On a vécu KF Tirana vs. Apolonia Fier

Invité - Publié le 29 janvier 2015

C’était ce week-end la reprise du championnat albanais, la Superliga, après une trêve hivernale d’un mois. De passage à Tirana, je me rends au stade la veille du match afin de repérer les lieux et d’acheter mon billet, bien m’en a pris car les surprises commencent dès l’arrivée au stade Stadiumi Kombëtar Qemal Stafa de Tirana. Les portes sont ouvertes, je me permets de pénétrer dans l’enceinte et de faire un tour sur la pelouse. Enfin sur une partie du rectangle vert puisqu’à mon grand étonnement, il manque environ un tiers de la pelouse qui est en cours d’installation, et les buts ne sont pas installés. Le tout à vingt quatre heures du match, quelque chose m’échappe ! Après une courte conversion avec l’un des jardiniers, je comprends que le stade n’est pas prêt pour la reprise et que la rencontre du lendemain ne se jouera pas à Tirana, mais à Dürres, petite ville portuaire à une trentaine de kilomètres de la capitale albanaise. Soit, cela me donnera l’occasion de découvrir cette ville prisée des touristes italiens.

IMG_2626

Le stade de Dürres

Le samedi 24 janvier, je me rends donc à Dürres où le match doit débuter à 14h, le temps de découvrir une jolie bourgade, située au large de l’Italie, abritant notamment un amphithéâtre datant de l’Antiquité et en pleine restauration. Le stade Niko Dovana de Dürres est l’enceinte d’une autre équipe appartenant à l’élite albanaise, le KF Teuta Dürres, qui jouait ce week-end à l’extérieur, match qui a accouché d’une vive polémique comme cela a déjà été relayé sur Footballski à cause d’une présumée histoire de paris truqués. Le stade Niko Dovana dispose d’une capacité de 12000 places, un petit stade teinté de bleu, la couleur de l’équipe locale. De nombreux bus ont été affrétés par les supporters du KF Tirana, qui prennent place en face de la tribune principale du stade, ils sont environ 400 et assurent déjà l’ambiance quelques minutes avant le coup d’envoi lors d’un match de poussins, tout émoustillés de recueillir le soutien d’un groupe d’Ultras de la capitale.

Le match oppose le KF Tirana en maillot bleu à rayures blanches, 4e du championnat avant la rencontre, et l’Apolonia Fier en vert et blanc, bon dernier du classement et déjà distancé dans la course au maintien. Les supporters du KF Tirana arborent un tifo « Une capitale, une équipe, un chef d’oeuvre – Tirana » et donnent de la voix dès l’entame de la rencontre. Sur le banc, on assiste à un duel de style entre les deux coachs, et le traditionnel affrontement entre un coach en survêt’ (celui de Tirana) et un coach en costume (celui d’Apolonia) semble également d’actualité en Albanie.

IMG_2649

La banderole des Tirona Fanatics

Les Albanais, historiquement et géographiquement proche de l’Italie, se passionnent pour le Calcio, ici pas de maillots de Manchester ou du Barça dans les rues, mais plutôt ceux de la Juve et du Milan AC. Et cela se ressent dans les gradins où les tifos rappellent les tribunes italiennes, les chants également, les « Forza Tiro » résonnent dans le stade sans variations possibles. Sur le pré, les joueurs du KF Tirana dominent largement les débats, mais sans véritablement créer de danger dans la surface de l’Apolonia mis à part quelques débordements suivis de centres de l’ailier droit, qui ne parvient pas à trouver ses coéquipiers dans l’axe. À la 38e minute, l’entraîneur du KF Tirana Gugash Magani décide d’intervenir en sortant un de ses attaquants, peu à son avantage jusqu’à lors, pour faire rentrer l’international burundais Selemani Ndikumana, tout de suite acclamé par les fans de la capitale albanaise. Et ce changement va très vite donner raison à notre coach en survêt, Selemani Ndikumana ouvre le score d’une jolie frappe croisée du gauche après une déviation d’une rare finesse du n°10 de Tirana, et ce juste avant la mi-temps.

IMG_2659

Les joueurs du KF Tirana avec leurs supporters

Les joueurs reviennent sur la pelouse et un match complètement différent nous est proposé. L’Apolonia Fier se livre, joue beaucoup plus haut, la première moitié de ce second acte est une succession de contres rapides, les joueurs de l’Apolonia se créent leurs premières occasions, et ceux du KF Tirana répliquent systématiquement sans pour autant faire le break. Cela va durer jusqu’à la 65e minute, moment choisi par Ndikumana pour inscrire un doublé sur un énième contre, il efface le gardien et inscrit son septième but de la saison du pied gauche dans le but vide. Dès lors l’équipe de l’Apolonia apparaît résignée et commet plus de fautes, le jeu est haché, et le rythme du match redescend inexorablement. Ndikumana est tout proche d’inscrire un triplé dans les arrêts de jeu suite à un joli mouvement dans la surface, bien stoppé par le gardien de l’Apolonia. Le KF Tirana tient sa victoire, qui va lui permettre de grimper sur le podium au détriment du rival, le Partizani Tirana, contraint au match nul à l’extérieur. La reprise du championnat est parfaite pour les joueurs de la capitale, qui au coup de sifflet final ne se privent pas d’aller communier avec leurs nombreux supporters ayant effectués le court déplacement, avec une célébration spéciale pour le héros du match, Selemani Ndikumana. On retiendra un match d’un niveau très correct, quoique déséquilibré, et une bonne ambiance grâce aux fans bleu et blanc du KF Tirana.

Milos Leclère

On a vécu KF Tirana vs. Apolonia Fier
4.4 (88%) 5 votes

A propos de l'auteur

Invité

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Dérives homophobes des fans du Dinamo Minsk

Si, en Biélorussie, ils sont les plus fervents dans les tribunes et les plus fidèles lorsque le club joue à...

Fermer