Actuellement en pleine hibernation, le championnat de Hongrie ne reprendra ses droits que le 25 janvier prochain. Avant de plonger vers une deuxième partie de saison qui s’annonce trépidante à plus d’un titre, prenons le temps d’effectuer le bilan des six premiers mois de compétition. Un champion sortant déjà au sommet, des prétendants au podium inattendus, des promus dans le dur… On fait le point.

L’état des lieux

Le classement d’OTP Bank Liga à la trêve

La saison dernière, Ferencváros avait profité du fait que MOL Vidi (ex-Videoton, désormais appelé MOL Fehérvár) perdait des forces dans une campagne européenne énergivore pour s’envoler en tête du classement. On pouvait légitimement penser que la physionomie allait s’inverser en 2019/2020, mais il n’en a finalement rien été. Malgré un parcours tout à fait honorable en phase de groupes de la Ligue Europa – atteinte après avoir franchi quatre tours préliminaires, C1 et C3 confondues –, Fradi n’a pas perdu son leadership sur le plan national. Sa solidité défensive et sa redoutable attaque, notamment incarnée par les indispensables Tokmac Chol Nguen et Roland Varga, ont fait florès. Renouvelée mais absolument pas affaiblie pour autant, la formation entraînée par Serhiy Rebrov semble être toujours un cran au-dessus de la concurrence. 

Embed from Getty Images

Deuxième avec quatre points de retard sur les Aigles verts (et un match de plus qu’eux au compteur), MOL Fehérvár devra s’employer pour reconquérir une couronne abandonnée en mai dernier. A vrai dire, la saison n’avait pas franchement bien débuté pour les Vidi, piteusement éliminés en deuxième tour préliminaire de Ligue Europa par les Liechtensteinois de Vaduz (1-0, 0-2 a.p.). Et même s’ils ont ensuite démarré en trombe en OTP Bank Liga (six victoires d’affilée), Loïc Nego et ses coéquipiers ont fini par s’essouffler, commettant des faux-pas (déjà trois défaites à domicile) dont Ferencváros a su tirer profit. Démis de ses fonctions fin novembre, Marko Nikolić a été remplacé par l’Espagnol Joan Carrillo. Charge à celui-ci de replacer le club de Székesfehérvár dans une course au titre mal embarquée. Mais loin d’être pliée.

Si ces deux cadors ont logiquement pris une option pour terminer aux deux premières places, bien malin celui qui pourra donner l’identité de l’équipe qui sera troisième à l’issue de l’exercice. Le Budapest Honvéd a connu un sérieux retard à l’allumage ? Újpest souffle le chaud et le froid ? Debrecen est à la traîne ? L’occasion était trop belle, et Mezőkövesd-Zsóry ne l’a pas laissée filer. Auteurs d’une première partie de saison très convaincante (voir plus bas), les Jaunes occupent la troisième place du podium à la trêve. Ils sont suivis d’assez près par l’autre petite sensation de ces premiers mois, à savoir la Puskás Akadémia. Portée par le duo Ezekiel HentyÁdám Gyurcsó (sept buts chacun), la formation basée à Felcsút déjoue les pronostics avec brio. Reste cependant à savoir si elle tiendra sur la durée.

En bas de tableau, la situation paraît déjà très compromise pour Kaposvár, lanterne rouge avec seulement neuf petites unités au compteur. L’autre promu, Zalaegerszeg, est également relégable (11e), mais avec le même nombre de points que Paks (10e). Cette lutte pour le maintien concerne aussi Diósgyőr (9e), qui va une nouvelle devoir cravacher pour sauver sa peau parmi l’élite. Le suspense est ainsi de mise à tous les étages !

La belle surprise : Mezőkövesd-Zsóry 

Comme évoqué ci-dessus, Mezőkövesd-Zsóry  figure sur la troisième marche du podium après seize journées. Surprenant, certes. Mais tout sauf immérité, au regard du jeu déployé par les protégés d’Attila Kutor depuis le mois d’août. Avec Tamás Cseri à la baguette et la révélation Budu Zivzivadze (six buts marqués) à la finition, le MSE a fait sauter bon nombre de verrous, tout en conservant le sien fermement accroché (seulement treize buts encaissés, meilleure défense du championnat). Les partenaires de Matija Katanec ont cependant connu une baisse de régime fin 2019 (un point pris sur les trois dernières journées). A eux de faire en sorte de repartir du bon pied dès la reprise.

La déception : Debrecen

On ne reconnaît plus Debrecen. Fringant troisième la saison passée, le DVSC (8e) aperçoit le podium au loin désormais. Sa faible marge de deux points sur la zone de relégation l’oblige surtout à regarder dans le rétroviseur. Cela est d’autant plus étonnant que l’effectif n’a connu aucun bouleversement notable et que l’une des recrues les plus utilisées, l’attaquant nigérian Haruna Garba, a un rendement tout à fait correct (huit buts et trois passes décisives toutes compétitions confondues). Sauf que la défense prend l’eau de toutes parts (trente buts encaissés) et que les Loki ont déjà subi plusieurs revers humiliants, que ce soit à domicile contre Ferencváros (1-6) ou chez Kaposvar juste avant la trêve (4-1). Sans oublier qu’ils ont été éliminés de la Coupe de Hongrie par Dorogi, pensionnaire de deuxième division (1-1, 5-4 TAB). Nommé entraîneur le 30 décembre, Zoltán Vitelki aura tout intérêt à vite enregistrer des résultats plus probants.

Le joueur : Davide Lanzafame (Budapest Honvéd)

Où qu’il aille et quoi qu’il fasse, Davide Lanzafame ne laisse pas indifférent. Acteur majeur du titre remporté par le Honvéd en 2017, l’Italien a de nouveau été sacré en 2019, sous le maillot du rival Ferencváros. Certains supporters des Rouge et Noir ont dû avoir du mal à déglutir en le voyant revenir en prêt l’été dernier. Il a malgré tout fallu se rendre à l’évidence : l’attaquant de 32 ans a activement contribué au redressement de son club, qui était scotché au fin fond du classement après une entame calamiteuse. Entre la neuvième et la treizième journées, le natif de Turin a marqué un but lors de chacun des cinq matchs disputés. Cinq rencontres victorieuses pour le Honvéd qui, s’il souhaite accrocher le wagon européen en fin de saison, aura besoin d’un Lanzafame (sept réalisations au total) au meilleur de sa forme.

Voir cette publication sur Instagram

#gratitude ⚽️🔴⚫ @bphonvedfcofficial

Une publication partagée par Lanzafame Davide (@lanzadavi9official) le

Le chiffre : 8

Comme le nombre de défaites consécutives concédées par Kaposvár d’octobre à décembre. Une terrible série qui a complètement plombé le promu, bon dernier à la trêve.

Le but : Dániel Gazdag (Budapest Honvéd)

Raphaël Brosse

Image à la Une : © Attila Polyák – Origo

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.