Le basket est roi en Lituanie, c’est donc très logiquement que le football fait figure de parent pauvre à tout niveau. A ce fardeau, s’ajoutent une Fédération décriée pour ses errances, une équipe nationale à la dérive, un championnat qui ne réunira que six équipes en 2020, des installations déficientes, des affluences faméliques : le constat est sombre. Néanmoins la jeunesse donne des raisons d’espérer, à l’image de la naissance récente de « Sveiks Valio » seul magazine consacré au football en Lituanie. Culture ultra, photos old school et articles impertinents sont au rendez-vous de projet qui sort pour l’instant son sixième numéro. La dynamique Agne Ziukaite nous fait le tour du propriétaire.

@ Sveiks Valio

Quelle est la signification de « Sveiks Valio » ? Pourquoi ce titre ?

« Sveiks Valio » est une salutation utilisée en Lituanie avant le début d’un match. Chaque équipe est au milieu du terrain et se salue. Le capitaine d’une équipe dit « Sveiks ! » (ce qui se traduit par « hey hey ») et le reste de l’équipe doit répondre « Valio » (hourra). L’équipe adverse en fait de même. C’est vraiment une tradition locale. De ce fait, nous l’avons choisi comme nom de notre magazine. Nous désirons à la fois être « local » et alternatifs.

Comment est née l’idée de créer ce magazine ? Il me semble que c’est le seul dédiée au football en Lituanie.

Nous avons toujours pensé que la Lituanie devait avoir son magazine de football. La plupart des pays en ont un et cela peut être un élément pour aider à la croissance de la culture football ici. Mon collègue Arturas et moi-même avons commencé à parler d’un magazine en format papier il y a environ trois ans. Comme nous aimons tous les deux les magazines et la culture football (je suis très intéressée par le design), nous avons décidé de partir d’une page Facebook avec des histoires et des photos afin de voir si des gens étaient intéressés par une vision alternative du football. Avec le temps, cette page a créé une communauté et c’était le signe que nous avions une audience pour réaliser notre idée de magazine. « Sveiks Valio » est le premier magazine de football en Lituanie après dix ans d’absence !

Prenez-vous votre inspiration de ce qui est fait à l’étranger ?

Bien entendu. Nous admirons un grand nombre de magazines dédiés à la culture football autour du monde. C’est quelque chose de vraiment nouveau ici d’avoir en version papier de longs articles sur le football, des sujets underground illustrés avec des créations graphiques propres.

Quelle est votre façon de travailler ?

Le magazine est basé sur le volontariat : journalistes sportifs, bloggeurs et photographes. Chacun d’entre eux est une part importante du magazine, sans cette équipe nous n’avons aucune chance d’exister. Après chaque édition sortie, nous nous réunissons pour discuter des problèmes, des attentes et des idées à réaliser pour l’édition suivante. Comme notre magazine sort tous les quatre mois, les rédacteurs créent du contenu et, de mon côté, je réalise des illustrations, le design, etc.

Tu t’occupes du design donc. Tu es aussi le leader ? Peux-tu te présenter et le reste de l’équipe.

Oui, je suis graphiste, illustratrice et également la rédactrice en chef du magazine. Actuellement, la base de « Sveiks Valio » (Facebook et magazine) est composée de trois personnes. Arturas, le journaliste sportif Vilmantas et moi. Bien entendu, il n’aurait pas été possible de créer quoi que ce soit sans le reste de l’équipe, rédacteurs football, blogueurs et photographes qui nous rejoignent pour créer tout cela.

@ Sveiks Valio

Tu vis à Vilnius. Quelle est la place du football dans cette ville ? Le Zalgiris représente quelque chose pour la population ?

Oui, je suis de Vilnius et la plupart d’entre nous vivent ici. Pour moi, il est difficile de dire quelle est la place du football à Vilnius, car chaque chose que je fais ici est relié à cela. Je regarde, joue, écrit ou parle à propos de football pratiquement chaque jour. Le problème que nous avons ici, dans la capitale de la Lituanie, est que les gens ont toujours à choisir entre le football et plein d’autres activités, donc souvent d’autres options passent avant celle de passer son temps libre à venir supporte l’équipe locale au stade.

Bien entendu, l’équipe numéro un à Vilnius est le légendaire Zalgiris, qui représente le football de la capitale de la Lituanie. Il à été vital dans la lutte pour l’indépendance. A l’époque, quand le Zalgiris Vilnius jouait contre des équipes russes, les fans locaux se rendaient au stade avec des drapeaux de la Lituanie et en chantant des airs traditionnels.

@ Sveiks Valio

Tu supportes un club en Lituanie ?

Actuellement, je n’ai pas de club favori en Lituanie. Je supporte toutes les équipes lituaniennes qui jouent en Ligue Europa et dans les qualifications pour la Champions League. Je supporte également l’équipe nationale lituanienne.

En Europe, je suis fan du FC Barcelone. Il y a plus d’une décennie, je suis soudainement tombée amoureuse du Barca après être tombée accidentellement sur leur magique tiki-taka à la télévision.

Le magazine est en vente en librairie uniquement à Vilnius ? Avez-vous des projets pour le reste du pays ? Combien imprimez-vous de copies ?

Nous publions 500 copies et nous ne le vendons pas seulement à Vilnius mais aussi à Kaunas et Marijampole où le football est assez populaire. Nous avons des projets pour le vendre dans d’autres villes. La plupart des gens commande le magazine via la page Facebook et nous l’envoyons par voie postale.

Vous avez le soutien de la Fédération Lituanienne (LFF) ? Des clubs ?

Nous sommes un magazine de culture football indépendant. Nous n’avons rien en commun avec la LFF.

Je pense que les clubs comme une partie de la communauté du football lituanien supporte ce que nous faisons et la plupart d’entre eux vendent notre magazine à leurs matchs.

@ Sveiks Valio

La Lituanie est un pays de basket. Comment es-tu devenue une fan de football dans ce contexte ?

C’est vrai, c’est bien connu. Il y a une expression « le basketball est la seconde religion pour les Lituaniens ». Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de fans de football. Quand il y a peu de fans, ils forment une communauté plus soudée. Dans mon cas, au début, j’ai ressenti le manque de personnes à Vilnius qui désirait parler de football, aller au stade ou regarder du football à la TV. Personne dans ma famille n’est liée au sport. Plus tard, je me suis entourée de personnes qui sont de grands fans de football et maintenant je suis très contente d’avoir cette communauté ici à Vilnius.

Y a-t-il des villes de football en Lituanie ? Ou le basket est premier partout ?

Oui. Je pense que dans les petites villes le football est plus populaire car ils ont un seul stade et toute la communauté se rencontre au même endroit. Par exemple Gargždai. Le Banga Gargždai a des équipes de jeunes, une équipe féminine, presque toute la pyramide du football. Ou Marijampole. Beaucoup de gens de Marijampole vont au stade supporter Suduva, c’est une part naturelle de leur vie et c’est parce que la communauté du football est forte la bas.

@ Sveiks Valio

Y a-t-il des footballeurs qui sont considérés comme des stars en Lituanie ?

Les footballeurs lituaniens sont très connus en Lituanie, mais reçoivent moins d’attention des médias et du public en comparaison avec les basketteurs. Mais je peux dire que des légendes du football lituanien comme Narbekovas, Ivanauskas sont considérées comme des stars dans le pays.

Quelle est la place du football dans la presse ? Y a-t-il une émission à la télévision ?

Le football reçoit peu d’attention de la presse en comparaison avec le basket. Il y a plusieurs raisons à cela et l’une d’elles est la mauvaise réputation de la fédération lituanienne de football. Actuellement en Lituanie, nous avons quelques programmes consacrés au football sur internet  (Youtube, Facebook, etc.). Mais j’espère vraiment qu’un jour la Lituanie aura son émission à la télévision également comme Sky Sport !

@ Sveiks Valio

Comment définirais-tu la situation du football en Lituanie ? Tu penses que les choses vont évoluer ?

Pour parler de la situation de la Fédération, la situation est mauvaise. Comme les affluences, car la croissance de la culture foot dépend beaucoup de la situation des stades. Si les gens vont plus nombreux au stade supporter leur équipe locale, alors le football aura plus d’attention de la presse et des autres gens. C’est l’un des points principaux pour aller de l’avant.

Le bon côté de la situation du foot en Lituanie est que nous avons une nouvelle génération de jeunes coachs qui veulent améliorer les choses.

Tu as d’autres projets pour le futur ?

Les miens, comme ceux de Sveiks Valio, est de faire tout ce qui est possible pour aider à la croissance de la culture football en Lituanie. Notre but est de garder le magazine indépendant et intéressant pour les fans. Et mon plus grand rêve serait de construire un stade de foot à Vilnius. Mais gardons ça comme un rêve…

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.