Semaine spéciale Dnipro: On a discuté avec Max Meleganich, passionné de football ukrainien

Dnipro, dnipropetrovsk, ukraine
Pierre Vuillemot
Pierre Vuillemot - Publié le 25 mai 2015

Les jours passent, la finale approche mais notre semaine spéciale Dnipro, elle, n’est toujours pas terminée ! Nous vous proposons aujourd’hui une interview réalisé avec Max Meleganich, jeune ukrainien spécialisé dans le football de son pays et papa du site UKRFutbol. Une interview qui permettra d’explorer le football ukrainien en long et en large avec bien entendu un passage sur le grand, le beau, le Dnipro !

Dnipro Footballski

Bonjour Max, peux tu te présenter à nos lecteurs? Comment est né ton intérêt pour le football ukrainien et comment cette passion s’est-elle développée?

Bonjour à tous! Je me nomme Max Meleganich et je suis Ukrainien. Je suis né en Transcarpathie, la région du club Hoverla Uzhhorod. Ma passion pour le football ukrainien me vient naturellement de part ma nationalité et mon amour pour le jeu, le fait d’être du pays et d’y habiter offre une certaine authenticité qu’on ne retrouverait pas si je suivais le football anglais ou espagnol par exemple.
Je fais partie de la troisième génération d’une famille de supporters du Dynamo Kiev. Cette passion me vient essentiellement de mes grands-pères qui me racontaient des histoires sur différents matchs historiques. Le Dynamo coule dans les veines de ma famille, ils me racontaient ce que signifié pour eux de porter le maillot du club, les valeurs et la morale qu’incarnaient les joueurs du Dynamo et le perfectionnisme associé à l’institution. Ainsi, mon amour pour le football et le club s’est développé naturellement et dès le plus jeune âge. Cependant, même si je suis supporter du Dynamo, j’aime penser qu’en Ukraine, les fans sont très unis. Nous pouvons discuter, argumenter et nous charrier lors des matchs de championnat, mais quand les compétitions européennes arrivent, nous sommes réellement unis. Quelle importance si vous êtes un fan du Dynamo, Shakhtar ou Dnipro, si une équipe ukrainienne joue en Europe, nous la soutenons naturellement.

Ukrainian Premier League

Comment est-ce que tu situes le championnat ukrainien à l’échelon européen?

Je pense sincèrement que l’Ukrainian Premier League n’est pas reconnue à sa juste valeur. Le championnat semble assez mal médiatisé et très sous-estimé en dehors des frontières. Pour preuve, dès qu’un club ukrainien tombe contre une équipe européenne, les « experts » pensent la plupart du temps qu’il s’agira d’un match facile face à une équipe venant d’une « ligue minable ». Pourtant, nous avons des équipes capables de concurrencer quelques gros et faire de très bons résultats, quand bien même elles n’aient pas un budget faramineux. Des équipes comme Vorskla, Zorya et d’autres se battent pour une place en Europa League pourtant ces clubs n’ont pas de budget et ne peuvent se permettre de faire de gros transferts. Mais ce sont des clubs intelligents, Zorya fait venir des joueurs en prêt tandis que Poltava signe habituellement des joueurs libres. Je ne suis pas en train de te dire que nous sommes comme la Bundesliga, La Liga ou la Serie A mais l’UPL est une ligue remplie de joueurs de qualité capables de jouer un bon football. Honnêtement, je pense que 5-6 des 14 clubs dans le championnat peuvent être capables de performances sur le plan européen.

Pourquoi devrait-on s’intéresser à ce championnat?

Le championnat s’est développé et est en croissance depuis des années. Je suis sûr qu’il gagnera en popularité. Quand la guerre se terminera, les gens vont revenir dans les stades. Lorsque l’Ukraine se développera économiquement avec un rapprochement vers l’Europe, je pense que les autres pays commenceront à s’y intéresser. Le futur de notre championnat est devant nous et j’encourage les gens à suivre le championnat pour faire partie de cet avenir

Peux tu nous parler de la saison du Dynamo Kiev? Pour information, le club est actuellement premier en étant invaincu.

Le Dynamo fait une excellente saison avec de nombreux points positifs. Nous voyons une équipe confiante et capable de jouer un très bon football offensif. Il faut également souligner le travail de Rebrov qui donne à la jeunesse une chance de s’exprimer comme Burda, Buyalskiy, Chumak, Sydorchuk. D’ailleurs, je pense que ça ne s’arrêtera pas là et que l’on pourrait voir Myakushko et Yaremchuk dans l’équipe la saison prochaine.
Rebrov veut donner aux jeunes joueurs la chance de jouer en équipe première quitte à ne pas faire jouer les étrangers à sa disposition. Son plan de jeu commence à être parfaitement rôdé, très organisé et structuré, c’est clairement grâce à lui que cette équipe du Dynamo est la plus forte que nous ayons eu depuis des années.

Lucescu a contribué à mettre l’Ukraine sur la carte du football européen et a amené un titre européen au pays !

Que penses tu de cette saison d’Ukrainian Premier League?

Cette saison est étrange. En raison de la guerre notamment. Des clubs comme l’Olimpik Donetsk, le Shakhtar Donetsk, Metalurg Donetsk, Zorya Lugansk ou encore Illichivets Mariupol ont tous été forcés de se déplacer et beaucoup de personnes pensent que nous ne disposons pas d’une vraie saison d’Ukrainian Premier League car ces clubs jouent loin de leurs stades et de leurs supporters. Je suis plutôt d’accord avec cela. À certains égards, peut-être que nous disposons d’un championnat plus faible que les années précédentes. Cependant, il serait faux de dire que la ligue a été injuste avec quiconque. Ainsi, dans le cas du Shakhtar par exemple, la direction savait ce qu’il faillait faire et a fait en sorte que les joueurs et le staff ne manquent de rien et se sentent comme à la maison – même si, c’est vrai, il manque le stade et les supporters à domicile.

Continuons à parler du Shakhtar justement avec le départ de Lucescu de son poste d’entraineur après 11 ans au club. Comment juges tu l’homme et son rôle dans les succès du club de Donetsk et dans le football ukrainien en général?

J’ai beaucoup de respect pour le travail de Lucescu que ce soit au Shakhtar, mais aussi dans ses autres clubs. Sa loyauté envers le Shakhtar est vraiment louable. Il est resté avec cette équipe et l’a construite pour en faire ce que l’on connait aujourd’hui un Shakhtar européen. Si tu regardes les titres qu’il a gagné, ça en dit long sur la capacité de l’entraineur. C’est tout simplement un génie tactique, il sait comment dénicher des joueurs de qualité et je pense que le football ukrainien a beaucoup bénéficié de sa présence. Il a contribué à mettre l’Ukraine sur la carte du football européen et a amené un titre européen au pays ! L’héritage sera très grand et j’espère sincèrement pour le Shakhtar qu’ils trouveront quelqu’un digne de succéder à un tel entraineur.

Quel est l’état actuel du championnat vis-à-vis de la situation en Ukraine?

La guerre a clairement affecté le championnat, notamment financier. Les sponsors des clubs du Chernomorets, Shakhtar, Zorya et Illichivets ont eu des difficultés: ce qui a contraint les clubs de revoir leurs budgets. Certains clubs ont dû déménager afin d’être loin des zones de conflits, autre impact économique: ces clubs ont dû restructurer les salaires suite à l’inflation qu’a connu la Gryvnia. La guerre a causé d’énormes problèmes au championnat, certains clubs sont moins compétitifs qu’auparavant. Il suffit de comparer le Chernomorets d’il y a deux ans et l’actuel. Le décalage est frappant, mais nous espérons que ces problèmes soient corrigés à la fin de cette guerre.

Y a t-il de jeunes espoirs que le public français devrait suivre?

Myakushko (Dynamo Kiev en prêt avec Hoverla)

Luchkevych (Dnipro)

Burda (Dynamo Kiev)

Kovalenko (Shakhtar)

Buyalskiy (Dynamo Kiev)

Malinovskiy, Malyshev (Shakhtar en prêt au Zorya)

Shved (Karpaty Lviv)

Les clubs ukrainiens et l’Europe

Les clubs ukrainiens ont réalisé de belles prestations en Europe, comment les juges tu? Pour récapituler, le Shakhtar Donetsk est un participant régulier à la Ligue des champions. Cette saison, le Dnipro a atteint la finale d’Europa League, le Shakhtar a perdu la finale de la Youth League face à Chelsea tandis que le Dynamo Kiev a été éliminé en 1/4 de final d’Europa League.

Je pense que les clubs ukrainiens prouvent que les « experts » avaient tort. Ils avaient prédis une défaite large du Shakhtar face au Bayern lors du match aller finalement ils ont fait match nul. Beaucoup pensaient que Guinguamp et Everton étaient supérieurs au Dynamo, finalement on a vu ce qu’il s’est passé … De même avec le Dnipro qui a atteint la finale d’Europa League alors qu’on entendait parfois que le club ne passerait même pas les groupes. Je suis vraiment fier de toutes ces équipes. Seule une petite poignée de suiveurs du ballon rond comprennent le véritable potentiel des équipes ukrainiennes. D’ailleurs, je vois ces équipes progresser encore à l’avenir et faire de meilleurs résultats. Cependant, je voyais le Dynamo Kiev faire mieux que les quarts de final, mais c’est la loi du football.

Concernant les succès des jeunes du Shakhtar, le directeur Palkin a très bien expliqué la situation dans ses discours. Ainsi, il nous a dit que de nombreux scouts et responsables de clubs européens sont venus vers lui pour lui demander des informations sur cette jeunesse talentueuse. La plupart ne l’ont pas cru quand il a dit qu’il s’agissait d’une équipe composée à 100% d’ukrainiens. Ils ont vraiment fait un parcours incroyable qui prouve la richesse de la jeunesse ukrainienne et le grand talent de cette génération future. En espérant que certains voient d’un autre œil le football ukrainien grâce à cette génération, qui, je l’espère confirmera les espoirs entrevus.

Dnipro

Comment vivez vous la qualification du Dnipro en finale d’Europa League au pays ?

Comme je le disais, tous les fans ukrainiens s’unissent pour soutenir nos clubs dans les compétitions européennes. C’est un grand accomplissement, non seulement pour le Dnipro, mais aussi pour l’Ukraine en général. Notre pays est en guerre et c’est très motivant de voir une équipe jouer loin de ses bases et arriver en finale d’Europa League. Tout le monde est excité et heureux, peu importe quel club il soutient. Ce qualifier pour la finale en battant le Napoli … c’est juste magnifique.


Geroyam Slava – Footballski chez les héros ! from Mourad Aerts on Vimeo.

Cette équipe est plus l’héritage de Juande Ramos ou une construction de Myron Markevych?

L’équipe actuelle possède la discipline et le caractère de Markevych. Il a organisé cette équipe pour être compétitif, que ce soit en championnat ou face aux grosses écuries européennes en adoptant une pression haute de l’adversaire et en procédant en contre-attaques rapides. Voilà les clés de cette équipe du Dnipro sous Markevych.

Nous parlons essentiellement de Konoplyanka dans la plupart des médias français pourtant il y a de très bons joueurs dans ce club comme Douglas, Kankava, Boyko, etc … Peux tu les présenter à nos lecteurs?

Douglas est une surprise pour beaucoup de personnes, on ne l’attendait pas vraiment à ce niveau et il a su prendre sa chance. Markevych a eu une pénurie de défenseurs et Douglas a réellement répondu présent en augmentant son niveau de jeu et en prenant ses responsabilités. Je ne serai pas surpris si des clubs s’intéressent à lui pendant le mercato d’été, c’est vraiment devenu un défenseur solide et fiable.

Boyko était déjà prometteur la saison dernière avec quelques prestations géniales, mais cette saison il prouve qu’il a le potentiel pour jouer dans un bon club des grands championnats européens. Ses arrêts et le calme qu’il dégage dans les matchs cruciaux parlent pour lui. Faut savoir que ce dernier a été formé au Dynamo Kiev mais le club ne l’a pas gardé « à cause » du légendaire Shovkovskyi. Maintenant que ce dernier pourrait prendre sa retraite, Boyko en serait le meilleur remplacent. Pour être honnête, je ne comprends pas qu’il ne soit pas encore titulaire en sélection nationale. Je pense qu’il est grand temps que nous commencions à penser à remplacer Pyatov et le meilleur pour cette place reste Boyko. C’est un gardien complet, de très bons réflexes, la vision, un physique imposant et encore d’autres qualités.

Est ce qu’Igor Kolomoysy possède différents clubs comme peut le faire Akhmetov avec le Metalurg Zaporojie, Illichivets, Mariopol, Sebastopol et Mettalurg Donetsk ? Tu as entendu parler de l’histoire avec le FK Kryvbass ?

Je ne sais pas si ces histoires avec Akmetov sont véridiques. Cependant, il y aurait une bonne relation entre le Volyn Lutsk et Dnipro. En outre, c’est connu que le Dynamo envoie ses jeunes joueurs vers Hoverla Uzhhorod depuis quelques temps maintenant.

Kolomoyskyi

Kolomoyskyi

L’UEFA garde un oeil sur I.K et sur son financement pour la Dnipro Arena. Tu en connais les raisons ? Il effectue des activités illégales ?

Oui, un article est sorti dans les médias ukrainiens disant que le Dnipro n’était pas en très bonne santé financière. Le club a des millions d’euros de dette et Komoloyskyi subit une certaine pression du gouvernement ukrainien. Le club n’a pas réellement gagné d’argent lors de cette aventure européenne puisque l’argent de la vente des billets va directement pour combler la dette. Si les dettes ne sont pas remboursées, le Dnipro n’aura pas de licence UEFA la saison prochaine.

Igor Kolomoysky a beaucoup de puissance et semble être un homme ambitieux de vaincre Akhmetov et le clan de Donetsk. Veut il investir d’avantage dans un avenir proche ?

Je pense que la situation actuelle du Dnipro ne permet pas au club de faire des dépenses folles. Akmetov dispose de ressources financières « ridicules » de sorte qu’il serait compliqué pour le club de dépenser énormément d’argents. Son club et ses joueurs ont montré que la détermination et le travail sont plus important que de lâcher des millions sur des joueurs. Ils l’ont prouvé face au Napoli. Cependant, I.K a déjà annoncé qu’il veut recruter 3 à 5 joueurs pour renforcer son équipe et continuer à être compétitif.

Les supporters

Est-ce que les supporters ukrainiens font partie des meilleurs d’Europe selon toi ?

Cela dépend de ce que tu entends par les meilleurs. Bien entendu, pour moi, ils le sont. Les ultras ukrainiens font partie d’une même famille. Ils sont certes des fans mais aussi des activistes sociaux. Dans le championnat, ils peuvent avoir des différends mais tout le monde comprend une chose: l’Ukraine prime sur tout.

Quelle est la « manière ukrainienne » de supporter une équipe?

Patriotisme, l’amour pour son club et son pays, fumigènes, drapeaux et souvent être torse poil. Seulement l’Ukraine et le football.

ywB5raI6fWw

On a pu constater à Maidan l’unité qu’il pouvait exister entre tous les groupes d’ultras en Ukraine. Comment expliques tu cela?

Oh oui ! Maidan a uni notre pays et les ultras ont contribué à atteindre ce résultat ! Tout le monde a compris que ce n’était plus l’heure des rivalités, que le pays avait besoin d’une mobilisation et d’une unité sociale. De nombreuses photos des ultras combattant côte à côte sont trouvables sur les réseaux sociaux et c’est réconfortant de voir ce genre de mobilisation. Les ultras ont beaucoup donné à Maidan, ils sont organisés et peuvent facilement mobiliser du monde, diffuser des informations mais aussi être activiste en faisant du bénévolat et en s’engageant dans la guerre en cours. Je ne pense qu’aucun pays ne peut comparer sa scène ultras et celle présente en Ukraine.

Quelle est la situation par rapport au hooliganisme en Ukraine?

Certains fans sont plus émotionnels que d’autres, mais cette saison nous avons vu un peu plus d’incidents. Récemment ceux du Karpaty ont brulé des choses dans leur section. Nous avons vu des bagarres éclatés contre Guingamp. Je dirai que dans le football, les émotion peuvent être vives mais elles sont toujours ensuite ramenées sous contrôle. Nous n’avons jamais lu la violence qu’il peut y avoir dans certains championnats avec leurs ultras radicaux. Pour ce qui est du hooliganisme en général, nous avons une culture chez les jeunes de ne pas se retrouver dans des situations à problèmes, mais je suis sans doute la mauvaise personne pour parler de ça car je n’ai que très rarement vu ce genre de choses.

Est-ce que tous les clubs bénéficient d’un socle solide de supporters?

Les grands clubs obtiennent des taux de fréquentation élevés. Du côté des petits clubs, il faut avouer que les stades sont la plupart du temps vides.

Sur la chaine ukrainienne 2+2, il existe une émission hebdomadaire dédiée à dénoncer cette corruption dans le football national.

L’équipe Nationale

Quelle est ta vision sur les performances de la sélection nationale dans les qualification pour l’Euro 2016?

Horrible. Enfin, pas vraiment comme prévu. Le match contre la Slovaquie nous a mis dos au mur. De plus, nous n’avons pas montré un très grand football face à la Biélorussie ou Macédoine. Le plus triste, c’est que nous avions eu de nombreuses occasions, notamment contre l’Espagne, mais nous ne les concrétisons pas. Encore une fois, sur ce match, les « experts » disaient qu’on allait se faire littéralement détruire pas les Espagnols et qu’il n’y avait pas d’espoir. Pourtant, je pense que nous avons vraiment bien joué, Rotan a eu énormément d’occasions et si, seulement un joueur avait marqué une des nombreuses occasions, le match aurait complètement changé !

Penses-tu que Andriy Pavelko soit un bon président pour la Fédération? Crois-tu que l’Ukraine fasse ce qu’il faut pour former de nouvelles générations de joueurs?

Il est trop tôt pour le dire, mais Pavelko est assez ouvert quant à son programme pour le football ukrainien et est à l’écoute des fans notamment. Il a aussi de bonne relation avec Grigoriy Surkis qui est un homme qui compte à l’UEFA. Nous savons déjà que de l’argent sera distribué chaque mois aux différentes régions ukrainiennes afin de développer le football, construire des terrains synthétiques pour que les enfants puissent jouer dessus. Il veut mettre l’accent sur la jeunesse qui est une priorité pour le football ukrainien.

Que se passe t-il au niveau de la corruption en Ukraine?

C’est un fait, il y a de la corruption dans le football ukrainien notamment du côté des arbitres. Sur la chaine ukrainienne 2+2, il existe une émission hebdomadaire dédiée à dénoncer cette corruption dans le football national. Elle permet de mettre en évidence la corruption chez certains fonctionnaires – dont des personnes récemment élu à la FFU. Pavelko a promis des réformes mais il faudra du temps pour voir cette promesse prendre forme.

Guardiola a dit de Rakitskiy qu’il était l’un des meilleurs gauchers qu’il ait pu voir.

Ukraine et France

La Ligue 1 est-elle populaire en Ukraine? Peut-on la voir à la télé?

La Ligue 1 n’est pas une ligue populaire en Ukraine. Je ne l’ai jamais vu à la TV par exemple mais j’imagine que certaines personnes au pays doivent soutenir les cadors de votre championnat.

Tu te souviens d’Ukraine vs. France? Comment avez vous vécu ça au pays?

Ouais ! Ukraine – France a été probablement l’un des plus grands évènements de l’histoire du football ukrainien. Le stade était plein et il y avait une énorme rivalité avec les Français dans notre société. Je me souviens ne pas avoir réussi à dormir pendant 2 jours pensant que nous allions être au Brésil, que cette malédiction des phases éliminatoires allait s’arrêter ! Malheureusement, ça n’a pas été le cas comme vous le savez … Bon, après, l’arbitre vous a bien aidé à aller à cette Coupe du Monde (Rires).

Maksym Levytskyy. Tu connais? C’est le dernier joueur ukrainien à avoir foulé les pelouses françaises. Pourquoi les ukrainiens s’exportent si mal?

Je pense que les clubs européens ne viennent pas réellement superviser les joueurs ukrainiens. Nous avons beaucoup de joueurs talentueux mais la plupart ne voient que Shevchenko, Konoplyana, Yarmolenko, etc. Nous avons des joueurs talentueux et peu chers qui pourraient briller dans la plupart des championnats. Nous avons de bons défenseurs, Yevhen Khacheridi et Rakitskiy notamment. Guardiola a dit de ce dernier qu’il était l’un des meilleurs gauchers qu’il ait pu voir. Pourquoi est-il toujours au Shakhtar ? Nous avons également Sergey Rybalka, un bon meneur de jeu. Honnêtement, nous avons énormément de joueurs avec du talent, une éthique et ils n’hésitent pas à travailler dur mais pour une quelconque raison, ils restent jouer en Ukraine. Peut être que les clubs européens ne veulent pas risquer de payer une trop grosse indemnité de transfert pour ces joueurs. Cependant, Konoplyanka et Yarmolenko devraient quitter l’Ukraine bientôt.

Expérience personnelle du football ukrainien

Quel stade préfères-tu en Ukraine et pourquoi?

Arena Lviv. C’est un stade très modeste mais facile d’accès. Il est également utilisé par la sélection quand l’équipe nationale vient jouer à Lviv.

Quel est ton meilleur souvenir lié au football Ukrainien?

Il est lié à l’Euro 2012 lors de note victoire 2-0 face à la France. Cet Euro a donné une grosse exposition à notre pays, les gens sont venus découvrir notre pays, notre culture et notre équipe a répondu présent et a fait honneur au pays ! Cette victoire face à la France a été l’un des plus beaux matchs de ma vie ! Je dirais également que le hat-trick de Sheva face à Barcelone m’a laissé également beaucoup d’émotions.

Merci à Max pour ses réponses ! N’hésitez pas à le suivre sur Twitter.

Pierre Vuillemot

Semaine spéciale Dnipro: On a discuté avec Max Meleganich, passionné de football ukrainien
5 (100%) 1 vote

A propos de l'auteur

Pierre Vuillemot

Pierre Vuillemot

Cofondateur et rédacteur en chef de Footballski. La marge tient la page.

Kolik jazyků umíš, tolikrát jsi člověkem.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Semaine spéciale Dnipro : Myron Markevych, le football dans le sang

Le Dnipro Dnipropetrovsk est dans un rêve éveillé. Finaliste de l'Europa League après une victoire face au Napoli de Marek...

Fermer