Shkupi, la troisième force albanaise du football macédonien

Tristan Trasca - Publié le 28 janvier 2015

L’élite macédonienne est composée de 10 clubs. La saison prochaine, trois de ces clubs pourraient être de communauté albanaise ; un club de D2, le FK Shkupi, étant bien parti pour rejoindre Shkendija et Renova. Présentation du club albanais de Skopje.

Shkupi, le nom albanais de Skopje

Le nom de ce club n’est pas anodin, il provient de la dénomination albanaise de la ville de Skopje. Le FK Shkupi est ainsi un club de la capitale de Macédoine, plus précisément de la municipalité de Cair comme nous l’explique un dirigeant du club : « Cair est le plus vieux quartier de Skopje. La municipalité de Cair est une des 10 municipalités composant la capitale Skopje. La population de cette municipalité est majoritairement de communauté albanaise mais nous vivons dans un milieu multiethnique (selon le dernier recensement en 2002, 57% des habitants sont de communauté albanaise, 24% de communauté macédonienne et environ 5% de communauté turque, 5% de roms et 5% de bosniaques). La plupart des monuments historiques de la capitale font partie de notre quartier, notamment le vieux bazar. Cair est considéré comme le cœur historique de la ville. » Le stade du FK Shkupi, bien nommé Stadion Cair, est donc un élément important de ce quartier. Le club est lui-même indissociable de la municipalité de Cair aussi par son financement : « Le club est actuellement financé par la municipalité de Cair et son maire. Nous recherchons des financeurs privés. »

Le club multiethnique de Skopje dès sa création

Le FC Shkupi est créé en 1927. Dès le début, des joueurs de communautés différentes jouent ensemble, principalement des Albanais et des Turcs mais aussi des Bosniaques, Roms ou Macédoniens. Après la Seconde Guerre mondiale, le pouvoir yougoslave change le nom du club en « Sloga » (unité en serbe). Le club joua principalement en 1ère division macédonienne (D4 yougoslave) à cette époque, bloqué par des contraintes politiques et le fait que tous les meilleurs jeunes du club devaient partir pour les clubs favorisés par le régime. Après la chute de la Yougoslavie, le FK Sloga fait partie de l’élite macédonienne; y étant un des clubs les plus titrés, remportant notamment 3 titres de champion en 1999, 2000 et 2001. Le club est aussi le détenteur du record de finales jouées en coupe de Macédoine, avec 8 finales dont 3 gagnées. Le club était à son apogée dans les années 1990 avec une immense popularité dans le pays tout entier.

De gros soucis avec le président de la fédération entraînent une pause dans la vie du club

En 2009, Hadzi-Risteski est réélu président de la fédération de Macédoine de football. Critiqué par beaucoup pour son manque d’action vis-à-vis de la corruption dans le football local, il pousse certains clubs à boycotter les matchs de championnat de Macédoine en signe de protestation. Les clubs de Sloga et Makedonija Gjorche Petrov sont les seuls à tenir bon, lâchés par le Vardar, Pelister, Rabotnicki et d’autres dans cette bataille. Les conséquences seront lourdes puisque les deux clubs seront bannis du championnat et relégués en quatrième division la saison suivante.

Le club ne joue plus aucun match jusqu’en 2012, année de l’élection d’un nouveau président à la fédération. La fusion avec le FK Korzo permet au club de repartir en deuxième division. C’est aussi à cette époque que le club décide de changer de nom pour FK Shkupi, en accord avec les supporters, les joueurs, le staff et la population de Cair. Depuis, le club essaye de retrouver l’élite du football macédonien.

Le retour en Prva Liga ?

La saison actuelle, en deuxième division, est très réussie avec 13 points d’avance sur le deuxième au classement à la trêve. Ce succès a même surpris au sein du club : « Pour être honnête, nous nous attendions à jouer le haut de tableau mais pas à avoir 13 points d’avance sur l’équipe qui est deuxième actuellement. Nous avons sérieusement investi avec de nouveaux joueurs, certains prometteurs, d’autres expérimentés et nous récoltons de bons résultats. Sommes-nous prêts pour la première division ? Avec quelques nouveaux joueurs, cela devrait le faire. »

Cependant, les membres du club restent réalistes : « Il y a beaucoup de bonnes équipes dans notre championnat qui prétendent à l’accession et des surprises sont possibles à chaque journée. » Le club devra aussi composer pour la deuxième partie de championnat sans deux joueurs partis au FK Shkendija, en première division macédonienne : Mevljan Adili et surtout l’excellent Besir Demiri, plaque tournante du FK Shkupi au milieu et un des rares joueurs de D2 appelé en sélection U21 de Macédoine.

Shkupi pourra cependant toujours compter sur un élément très important de cette superbe saison : son entraîneur Zekirija Ramadan : « Notre entraîneur fut également joueur du FC Shkupi. Il est arrivé en milieu de saison dernière et depuis les résultats parlent pour lui. C’est sa première expérience en tant qu’entraîneur n°1 mais il a une bonne expérience internationale de part sa carrière de joueur qui l’a mené dans divers pays (Bulgarie, Albanie, Azerbaïdjan) et il s’est entraîné sous les ordres de nombreux entraîneurs de diverses nationalités. » Ramadan, jadis défenseur, fut aussi international macédonien à 7 reprises et a surtout conquis les 3 titres de champion de Macédoine du FK Shkupi en tant que joueur.

Etre un club à l’identité albanaise dans le football macédonien

Cependant, tout n’est pas parfait pour le FK Shkupi qui doit vivre avec l’étiquette de club albanais, chantée par les chauds supporters, les Shvercerat : « Nos supporters sont les Shvercerat, formés en 1989. Ils sont une partie indivisible du club. Ils sont toujours là pour le club, peu importe où nous jouons. » Il n’est pas de match où le « Qui ne saute pas n’est pas Albanais » n’est pas repris dans les tribunes.

L’ambassadeur des Etats-Unis en Macédoine rappelait récemment que « les divisions entre <Macédoniens et Albanais deviennent de plus en plus importantes. » Le milieu du football est également touché par ce problème comme le rappelle un dirigeant du club :  «  Nos supporters ont des problèmes quand ils se déplacent chez des clubs « macédoniens ». Nos joueurs sont insultés à cause de leur communauté. Il arrive aussi que les arbitres et officiels soient injustes avec notre club, étant de communauté différente. »

Cependant, le caractère albanais du FK Shkupi lui permet de compter des soutiens bien au-delà de Skopje : « Nous ne sommes pas simplement importants à Skopje ! Le FC Shkupi a de nombreux fans dans la communauté albanaise en dehors de Skopje. Dans les matchs importants, nos supporters d’autres villes s’organisent pour venir nous soutenir, notamment d’Albanie ou du Kosovo. »

Aujourd’hui, il reste une demie-saison au FK Shkupi pour rejoindre le grand frère Shkendija en Prva Liga. Un grand frère qui devrait jouer le titre de champion de Macédoine cette année avec Ardian Kozniku (ancien de Cannes et du Havre) comme entraîneur. Un destin dont rêve le FK Shkupi pour regagner son lustre d’antan et redevenir le club n°1 des Albanais de Macédoine.

Tristan Trasca

Shkupi, la troisième force albanaise du football macédonien
4 (80%) 3 votes

A propos de l'auteur

Tristan Trasca

1 commentaire

  • […] Dimanche à 14h30, vous aurez la chance d’assister à l’un des nombreux derbys de Skopje, mais celui n’est pas comme les autres. En effet le club dominant qu’est le Vardar dans l’histoire macédonienne se rend sur le terrain de l’équipe de la minorité albanaise qui est souvent stigmatisée à cause des tensions dans la société de l’ARYM. D’ailleurs si vous vous souvenez bien, on vous a alors présenté ce club. […]

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Ultras Dynamo Kiev, un mode de vie – Partie II

La confusion entre Ultras et Hooligans est monnaie courante dans beaucoup de cercles médiatiques et énervent souvent les puristes, voir...

Fermer