Une nouvelle saison riche en émotions vient de se terminer en Russie. L’occasion de revenir sur le parcours des différentes équipes de RPL.

1. Zenit Saint Pétersbourg – 64 points

La saison

Le Zenit est enfin de retour sur la plus haute marche du podium ! Dirigé par un Sergey Semak qui a réussi son pari, le club de Saint-Pétersbourg a dominé le championnat de la première à la dernière journée. Même pas ébranlé par l’affaire Kokorin, le Zenit a tenu le rythme toute la saison, chose qu’il n’avait pas su faire les dernières années. Porté par une attaque de feu et notamment le trio Dzyuba-Azmoun-Driussi (34 buts marqués), le Zénit a également bénéficié d’un soutien considérable du public avec la meilleure affluence du championnat (48 000 spectateurs par match en moyenne). Après avoir dominé le championnat, le club de Saint-Pétersbourg s’attaquera à l’Europe l’année prochaine, pour son retour en Ligue des Champions. Il faudra toutefois élever son niveau, son échec en huitième de finale de Ligue Europa est le seul point négatif de la saison, avec l’élimination en coupe contre Rostov. Si le Zenit se renforce cet été, nul doute qu’il sera le favori à sa propre succession…

©Zenit

Le joueur : Sebastian Driussi

11 buts, 6 passes décisives, autant dire que la deuxième saison de Driussi en Russie est un succès. Grand artisan du titre, l’Argentin confirme son potentiel et sera certainement courtisé cet été. Mécontent de ne pas avoir été sélectionné pour la Copa América, il cherchera sûrement un autre projet. Mention spéciale à Dzyuba et Azmoun qui ont été impressionnants en attaque.

La stat’ : 61 494

Record d’affluence au Krestovsky pour la célébration du titre contre le CSKA Moscou. Nul doute qu’un public pareil donne des ailes et peut jouer un rôle déterminant en Ligue des Champions l’année prochaine.

L’avenir

Si le Zenit ne se fait pas piller au mercato estival et s’il recrute intelligemment, il sera le grand favori pour le prochain épisode de la RPL. Qualifié directement pour les groupes de la C1, il s’évitera un été de déplacements européens et pourra débuter sur les chapeaux de roues. Malgré la relégation du Zenit-2 en PFL, le club de Saint-Pétersbourg bénéficie d’un vivier de jeunes joueurs important. On verra si Semak décide de les intégrer dans son projet !

2. Lokomotiv Moscou – 56 points

La saison

Le Lokomotiv continue d’enchaîner les bonnes saisons. Après son titre de champion lors de l’exercice 2017/18, le Lokomotiv enchaîne avec une seconde place derrière le Zénit, qui a été irréprochable. Après une défaite lors de la Supercoupe de Russie contre le CSKA (1-0), le Loko a eu du mal à redémarrer avec succès. L’exemple est cette défaite 5-3 contre le Zénit avec Dmitry Tarasov expulsé en fin de match. Cependant, le Loko a réalisé globalement une superbe saison en RPL avec seulement six défaites et huit nuls. Malheureusement, Yuri Siomin n’a su insuffler de dynamique positive en Ligue des Champions. Le Loko n’a remporté qu’un seul de ses six matchs de groupe (contre Galatasaray, 2-0) et a terminé à la dernière place.

Le Lokomotiv est le spécialiste des coupes! ©chempionat

Ce raté européen n’a pas empêché les Cheminots d’aller au bout en Coupe de Russie en battant Ural 1-0. Combiné avec une seconde place synonyme de qualification directe pour la Ligue des Champions, Yuri Siomin et ses hommes ont réussi leur saison avec un deuxième trophée en deux saisons ! 

Le joueur : Grzegorz Krychowiak

L’international polonais a fait une saison pleine. Krychowiak a profité du prêt en provenance du PSG pour s’affirmer plus facilement dans un contexte qui lui était apparemment plus favorable. Auteur de deux buts en 27 matchs, Krychowiak a eu la possibilité de montrer sa valeur à différents postes (relayeur, meneur de jeu), mais Siomin lui a fait confiance en défense centrale dans les matchs importants. Au final, le Loko a levé l’option d’achat de onze millions d’euros.

La stat’ : 8

Soit le nombre de Coupes de Russie remportées par le Lokomotiv dans son histoire, la dernière ayant été acquise suite à une victoire face à Ural en finale (1-0). Les Cheminots deviennent le club le plus titré en Coupe de Russie. Ils dépassent le CSKA, qui en compte sept !

L’avenir

Yuri Siomin montre qu’il est toujours aussi talentueux et avisé malgré ses 72 printemps ! Le coach des Cheminots a le chic de savoir se renforcer intelligemment lors des mercato. Le Loko aura pour objectif de faire mieux que la saison passée en Ligue des Champions. Ils acquièrent au fur et à mesure des années de l’expérience et il serait bien que le Loko passe désormais un cap en Coupe d’Europe.

3. FK Krasnodar – 56 points

La saison

2017-2018 avait été une saison de stagnation (bon sprint final uniquement). 2018-2019 a été historique. Le bilan comptable est pourtant identique avec les saisons de référence sous Kononov en 2014-2015 avec la troisième place et en 2015-2016 avec le total de 56 points. Néanmoins, la troisième place permet maintenant au FK Krasnodar de se battre pour se qualifier en C1 et cela fait toute la différence : l’objectif Ligue des Champions, visé depuis que la compétition lui a cruellement échappé en 2015, est atteint.

Et pourtant, si les Byki peuvent être passés à côté de quelque chose d’encore mieux. Ils n’avaient qu’un seul point de retard sur le Zénit Saint-Pétersbourg à la trêve hivernale. Alors qu’ils avaient un niveau exceptionnel en septembre 2018, les déboires extra-sportifs du meneur de jeu, Pavel Mamaev, ont entraîné une baisse de dynamique plus forte après la trêve hivernale.

Mais qu’importe, cette saison aura été un véritable courant d’air frais après les difficiles années d’Igor Shalimov. Sous la houlette de Murad Musaev, les Byki ont retrouvé le beau-jeu qui était le leur, auront manqué d’un rien de dépasser leur meilleur résultat en Europe en s’offrant le scalp de Séville et du Bayer Leverkusen.

Le joueur : Magomed Shapi-Suleymanov

Vous avez forcément entendu parler de Magomed Shapi-Suleymanov après tous ses exploits européens. Jeune joueur formé à l’académie du FK Krasnodar, introduit pour la première fois en 2017, il a réalisé une saison impressionnante. Onze buts marqués en 30 matchs disputés cette saison, avec environ 28 minutes de jeu par match.

Le joueur de 18, puis 19 ans a notamment trouvé les filets contre le Lokomotiv Moscou, mais ses buts les plus spectaculaires et médiatisés sont évidemment ceux marqués contre le Bayer Leverkusen et Valence dans les derniers instants des deux matchs.

La stat’ : 32

+32, soit le meilleur goal average de la RPL. Le fait est que le FK Krasnodar a pleinement retrouvé le football attrayant qui était le sien. Le retentissant Krasnodar – Zénit prétend au titre de meilleur match de toute l’histoire du championnat russe.

L’avenir

Le chemin vers les poules de C1 reste ardu. Compte tenu du coefficient UEFA insuffisant avec Porto et le Dynamo Kiev (que le FK Krasnodar ne peut pas affronter à cause de la crise ukrainienne), une qualification des Byki va devoir passer par l’élimination de Porto.

Après Granqvist et Joãozinho l’an dernier, les historiques Kaboré et surtout Pereyra sont partis avec les honneurs avec de nombreuses années de loyaux services. Avec l’emprisonnement de Mamaev, qui va se poursuivre jusqu’en novembre, et la blessure de six mois de Gazinski, les compétences de Murad Musaev seront rudement mises à l’épreuve.

4. CSKA Moscou – 51 points

La saison

La saison 2018-2019 marque le début d’un nouveau cycle pour le CSKA Moscou, l’été dernier le club de l’armée a vu 12 départs de joueurs (Aleksandr Golovin, Vitinho, Pontus Wernbloom, Bibras Natcho, Georgi Milanov, Alexey Berezutsky, Vasily Berezutsky, Sergey Ignashevich, Aaron Olanare et Ahmed Musa). Le club a souhaité redynamiser son effectif en se tournant vers la jeunesse et en misant sur des joueurs à fort potentiel. 11 joueurs ont rejoint le club : Hordur Magnusson, Abel Hernandez, Jaka Bijol, Ilzat Akhmetov, Nikola Vlasic, Takuma Nishimura, Ivan Oblyakov, Arnor Sigurdsson, Rodrigo Becao, Lassana N’Diaye l’été dernier, et Igor Diveev cet hiver en provenance d’Ufa. Le club a souhaité se relancer avec les départs des cadres, passant d’un effectif vieillissant au plus jeune de Premier League cette saison avec tous les avantages et contraintes liés à cette nouvelle politique sportive.

La double victoire contre le Real Madrid, un moment fort dans la saison du CSKA ©ftbl.ru

Globalement, la saison du CSKA a été plutôt réussie compte tenu des objectifs du début de saison et de la nouvelle politique sportive. Le scouting a été efficace et les joueurs se sont tous très bien adaptés. Le début de saison était très prometteur. Toujours à la lutte pour les premières places en championnat et malgré une élimination en phase de poules de la Ligue des Champions, le CSKA est entré dans l’histoire en étant la première équipe à battre deux fois le champion en titre, tout en ne parvenant pas à se qualifier (1-0 et 0-3 contre le Real Madrid). Les joueurs de Viktor Goncharenko ont terminé la première partie de saison a la 3ème place avec la meilleure défense du championnat. Cependant, la reprise en mars a été beaucoup plus compliquée, la faute à des contre-performances notamment dans le sprint final, qui ont mis en lumière le manque d’expérience du groupe. Les joueurs de Goncharenko ont eu eu mal à tenir les résultats et l’équipe a laissé échapper des points précieux.

Le CSKA Moscou termine l’exercice 2018-2019 a la 4eme place, à 5 points du podium. Cette qualification directe pour la Ligue Europa pourrait être perçue comme un échec compte tenu du standing du club et de l’évolution du classement au fur et a mesure de la saison mais, en réalité l’équipe moscovite est à sa place. Elle devrait bien figurer en Ligue Europa la saison prochaine si les joueurs clefs décident de prolonger l’aventure.

Le joueur : Fedor Chalov

Ce fut la saison de la confirmation pour Fedor Chalov, le jeune attaquant du CSKA termine meilleur buteur avec 15 réalisations et 8 passes décisives. La progression avec la saison précédente est flagrante et Fedor Chalov est définitivement devenu le joueur à suivre. Rapide, techniquement solide et disposant d’un impressionnant jeu de tête, Fedor Chalov est un attaquant complet qui ne manque pas d’attiser les convoitises à l’étranger.

La stat’ : 12

Le nombre de départs de joueurs l’été dernier, pour presque autant d’arrivées (11). Le CSKA Moscou entamé un changement de cycle intégral en renouvelant 90% de son effectif, un pari risqué qui s’est avéré payant jusque-là avec une honorable 4ème place en Premier League et des matchs marquants en Ligue des Champions, qui ont donné du crédit au nouveau projet du club.

L’avenir

Après avoir inauguré son nouveau stade il y a deux saisons, le CSKA Moscou a entamé un nouveau projet sportif avec le renouvellement de l’effectif et un pari sur la jeunesse. Si certains pouvaient être sceptiques au début, le constat semble plutôt positif a l’issue de la saison et prometteur pour la suite. Viktor Goncharenko dispose d’un effectif rafraîchi et talentueux. Si le CSKA arrive à conserver assez longtemps ces joueurs, il devrait rapidement redevenir compétitif sur le plan national (jouer le titre) tout en progressant sur le plan européen.

5. Spartak Moscou – 49 points

La saison

La saison du Spartak s’apparente à un long chemin de croix. Obligé de passer par les qualifications pour la Ligue des Champions, le Spartak a perdu la confrontation face au PAOK et s’est retrouvé en Ligue Europa. Le résultat a fait partir Quincy Promes à Séville et a fragilisé Massimo Carrera, qui fut évincé malgré le souhait des fans de le voir continuer. En C3, le Spartak est tombé dans un groupe dans lequel il a eu sa chance malgré les résultats plus que mitigés mais a fini par craquer en fin de parcours. Ce n’est pas sa victoire spectaculaire 4-3 face aux Rangers qui redorera le blason.

En RPL, la première partie de saison fut mitigée, le Spartak ne pouvant battre les équipes du Top 5 et perdant contre des équipes de milieu de tableau. Le passage de Raul Riancho sur le banc est loin d’être positif et l’arrivée d’Oleg Kononov présageait de bonnes choses après son super travail à l’Arsenal Tula. Mais les problèmes de vestiaire combinés aux différentes affaires avec Glushakov notamment n’ont rien arrangé. Le Spartak a réalisé une fin de saison terrible, au point que la direction a explosé avant le terme de la saison. Et cerise sur le gâteau, le Spartak s’est fait chiper la 4e place par le CSKA et devra passer par les qualifications pour voir la Ligue Europa. Saison pourrie jusqu’au bout !

Le joueur : Denis Glushakov

Difficile de déterminer un joueur au_dessus des autres tant l’ensemble du groupe fut mauvais. Denis Glushakov, lui, fut au centre des attentions, mais pas en bien. Sur le terrain, il n’a pas convaincu et dans le vestiaire, le capitaine des Rouge et Blanc est l’un de ceux qui poussa Carrera vers la sortie. Glushakov fut tout le long de la saison la cible privilégiée des sifflets des supporters. Son divorce médiatisé n’arrangea pas grand chose et les discussions téléphoniques diffusées à son insu ont définitivement mis un terme à son aventure chez les Moscovites.

La stat’ : 36

C’est le nombre de buts marqués en RPL cette saison ! Un record historique pour le Spartak, qui n’avait jamais marqué aussi peu de buts en une saison. Le précédent record était de 38 lors de la saison 2003.

L’avenir

Le Spartak se serre la ceinture ! Finies les dépenses excessives, le club va devoir monter son équipe avec les moyens du bord. Le Spartak dispose d’un nouveau directeur sportif, mais a préféré garder Oleg Kononov dans ses fonctions. A ce dernier d’utiliser au mieux les nombreux jeunes du centre de formation et des Glushenkov, Bakaev ou autre jeunes qui sont arrivés récemment. La qualification pour la phase de groupe de la Ligue Europa est l’un des objectifs du début de saison. Rien n’est sûr…

6. Arsenal Tula – 46 points

La saison

Un an après avoir loupé l’Europe pour une place seulement, l’Arsenal Tula va connaître le premier été européen de son histoire ! Malgré un cycle aller catastrophique, les Mineurs ont réalisé une année 2019 exceptionnelle avec une seule défaite en treize matchs de championnat. Poussé par un public qui répond présent à chaque rencontre, l’Arsenal a brillé et commence à devenir une valeur sûre en Russie. Très proche d’une finale de Coupe de Russie (élimination en demi-finale contre l’Oural), Tula aura fait le boulot à domicile avec notamment des victoires contre le Lokomotiv (2-0), le Spartak (3-0) et le Zénit (4-2). Il a été un peu plus en difficulté hors de ses bases, et ce sera le point à améliorer la saison prochaine. On soulignera l’importance du trio d’attaque Mirzov-Djordjevic-Bakaev, qui a fait beaucoup de mal aux équipes adverses.

Le joueur : Luka Djordjevic

Prêté une seconde année consécutive à l’Arsenal, Djordjevic se sent désormais comme chez lui à Tula ! Sept buts, comme l’année dernière, mais aussi 4 passes décisives pour le Monténégrin, qui a loupé la fin de la saison à cause d’une blessure. Homme clé de l’attaque, on ne sait pas quel sera son destin la saison prochaine. Sera-t-il la doublure de Dzyuba-Azmoun ou ira-t-il chercher un autre challenge à relever ?

La stat’ : 8

Le nombre de buts inscrits par Bakaev, qui a réalisé la meilleure saison de sa jeune carrière. Son prêt à Tula est une réussite, il fera sans doute beaucoup de bien au Spartak la saison prochaine. Sa première convocation avec l’équipe nationale au mois de juin est amplement méritée.

L’avenir

Le danger pour Tula sera de ne pas faire comme Ufa la saison dernière. C’est-à-dire jeter beaucoup de forces dans les qualifications pour la C3 et en payer les frais pour le reste de la saison. Les qualifications pour les phases de groupe seront difficiles, mais si Tula recrute bien, le club est capable de refaire une belle saison.

7. FK Orenbourg – 43 points

La saison

De retour dans l’élite, le club d’Orenbourg semblait voué à jouer le maintien si ce n’est pire. Finalement et malgré une défaite d’entrée contre le Spartak, le début de saison s’est passé de la meilleure des manières avec une série de victoires. Jamais largement battu, malgré un automne légèrement plus difficile, l’ancien Gazovik a réussi à battre une fois chacun des quatre clubs de Moscou durant la saison. Preuve d’un exercice réussi pour un retour dans l’élite.

Malgré cela, Orenbourg n’a pas réussi à accrocher la coupe d’Europe à cause de certaines défaites évitables et dommageables notamment contre Yenisey ou à domicile contre l’Akhmat Grozny. Seulement onzième défense de la ligue, Orenbourg a également régulièrement encaissé des buts au fil de la saison et une amélioration de ce point semble indispensable pour viser plus haut alors que le club possédait tout de même la sixième attaque.

En coupe, l’aventure s’est arrêtée dès le premier tour contre un club de l’élite, l’Arsenal Tula, avec une défaite 4-2 à domicile (la plus large de la saison).

Le joueur : Aleksey Sutormin

Le natif de Saint-Pétersbourg (d’ailleurs annoncé au Zénit pour cet été) a impressionné en jouant à peu près à toutes les positions sur le terrain et en a profité pour réaliser la meilleure saison de sa carrière. Avec huit buts en 29 (presque tous) matchs disputés, l’ancien joueur de Strogino (quartier de Moscou) vole vers les sommets de la RPL à 25 ans.

La stat’ : 7

Sept donc, comme le nombre de postes sur le terrain où a évolué cette saison Sutormin (évoqué ci-dessus). Il aura joué ailier des deux côtés, tout comme défenseur, milieu relayeur ou attaquant de pointe selon les besoins de son équipe. Et avec lui, l’adage moyen partout, bon nulle part ne s’applique pas, en tout cas pas avec Orenbourg.

L’avenir

Orenbourg devra au moins essayer de rééditer la même saison, même si cela ne sera pas facile. En premier lieu, le coach Vladimir Fedotov est annoncé sur le départ (vers le Rubin Kazan ?) et pourrait être remplacé par Sergey Ignashevich. Certains joueurs devraient également s’en aller. Rappelons également que cet hiver, le club avait été au centre d’un imbroglio avec notamment un changement de direction sportive qui a affecté certains joueurs efficaces du club.

8. Akhmat Grozny – 42 points

La saison

À la trêve hivernale, l’Akhmat Grozny terminait à la huitième place. A la fin de la saison, il se maintient au même rang. Saison honorable pour l’Akhmat Grozny, qui ne passe pas loin d’une qualification européenne, mais ne l’atteint toujours pas. 11 victoires, 9 défaites, 10 nuls, 29 buts marqués, 30 encaissés, le bilan à la fois équilibré et irrégulier de l’Akhmat se traduit dans les statistiques.

L’un des plus gros problèmes de l’Akhmat est l’absence de réel buteur et il n’est pas nouveau. Ablaye Mbengue et Oleg Ivanov partagent le titre de meilleur buteur cette saison avec seulement… cinq buts. Aucun attaquant n’est sorti réellement du lot pour porter cette équipe plus haut qu’elle n’a fini. L’Akhmat a néanmoins eu quelques réussites, comme celles de s’imposer sur les pelouses du Spartak Moscou et du FK Krasnodar.

L’aventure a tourné court en Coupe de Russie. Après une qualification peu glorieuse aux penalties contre le SKA-Khabarovsk (3-3, 4-2 t.a.b.), l’Akhmat s’est écroulé à domicile dès les huitièmes de finale contre l’Arsenal Tula (0-2).

Le joueur : Ravanelli

Difficile de sortir un joueur du lot, mais s’il fallait en sélectionner un seul, ce serait Ravanelli, pour la progression spectaculaire de la deuxième moitié de la saison, récompensée par sept passes décisives. Il termine la saison juste derrière le podium du classement des passeurs, derrière Dzyuba, Gazinski et Joãozinho, mais devant Mario Fernandes au temps de jeu.

La stat’ : 1-2-0

1-2-0, soit une seule série de deux victoires consécutives, deux séries de nuls consécutifs (trois nuls consécutifs, très exactement) et aucune de défaite. Le club du Caucase a joué aux montagnes russes. Aucune évolution logique ne ressort des résultats, mais au contraire une imprévisibilité complète.

L’avenir

Un souci identifié en attaque depuis plusieurs saisons, aucune raison d’imaginer que l’Akhmat Grozny fera mieux la saison prochaine. Aucune raison, non plus, d’imaginer qu’il fera pire. Rodolfo, joueur de référence du club, a annoncé à la fin du mois de mai qu’il prenait sa retraite et allait rejoindre le staff de l’équipe. L’Iranien Milad Mohammadi et l’Albanais Bekim Balaj sont partis, mais l’Akhmat a fait signer le Polonais Konrad Michalak en provenance du Lechia Gdańsk et le Vénézuélien Andrés Ponce, venu de l’Anzhi, aura la responsabilité de dynamiser l’attaque.

L’équipe Footballski Russie

Saison 2018/2019 – Un an de football en Russie (Partie 1)
5 (100%) 8 vote[s]

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.