Comme chaque début de saison, nous revenons avec vous sur nos espoirs confirmés ou déchus de la saison passée et sur les petits nouveaux qui feront peut-être chavirer nos cœurs, vos parties de football manager ou les aficionados du mercato sur les réseaux sociaux dans les années à venir.

Notre sélection de l’année passée fut plutôt mi-figue mi-raisin, comme à son habitude à vrai dire, mais la prise de risque est nécessaire dans un milieu où la vérité du jour ne sera peut-être plus celle du lendemain. Cette sélection que nous faisons chaque saison est avant tout un panachage que nous essayons d’être le plus hétérogène possible. Certains se révèleront après deux-trois saisons, d’autre jamais mais quoi qu’il en soit ils auront eu l’honneur de faire partie de notre sélection mondialement reconnue. Un trophée valant tous les Ballons d’Or du monde.

Nous allons donc nous atteler à cette tâche pour cette saison avec encore une fois l’envie, non pas de vous faire découvrir des talents sûrs comme le jeune portier du Legia Radoslaw Majecki (qui ne sera pas dans cette liste) mais plutôt des joueurs dont vous n’avez sans doute jamais entendu parler, ou très peu. Des joueurs que vous connaitrez dès à présent en exclusivité, de quoi pouvoir crâner en société devant votre parterre d’amis étonnés et admiratifs ou de vous prendre pour un scout zélé ayant parcouru la Pologne à cheval ou en bus pendant des semaines.


Retrouvez la totalité de nos espoirs de cette nouvelle saison et des précédentes éditions


Retour sur les espoirs de l’an passé

Sebastian Walukiewicz (Pogon Szczecin | 05.04.2000)

C’était notre petit chouchou du dernier opus de ces espoirs polonais et force est de constater qu’il s’est très bien débrouillé. Malgré son jeune âge (18ans) et dans un championnat qui demande aux défenseurs beaucoup de roublardise, il a su s’imposer comme une valeur sûre dans la défense de Szczecin (aucune victoire recensée lorsqu’il n’était pas sur le terrain). Sebastian Walukiewicz a tapé dans l’œil des recruteurs de l’Europe entière et plus particulièrement de ceux de la Serie A, destination en vogue pour les joueurs polonais ces derniers temps.

Intelligent, n’ayant pas peur des duels avec son physique avantageux et possédant une qualité de passe indéniable, il a pu, à travers une saison quasi complète et une Coupe du Monde U20 rondement menée, montrer toute l’étendue de son talent. Et c’est finalement Cagliari qui a senti la bonne affaire dès le mercato hivernal en achetant le jeune central polonais pour 4 M€ et en le prêtant dans la foulée au Pogon jusqu’à la fin de saison. Si nous émettions des réserves sur son jeune âge et la possibilité de se brûler les ailes, il semble que Walukiewicz ait fait le bon choix en rejoignant la Serie A, où il pourra continuer d’apprendre défensivement et tactiquement dans un club à sa taille. Si sa courbe de progression continue dans cette voie, on peut s’attendre à entendre parler très vite des performances du jeune polonais de l’autre côté des Alpes.

Kamil Jozwiak (Lech Poznan | 22.04.1998)

La saison 2018/19 du Lech Poznan a été globalement décevante et peu de joueurs ont su/pu sortir leur épingle du jeu. On espérait de Kamil Jozwiak une belle saison pleine d’envie, de buts et de prestations à la hauteur de son talent. Force est de constater que nous avons été un peu déçu. Une bonne trentaine de matchs pour une poignée de buts et de passes décisives, pas plus, pas moins. L’ailier espoir polonais ne devrait donc pas bouger durant ce mercato estival et aura vécu une saison mi-figue mi-raisin sans véritable coup d’éclat. Lui que l’on comparait l’année dernière à Sebastian Szymanski a finalement vécu le même type de saison, à la différence près que le joueur du Legia (vice-champion de Pologne) est parti vers la Russie et le Dynamo Moscou cet été pour couper le cordon.

À maintenant près de 21 ans, la saison 2019/20 doit être celle de la véritable confirmation dans un Lech qui pourrait jouer les premiers rôles en Ekstraklasa. Si nous sommes certains de son talent, Jozwiak doit se montrer plus incisif, plus déterminant et plus pesant sur les défenses adverses. Il doit prendre cette saison avec l’importance qu’elle revêt pour la suite de sa carrière, c’est-à-dire un véritable tournant. Si les Kolejorz arrivent enfin à démontrer – comme équipe – leur force et enfin revenir dans la course au titre, alors l’ailier polonais devra être une pièce maîtresse du jeu de son équipe. Il est temps pour lui de prendre les clefs du camion et – tout comme pour Gumny – de montrer pourquoi tant d’espoirs ont été mis dans ces jeunes joueurs talentueux sortant de l’académie du club. Et s’il n’arrive pas à saisir sa chance, il est sûr que de nouveaux jeunes joueurs ambitieux au sang frais sortant de l’Akademia ne se laisseront pas prier pour saisir leur chance. C’est la saison de la révélation ou la saison de l’ultime déception pour Kamil.

Timoteusz Klups (Lech Poznan | 26.04.2000)

Pas prêt pleinement prêt pour l’Ekstraklasa, Timoteusz Klups a pu goûter à la première division polonaise mais simplement du bout des lèvres. Quelques minutes par ici et par là éparpillées sur une vingtaine de matchs dans la saison et peu de choses à se mettre concrètement sous la dent. Un jeu basique, stéréotypé, techniquement hésitant et fébrile, on espérait que la saison 2018/2019 soit celle de l’apprentissage pour lui et qu’il sorte de ce jeu unidimensionnel dans lequel il s’était cantonné. Ce ne fut pas le cas et la situation du club en championnat plus le naufrage des « anciens » comme Makuszewski ou Jevtic n’ont certainement pas aidé le jeune joueur à gagner en épaisseur.

Néanmoins, il devrait avoir encore du temps de jeu cette saison et devra l’utiliser à bon escient dans une équipe qui pourrait se lancer comme une machine qu’il sera difficile à arrêter. Klups a encore du temps devant lui contrairement à d’autres mais si son jeu n’évolue pas, il finira dans un an comme son « frère » de type de joueur unidimensionnel, j’ai nommé Konrad Michalak cirant gentiment le banc de l’Akhmat Grozny.

Tymoteusz Puchacz (Zaglebie Sosnowiec – Miedz Legnica | 23.01.1999)

Il était prévu lors de la sortie de notre article la saison dernière que Puchacz soit prêté au Zaglebie Sosnowiec mais c’était sans compter le revirement de situation du jeune promu en Ekstraklasa. Car c’est finalement en I.Liga du côté de Katowice (GKS) que l’ailier gauche a passé la majorité de la saison. Une saison plutôt correcte mais finalement – un poil – décevante pour un joueur que l’on attendait de voir en première division. Il faut dire que le GKS Katowice a sans doute produit la pire saison de ces dernières années emmenant ainsi le club vers une relégation assez inattendue. La polyvalence du joueur du Lech Poznan sur le flanc gauche a tout de même permis de nous faire une idée plus précise de son potentiel poste de prédilection.

Avec quatre buts et une passe décisive au compteur, le virevoltant gaucher a montré son appétence pour l’offensive bien plus que pour les phases défensives et le replacement. Comme nous l’avions écrit il y a un an, il aurait fallu pour lui travailler défensivement et tactiquement pour en faire un arrière gauche complet et moderne. Mais son peu d’entrain pour cette position ainsi que la volonté de ses coachs d’utiliser sa percussion plus haut sur le terrain ont fini de l’installer dans une position d’ailier/milieu assez confortable. Peu d’enseignements donc, contrairement à ce que l’on pouvait espérer. Sa saison a été ponctuée par une Coupe du Monde U20 à domicile assez décevante pour lui. Mais tout ça devrait changer cette saison car le Lech Poznan devrait faire de lui son ailier gauche (tout dépendra du placement de Kamil Jozwiak) pour la saison 2019/2020. Une saison où l’on va pouvoir voir (enfin) de quoi Puchacz est capable à ce niveau et s’il peut enfin évoluer tactiquement vers plus d’intelligence défensive et offensive.

Daniel Smuga (Gornik Zabrze | 18.01.1997)

Il faut toujours une petite foirade dans notre sélection, Daniel Smuga est sans aucun doute celle de la saison dernière. Et pourtant, tout avait plutôt bien commencé pour Smuga qui devait numériquement remplacer grâce à sa polyvalence Rafal Kurzawa (parti à Amiens) ou Damian Kadzior (qui a pris la direction du Dinamo Zagreb). Le début de saison était prometteur avec trois buts, notamment en tours préliminaires de Ligue Europa, et quatre passes décisives sur les sept premiers matchs officiels de la saison. Puis le jeune ailier polyvalent a perdu la cadence et la confiance, tout comme son équipe du Gornik Zabrze en pleine reconstruction après une saison 2017/2018 au-dessus des espérances.

S’ensuit alors un long et triste tunnel de quelques minutes grappillées ici et là et des prestations insipides pour l’ex-joueur si prolifique du Victoria Sulejowek. Reconnu pour ses frappes lourdes et précises, c’est jusqu’en réserve du Gornik qu’il va finir sa demi-saison sur un triplé de passes décisives. Ne rentrant plus dans les plans de Marcin Brosz, il est prêté au Wigry Suwalki pour le reste de la saison. Sans grands résultats encore une fois. Arrivé de quatrième division et jeté dans le bain de l’Ekstraklasa, Smuga s’est un peu ébouillanté et c’est du côté du Miedz Legnica en I.Liga cette saison qu’il devra retrouver ses moyens, sa confiance et son envie.

Les cinq espoirs Footballski de 2019/2020

En Ekstraklasa, cette saison, les clubs sont maintenant obligés d’avoir un joueur formé au club de moins de 21 ans sur le terrain à chaque match (du coup d’envoi au coup de sifflet final). L’occasion pour nous de vous proposer une beau pot-pourri de jeunes, très jeunes joueurs tous plus incroyables les uns que les autres. Et, pour vous, de découvrir des joueurs pour la plupart inconnus mais dont certains reviendront très certainement à vos yeux et vos oreilles dans quelques temps. Et se renseigner sur les jeunes joueurs polonais pour la saison à venir, c’est toujours l’occasion de pouvoir faire l’esthète entre la dinde et le trou normand pour Noël 2019 lorsque votre grand-oncle supporter du RC Lens ou d’Auxerre vous parlera de la filière polonaise et de sa déception de ne plus voir ces belles moustaches virevolter sur les terrains français.

Filip Marchwinski (Lech Poznan | 10.01.2002)

Pur produit de la très bonne et renommée académie du Lech Poznan, Marchwinski a un potentiel phénoménal et pourrait être l’une des attractions majeures du football polonais dans les années à venir. En effet, le jeune milieu offensif de 17 ans possède une qualité technique, de dribble et de conduite de balle rarement vu pour un Polonais de son âge. Assez complet et possédant notamment une grande maturité dans son jeu, il est d’une précocité affolante. Il semble d’ailleurs sorti tout droit d’une académie espagnole ou hollandaise plus que d’une académie polonaise. Une précocité et un talent qui l’ont vu devenir la saison passée le plus jeune buteur de l’histoire du club de Poznan à 16 ans. Auteur de deux buts et d’une passe décisive pour quelques apparitions faméliques en Ekstraklasa, il a déjà pu par petites touches montrer en partie son immense talent lors de cette saison 2018/2019. En attendant donc de voir un tableau plus fourni dans un Lech qui s’annonce alléchant en 2019/2020.

Il lui faudra cette saison continuer dans cette voie et confirmer son nouveau statut de joker qu’il semble plutôt bien accepter pour le moment. Mais il y aura de la concurrence dans le milieu de terrain du Lech. Il faudra donc éviter de brûler les étapes car il est certain que le temps est son meilleur ami. Déjà suivi à travers l’Europe, il pourrait lui aussi marcher dans les pas de son aîné Dawid Kownacki, précoce talent, mais devra faire attention aux blessures car le championnat polonais est très demandeur physiquement pour un corps d’adolescent. Marchwinski, c’est notre coup de cœur car nous aimons les joueurs élégants, techniques, à la conduite de balle artistique avec de l’envie à revendre, des profils assez rares en Pologne pour passer à côté.

Przemyslaw Wisniewski (Gornik Zabrze | 27.07.1998)

Le Gornik Zabrze n’a pas effectué une grande saison 2018/2019, loin s’en faut. Année de transition oblige, les Mineurs ont longtemps tâtonné avant de retrouver un rythme convenable mais dans cette saison compliquée, un joueur s’est particulièrement illustré aux yeux des suiveurs et ce jusqu’en dehors de la Pologne. En effet, il n’est certainement pas le plus connu, d’ailleurs la majorité d’entre vous n’a certainement jamais entendu son nom, et pourtant. Przemyslaw Wisniewski est un enfant du club ayant gravi petit à petit les échelons un par un sans se presser mais avec un certain appétit. Propulsé titulaire indiscutable en deuxième partie de saison, sa mise en lumière aux yeux du grand public correspond exactement à la phase de redressement du Gornik Zabrze.

Il a su apporter une stabilité défensive perdue grâce à sa taille (1,95m), sa vitesse et sa lecture des courses des attaquants adverses. Là où Walukiewicz, du haut de ses 17 ans, brillait de mille feux, Wisniewski a su se bonifier sur le tas, comme un bon vin. Passé des U19 en 2016/2017 à la réserve en 2017/2018 et enfin à l’équipe première en 2018/2019, cette saison s’annonce très certainement pour lui comme celle de la confirmation et de l’envol. Le défenseur central polonais possède les qualités d’un central moderne et le physique allant avec, il a donc tout naturellement tapé dans l’œil de beaucoup de recruteurs (notamment en Allemagne et en Italie où ses performances sont suivies de très près). Si la Ligue 1 avait un peu d’imagination, des recruteurs devraient selon nous regarder un peu ce qui se passe du côté de Zabrze cette saison.

Kacper Kozlowski (Pogon Szczecin | 16.10.2003)

Le Pogon Szczecin regorge de jeunes talents plus prometteurs les uns que les autres. Avant de vous présenter le deuxième joyau de la couronne à la fin de cet article, commençons par le commencement et par conséquent par le premier. Pour mettre les choses au clair depuis que nous écrivons cet article en début de saison, aucun joueur aussi jeune n’a été présenté par nos soins dans les Espoirs Pologne. Que faisiez-vous d’ailleurs lorsque vous aviez quinze ans  ? Kacper Kozlowski, lui, va certainement jouer ses premiers matchs de première division polonaise. Incroyable. Il est un talent brut, un très jeune milieu qui n’en finit plus d’impressionner. Lors de la saison 2018/2019, le jeune polonais surclassé avec son collègue Turski s’est baladé dans le championnat U19. Neuf buts et quatre passes décisives plus tard, il a été promu dans le groupe professionnel avant l’hiver pour jouer avec la réserve. Et encore une fois, il s’est montré sous son meilleur jour en inscrivant un but et distillant trois passes décisives. L’occasion pour le club de « blinder » sa pépite en lui faisant signer un contrat pro.

Car le jeune diamant est déjà supervisé par un paquet de clubs européens, la Juventus et Manchester United en tête. Un talent immense qu’il va falloir canaliser car Kozlowski est aussi un peu sanguin. En témoigne ses deux cartons rouges de la saison dernière et notamment un lors des éliminatoires pour l’Euro U17 face à la Russie, coûtant quasiment à lui seul la qualification à la sélection polonaise. Lors de la saison 2019/2020, il devrait alterner entre des matchs avec la réserve et quelques bouts de matchs avec le Pogon en Ekstraklasa. A 15 ans et malgré un talent débordant, il n’est pas encore totalement prêt physiquement pour la première division polonaise mais on le verra surement un peu plus à l’œuvre lors de la deuxième partie de saison. En attendant, on vous aura prévenu et vous ne pourrez pas faire les innocents lorsque ça parlera sur des comptes Twitter peu recommandables d’un « inconnu polonais qui affole l’Europe ».

Jan Sobocinski (LKS Lodz | 30.06.2000)

Le LKS Lodz est de retour dans l’élite du football polonais et cette performance, après plus de huit années passées au purgatoire, n’a rien d’une surprise. Le club descendu comme son voisin du Widzew suite à des déboires financiers a su ses dernières années adopter une politique sportive efficace. Et le jeune défenseur central Jan Sobocinski est le fruit de ce travail en amont de la part du promu. Passé par toutes les classes du club, et prêté entre temps au Gryf Wejherowo, il a exprimé la plénitude de ses capacités la saison passée en I.Liga (D2) en étant un titulaire inamovible à l’âge de 18 ans. Il est important de noter, et on ne le répète jamais assez, que les divisions inférieures polonaises sont peu propices au développement de jeunes joueurs et voient plus souvent de vieux briscards ou des légionnaires étrangers y briller.

Auteur d’une saison pleine et prometteuse grâce notamment à son jeu de tête, son travail foncier important lors de la trêve, son calme retrouvé (il était un habitué des cartons jaunes et des duels un peu trop virils) et sa vision/compréhension du jeu, Sobocinski fut lors de la saison 2018/2019 le meilleur défenseur de la seconde division polonaise et de loin. Repéré par Jacek Magiera qui en a fait aux côtés de Walukiewicz l’un des piliers de sa défense des U20, le jeune polonais a pu se frotter au haut niveau en participant avec réussite à la Coupe du Monde de sa génération en Pologne. À l’instar de Wisniewski, il reste encore au jeune défenseur une étape à franchir en réussissant à s’imposer en Ekstraklasa avec un club qui devrait lutter pour le maintien et où l’assise défensive sera l’une des premières vertus. Mais dans les mains de Kazimierz Moskal et avec sa confiance, il est quasiment sûr que Sobocinski devrait passer ce test haut la main. Et qui sait ce que l’avenir lui réserve s’il montre encore avec autorité cette saison qu’il est un défenseur tout terrain ambitieux prêt à frapper à la porte des Espoirs et, pourquoi pas, de la Reprezentacja.

Hubert Turski (Pogon Szczecin | 31.01.2003)

C’est LE phénomène polonais au poste d’attaquant. Nous nous garderons bien de l’appeler « le nouveau Lewandowski » ou « le nouveau Piatek » mais il faut se rendre à l’évidence : Hubert Turski n’a peut-être que seize ans mais il est déjà pétri de talent. Il a été l’auteur d’une saison stratosphérique en 2018/2019 avec tout d’abord les U19 du Pogon (dix buts et trois passes décisives en quatorze matchs), puis une deuxième fois surclassé avec la réserve en D4 (huit buts et deux passes décisives en neuf matchs). Il est à l’aise sur le terrain dans pratiquement toutes les situations qu’un attaquant peut se procurer même si sa préférence reste la possibilité de dévorer l’espace devant lui en éliminant si possible un ou deux défenseurs avant de finir en finesse.

Ce qui ne l’empêche pas de marquer en renard des surfaces, du gauche ou même de se mouvoir en tour de contrôle de la tête pour libérer de l’espace pour ses coéquipiers lorsqu’il en a l’occasion. Il est avant tout complet et possède ce petit quelque chose qui nous fait dire qu’il sera certainement l’un des joueurs polonais les plus importants dans les années à venir. Mais, car il y a un mais, malheureusement pour lui, après avoir passé quelques tests au Valencia CF (le club espagnol travaille en étroite collaboration avec l’académie du Pogon), le jeune prodige qui devait faire ses débuts dans le groupe pro s’est blessé gravement au genou et manquera donc une bonne partie du début de saison avec les Portowcy. Il vous faudra donc être patient et pas trop gourmand pour enfin pouvoir admirer le phénomène Hubert Turski fouler les pelouses d’Ekstraklasa. Mais notre petit doigt nous dit que vous allez en entendre parler bien assez tôt.

Un dernier coup de cœur

Notre GROS coup de cœur qui risque d’exploser cette saison et qu’on aurait pu mettre dans nos cinq espoirs sans difficulté (mais il faut faire des choix osés parfois), c’est Bartosz Bida. Prêté par le Jagiellonia Bialystok au Wigry Suwalki (D2), et malgré une moitié de saison manquée à cause d’une grave blessure, l’attaquant de 17 ans avait montré l’étendue de ses capacités en marquant cinq buts en un peu plus de 350 minutes de jeu. Un véritable exploit pour un si jeune joueur, qui plus est au poste d’attaquant lorsqu’on connaît la rugosité des défenses de deuxième division. Attaquant très intelligent, rapide et technique, il est certain qu’il trouvera en cette saison 2019/2020 l’occasion de se révéler aux yeux de beaucoup. Il est, selon nous, une jambe au-dessus de son compère Klimala et devrait obtenir du temps de jeu nécessaire pour emmagasiner de l’expérience, de la précision, et faire trembler les filets. Petit point négatif : son jeu de tête mais il sera difficile pour lui au vu de sa taille d’être un joueur performant dans ce domaine. Ça sent bon pour Bida qui pourrait être une très agréable « surprise ».

Et pour le reste, des joueurs méritant d’être suivis avec intérêt cette saison :

Daniel Hoyo-Kowalski (16 ans – Wisla Cracovie), Mateusz Mlynski (18 ans – Arka Gdynia), Michal Skoras (19 ans – Rakow Czestochowa) , Przemyslaw Placheta (21 ans – Slask Wroclaw), Bartosz Slisz (20 ans – Piast Gliwice) et Patryk Szysz (21 ans – Zaglebie Lubin).


Mathieu Pecquenard

Image à la une : PZPN

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.