#61 Les images de la semaine

© Niebiescy.pl
Damien Goulagovitch
Damien Goulagovitch - Publié le 23 février 2016

Croatie : La fidélité des fans du NK Belišće

nk belisce

A 97 ans, le NK Belišće vit toujours, et plutôt bien. Notamment grâce à ses fidèles fans nommés les « Baraberi » qui encouragent le club partout où il joue. Le club est maintenant 7ème sur 16 en troisième division (région Osijek), après avoir passé les trois premiers championnats croates post indépendance en première division.

vekic, osijek

Croatie : le père de Donna Vekic vice-président du NK Osijek

donna vekic, osijek

On reste dans l’Est de la Croatie puisque la sublime Donna Vekic est revenue où elle est née, à Osijek. Elle en a profité pour rendre visite au club qui vient de changer tout son board. Son père, Igor, ancien gardien du club, en est d’ailleurs devenu le vice-président et a déclaré vouloir mettre à profit sa connaissance des compétitions internationales pour faire grandir le club. Des déclarations ambitieuses qui ont également trouvé écho dans la bouche des autres membres de la direction. Peut-être une renaissance pour le NK Osijek, englué dans un marasme financier depuis plus d’une décennie. Et si Osijek redevient un club phare croate, peut-être même que l’on pourra voir Kokkinakis ou Wawrinka dans les tribunes…

Croatie : Corner direct en non-league

Kad već nema u 1.HNL ima u Međužupanijskoj nogometnoj ligi Čakovec-Varaždin.
Golom iz kornera Marka Poljana u 94. minuti Varteks je prošle sezone u 28. kolu 1. ŽNL došao do pobjede nad ekipom Sračinca 2:1

Posted by HNL on Thursday, February 18, 2016

On passe au Nord du pays, plus précisément à Varaždin où joue le NK Varteks, lui aussi un ancien prestigieux (finale de la Coupe de Yougoslavie 1961, quart de finale de la Coupe des Coupes en 1999). Depuis, le club a fait banqueroute et les fans ont créé un nouveau club qui est promu en quatrième division. Actuellement, Varteks est neuvième (sur 16) mais peut se vanter d’avoir marqué un but mémorable à la 94eme minute lui offrant une victoire 2-1. Vous apprécierez la dégaine du gardien de but…

Croatie : L’Hajduk abandonne ses derniers espoirs de titre

lokomotiv zagreb

Sur une pelouse immonde, l’Hajduk a perdu 2-1 contre le Lokomotiv Zagreb et dit adieu au titre. Affaiblis par les départs lors de l’hiver, il semble que cette année, le club ne pourra pas voir plus haut que la troisième place. Il faudra faire également attention derrière car le RNK Split et le Lokomotiv ne sont pas loin…

Slovénie : Novakovic n’est plus le bienvenu à Ljubljana

ljublana, slovénie

ljublana, slovénie

ljublana

Le transfert, conclu la semaine dernière, a fait le buzz de l’hiver en Slovénie. La star locale, deuxième meilleur buteur de l’histoire du pays, est revenu au pays pour signer à Maribor. Mais pas au berceau. Le joueur, né à Ljubljana, a été formé à l’Olimpija bien que son départ forcé à l’époque ne fut pas très clean. Les officiels du club l’avaient viré à 19 ans car il n’était selon eux « pas assez prometteur et trop maigre ». Cependant, Novagoal a révélé plus tard que les dirigeants lui avaient demandé de l’argent pour qu’il soit promu en équipe première. 18 ans plus tard, après une longue odyssée l’ayant mené en Autriche, Bulgarie, Allemagne et Japon, Novakovic devait revenir à l’Olimpija qui a tout fait pour le signer. Et il est peu de dire que les fans n’apprécient pas le retournement de veste de la star. Les habitants du quartier de Nove Jarše ont posté tout un florilège de tags insultants à l’encontre de leur ancien voisin, y compris sur les murs de l’immeuble dans lequel Milivoje a grandi. Dans un langage fleuri, ils lui ont fait comprendre qu’il n’avait plus sa place à Ljubljana. Zahovic, de son côté, était plutôt satisfait d’avoir convaincu au finish Novakovic, au vu de sa déclaration : « Cela montre que je suis toujours le maître incontesté du football en Slovénie! » Vivement le prochain derby dans deux semaines…

Bulgarie : Derby de Plovdiv et code d’honneur

Ce week-end de reprise de première division bulgare fut bien animé avec un duel du haut de tableau opposant Ludogorets au Levski Sofia, qui a vu le premier cité s’imposer face à son dauphin et ainsi conforté son avance pour le titre, mais également le derby de Plovdiv. Mal classées, les deux équipes se devaient de remporter ce derby pour se racheter vis-à-vis de ses supporters. Après un match nul lors du match aller, le Botev accueillait dans son stade à l’ambiance si particulière son rival.

botev-loko-3

Un match qui aura tenu ses promesses avec une belle ambiance, mais aura aussi été marqué par la signature du code d’honneur des ultras bulgares. La majorité des grands groupes du pays, allant du CSKA, Levski, Lokomotiv Sofia, en passant par le Botev et le Loko Plovdiv ou encore Beroe et les deux clubs de Varna que sont le Spartak et le Cherno More.

Le code d’honneur des ultras bulgares en 12 points :

  1. Interdiction totale d’utiliser des armes lors des fights.
  2. Ne pas organiser de fights en infériorité numérique afin de garder une égalité entre les deux camps.
  3. Ne pas attaquer un adversaire assommé ou tombé qui serait incapable de se défendre.
  4. Ne pas attaquer des femmes, des enfants ou des « supporters basiques ».
  5. Ne pas chercher de confrontation avec son adversaire sur son lieu de travail, maison ou quand il est en famille.
  6. Ne pas se battre lors d’un jour férié national, d’un match de l’équipe nationale ou d’autres événements similaires.
  7. Ne prenez pas de biens personnels qui ne sont pas liés avec le club ou le groupe. Cela représente un vol.
  8. Ne pas se plaindre à la police si un groupe ne respecte pas les règles de ce code.
  9. En cas de non-respect de ces règles, les membres principaux du groupe peuvent punir les différents membres impliqués.
  10. Arrêter de promouvoir l’utilisation d’armes, que ça soit via des stickers, vêtements, ou encore des graffitis avec couteaux, battes, etc.
  11. Promouvoir plutôt via ces mêmes supports le « vrai combat » avec ses mains.
  12. Ne pas vandaliser un graffiti adversaire s’il se trouve dans son territoire, près de son stade.

cska-sofia1

Un code d’honneur qui a été à l’honneur dans les différents messages que l’on pouvait retrouver dans les gradins bulgares, et notamment dans le tifo du CSKA Sofia face au Strumska Slava.

Monténégro : Le périple des supporters du Buducnost Podgorica

L’affaire a fait beaucoup de bruit, des supporters du Buducnost Podgorica, club monténégrin, se rendaient en Macédoine pour la rencontre opposant leur club de handball face au Vardar Skopje, en Macédoine. Un voyage de plus de 300km qui les faisait voyager de Podgorica à Skopje en passant notamment l’Albanie

Jusque là, rien de bien choquant. Jusqu’à ce que le bus croise la route des Ballistet Tetovo, groupe d’ultras du FK Shkëndija, qui est considéré comme « le club albanais du championnat macédonien » qui joue à Tetovo. Ainsi, alors que les Ballistet se rendaient à Turnovo pour voir leur club affronter l’Horizont Turnovo, ces derniers croisèrent les supporters du Buducnost Podgorica, près de la Straza et du pont Cretkovsk, et lancèrent les hostilités sur la route.

Buducnost-bus-attack-4Buducnost-bus-attack-5
Résultat : bus caillassé, une dizaine de supporters du Buducnost Podgorica blessés, dont deux salement et transportés à l’hôpital de Skopje.

Mais l’histoire ne se termine pas là. Réussissant tant bien que mal à arriver à bon port pour la rencontre face au Vardar, le reste de la délégation des supporters du Buducnost Podgorica, composé notamment du groupe Varvari, a aussi affronté les Komiti Skopje, le groupe d’ultras du FK et RK Vardar, dans le centre de la capitale macédonienne. Un fight qui a rapidement été stoppé par la police sur place. Cette même police a également déclaré qu’elle était à la recherche de supporters du Buducnost Podgorica.

Serbie : La vingtième pour Zvezda

Vingtième victoire d’affilée pour Zvezda face Mladost Lučani grâce notamment à un but de Damien Le Tallec qui devient le premier Français (bi-nationaux exclus) à officier sous ce maillot. Pour son premier match, Le Tallec se montre de la plus belle des manières en inscrivant son premier but lors de la victoire 2-1 de son équipe contre le FK Mladost. Un but et une victoire dans un Marakana en feu, comme d’habitude.

Pologne : Derby de Silésie

torcida-zabrze

Ce week-end c’était derby en Silésie entre le Gornik Zabrze et le Ruch Chorzow ! Défait lors de ce match, le Gornik Zabrze, bon dernier du championnat, a tout de même reçu le soutien de ses ultras, ainsi que celui de 1 000 supporters du GKS Katowice et une centaine de Dębica venus en amis. À noter également la présence d’une centaine de membres de la Torcida Split qui était présents avec les ultras locaux, les Croates étant en effet sur place pour un tournoi organisé par des membres de la Torcida Zabrze avant ce derby. Un match marqué par ce très beau tifo des ultras locaux et cette banderole « Wielka Machina Zabrzańskiej Torcidy » soit « La grande machine de la Torcida Zabrze » en VF. Un tifo resté pas moins de 37 minutes dans les tribunes! Une victoire fêté comme il se doit par les supporters du Ruch.

Grèce : Cimirot pour gâcher un anniversaire

Le but du week-end nous vient de Grèce avec ce patator de Gojko Cimirot qui a permis au PAOK de revenir à 1-2, pour finalement voir l’équipe de Salonique faire match nul 2-2 face au Panathinaikos. Un but important qui permet d’éviter le pire, notamment pour un Igor Tudor plus que jamais menacé.

Pierre Vuillemot et Damien Goulagovitch


Image à la une : © Niebiescy.pl

#61 Les images de la semaine
5 (100%) 2 votes

A propos de l'auteur

Damien Goulagovitch

Damien Goulagovitch

Né à Tchernobyl, fils du cousin au troisième degré de Dimitriev Goulagovitch, parrain de la mafia kazakhe. Déporté au gré du vent dans toutes les contrées d'Europe de l'Est, je participe à tous les #FootballskiTrip

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Olimpija Maribor
2015 – Six mois de football en Slovénie

Cette saison, le championnat slovène est devenu particulièrement intéressant. D'une locomotive, on est passé à deux et on en aura...

Fermer