Quelques semaines après la fin de la première partie du championnat de Russie, Footballski revient pour vous sur le parcours des différentes équipes engagées dans la compétition. Voici pour vous le bas de tableau avec également le XI du cycle aller.

9ème – FK Oural – 24 points

Le cycle aller

Bien placé dans le ventre mou et toujours en lice en Coupe de Russie, le FK Oural a réalisé un cycle aller plus que correct répondant aux attentes du président de stabiliser le club dans le championnat. Renforcé par l’arrivée de deux Polonais, Augustyniak et Kucharczyk, qui ont beaucoup apporté au milieu de terrain (même si le deuxième a moins joué), le FK Oural a comme très souvent enchaîné le bien et le moins bien.

En effet, le club de Sibérie occidentale a su gagner des points contre les petits mais a quasiment été inexistant face aux meilleures équipes du championnat (meilleure performance contre le Spartak Moscou avec une victoire dans la capitale). Les oranges tenteront comme l’année dernière de réaliser un bon parcours en Coupe. Défaits par le Lokomotiv Moscou en mai dernier, les hommes de Parfyonov sont qualifiés pour les quarts de finale et affronteront le Shinnik Yaroslav. Il y a de la place pour refaire un bon parcours.

Le top joueur

Comme depuis plusieurs saisons, c’est Erik Bicfalvi qui est le meilleur joueur de l’Oural Ekaterinbourg. Le Roumain est toujours aussi déterminant à Ekaterinbourg. Avec quatre buts au compteur et quelques passes décisives, il est un joueur clé dans le onze de Parfyonov.

Les attentes

Se sauver rapidement et un bon parcours en Coupe, voici les objectifs du cycle retour pour l’Oural. Encore très proche de la sixième place (potentiellement européenne), l’Oural devra éviter de perdre des points bêtement en route. Et pourquoi pas un premier trophée dans l’histoire du club ? En effet, le club n’a uniquement qu’un trophée de FNL dans son armoire…

10ème – Spartak Moscou – 22 points

Le cycle aller

Le Spartak se reconstruit dans la douleur. Cette saison a démarré sous les ordres d’Oleg Kononov avec une nouvelle équipe dirigeante et de jeunes joueurs acquis un peu partout (Ezequiel Ponce, Guus Thil, Alex Kral, Jordan Larsson). En parallèle, certains joueurs importants de l’effectif sont partis (Fernando, Luis Adriano, Ze Luis), créant ainsi un jeu complètement sans fondation. Résultat des courses, seulement 6 victoires sur 19 matchs et pas moins de 9 défaites au compteur pour les gladiateurs qui pratiquent un niveau de jeu indigne de leur rang. 

Le Spartak a eu le temps de changer de coach en cours de saison. Arrivé pour remettre de l’ordre, Domenico Tedesco a bien du mal a redonner le goût de la victoire. Des coups d’éclat parfois vite éteints par des défaites contre des équipes de bas de tableau. 

En Europe, c’est pire puisque le Spartak n’a pas réussi à se qualifier pour la phase de poule en Europa League, chutant face à Braga. Une élimination qui présageait le triste parcours de l’ensemble des clubs russes dans les compétitions européennes cette saison.

A la trêve, le Spartak est 10e de RPL, à douze points des places européennes et à seulement trois points du premier relégable. Une situation qui enflamme plus que jamais les relations déjà tendues entre le club et ses supporters. Une première partie de saison à oublier au plus vite.

L’image contient peut-être : foule
©RPL

Le top joueur

Sans Zelimkhan Bakaev, le Spartak serait peut être déjà dans la zone rouge. Auteur de sept passes décisives et de trois buts sur les dix neuf marqués en RPL depuis le début de la saison, il est le poumon offensif et l’unique rampe de lancement des attaques de cette équipe.

Son prêt à l’Arsenal Tula où il a marqué huit buts la saison passée fut donc un succès et le joueur continue d’impressionner, à tel point qu’il a connu sa première sélection et titularisation avec la Sbornaya contre Saint-Marin en novembre dernier.

Malgré tout, Zelimkhan Bakaev doit encore progresser dans sa capacité à se montrer décisif dans les grands moments. Le Spartak manque cruellement d’un leader et Bakaev, joueur de surcroît formé au Spartak, a les moyens de le devenir.

Les attentes

A part une réaction d’orgueil, il n’y a pas grand chose à espérer du Spartak. Avec une première partie de saison très mauvaise, le Spartak va vite devoir engranger des points pour accrocher au minimum la sixième place de la RPL. Une place dans le top 5 serait un exploit mais il est peu probable qu’un des cinq clubs de tête s’effondre totalement. Ainsi, le Spartak n’a plus qu’à espérer remporter la Coupe ou finir sixième du championnat et qu’un club du top 5 remporte la Coupe de Russie pour espérer accrocher l’Europe.

Côté mercato, il n’y a pas grand chose à attendre, le Spartak étant clairement limité financièrement. Le temps des vaches maigres a été officiellement déclaré lors du mercato d’été et il faudra donc d’abord vendre pour recruter et se renforcer. Malgré tout, Tedesco dispose d’un groupe de jeunes en devenir, notamment en attaque. A lui de capitaliser dessus et de créer durant la trêve hivernal un collectif digne de ce nom.

11ème – FK Tambov – 21 points

Le cycle aller

Pour sa grande première dans l’élite du football russe, le jeune club fondé en 2013 réalise une saison plus que correcte pour ses grands débuts. Il faut dire que rien n’était fait pour mettre Tambov dans les bonnes conditions ! Impossibilité de jouer à domicile à cause d’un stade ne répondant pas aux normes et actuellement en travaux, le club dirigé par l’Oblast se retrouve dans l’obligation de se rendre à Saransk pour y disputer ses matchs à « domicile ».

L’adaptation est difficile pour les Gorojanié, seulement huit points en trois mois de compétition et une élimination en coupe 4-0 sur la pelouse du Tom Tomsk, pensionnaire de FNL. Mais sous l’impulsion du revanchard Melkadze, Tambov va connaître une excellente fin d’année 2019 avec notamment une victoire contre Rostov et un match nul sur la pelouse de Krasnodar. Sachant récolter des points contre des adversaires de son niveau, Tambov est logiquement en dehors de la zone des barrages pour cette fin de première partie de saison.

Le top joueur

Intéressant offensivement, notamment sur les contre-attaques, Georgi Melkadze est l’homme clé de cette première partie de saison avec Tambov. Joueur du Spartak Moscou et envoyé en prêt, il a déjà marqué cinq buts et a rapporté des points clés à son équipe.

Les attentes

Le maintien et seulement le maintien ! Même un sauvetage en barrage serait un bon résultat pour Tambov. En effet, on ne donnait pas cher en la peau du jeune promu au début de la saison !

12ème – Akhmat Grozny – 19 points

Le cycle aller

Déception. C’est le mot qui caractérise le plus le début de saison de l’Akhmat Grozny. 19 points après 19 journées, un nombre révélateur du piètre début de saison des joueurs d’Igor Shalimov. Le problème offensif est connu depuis plusieurs saisons et pourtant le club de la capitale tchétchène a une nouvelle fois raté son intersaison. Pas de véritable renfort dans ce secteur et donc pas de résultat, logique.

L’Akhmat est la 2ème attaque la plus mauvaise du championnat avec un total famélique de 13 buts en 19 journées. Impossible de se donner les moyens de ses ambitions, le club lutte désormais pour son maintien dans l’élite avec 4 petites victoires : en ouverture du championnat contre Krasnodar, deux contre Orenburg et une contre Ufa.

A noter cependant la parenthèse enchantée en coupe de Russie avec une qualification en quart de finale, mais le rêve risque de tourner court car les joueurs de Shalimov devront désormais affronter le Zenit Saint-Petersbourg à ce stade de la compétition.

Le top joueur

Compte-tenu du classement, il serait assez déplacé de sortir un joueur du marasme dans lequel l’Akhmat Grozny se trouve. On pourrait cependant mentionner le défenseur Andrey Semenov et le Vénézuelien Angel Wilker qui, malgré les résultats, ont fait preuve d’un état d’esprit combatif.

Les attentes

Les attentes sont bien maigres pour la deuxième partie de saison de l’Akhmat, l’objectif principal sera évidemment le maintien en Premier League à l’issue de la saison. Le club doit se renforcer offensivement cet hiver car l’Akhmat ne doit sa 12ème place hors de la zone rouge qu’à la différence de buts. Ses concurrents Kazan et Orenbourg (également a 19 points) et les deux clubs relégables Samara et Sochi sont respectivement à 18 et 15 points et tout pourrait aller très vite. Peu d’espoir d’aller plus loin en coupe de Russie mais une qualification contre le Zenit serait un grand pas vers une victoire finale.

13ème – Rubin Kazan – 19 points

Le cycle aller

Quand on est en position de barragiste au moment de la trêve hivernale, c’est que la première partie de la saison n’a pas été une grande réussite. Pourtant, le Rubin Kazan avait très bien commencé la saison avec un bon match nul décroché à Moscou contre le Lokomotiv (1-1), une victoire sur la pelouse du Dinamo Moscou (1-0), puis une autre lors de la réception de l’Akhmat Grozny (1-0) et, malgré deux courtes défaites contre le CSKA Moscou (0-1) et le FK Krasnodar (0-1), il s’en est suivi une victoire contre l’Arsenal Tula (1-0). Le Rubin s’est ainsi retrouvé un temps sur le podium en début de saison… et puis plus rien ! Les quatre matchs suivants se sont soldés par quatre défaites consécutives, puis quatre nuls vierges en cinq matchs avant de conclure avec deux défaites à domicile et deux nuls. Le Rubin se tient finalement à une inquiétante treizième place avec seulement un point d’avance sur le premier relégable. Le club s’est séparé de son entraîneur Roman Sharonov par consentement mutuel le 16 décembre 2019.

Devant les faibles résultats, le problème d’affluence à Kazan, qui était déjà bien connu auparavant, n’est pas allé en s’arrangeant. Kazan a enregistré la plus faible influence de la saison le cinq octobre à l’occasion de la petite victoire contre le FK Tambov (2-1) avec 2585 spectateurs, symbole d’un Rubin qui suscite très peu d’enthousiasme. Le jeu lui-même est en cause. Kazan marque trop peu de buts et ses grandes difficultés offensives y sont pour quelque chose.

Pour contrebalancer ce manque d’enthousiasme, la communication et la direction ont multiplié les choix créatifs, comme les productions Métal, puis plus récemment version Star Wars (choc contre le Spartak Moscou), ou encore le renommage du stade en Ak Bars Bank, ce qui correspond au nom du club de hockey sur glace.

Malgré ces problèmes, quelques points positifs sont à tirer de ce début de saison. Recruté en juillet 2019, le jeune Zuriko Davitashvili a participé à treize matchs et marqué un but. Ses bonnes performances lui ont valu d’être retenu par la FIFA dans sa liste ses cinquante meilleurs joueurs prometteurs qui peuvent faire leurs preuves en 2020.

Le top joueur

Outre Zuriko Davitashvili déjà mentionné ci-dessus, un autre joueur qui mérite d’être classé parmi les tops est Yuri Dyupin. Recruté en juin 2019 pour un an seulement, l’ancien gardien expérimenté du Kuban Krasnodar et Anzhi Makhachkala a pris part aux dix-neuf matchs avec le Rubin. Il a délivré une prestation solide, empêchant celui-ci de perdre davantage de points. Quelques exemples marquants sont le triple arrêt contre le FK Rostov (bien que le Rubin s’incline finalement) ou la parade sur une tête à bout portant contre l’Ural.

L’image contient peut-être : 1 personne, stade et foule
©RPL

Les attentes

Malgré l’échec de la première partie de saison, des motifs d’espoirs existe pour le Rubin. Tout d’abord, depuis le début de la saison, Kazan ne vise pas l’Europe car il ne peut mathématiquement pas s’y qualifier à cause de son bannissement en 2018 pour ne pas avoir respecté les règles du Fair Play Financier ; en cas de probable non-qualification, le bannissement sera levé pour les saisons suivantes.

Pendant l’hiver, le Rubin a d’ores et déjà fait parler de lui. À peine s’est-il séparé de son entraîneur Roman Sharonov, l’arrivée de Leonid Slutsky, lequel effectue son retour au pays après son expérience à l’étranger, peut laisser espérer un redressement des résultats. De plus, le Rubin a acheté le jeune Ivan Ignatiev au FK Krasnodar, lequel a déjà montré de belles choses avec son club formateur.

14ème – FK Orenbourg – 19 points

Le cycle aller

Les années passent mais ne se ressemblent pas chez Orenbourg. Surprenant septième la saison dernière, échouant à quelques points de l’Europe, le club de Gazprom connaît un dur retour à la réalité. Il faut dire que la perte de son buteur vedette Sutormin (désormais au Zénit) n’a pas facilité les choses !

La deuxième pire défense du championnat a connu un début d’exercice extrêmement compliqué avec quatre défaites d’entrée ! Les objectifs de milieu de tableau sont déjà exclus, malgré un regain de forme avec une victoire contre le Spartak Moscou puis contre le Dinamo, Orenbourg termine 2019 en position de barragiste. Eliminé en coupe par Khimki, Orenbourg finira sa première partie de saison par une défaite 3-0 contre Tambov !

Le top joueur

Avec six buts, le capitaine d’Orenbourg Despotovic aura fait ce qu’il a pu pour maintenir son équipe hors de l’eau. Le Serbe est l’un des seuls joueurs à avoir surnagé lors de cette première partie de saison.

Les attentes

Une relégation serait un vrai frein aux ambitions futures d’Orenbourg. Alors, il faudra remonter rapidement au classement et cela passe par un bon début d’année 2020. Nul doute qu’il faudra du mouvement au mercato hivernal pour accrocher un maintien direct.

L’image contient peut-être : 1 personne, pratique un sport et plein air
©RPL

15ème – Krylia Sovetov Samara – 18 points

Le cycle aller

Une première partie de saison ratée au niveau comptable pour les Samartsy : le club a pour objectif le maintien et n’est donc pas dans les clous pour le moment. Le jeu proposé est assez pauvre et des séries de défaite font vraiment tâche dans le bilan des Bleu et Blanc: Six matchs sans victoire (5 défaites et 1 nul) entre le 27 octobre et le 8 décembre ont totalement saboté le classement du club, le faisant passer de la 6e à la 15e place. Si les joueurs de Miodrag Božović ont réussis à garder une bonne place avant de s’écrouler, c’est principalement grâce à Aleksandr Sobolev. Ce dernier a marqué un grand nombre de but et a sauvé certains match à lui seul. Cependant il n’a plus marqué depuis six matchs, ce qui correspond plutôt bien avec la chute de son équipe.

Le mercato très agité mené par le club russe a permis de réaliser quelques coups intéressants comme l’arrivée du défenseur central Nikita Chernov, en provenance du CSKA Moscou, qui a reçu beaucoup de temps de jeu.

Le top joueur

Citer à nouveau Sobolev ne serait pas très intéressant ; et il serait juste de récompenser un joueur qui a fait preuve d’une plus grande régularité dans ses performances : Anton Zinkovskiy. L’ailier russe a été souvent tranchant offensivement, faisant preuve d’une vivacité et d’une véritable envie de percuter les défenses adverses, il a délivré six passes décisives en cette première partie de saison. Point noir de son bilan : aucun but. Cependant le potentiel semble vraiment là et il risque d’être encore d’être très utile en cette deuxième partie de saison pour ses coéquipiers.

Les attentes

Si la fin d’année fut difficile pour les Voljanié, et que la place d’avant-dernier semble méritée, la situation peut basculer. Au retour de vacances, les joueurs de Samara auront un calendrier légèrement plus léger avec quelques matchs abordables. Si Sobolev retrouve son niveau du début de saison et que le reste de l’équipe se remet sur les bons rails, le club de la Volga peut espérer sortir de la zone de relégation et signer pour une nouvelle saison en Premier-Liga.

16ème – PFC Sochi – 15 points

Le cycle aller

Avec seulement trois victoires et quinze points en championnat, le PFC Sochi est à la dernière place. Pour lutter avec les autres clubs de cette première division, Le club présidé par Boris Rotenberg a mené un mercato extrêmement axé sur la récupération des « indésirables » du Zenit-Saint-Petersbourg, à tel point que le club est appelé « Zenit-2 » sur un ton moqueur par une partie du public. PFC Sochi a donc pris 8 joueurs à l’actuel leader du championnat. Il faut dire que parmi ces renforts, certains ont été réellement utile, comme Christian Noboba qui a joué 12 matchs ou encore Dmitri Poloz, attaquant de 28 ans, qui a mis trois buts et délivré trois passes décisives. Le club fondé en 2018 réalise donc un premier exercice dans l’élite russe assez compliqué, et cela n’a rien d’illogique quand on voit cet effectif composé de joueurs « rejetés » d’un club, et de jeunes avec quasiment aucune expérience dans cette Premier-Liga.

Le top joueur

Parmi tout les footballeurs prêtés par Zenit, l’un d’entre eux se démarque tout particulièrement, d’ailleurs il ne vient pas vraiment de l’équipe A, mais plus exactement de l’effectif bis: Il s’agit d’Andrey Mostovoy. L’ailier gauche de 22 ans a été l’un des joueurs les plus intéressant de l’effectif et réalise une première saison en RPL de bonne qualité. Trois buts, trois passes décisives, très actif, c’est peut-être le seul joueur qui risque d’obtenir du temps de jeu à son retour dans la Venise de la Baltique.

Les attentes

Malheureusement, il n’y a pas grand chose à attendre d’un club aussi jeune (seulement un an d’existence) et d’un effectif bien en-dessous du reste. Même si le retard en terme de points n’est pas gigantesque (seulement 3 points de retard sur l’avant dernier), la fin de saison risque d’être très délicate: Sur les douze matchs restants, le club devra affronter des équipes tel que Zenit, Spartak, Lokomotiv, Krasnodar, Rostov, Arsenal Tula ou encore Dynamo Moscou. Récolter des points lors de ces matchs semblent donc assez compliqué sans oublier d’autres équipes comme l’Akhmat par exemple capable de poser énormément de soucis à domicile. Pour résumer, cette fin d’année semble être un véritable parcours du combattant pour le club de Sotchi, néanmoins Vladimir Fedotov et ses joueurs peuvent espérer de se maintenir même si cela semble difficilement réalisable.

L’équipe type du cycle aller

L’équipe Footballski Russie

Image à la une : ©Fratria

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.