Saison 2018 : 5 espoirs du championnat croate

Damien F - Publié le 7 août 2018

Cinq espoirs, cinq joueurs passés par le Dinamo, 4 milieux de terrain. Pas de doute, on est bien en Croatie, la patrie des milieux vifs, techniques et roublards passés à la formidable Académie Dinamo. On a eu beau chercher, on est tombé que sur des joueurs affichant peu ou prou les mêmes caractéristiques. Allez, on vous présente le futur Modric ou Rakitic de la sélection ! Fait amusant : quatre d’entre eux sont de la fameuse génération 1998, à laquelle les Croates vouent de grands espoirs pour le futur.

Retour sur les espoirs 2017

Amer Gojak continue à rouler sa bosse dans le championnat croate. Dans une équipe largement supérieure à ses concurrents, il n’a pas forcément impressionné (un but, quatre passes) et a même perdu sa place de titulaire en deuxième partie de saison. Pourtant, son talent n’est pas parti et il est toujours capable de gestes de grande classe, comme il l’a montré lors de la confrontation contre l’Hapoel Be’er-Sheva, il y a quelques jours. Son coéquipier gardien, Adrian Semper, a lui aussi laissé filer la fin de saison. Mais à 20 ans, ses facilités et son expérience déjà accumulée parlent pour lui. Le Bayern a toujours les yeux sur lui.

Grezda a été l’une des principales armes offensives d’Osijek la saison dernière (huit buts). Il est une menace constante comme le démontrent les chiffres : il est le meilleur dribbleur du championnat (9,4 dribbles réussis par match). Son entraîneur en fait une pièce maîtresse de l’effectif. Son coéquipier Petar Bockaj, un temps annoncé pisté par Bordeaux, continue aussi de progresser. Il a joué 39 matchs pour huit buts et sept passes la saison dernière. Lui aussi est un danger sur l’aile : il provoque, dribble, centre, tire. Et ses statistiques s’améliorent d’année en année.

Toma Basic a pris une dimension supplémentaire à l’Hajduk. Il a trouvé sa place dans un rôle de sentinelle. Il aime aussi contrôler le jeu (qui passe beaucoup par lui) et s’est épaissi. Une révélation, lui qui nous semblait un peu tendre même pour le championnat croate il y a encore un an.

Les espoirs 2018

Nikola Moro (Dinamo Zagreb | 12.03.1998)

Capitaine des générations de jeunes Croates, Moro n’est pas une surprise de cette liste d’espoirs. Le grand public avait même pu le voir à l’œuvre lors d’un Dinamo – Juventus de Ligue des Champions où il avait excellé.

Il a beau admettre haut et fort être supporter de l’Hajduk (même en portant le maillot du rival), Nikola Moro est bien un joueur du Dinamo Zagreb. Né à Split, son talent a été détecté par la pépinière Dinamo qui a bien fait de l’enrôler à 11 ans avant d’en faire son capitaine en équipe de jeunes. Ses déclarations auraient pu faire scandale, mais Moro est honnête et a ce caractère qui fait la différence : « Je ne l’ai pas nommé capitaine par hasard, j’ai vu comment il se comportait sur et hors du terrain, comment tous les autres joueurs le respectent et le suivent. Chaque fois que nous étions en déplacement, je pouvais compter sur lui, il pense, parle et fait tout comme s’il avait 25 ans et non 17» assurait son entraîneur en jeunes, Bandic.

Souvent comparé à Modric, il peut jouer en tant que milieu offensif mais est plutôt aligné plus bas pour son endurance, sa capacité de travail et son dévouement pour le collectif. Sa vision, son audace et ses facilités en font un successeur potentiel crédible aux monstres du milieu de terrain de la sélection. Les prétendants sont nombreux, nul doute que le chèque sera gros.

Nikola Moro, Mamic

Attention aux mauvaises fréquentations !

Lovro Majer (Dinamo Zagreb | 17.03.1998)

« Majer vient de réaliser deux saisons impressionnantes dans le championnat croate. Il devrait jouer prochainement dans les meilleures ligues européennes. Manchester City en aurait notamment besoin pour pallier le départ de Yaya Touré. S’il ne participe pas à la Coupe du Monde en Russie, il devrait être appelé pour la qualification à l’Euro. » Voilà pour les présentations, venant d’Angleterre.

Détecté alors qu’il jouait au Lokomotiv, Majer a eu l’occasion de partir pour un gros club, la Sampdoria ayant formulé une offre de près de dix millions. Le Dinamo a finalement récupéré le joueur qui devrait coûter bien plus cher d’ici un an ou 2. Alors qu’il n’aurait jamais dû le perdre : à 12 ans, il a dû quitter les équipes de jeunes du club qui le trouvait trop fragile. Il s’est alors relancé à Dubrava (où il formait un beau trio avec Vinko Soldo et Brekalo), puis à Trnje.

Pour ne pas être original, Majer est un milieu de terrain qui prend exemple sur Modric : « le meilleur joueur de l’histoire croate ». Comme son aîné, il est le type de milieu qui aime mettre en valeur ses partenaires. Mettant à profusion son excellent contrôle du ballon, son calme, sa rapidité d’esprit et sa vision, il effectue des appels toujours intéressants et fournit à ses coéquipiers des passes précises. Généralement, il joue comme axial dans un milieu de terrain évoluant en 4-2-3-1. Il est aussi parfois utilisé comme milieu de terrain gauche en 4-3-3. Il n’est donc pas étonnant de savoir qu’il était le joueur touchant le plus de ballons au Lokomotiv. C’est aussi lui qui était en charge des coups de pied arrêtés. En revanche, son manque de puissance flagrant lui poserait de gros problèmes dans un championnat majeur. A voir aussi dans des rencontres avec un rythme plus élevé que celles disputées dans le championnat croate. Mais nul doute que le passage au Dinamo lui permettra de progresser dans ces domaines.

A noter également son caractère, il n’aime pas perdre. Alors qu’il jouait pour Trnje, il a payé un coéquipier pour sortir de la chambre après avoir perdu à un jeu vidéo…

Borna Sosa (Dinamo Zagreb | 21.01.1998)

Ceux qui n’ont pas aimé les performances de Strinic pendant la Coupe du Monde peuvent se rassurer ! Le lateral gauche Borna Sosa, qui a rejoint Stuttgart pour 5 ans, pourrait rapidement mettre Strinic sur la touche. Déjà un habitué de la sélection Croate U21. Zlatko Dalic l’avait même convoqué dans sa liste de réservistes pour la Coupe du Monde en Russie.

Âgé de 20 ans, Sosa est passé par l’académie des jeunes du Dinamo. Mieux, il est de la fameuse génération 1998 qui a tout gagné avec le Dinamo en jeunes. Depuis 2016, il joue dans l’équipe première. Le gaucher qui fait un peu penser à Marcelo n’a pas fait long feu dans son club formateur : 32 matchs et puis s’en va. Stuttgart a déboursé huit millions d’euros pour s’attacher ses services et a annoncé via son directeur sportif : « Borna est très intéressant pour le futur, il est considéré comme l’un des arrières latéraux les plus prometteurs d’Europe. » Et en plus il sait gérer sa communication, lui qui a opté pour les études supérieures en gestion de communication (à côté de sa carrière de footballeur).

A Stuttgart, une des villes avec le plus gros contingent de Croates en Allemagne, il a pu regarder Croatie – Danemark avec… 20.000 de ses compatriotes ! Avant de passer de l’autre côté de l’écran ?

A post shared by Borna Sosa (@superrman007) on

Luka Ivanusec (Lokomotiv Zagreb | 26.11.1998)

Il est le plus jeune buteur de la sélection croate, à 18 ans, 1 mois et 19 jours ! Ce record était jusqu’ici détenu par Ivan Rakitic, qui avait marqué son premier but sous le maillot à damiers à 19 ans, 6 mois et 2 jours. Bon, c’était certes dans le cadre de la China Cup, avec une équipe croate composée de jeunes, mais quand même.

Natif de Varazdin, Luka a fait ses débuts pour le Varteks local. Mais le football professionnel ayant disparu de la région, il a fallu s’exporter à la capitale. Le Dinamo ne le jugeant pas assez mûr pour ses jeunes, il l’a envoyé au Lokomotiv où il a pu poursuivre sa carrière jusqu’à aujourd’hui. Ivanusec est une preuve supplémentaire de l’importance du bassin de football de Varazdin pour le football croate et de l’importance qu’il y a à voir y revenir le football professionnel.

Le jeune milieu rêve de marcher sur les traces de son modèle, un autre Luka, Modric : « Je le suis de près, je l’analyse. Quand je regarde le Real Madrid, je ne fais que le regarder, comment il se déplace, comment il réagit, c’est un cours. J’apprends beaucoup de ses mouvements, il a toujours une solution avant que la balle arrive. J’essaie de lui ressembler, je copie le style de jeu de Modric. » Ivanusec joue au Lokomotiv avec une grande liberté, et doit progresser dans le secteur défensif et la récupération. Puissant, avec un très bon premier appui, rapide et techniquement très bon, Ivanusec est un véritable milieu de terrain moderne avec un bel avenir. D’après ses entraîneurs, le joueur possède une bonne mentalité, dévoué au football. En continuant à dribbler, provoquer, distribuer le jeu et tirer (même de loin, ce qu’il fait très bien), il peut devenir un futur très bon joueur.

Actuellement au Lokomotiv, le joueur doit attendre qu’une place se libère au Dinamo pour intégrer la meilleure équipe du pays. L’an dernier, il a disputé 21 matchs et délivré quatre passes décisives en jouant seulement la première moitié de saison suite à une blessure.

Le plus jeune buteur de la sélection !

Robert Mudrazija (Osijek | 05.05.1997)

Le moteur d’Osijek. Il est partout, il a autant de poumons que Ngolo Kanté ! Si la Croatie n’avait pas assez de relève à ce poste, en voilà encore un…

Le gamin de Zagreb a bourlingué, passant dans les clubs de sa ville comme le Dinamo ou le NK, avant de faire décoller sa carrière à Osijek, au moment où le club est passé sous capitaux hongrois. Osijek essayant de ramener des jeunes talents, Mudrazija est arrivé, suivi de ses collègues Grezda et Bockaj, cités parmi nos espoirs l’an dernier.

Comme l’ensemble de son équipe, il s’est révélé excellent contre les grosses équipes. Excellant notamment contre le PSV Eindhoven dans un rôle de box to box, il est autant utile défensivement que capable de très rapidement se projeter vers l’avant. Cette année, il s’est montré à son avantage contre les Rangers. Moins à l’aise dans des petits espaces contre des équipes regroupées, le jeune Robert se régale dès que les adversaires se découvrent un peu. Demandez donc au PSV ce qu’ils en pensent !

Saison 2018 : 5 espoirs du championnat croate
5 (100%) 7 votes

A propos de l'auteur

Damien F

De contrées en contrées, où le vent du #footballskitrip me mène.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

1 commentaire

  • Bonjour à tous !
    Je viens de lire l’article sur Borna Sosa !
    C’est un jeune homme prometteur et ayant une tactique de jeu dynamique.
    De plus il est vrai que la génération 1998 est très ancrée dans le présent et sait très bien préparer l’avenir !!
    Etudiant en Gestion et Communication cela peut servir lors de sa reconversion.
    Je pense qu’il pourra faire une carrière intéressante notamment dans un club Français (Girondins de Bordeaux FC, FC Nantes, FC Lorient par exemple…) Mais comme il est mis en légende de la photo « Attention aux mauvaises fréquentations » cela va très vite d’aller vers les tréfonds morbides de la vie !!
    Je suis de tout cœur avec Borna Sosa et lui souhaite comme à Toma Basic une vie en tant que sportif accomplie et une vie privée douce et réfléchie. Cordialement,
    David

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Saison 2018/2019 – Semaine européenne #2

L'écrémage continu en Coupe d'Europe avec une présence toujours importante de clubs étiquetés Footballski. Une occasion toute trouvée pour revenir...

Fermer