Saison 2018 – 5 espoirs du championnat autrichien

Quentin Guéguen
Quentin Guéguen - Publié le 28 août 2018

Le football autrichien progresse lentement et sûrement. La première raison se situe au niveau de la formation. De plus en plus de jeunes autrichiens percent au haut-niveau dans des clubs qui leur donnent une chance de prouver, parfois très tôt dans leur carrière. La fédération autrichienne encourage les clubs à lancer les jeunes et cela paye. En voici quelques-uns qui pourraient exploser et passer un palier dans les années à venir.

Dario Maresic (Sturm Graz | 29.09.1999)

Nous sommes le 9 avril 2017, jouons la 28e journée de Tipico-Bundesliga et Franco Foda a quelques problèmes en défense centrale pour son déplacement du côté de Salzburg. Pour affronter le Red Bull, Foda veut jouer dans une défense à trois, mais manque de personnel. Alors, il décide de lancer le jeune Dario Maresic dans le grand bain, à seulement 17 ans. Depuis, difficile de déloger ce pur produit de l’académie du Sturm Graz de sa place dans l’arrière-garde du Sturm Graz. Il a joué 34 des 36 matchs de championnat l’an passé et a grandement participé à l’excellente première partie de saison du Sturm, mais aussi à la deuxième un peu moins bonne.

L’Austro-Croate avait déjà joué avec l’équipe première à 15 ans, lors d’un match amical face au NK Celje. Maresic correspond à cette nouvelle génération de défenseurs centraux moins flashy mais plus efficaces, préférant l’anticipation et la lecture du jeu plutôt que le tacle glissé risqué. Relativement petit pour un défenseur central (1.83 m), Maresic n’est pas un excellent joueur de tête et n’est pas encore imposant physiquement. Mais le défenseur central du Sturm impressionne par sa régularité au haut-niveau et par sa rare maturité pour son âge. Maresic n’a pas encore 19 ans et possède déjà plus de 50 matchs professionnels à son compteur. Il a même découvert – difficilement – la Ligue des Champions en ce début de saison avec une double confrontation face à l’Ajax. Bonne nouvelle pour le Sturm, Maresic a décidé de prolonger jusqu’en 2020 plutôt que d’aller voir ailleurs. Pour le moment…

Luca Meisl (RB Salzburg, p. St. Pölten | 04.03.1999)

S’il y a un poste où l’Autriche n’a pas à se soucier de son avenir, c’est bien celui de défenseur central. Avec Kevin Danso (Augsburg, 6 sélections) et Maximilian Wöber (Ajax, 3 sélections) pour la génération 1998, Dario Maresic et Luca Meisl pour la génération 1999, il ne devrait pas y avoir de souci pour former une paire de défenseurs centraux compétitive dans les prochaines années. Luca Meisl faisait partie de l’équipe du RB Salzburg vainqueur de la Youth League en 2017 et il avait impressionné en défense d’autant que, né en 1999, il n’était que première année. L’an passé, il avait d’ailleurs pris le brassard de capitaine, mais n’avait pas pu faire mieux qu’un huitième de finale.

Cette saison, plutôt que de rester jouer à Liefering, Meisl a été prêté à St. Pölten pour gagner du temps de jeu au plus haut niveau autrichien. Idéal pour ce défenseur central élégant, excellent relanceur et très bon dans la lecture du jeu. Un vrai talent, d’autant que ses premières en Bundesliga sont excellentes avec le club de St. Pölten, surprise du début de saison. Et son petit frère, Matteo, qui a quitté Salzburg pour l’Austria cet été, n’est pas manchot non plus.

Dejan Ljubicic (Rapid Wien | 08.10.1997)

Si vous ne suivez pas le championnat autrichien, vous avez peut-être quand même déjà croisé le nom de Dejan Ljubicic, le jeune milieu de terrain du Rapid Wien. En fin d’année dernière, il était apparu dans la rubrique des faits divers pour avoir lancé des bouteilles de bière sur une mosquée de Kiseljak, en Bosnie, d’où il tient ses origines. Ljubicic s’est évidemment excusé, a payé les réparations et fait un don supplémentaire à la communauté religieuse locale. Si le directeur sportif du Rapid avait promis dans la foulée des sanctions et rappelé « son comportement jusque-là exemplaire sur et en dehors du terrain », cela fait tache dans le Curriculum Vitae.

Un CV qui, jusque-là, ne comportait que du bon pour ce fan de Sergio Busquets. Pur produit de l’académie du Rapid Wien, Djuricic a explosé la saison passée en s’imposant comme un élément indispensable du collectif malgré les performances en dents de scie de son équipe. Ljubicic brille par son intelligence sur le terrain, lui qui est adepte du travail de l’ombre à son poste de milieu de terrain défensif. Goran Djuricin, son entraîneur, le présente comme « quelqu’un qui a le gène du guerrier, qui ne lâche jamais. Il apporte du rythme dans notre jeu, adore les duels et a très peu de déchet dans ses transmissions. C’est une machine ». L’année passée, le Rapid prenait environ 0,8 point de plus quand il était sur le terrain que quand il ne l’était pas. Il faudra vite corriger cela pour le club de la capitale car, en fin de contrat en 2020, le milieu de terrain de 20 ans devrait quitter le club l’été prochain.

Patson Daka (RB Salzburg | 09.10.1999)

On ne pouvait pas ne pas inclure un joueur présent dans l’effectif du RB Salzburg dans cette petite liste. Mais on ne pouvait pas en mettre cinq non plus alors qu’il y avait évidemment de quoi faire. Xaver Schlager, Amadou Haidara et Hannes Wolf, bien que jeunes, ne sont presque plus des espoirs en ayant déjà confirmé à un très haut niveau leur talent. Pour Dominik Szoboszlai, Romano Schmid ou Mahamadou Dembélé, il faudra peut-être encore un an. Alors, il y a Patson Daka car cela peut-être l’année de l’explosion pour le Zambien de 19 ans, possiblement le plus gros espoir africain à l’heure actuelle comme en témoigne sa Coupe d’Afrique des Nations des moins de 20 ans il y a 18 mois. Vainqueur de la compétition à domicile, il y avait terminé co-meilleur buteur et surtout meilleur joueur.

Patson Daka commence déjà à avoir un palmarès imposant malgré son jeune âge. Arrivé à Salzburg en janvier 2017, le Chipolopolo a participé à la victoire du RBS en Youth League en marquant en demi-finale et en finale. Le potentiel était déjà là. Daka est incroyablement rapide, excellent dans le jeu sans ballon et tueur devant le but alors évidemment, Daka devrait faire des saltos après ses buts très souvent durant sa carrière. Sous contrat jusqu’en 2022 en Autriche, Daka devrait jouer de plus en plus cette saison, mais devra attendre une blessure d’un attaquant pour passer devant la hiérarchie dans les gros matchs. À moins que ses performances ne forcent la main de Marco Rose…

Patrick Schmidt (Admira | 22.07.1998)

Il aurait été dommage de boucler ces cinq espoirs sans joueur de l’Admira tant le club autrichien travaille bien au niveau de la formation et campe sur ses principes, peu importe la qualité des résultats. Cela aurait pu être Marco Kadlec, le très intéressant Emanuel Aiwu, 17 ans seulement et déjà titulaire régulier en Bundesliga, ou bien Pascal Petlach, mais le choix s’est finalement porté sur Patrick Schmidt, l’élégant attaquant de tout juste 20 ans. Cela fait longtemps que le cousin de Philipp Hosiner est considéré comme un grand talent et une promesse du football autrichien. Le joueur de l’Admira évolue dans les sélections nationales de jeunes depuis les U16.

Schmidt a fait ses débuts en Bundesliga deux jours après ses 18 ans. Depuis, les différents entraîneurs passés par le club l’ont progressivement intégré dans l’équipe type, jusqu’à l’an passé où il a participé à la très belle saison de son club et à la qualification pour l’Europa League. Son excellente fin de saison, avec cinq de ses six buts lors des dix dernières journées, le place parmi les joueurs à suivre pour l’actuelle. Mais Schmidt n’est pas un pur numéro 9. Il est capable de jouer sur les côtés et il est le plus à l’aise à côté d’un autre attaquant. Schmidt préfère participer au jeu plutôt que d’être isolé à la pointe de l’attaque. Patrick Schmidt sent le football et va devoir devenir plus décisif pour son équipe cette saison. Cela doit faire partie de sa progression pour espérer un jour jouer à un plus haut niveau.

Quentin Guéguen


Image à la une : redbullsalzburg.at

Saison 2018 – 5 espoirs du championnat autrichien
5 (100%) 5 votes

A propos de l'auteur

Quentin Guéguen

Quentin Guéguen

J'aime les draniki sans champignon, et accessoirement le football biélorusse et autrichien.

pays de l'auteur footballski
pays de l'auteur footballski

Laisser un commentaire

Lire les articles précédents :
Franjo Glaser, ou l’art de toujours s’en sortir

En 2003, la Croatie pleure une de ses légendes. Le dimanche 2 mars, le match de championnat opposant le Dinamo...

Fermer