jeu, lui, est en nette régression par rapport à l’année dernière, surtout en championnat. L’équipe se doit de faire largement mieux. Si le secteur offensif est à son niveau (34 buts inscrits, personne ne fait mieux en Russie), à l’image du quatuor Hulk-Danni-Shatov-Dzyuba, la défense est hors de forme à l’image du gardien Lodygin. Ce dernier a même du aller sur le banc pendant quelques matchs après une série de bourdes.

RPL_VillasBoas_Zenit

Villas Boas peut largement mieux faire avec son Zenit | © wikipedia

L’équipe a deux visages, brillante en Ligue des Champions (première de son groupe) et à la peine en championnat (sixième). Le Zenit n’a pas su confirmer son bon début de saison sur la scène domestique. Ainsi pour la suite, un bon parcours en Ligue des Champions est envisageable au vu du tirage au sort des huitièmes de finale (Benfica). En outre, si le titre n’est plus vraiment accessible, la deuxième place reste envisageable (quatre points de retard sur Rostov). Enfin, l’équipe de la capitale impériale est qualifiée pour les quarts de finale de la coupe de Russie. L’équipe doit gagner en régularité pour revenir dans les premières places, sans quoi, dans ce championnat très homogène, elle risque de terminer dans le ventre mou. Ce qui serait inconcevable pour une équipe avec un tel budget.

Meilleur buteur : Hulk (8 buts)
Affluence moyenne : 16 686 spectateurs (2/16) – 76%

Voir aussi: Oleg Shatov, de « Tagil » à la capitale culturelle de la Russie


 

Septième – Terek Grozny – 28 points

Le Terek Grozny est l’équipe qui compte le moins de défaite a la trêve, une statistique qui en dit long sur la difficulté a venir à bout de cette équipe tenace, bien en place défensivement et capable de terrasser le Zenit Saint-Petersbourg 4-1. Le Terek est aussi l’équipe qui concède le plus de matchs nuls et cette statistique là vient illustrer un potentiel offensif trop faible ou du moins pas à la hauteur des prestations défensives du club tchétchène.

Toujours sous la houlette de Rashid Rakhimov, le Terek Grozny semble plus solide saison après saison, le technicien russe a fait du Terek Grozny l’équipe la plus difficile à manoeuvrer du championnat. Entre assise défensive très basse et contre-attaque fulgurantes, le Terek semble avoir trouver un équilibre qui permet au club de viser plus haut que le maintien contrairement aux saisons précédentes. Le principal problème de cette équipe réside dans son jeu offensif assez pauvre, l’attaquant brésilien Ailton Almeida n’a pas vraiment été remplacé après son départ (Sadaev et Rybus, les meilleurs buteurs, culminent à cinq réalisations) et les autres attaquants de l’effectif ne donnent pas vraiment satisfaction, du coup Rakhimov doit faire confiance aux jeunes et en particulier à Magomed Mitrishev, un avant-centre assez prometteur.

Sur le plan comptable, le Terek aurait pu faire beaucoup mieux, les nombreux matchs nuls viennent entâcher une série de performances assez convaincantes voire très bonnes contre les cadors du championnat, en dépit d’un jeu offensif peu alléchant. L’équipe de Rakhimov reste globalement sur une prestation générale assez bonne et la première partie de saison est satisfaisante, il ne manque pas grand chose au Terek pour venir titiller le haut du classement et jouer des coudes pour accrocher l’Europa League.

Meilleur buteur : Zaur Sadaev et Maciej Rybus (5 buts)
Affluence moyenne : 16 029 spectateurs (3/16) – 52%

Huitième – Ural Ekaterinburg – 26 points

Elle est loin cette date du 7 juin où l’Ural se sauvait après avoir remporté son barrage contre le Tom Tomsk. On pensait vivre une nouvelle saison compliquée à Ekaterinbourg, surtout après le départ de Smolov à Krasnodar à l’intersaison. Mais avec un recrutement intelligent (Kulakov, Martynovich) et une mayonnaise qui a bien pris, le tout a permis aux Orange d’obtenir une prometteuse huitième place.

C’est la première fois depuis son retour dans l’élite il y a maintenant trois saisons qu’Ural joue les troubles fêtes dans le haut du classement. En effet, le club d’Ekaterinbourg a posé beaucoup de soucis à ses opposants : le Spartak Moscou, Krasnodar ont d’ailleurs cédé contre une équipe développant un jeu beaucoup plus offensif et plaisant que la saison dernière. La cinquième attaque du championnat est en contraste avec une défense néanmoins moins efficace. En recrutant l’ex-portier du Torpedo Moscou Yury Zhevnov, les dirigeants pensaient régler le problème à ce poste (Zabolotny fut désastreux l’année dernière) mais celui-ci n’a pas rassuré: le club a en effet perdu au moins cinq points suite à de grosses erreurs ce qui l’empêche pour le moment d’atteindre la quatrième place!

On se réjouit malgré tout avec de nombreux buts inscrits sur coup de pied arrêtés et des joueurs dans la forme de leur vie. Fontanello et Acevedo ont régalé sur coup-francs tandis qu’Erokhin (sélectionné pour la première fois avec l’équipe nationale russe) ainsi que Sapeta et Manucharyan (six buts) ont réalisé le meilleur début de saison de leur carrière. Peu de mouvements semblent prévus lors du mercato hivernal, le club d’Ekaterinbourg peut hiberner tranquillement mais il ne faudra pas louper le réveil en mars contre le Dinamo Moscou car il y a toujours la possibilité d’accrocher une place pour l’Europa League, surtout après un tel début de saison!

Meilleur buteur : Edgar Manucharyan (6 buts)
Affluence moyenne : 5 941 spectateurs (16/16) – 59%

 

L’équipe-type de la première partie de saison

XI de la première partie de saison

Trois joueurs du CSKA, deux pour ses dauphins (Loko et Rostov); seul Krasnodar n’est pas représenté dans ce XI.

 

A la semaine prochaine pour la suite avec les équipes classées de la neuvième à la seizième place.

 

La rédaction Russie de Footballski sous la direction d’Adrien Laëthier


Photo à la une : © Flickr / Piotr Drabik

2015 – Six mois de football en Russie – Partie 1
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Adrien Laëthier

Adrien Laëthier

Amoureux de la Russie et de l'Ukraine et spécialiste de ces footballs, ainsi que du football de l'Est en général ! A vécu en Russie, à Chelyabinsk là où les météorites tombent. J'essaye de faire vivre sur Footballski les différents championnats d'ex-URSS (Ukraine, Caucase, Baltique,...) ainsi que la RPL par les résumés hebdomadaires.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
#7 Les trophées Footballski

Septième numéro des Trophées Footballski. Chaque semaine, nous revenons à travers ces quelques catégories sur ce qu’il se fait de mieux dans...

Fermer